Partagez|

Without music, life would be a mistake ♔ Madhline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité




MessageSujet: Without music, life would be a mistake ♔ Madhline Jeu 13 Juin - 17:15

Voilà plusieurs semaines que je cherchais à joindre William, un collègue de travail avec qui je m'étais noué d'amitié au fil des vols que nous avions partagé. Il avait d'ailleurs été l'un des seuls à prendre régulièrement de mes nouvelles depuis mon accident et même si des centaines de kilomètres nous séparaient désormais, nous avions fait les efforts nécessaires pour ne pas perdre contact. Je tentai donc de l'appeler une nouvelle fois mais comme toujours, je tombai sur son répondeur. Agacé par cette situation, je soupirai et balançai alors mon portable sur la table basse du salon: ma colère n'était pas dirigée contre mon ami mais elle démontrait qu'actuellement, je traversais une passe difficile et que je devenais donc facilement irritable. En fait, j'étais peiné qu'il ne donne pas signe de vie car je craignais que tôt ou tard, la distance ait raison de notre relation: je savais parfaitement qu'il vaquait sans doute à ses occupations et que cela l'empêchait de donner suite à mes appels mais j'espérais évidemment que cela demeurerait temporaire et que nous aurions l'opportunité de nous revoir le plus vite possible car sans lui, j'avais l'impression de perdre une partie de moi-même.

* Je ne peux pas lui en vouloir. Après tout, il est en couple désormais et je suis bien placé pour savoir que cela demande de nombreux sacrifices *

Plongé dans la solitude de ma demeure, je m'allongeai alors sur mon canapé et laissai mon esprit se perdre dans mes souvenirs: malheureusement, je fus vite envahi par des pensées négatives et cela m'obligea donc à me redresser en quatrième vitesse. Jamais à court de solutions, j'attrapai finalement le bloc-notes que j'avais laissé sur la table basse tout en m'équipant d'un stylo. Récemment, j'avais en effet décidé de me lancer dans l'écriture d'une nouvelle chanson. A mes heures perdues, j'avais l'habitude de créer mes propres compositions mais cette fois-ci, le projet que j'avais en tête, me tenait particulièrement à coeur car il s'adressait directement à l'amour de ma vie. Généralement, je n'avais aucun mal à convaincre des artistes de s'intéresser à mes œuvres mais comme je voulais que cette surprise soit parfaite en tout point, je laissais beaucoup de doutes m'envahir et cela freinait mon inspiration. Néanmoins, il en fallait plus pour me décourager et doucement mais sûrement, ma chanson commençait à prendre forme sur le papier: en fait, tout devenait plus simple lorsque j'écoutais mon cœur. Parfois j'avais même l'impression de ne plus être totalement maître de la situation et il me suffisait alors de simplement poser son stylo sur la feuille pour que la magie opère: mes émotions les plus profondes se chargeaient ensuite du reste. 

* J'espère tout simplement que cette chanson deviendra le symbole de l'amour que j'éprouve pour ma dulcinée *

Après avoir relu à plusieurs reprises le dernier couplet que je venais de pondre, je décidais d'aller planquer mon bloc-notes dans un tiroir de mon bureau que je pouvais fermer à clé. Navya n'était pas une fouineuse mais je ne désirais pas prendre le moindre risque: il était nécessaire qu'elle ne sache rien de mes intentions.

* Voilà une bonne chose de faite. *

Cette tâche achevée, je décidai d'aller me dégourdir les jambes en compagnie de mon compagnon à quatre pattes et pris donc la direction du parc. J'aimais me promener le matin lorsque la chaleur n'était pas encore étouffante d'autant plus que j'évitais ainsi la foule. Après avoir effectué un jogging d'une demi-heure, je m'assis sur un banc et commençai à jouer avec Sultan en lui lançant sa balle favorite tout en profitant du magnifique paysage qui s'offrait à moi. A en juger par le beau soleil qui régnait dans le ciel, la journée s'annonçait belle et radieuse.


Dernière édition par Ralph Jason Robinson le Dim 23 Juin - 0:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Without music, life would be a mistake ♔ Madhline Jeu 13 Juin - 20:16

Un coup. Deux coups. Trois coups. Le dernier, beaucoup plus puissant fait trembler la porte. L'onde de choc traverse le mur et je me réveille en sursaut. Quelle heure il est? 9h34. Putain, le con ! Il ne peut pas trouver une autre heure pour me faire chier et me laisser dormir? Je repousse les couvertures, puis je pose les deux pieds par terre. Je baisse les yeux sur moi puis l'instant d'après, je réfléchis... Je ne peux pas aller ouvrir à ce taré comme ça. Il n'y a pas plus léger comme nuisette et je mets ma main à couper qu'il me saute dessus dès qu'il m'aperçoit. Soit, ça pourrait être drôle. Très drôle même mais je ne préfère pas prendre le risque de me faire violer aujourd'hui... Je retire le vêtement en vitesse, puis j'ouvre mon armoire en une demie-seconde, je saisis la première robe que je trouve puis je l'enfile. Ça va déjà mieux... J'attrape ma veste en cuir, je passe les premières chaussures se trouvant sur mon passage -se révélant être des escarpins, pas le choix le plus judicieux... mais je devrais faire avec- puis je prends mon sac à main. Une fois devant la porte, je souffle un bon coup pour calmer les furieux battements de mon cœur puis passe une main dans mes cheveux. Soudain, j'ouvre la porte encore vibrante sous les coups que lui assènent son agresseur. « Quoi?! Non. T'auras rien tant que tu m'auras pas payé. Et n'essaye même pas de payer en nature, sinon t'es mort. C'est compris ? » lâchai-je d'une traite. Encore un de ces pauvres gars qui essayent d'avoir des papiers grâce à mes talents de falsificatrice en me tendant 100£. Mon Dieu, c'est de la folie ! Je ne vend pas en dessous de 2000£. Ils peuvent aller se faire avoir, et lui aussi par la même occasion.

Je le pousse dans les escaliers puis je me retourne pour fermer la porte de l'appartement à clef. Il ne faudrait pas qu'il entre pour saccager mon intérieur divin. La vengeance n'a pas de prix mais mes meubles à des milliers de livres peuvent s'en passer. Je dévale ensuite les escaliers en essayant de garder l'équilibre. J'en étais sûre, il me suit! Il faut que je le sème... pourtant ça me semble assez mal parti avec ce qui me tient lieu de chaussures mais j'arrive quand même à la porte de l'immeuble. Comment n'importe qui peut la pousser avec le loyer que je paye?! En sortant dans la rue, je me maudis. "Il faut se préparer à toutes les éventualités, Madhline!" disais mon père lorsqu'on parlait affaires. Bien sûr, il n'était pas au courant de ma principale activité, sinon je tiendrai déjà compagnie aux fourmis sous la terre mais ça, c'est une autre histoire. J'essaye de courir le plus vite possible mais le malotru a vite fait de me rattraper. Je le pousse à nouveau puis je traverse la rue juste avant le feu vert... Un coup d’œil derrière moi me renseigne sur la position de mon assaillant et cela m'arracherait presque un rire. Il a faillit se jeter sous les roues d'une moto pour me rattraper, ce qui me donne une avance considérable. Je m'arrête brusquement puis je retire mes chaussures. Je ne peux pas les jeter... elles sont hors de prix et je ne peux pas me permettre de perdre un tel bijou! A présent je cours pieds nus... mais le macadam est assez confortable. Je tourne à droite pour prendre la direction du parc. J'ose espérer que l'homme a perdu ma trace mais je constate rapidement qu'il n'est qu'à une dizaine de mètres de moi. Un peu déçue concernant mes performances en matière de vitesse... j'aperçois un homme assis sur un banc. Une idée me vient soudain: si l'autre me voit en pleine discussion avec quelqu'un, il n'osera même pas s'approcher de moi et passera sa chemin. Du moins, c'est ce que j'espérais. Je m'approche du banc en courant puis je crie : « Luke ! Tu es là ! » toujours mes chaussures à la main. J'ai crié assez fort pour que celui que je désirais éloigner l'entende. Je m'assois alors sur le banc à côté de "Luke" puis je murmure, à moitié cachée par mes cheveux : « On se connaît depuis toujours tout les deux... d'accord ? S'il vous plaît, jouez le jeu. » Quelques secondes après, j'aperçois le chien. Je déteste les chiens. Néanmoins, je prends sur moi et j'approche une main pour le caresser, un peu dégoûtée au contact du poil que je considère plus que dégueulasse sur ma peau, mais c'est le jeu. « Ooooh... elle a grandit. Qu'elle est mignonne! Eden, c'est ça? » demandai-je sur un ton feignant l'attendrissement avant de retirer vivement ma main. Eden, c'est le nom du chien qui m'a mordue lorsque j'avais 5 ans et que mon père a réussi à faire piquer grâce à ses contacts. Un happy end, quand j'y pense...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Without music, life would be a mistake ♔ Madhline Dim 23 Juin - 1:58

Dès que je restais sans rien faire durant plusieurs minutes, c'était inévitable: je perdais le contact avec la réalité et je laissais alors mon esprit vogué sur l'immense océan des songes. J'avais toujours été ainsi car dans le fond, même si cela ne sautait pas forcément aux yeux au premier abord, j'étais un doux rêveur qui ne se sentait jamais aussi bien que lorsqu'il avait l'occasion de faire marcher son imagination à plein régime. Le problème, c'est que mon âme torturée avait donc tendance à me jouer des vilains tours et que parfois, celui-ci s'amusait à me remémorer des souvenirs douloureux. Heureusement, ce ne fut pas le cas cette fois-ci et toutes mes pensées se tournèrent vers une seule personne: l'élu de mon cœur. Je me rappelais de notre rencontre et de cette première impression négative que j'avais eu en constatant à quel point Navya pouvait être méprisante et hautaine. J'avais encore en mémoire toutes ces années durant lesquelles on s'était considéré comme de simples amis alors qu'il était évident que quelque chose de beaucoup plus fort nous reliait. Je n'oubliais pas non plus ce que je considérais encore aujourd'hui comme le plus beau jour de ma vie: ce moment si magique où en se disant un simple oui mutuel, nous avions scellé notre amour pour l'éternité. En voyant toutes ces images défilées dans ma tête les une après les autres, je ne pus m'empêcher de pousser un soupir rempli de nostalgie. Non pas que je n'étais plus heureux avec Navya aujourd'hui mais simplement que j'avais l'impression que nos plus belles années se trouvaient déjà derrière nous. Complètement ailleurs, je sortis de mes pensées lorsque Sultan aboya et me regarda avec insistance: en voyant sa balle à mes pieds, je compris alors qu'il me réclamait de la lui lancer. J'affichai alors un large sourire tout en hochant la tête et me sacrifiai pour donner à mon chien ce qu'il désirait.

C'est alors qu'au même moment, une jeune femme que je ne connaissais pas le moins du monde se mit à courir dans ma direction tout en m'appelant Luke. Etant totalement pris par surprise, je restai sans réaction tout en la laissant s'asseoir à mes côtés. C'est alors que discrètement, elle me demanda de lui faire une faveur tout en s'empressant par la suite de caresser mon chien qu'elle surnomma affectueusement Eden: pas sûr qu'il allait d'ailleurs apprécié qu'elle l'appelle ainsi. Forcément, on ne s'attendait pas à une surprise de ce genre et j'eus beaucoup de mal à savoir quel comportement adopter. Néanmoins, j'étais plutôt quelqu'un de généreux et comme j'aimais plutôt bien m'amuser, je décidai de ne pas me poser trop de questions pour le moment et donc de répondre favorablement à la proposition de cette charmante demoiselle.

- Oui c'est bien ça et visiblement, tu lui as manqué car elle a l'air très heureuse de te revoir.

N'étant pas aveugle, j'avais rapidement remarqué que cette jeune femme n'était pas du tout à l'aise avec Sultan et comme j'estimais lui rendre un fier service et que je savais mon chien très affectueux même avec des inconnus, j'encourageai alors mon compagnon à quatre pattes à faire la fête à cette mystérieuse inconnue: après tout, j'avais aussi le droit de rire un peu, non? C'est alors que mon regard croisa celui d'un homme et à la manière dont il regarda cette charmante demoiselle avant de poursuivre sa route, je compris à qui cette jeune femme avait voulu échapper. Attendant quelques instant que tout danger soit écarté, j'observais alors ma voisine de banc et attendais qu'elle me fournisse des explications.

- Maintenant, j'estime être en droit de savoir pourquoi vous m'avez obligé à jouer ce jeu, vous ne trouvez pas?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Without music, life would be a mistake ♔ Madhline

Revenir en haut Aller en bas

Without music, life would be a mistake ♔ Madhline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Music is my life •
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ ::  :: They used to be useful ~ :: Write me the past-