Partagez|

Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



smn
posts : 856
arrivé(e) le : 06/12/2012
disponibilité pour rp : 1/3 (Kieran, Xena)
avatar : Teresa Palmer

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1546-knox-les-portes-de http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1551-knox-the-little-blueberry-is-here

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Mar 20 Aoû - 14:26

Quand sa présence devient un réconfort

Je ne sais pas d'où les gens sortent que la vie est un long fleuve tranquille. Peut-être que dans un couvent ou un monastère cette phrase représente la réalité, mais à Londres et Yellowsky en particulier, on ne peut pas dire que ce soit vrai. Ma vie n'a jamais été un long fleuve tranquille de toute façon, du plus loin où je me souvienne, elle a toujours été tumultueuse, peut-être que sa vient de mon caractère, je ne saurais le dire, mais ce qui est sûr c'est que plus le temps passe et plus j'ai l'impression qu'elle devient chaotique. Qu'ai-je fais dans une autre vie pour mériter ça ? Ai-je été Jack l'Eventreur ? Ai-je violer des enfants ? Ai-je été un dictateur ? Je ne saurais le dire, mais parfois je me dis que j'ai dû être vraiment infâme pour subir tout ça. Bien entendu je me plains, mais je sais qu'il y a toujours pire que moi et dans un sens, tant mieux, c'est toujours plus agréable de se dire qu'il y a toujours plus malheureux, même si c'est malheureux de se dire que d'autres souffrent plus.

Aujourd'hui je suis distraite, pensive, je n'arrive pas à me concentrer, je suis plus maladroite qu'ordinaire et ce n'est pas bon pour les affaires. Ma patronne m'apprécie fort heureusement, elle n'a jamais vraiment eu à se plaindre de moi, non que je sois l'employée modèle, mais j'arrive à l'heure, je suis souriante et j'aide au mieux de mes compétences les clients. Je suis un peu maladroite par moment, mais je suis pleine de bonne volonté et je suis prête à faire des heures supplémentaires quand il le faut, ce qui nous arrange toutes les deux. Après avoir répondu à côté pour deux clients, ma patronne m'a suggéré d'aller ranger un peu la remise, elle s'occuperait des clients à ma place. Je ne me faisais pas prier et je me rendais dans la remise, histoire de remettre un peu d'ordre sur les étagères. Le travaille ne demandait pas trop de concentration, je pouvais ainsi vaquer à mes pensées comme bon me semblait. Je n'arrivais de toute façon pas à faire autrement, je me retrouvais dans les ennuis jusqu'au bout, sans avoir rien demandé. Je ne m'étais jamais vraiment demandé si cela avait été une bonne idée de fréquenter Kieran durant mon enfance, mais ce qui est sûr c'est qu'aujourd'hui je le regrette presque. Pourquoi m'a-t-il fait ça ? Que lui avais-je fais pour mériter un tel traitement ? Qu'il se fourre dans les ennuis ne m'étonne qu'à moitié, c'est tout à fait son genre. Mais qu'il m'incluse dans ses combines sans me demander mon avis, c'était autre chose. Bien entendu il n'a pas voulu que je sois touchée par tout cela, mais je le suis et c'est par sa faute. Sa présence à cette soirée, deux jours plus tôt, je perturbe déjà suffisamment, je n'avais pas besoin qu'il en rajoute une couche.

En ouvrant un carton, je me coupe un doigt. Ce n'est pas méchant, mais ça saigne beaucoup. Je me dirige donc vers l'évier et entreprend de nettoyer la plaie. Une fois la plaie propre, j'y met un pansement afin d'éviter de tout tacher et je reprend le travail. Pendant ma pause, je prend mon téléphone et j'envoie un message à Xena :

Coucou ma belle ! Ça va ? Dis moi tu fais quelque chose en fin d'après-midi ? Ça te dirait de faire les magasins avec moi, j'ai besoin de me changer les idées ? Si tu es libre, on se retrouve devant la chocolaterie à 17h30. Des bisous. Knox

Je n'avais encore parlé à personne de Kieran, je ne voulais pas inquiéter ma famille et je savais déjà ce qu'ils allaient dire. Kieran n'a jamais été apprécié chez les Blueberry, il a toujours été vu comme un trouble fait qui ne m'apportait que des ennuis. Je ne peux pas prétendre le contraire, nous avons fait les quatre cents coups ensemble, avons passé une grande partie de notre enfance ensemble, à ne jamais se quitter. J'ai appris à voler, mentir, crocheter les serrures et tout ce qui pouvait être amusant et illégal. Jusqu'à nos 18 ans, on imaginait pas notre vie l'un sans l'autre, au grand désarrois de ma famille qui ne rêvait que d'une seule chose, qu'il disparaisse de ma vie. Et puis arrivé à sa majorité, il obtint son héritage, non négligeable si j'ai bien compris et la première chose qu'il voulut fait c'est s'enfuir loin de chez nous. Il voulait que je le suive, que j'abandonne famille et amis pour lui. Je savais que si je faisais ça, je briserais le cœur des miens et je n'oserais plus jamais revenir chez moi, trop honteuse de mon comportement. Il ne se rendait pas compte que j'étais partagée entre l'envie de le suivre et d'être toujours avec lui et mon envie de rester auprès de ma famille. Il m'en voulut de choisir les miens et fut tellement ignoble qu'il brisa en mille morceau tous les souvenirs que j'avais de lui. Aujourd'hui je me suis relevée, sans ma famille cela n'aurait pas pu se faire. Aujourd'hui j'étais plus forte, déterminée à devenir quelqu'un et à lui prouver que je n'avais pas besoin de lui. Je crois que sans m'en rendre compte, il m'avait un peu dégoûter des hommes. Pourtant nous n'avions rien fait, nous n'étions que des amis, mais au fond de moi, je savais que je l'avais toujours aimé et je pensais que c'était réciproque. Il n'a pas eu le plaisir de me détourner complètement des hommes, mais grâce à lui, j'ai découvert que les femmes pouvaient avoir également beaucoup d'attraits. Je n'ai pas encore vraiment expérimenté ma bisexualité comme il se doit, je n'ai fais que flirter avec une ou deux femmes, mais sans plus. J'ai dû d'abord m'avouer à moi même que j'étais attirée par elle, ce qui ne fut pas facile. La seconde étape sera de m'avouer que je suis vraiment attirée par Xena, ce qui n'est pas gagné, j'aurais trop l'impression que ma sœur me connaît trop bien et a tout de suite vu ce que j'ai ignoré pendant longtemps. En parlant de Xena, voici la fin de mon service, je vais pouvoir la retrouver et elle va m'aider à me changer les idées. Trop de tensions m'entourent ces derniers temps, je déteste ça, j'ai besoin de sourire et de rire en toute innocence et Xena est parfaite pour m'aider à remplir cette tâche.
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar



mmf
posts : 144
arrivé(e) le : 05/08/2013
disponibilité pour rp : Open
avatar : Emilie de Ravin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Ven 23 Aoû - 16:51


Centre Commercial  ◈ Xena & Knoxlay
Quand sa présence  
devient un réconfort.






S
'élever. Sous le rythme de la musique, sans doute que Xena pouvait faire bien plus que cela. Elle pouvait rêver s'envoler. Elle pouvait oublier, pendant un instant, l'aspect extérieur et décousu de sa vie. Elle pouvait faire ce dont elle avait envie. La salle d'entraînement était vide aujourd'hui, ce qui la soulageait toujours. Non pas qu'elle n'aimât pas pratiquer avec son partenaire, mais la solitude lui était toujours plus ou moins bien allé au teint. Il fallait dire que depuis Cooper, Xena évitait de trop se lier aux gens, du moins de passer autant de temps avec une seule et même personne, pour ne pas revivre ce qu'elle avait vécu par le passé, certes par choix, mais qui l'avait tout de même touchée plus qu'elle ne l'aurait voulu. Il y avait certes bien Knox, de qui elle était très proche, mais ce n'était pas comparable. C'était différent. Tout était différent avec Knox. Comme si son passé avait définitivement disparu. Comme si tout ce qu'elle voulait faire croire était réel. Parce qu'elle le voulait, le voir s'effacer, ne plus y penser. Aller de l'avant, ne plus regarder en arrière, elle se targuait si bien d'y arriver, et pourtant Cooper était toujours dans ses pensées, alors que c'était elle la méchante de l'histoire, elle l'individu à blâmer, lui la victime. Son choix, sa culpabilité.

Vider son esprit, elle savait si bien le faire. Les mouvements complexes mais qu'elle maîtrisait prenant la place de toutes ses interrogations. Avait-elle bien fait? Oui. C'était tout ce à quoi elle devait penser, toujours. Malgré les disputes incessantes qui rythmaient leur couple, elle n'aurait pas pu rêver meilleure vie que celle qu'elle avait actuellement avec Diarmuid. Avec Knox. Le sourire aux lèvres, quelque peu épuisée par l'effort, Xena lâcha la barre de pole dance, redescendant bien plus vite qu'elle n'y était montée, se rattrapant au bon moment pour éviter de se froisser quelque muscle. Le front en sueur dû aux efforts qu'elle avait dû fournir, la jeune femme se dirigea vers ses affaires, au fond de la salle, pour attraper sa serviette et sa bouteille d'eau, qu'elle vida presque. Regardant d'un oeil son téléphone, elle vit que Knoxlay lui avait laissé un message, et s'empressa de lui répondre.; Elle n'avait de toute façon rien de prévu pour le reste de la journée, elle pouvait bien lui consacrer sa fin d'après-midi, ce ne serait jamais du temps perdu, et surtout pas un temps désagréable.

" 17h30 ça me va Sweetie. On se retrouve devant la chocolaterie ! J'ai hâte de te voir, bisous. "

Xena n'était jamais vraiment explicite dans ses messages, ni même très bavarde, elle préférait de loin la rencontre de visu. Regardant l'heure sur son appareil, elle remarqua qu'il lui restait deux heures devant elle. Se dirigeant vers les douches, elle prit le temps de bien se laver et de se sécher les cheveux, s'habillant pour l'occasion d'une robe, comme elle avait l'habitude de le faire. Elle prit ensuite sa voiture pour se rendre au centre commercial, puis la gara sur le parking, sans oublier de prendre en photo le numéro de sa place. Elle avait renoncé depuis longtemps à retenir l'endroit où elle posait son automobile, ayant oublié trop souvent. Elle se dirigea ensuite vers la chocolaterie. Il n'était pas loin de 17h15 lorsqu'elle y arriva, et fut soulagée d'être à l'heure. Elle n'aimait pas vraiment faire attendre ses amis, surtout Knoxlay, qui, selon son message, n'allait pas vraiment bien... Lorsque quelqu'un voulait se changer les idées, il ne devait pas être en forme très brillante au départ.

La Blueberry finit par sortir, et Xena n'attendit pas qu'elle fasse trois pas pour la saluer, en la prenant dans ses bras. Sans doute était-ce dû au fait qu'elle n'avait pas été beaucoup couvée durant son enfance, elle avait développé un côté assez tactile avec les gens.

" Salut Sweetie. Comme promis me voilà ! Comment tu vas?"

Question banale, mais il fallait bien commencer par quelque chose pour essayer de savoir ce qui avait taraudé son amie pour qu'elle ait besoin de se changer les idées si tôt sortie de son boulot. Peut-être un problème avec sa patronne? Ou avec sa soeur? Ce qui, en soi, ne l'étonnerait pas étant donné la différence entre les deux soeurs.

" Tu veux commencer par quoi? "

D'un signe, la blonde montra les alentours. Si Knox voulait faire les boutiques, elle était servie. Et Xena adorait ça, ce qui faisait deux bons points pour commencer la chasse ... Et surtout pour changer les idées de la blonde, car c'était cela, au final, le plus important de la journée.

Bon c'est un peu très très nul  

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar



smn
posts : 856
arrivé(e) le : 06/12/2012
disponibilité pour rp : 1/3 (Kieran, Xena)
avatar : Teresa Palmer

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1546-knox-les-portes-de http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1551-knox-the-little-blueberry-is-here

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Lun 26 Aoû - 21:25

Quand sa présence devient un réconfort

Xena avait bien reçu mon texto et elle avait l'air d'être motivée pour passer le restant de la journée avec moi. Je ne serais pas vraiment de bonne compagnie, pas au début du moins, mais je ferais tous les efforts du monde pour qu'elle ne le ressente pas. Bien entendu je devrais prendre sur moi, mais ces derniers temps, j'ai beaucoup pris sur moi, je pense que ça ne fera qu'une fois de plus, même si cela ne m'enchante guère de devoir le faire avec elle. Que je fasse semblant avec Diarmuid ou Prim encore je peux l'admettre, nous sommes en divergence d'opinions, cela passera comme tout, notre lien familial survivra à tout cela, je n'en doute pas un instant. Mais mentir à mes amis et à Xena en particulier, c'est un peu plus délicat, c'est un lien plus complexe qui nous lie toutes les deux, je ne voudrais pas tout gâcher avec mes histoires, mais avais-je le choix ? Si je lui dis tout ce qui ne va pas, elle risque de flipper, de me fuir ou de me prendre pour une conne qui croit un type qu'elle n'a pas revu depuis 5 ans, mais si je ne le lui dis pas et qu'il lui arrive quelque chose, comment vais-je continuer à vivre en étant bouffée par la culpabilité ? Mais pourquoi avais-je revu cet abruti ? Et pourquoi une partie de moi était quand même contente et soulagée de le revoir ? Je ne vais décidément pas bien dans ma tête, va vraiment falloir que je me fasse soigner. Fort heureusement pour moi, mon travail touche à sa fin, ma patronne va pouvoir me mettre dehors et réparer toutes mes erreurs, je vais pouvoir me changer les idées en d'excellente compagnie et peut-être que ce soir je pourrais fermer les yeux sans être prise d'angoisse grâce aux bonnes paroles de Xena. Même si Prim ne l'aimait pas et n'avait aucune confiance en elle, c'était tout à fait différent pour moi. Xena avait le don de m'apaiser, de me rassurer, de me redonner le sourire, de me sentir légère et sereine … bref, je crois que d'une certaine façon c'était mon opium à moi.

" Salut Sweetie. Comme promis me voilà ! Comment tu vas?"

Je n'avais pas fais trois pas dehors que je vis une tornade brune me sauter dessus et me prendre dans ses bras. Vous dire que je trouvais cet accueil désagréable me serait impossible, j'étais vraiment ravie de la voir et être dans ses bras me procurait plus de réconfort que je ne voudrais jamais l'admettre. Et puis soyons franc, elle sentait vraiment bon, son parfum était un pur délice. Une fois qu'elle me lâcha, je fis un pas en arrière pour reprendre contenance. J'esquissais un sourire, étrangement il n'était pas faux même si je n'avais pas le cœur à sourire ou rire aujourd'hui, elle arrivait quand même à m'arracher un véritable sourire de plaisir rien qu'à la voir et à la savoir à mes côtés. Comment Prim ne pouvait pas l'aimait alors que moi je ne pourrais vivre sans elle maintenant que je la connaissais ? Ma chère sœur ne savait pas ce qu'elle manquait, il n'y avait que Diarmuid et moi qui avions su voir au delà des apparences et voir la personne qu'était vraiment Xena.

« Je suis contente que tu sois là, tu es un véritable rayon de soleil dans ma journée. »

Commençais-je par lui dire en préambule, réfléchissant en même temps à ce que j'allais bien pouvoir lui répondre à la fameuse question sur l'état dans lequel je me trouvais. Je ne pouvais décemment pas lui dire que j'étais perturbée à cause de l'arrivée impromptu de mon ancien meilleur ami dans ma vie, ce serait un peu trop directe et de toute façon je ne me sens pas encore l'âme d'en parler. Je n'ai jamais abordé le sujet « Kieran » avec Xena jusqu'à présent et je ne pensais pas à avoir à le faire avant longtemps. Ce n'est pas que je ne suis pas contente de le voir, malgré la façon indigne dont il s'est comporté avec moi et les mots blessant que je n'oublierais jamais, il m'a manqué. Je sais, je suis faible et stupide, mais je suis ainsi faite, je ne suis pas capable d'oublier une personne qui a presque toujours fait parti de ma vie. On a passé tellement de jours ensemble, à faire les quatre cents coups, à ne vivre que pour nous en oubliant le reste du monde, que c'est impossible pour moi de totalement l'effacer de ma vie. La question à savoir c'est combien de temps cette fois-ci il va rester dans le coin ? Et est-ce que c'est préférable pour tout le monde qu'il soit là ou devrait-il plutôt s'en aller ? Après tout, s'il est là c'est qu'il m'a mis involontairement en danger, mais sa présence prouve à ce … Voltaire …. que je suis toujours importante à ses yeux. Il aurait peut-être mieux fait de s'en aller, de ne jamais revenir, ainsi peut-être qu'il m'aurait sauvé la vie en montrant son désintérêt à mon égare … enfin peut-être que je suis naïve et que je me trompe du tout au tout, peut-être que ça n'aurait pas empêché ce détraqué de me traquer et de me tuer, rien que pour vérifier l'hypothèse du lien encore présent entre nous, allez savoir.

" Tu veux commencer par quoi? "

Ne voulant pas lui mentir ou lui dire une demi-vérité, je préférais passer cette question et faire comme si je ne l'avais pas entendu. Bien entendu j'aurais aimé savoir si elle allait bien, mais je le serais d'une autre manière, un peu plus tard dans la conversation. Je me contentais donc d'observer les alentours en me demandant ce que j'avais vraiment envie de faire, en dehors de fuir loin, avec tous les gens que j'aime. Je serais prête à m'enfuir à des milliers de kilomètres d'ici, à nous enfermer tous dans un phare au milieu de la mer ou dans un abri atomique, là où personne ne pensera jamais à nous chercher. Mais vu que ce n'était pas une option envisageable, imaginant parfaitement devoir essuyer le refus de tout le monde, je me contentais de réfléchir à un endroit un peu plus proche.

« Des chaussures …. je veux de belles bottes pour affronter l'hiver pluvieux de l'angleterre. »

bohemian psychedelic


Ta réponse était très bien ma belle  
Revenir en haut Aller en bas
avatar



mmf
posts : 144
arrivé(e) le : 05/08/2013
disponibilité pour rp : Open
avatar : Emilie de Ravin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Dim 29 Sep - 18:32


Centre Commercial  ◈ Xena & Knoxlay
Quand sa présence  
devient un réconfort.






X
ena n'était pas quelqu'un qui se tournait énormément vers le passé. Elle n'aimait pas cela, il ne lui rappelait que de mauvais souvenirs. Ou de trop bons, en réalité, tellement que la culpabilité la rongeait sans qu'elle ne puisse rien y faire. Alors, elle avait pris la solution la plus facile qui s'offrait à elle au moment où elle en avait eu le plus besoin: elle était partie, avait laissé son passé derrière elle et n'y pensait que rarement, préférant s'occuper avec sa nouvelle vie plutôt que de la gâcher de souvenirs qui ne ferait que lui faire regretter quelque chose qu'elle avait d'ors et déjà perdu. Quelqu'un. Un lien. Elle n'en avait jamais parlé à personne, parce qu'elle n'en avait pas vu l'intérêt. En parler signifiait donner de l'importance, et de l'importance, les gens auxquels elle pensait en avait déjà trop pour elle pour ne pas qu'elle les fasse vivre par le biais de quelqu'un d'autre. Ni Cooper ni sa mère n'avait besoin d'être réels autrement que dans son esprit, c'était une situation plus simple à gérer que de les faire vivre dans ses conversations. Ses pensées étaient bien suffisantes. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle n'était jamais retournée à Manchester. Quelle utilité ? Pourtant, elle avait reçu plusieurs appels, ces dernières années, d'amies qu'elle s'était faites là-bas lui proposant de les visiter, "en souvenir du bon vieux temps' mais le frisson de ce qu'elle pourrait y trouver l'en avait empêché. Elle voulait vivre dans le futur, alors pourquoi s'embêter à honorer un passé complètement inutile?

C'est d'ailleurs cette capacité à toujours tout réussir à laisser derrière elle qui faisait qu'elle gardait le sourire dans n'importe quelle situation, cette sensation qu'elle était, malgré son vécu, quelqu'un de fort, quelqu'un qui n'avait besoin que d'elle-même pour vivre. Et en quelques sortes, c'était le cas, même si elle pouvait dire que Diarmuid l'avait bien aidée, ces dernières années, à se faire une place à Yellowsky. Et qu'elle ne pouvait pas vraiment catégoriser Knoxlay comme quelqu'un de qui elle se servait mais comme une véritable amie, même si Primrosae, sa soeur semblait en douter fortement. Mais voilà encore une capacité de Xena: elle se fichait éperdument de ce que Prim pouvait penser d'elle, elle ne l'aimait pas, et tout était totalement réciproque. Ca lui allait, car elle n'avait jamais cherché à lui plaire, s'abaisser à ça aurait été relativement humiliant, surtout quand l'autre ne faisait pas cet effort. Et ni l'une ni l'autre n'était prête à franchir ce pas.

L'aversion que Xena portait à l'aînée de la famille Blueberry n'était pourtant jamais venue entacher la relation qu'elle entretenait avec Knoxlay, et c'est d'ailleurs elle qu'elle venait de retrouver à l'instant, devant la chocolaterie où elle travaillait. Xena était une grande fan de shopping, qui marchait selon elle pour la dépression, bien mieux que de manger tout ce que l'on trouvait. Et qui, en plus de cela, ne faisait pas grossir. Malheureusement, elle n'avait pas les moyens de faire les boutiques tous les jours, ce qui était totalement dommage. Mais le sujet du moment qui l'intéressait bien plus que les robes qu'elle ne pourrait jamais porter, était l'état de la blonde qui lui faisait face. Bien qu'elle lui souriait, Xena pouvait voir que ça n'allait pas, la preuve en était qu'elle avait ignoré sa question. Mais la Hurshwood ne dit rien, se contentant de la regarder en souriant. Elle savait que lorsque Knoxlay voudrait parler de ce qui la torturait, elle lui en parlerait, ce n'était peut-être pas encore le moment. Pour l'heure, elle se devait d'agir comme la bonne amie qu'elle était, et lui montrer que même triste, elle pouvait profiter de la fin de sa journée.

" Merveilleuse idée ! Londres n'est certainement pas la ville rêvée pour un bain de soleil, surtout ces derniers temps."

Il fallait dire que le temps s'était considérablement dégradé, annonçant l'automne aussi sûrement qu'il prédisait l'hiver. Xena partit donc en direction du magasin de chaussures qu'elle cataloguait comme le plus intéressant du centre commercial, et y entra. Il y avait là toute sorte de chaussures, des ballerines aux talons, en passant par les bottines. Attrapant un escarpin de couleur rose flash, Xena la montra à sa meilleure amie, un sourire au coin de la bouche.

" Cette couleur t'irait à merveille. Ca tombe bien, ça va avec tout en plus le rose fille de joie. "

Bien sûr elle plaisantait surtout dans le but de faire sourire son amie en accentuant les traits de l'objet, mais il fallait dire que personne de mentalement équilibré ne porterait cette chaussure.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar



smn
posts : 856
arrivé(e) le : 06/12/2012
disponibilité pour rp : 1/3 (Kieran, Xena)
avatar : Teresa Palmer

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1546-knox-les-portes-de http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1551-knox-the-little-blueberry-is-here

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Ven 4 Oct - 16:36

Quand sa présence devient un réconfort


" Merveilleuse idée ! Londres n'est certainement pas la ville rêvée pour un bain de soleil, surtout ces derniers temps."

Est-ce qu’elle avait remarqué que quelque chose n’allait pas ? Très certainement, si mon comportement suspect ne l’avait pas mis sur la voie, c’était mon texto étrange. Pourtant elle ne dit rien et fit comme si de rien n’était, ce que je trouvais adorable de sa part. Prim pourra dire tout ce qu’elle veut, je ne changerais pas d’avis sur Xena, je sais que c’est une fille bien, qui a peut-être fait des erreurs dans sa vie, mais qui n’en a pas fait, en dehors de cette chère Primrosae ? Mes propres erreurs sont en train de me rattraper, je serais donc bien mal placé pour juger Xena sur des choses qu’elle regrette très certainement aujourd’hui. Et puis je m’en fous de son passé, je m’en fous de qui elle a pu être avant, ce qui compte pour moi c’est le aujourd’hui, le maintenant. Elle est là pour me soutenir, pour me prêter main forte, pour m’écouter me lamenter. Elle aurait pu ignorer mon sms ou prétendre n’être pas libre mais au lieu de ça elle s’est empressée de me répondre et elle est venue. Voilà ce qui compte à mes yeux, des amis présents quand j’en ai besoin et je peux toujours compter sur Xena, tout comme elle peut compter sur moi. J’esquisse un second sourire, simplement parce que j’en ai envie, parce qu’elle est là et que ça me fais plaisir, parce qu’elle a raison, Londres n’est pas la ville où le soleil brille le plus. Mais on s’en moque, ce n’est pas pour son temps qu’on est ici, c’est parce que c’est une très belle ville, qu’on s’y sent bien et qu’on veut y rester encore quelque temps. C’est parce que c’est une ville où l’on fait de belles rencontres, même si je connaissais Xena d’avant.

" Cette couleur t'irait à merveille. Ca tombe bien, ça va avec tout en plus le rose fille de joie. "

Nous venons de rentrer dans un magasin de chaussures, certainement le mieux de tout le centre commercial. J’erre dans les rayons, sans vraiment voir les chaussures, trop préoccupée par ce qui était en train de se passer dans ma vie et qui allait très certainement avoir une influence sur celle de mes amis et de ma famille. Xena elle regarde pour moi et me montre une paire, plutôt sympathique, je dois bien l’avouer. Je demande au vendeur s’ils les ont en 37 et il me dit de m’installer, qu’il va voir dans l’arrière boutique. J’obéis bien docilement, posant mon sac à côté de moi et fixant un instant mon amie. Que ferais-je sans elle ? Je serais très certainement terrée au fond de mon lit, terrifiée à l’idée qu’on puisse venir m’ôter la vie alors que je n’avais rien fais.

« Merci d’être venue, j’avais vraiment besoin de me changer les idées ! »

Commençais-je par lui dire avant que le vendeur ne revienne avec une boîte à chaussures. Je les essaie, elles sont plutôt pal mal mais peut-être un peu trop voyantes. Soudainement je m’imagine déjà porter des habits sans forme et sans couleur, passe-partout. Mon dieu ce serait un véritable cauchemar, je refuse de vivre comme ça. Je ne veux pas vivre morose, ayant peur de tout, même de mon ombre. Je suis quelqu’un de dynamique, de joyeux, qui a des rêves, je refuse de laisser Kieran les bousiller comme il bousille les siens juste parce que ça le fait triper. Je rends la paire de chaussures au vendeur, me lève et continue mon petit tour.

« J’ai rencontré quelqu’un il y a quelques jours … quelqu’un que je ne pensais jamais revoir … Kieran … c’était mon meilleur ami d’enfance … Je ne crois pas t’en avoir déjà parlé. »

Je ne sais pas trop comment aborder le sujet, pourtant je sais que je vais devoir le faire. Je crois que le pire sera avec ma famille, ils vont péter un câble quand ils vont apprendre qu’il est revenu et qu’il me met en danger … qu’il nous met en danger. Je respire un bon coup, j’admire au passage une paire de bottes que je trouve sublime, en cuir marron, à hauts talons, le style que j’aime. Je caresse le cuir de mes doigts, elles seraient parfaites à mes pieds, dommage que je ne puisse pas apprécier ce moment comme il se doit. Décidément Kieran est vraiment bon quand il s’agit de ruiner la vie des gens, il n’y a pas à dire.

bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar



mmf
posts : 144
arrivé(e) le : 05/08/2013
disponibilité pour rp : Open
avatar : Emilie de Ravin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Mar 8 Oct - 18:50


Centre Commercial  ◈ Xena & Knoxlay
Quand sa présence  
devient un réconfort.






X
ena voyait bien que quelque chose taraudait Knoxlay. Elle le voyait, mais tant que la jeune femme décidait qu'elle ne s'ouvrirait pas à elle, elle n'en tirerait rien, aucune information. Et la blonde n'était pas du genre à forcer qui que ce soit, elle restait persuadée que son amie lui parlerait lorsqu'elle le voudrait. Parce que c'était ainsi qu'elles fonctionnaient toutes les deux, depuis qu'elles s'étaient rencontrées. Depuis ce jour-là d'ailleurs, Xena éprouvait une affection particulière pour la blonde. Loin de ressembler à sa soeur, elle était, au sens de Xena, bien plus digne d'intérêt. Si Prim était bien trop méfiante et méchante lorsqu'il s'agissait d'entretenir une conversation, Knox était tout son contraire, et elles se sont très vite très bien entendues. C'est d'ailleurs cette amitié qui met en conflit tout le monde. Pas assez proche de Diarmuid au sens de madame Primrosae, bien trop de Knoxlay. Xena s'était toujours demandé comment son petit ami faisait pour accepter que sa soeur se mêle à ce point de sa vie privée, l'accusant presque de se faire prendre pour un imbécile sans rien faire. Ce qui était légèrement le cas, aux vues de ce qu'il s'était produit avec Dorian quelques années plus tôt. Et dont elle n'avait jamais parlé à personne. Jamais. Mais le fait est que Primrosae se permettait des réflexions que Knoxlay n'avait jamais faites, sans doute ne les pensant même pas, puisqu'il lui arrivait fréquemment de se prendre la tête avec sa soeur à son sujet. Vouloir dicter la conduite de tout le monde finissait toujours par payer. Bien qu'elle ne médise jamais sur Primrosae à haute voix, il allait de certitude que le non pouvoir de la thésarde sur son frère et sa soeur la satisfasse quelque peu.

Mais jamais, elle, ne se permettait de critiquer ouvertement Primrosae. Elle était bien trop intelligente pour cela, il s'agissait de leur soeur, leur famille. Bien que Xena soit sans doute la plus mal placée pour comprendre ce fait, elle savait très bien que si un jour Diarmuid ou Knoxlay avaient réellement à choisir entre elles, leur position serait auprès de Primrosae, malgré le fait qu'ils fassent tout pour éviter ce choix. Et c'est sans doute cela qui donnait à Prim cette sensation de pouvoir qu'elle croyait posséder. Mais avec Knoxlay, ça n'avait jamais été bataille. Elle était sa meilleure amie, sa confidente, celle avec qui il lui arrivait de se lâcher, plus qu'avec n'importe qui d'autre. Alors aujourd'hui qu'elle avait besoin de parler, de se confier, Xena était là. C'était normal. C'était évident.

Alors que le vendeur revenait avec la paire de chaussures puis repartait s'occuper du reste des clients qui attendaient dans la boutique près de la caisse, pressés de se faire encaisser pour pouvoir rentrer chez eux, Knoxlay commença son récit. Pourtant, l'histoire ne semblait pas tragique. Du moins, elle était intimement persuadée que si Cooper revenait, elle serait plus désemparée qu'angoissée, et angoissée, Knoxlay l'était.

" Vous vous étiez quittés en mauvais termes? Ca n'a pas l'air de te réjouir, de l'avoir revu."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar



smn
posts : 856
arrivé(e) le : 06/12/2012
disponibilité pour rp : 1/3 (Kieran, Xena)
avatar : Teresa Palmer

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1546-knox-les-portes-de http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1551-knox-the-little-blueberry-is-here

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox) Lun 14 Oct - 11:29

Quand sa présence devient un réconfort


" Vous vous étiez quittés en mauvais termes? Ca n'a pas l'air de te réjouir, de l'avoir revu."

J'aurais dû avoir le sourire aux lèvres de revoir mon ami d'enfance, si ledit ami était quelqu'un de normal. Notre amitié n'a jamais été normale, personne n'approuvait qu'on se fréquente, pensant que Kieran aurait une mauvaise influence sur moi. Peut-être ont-ils eu raison, je ne pourrais pas vraiment dire le contraire, mais ai-je vraiment si mal tourné que ça ? Oui j'ai fais quelques conneries dans ma jeunesse, et alors ? Qui n'en a jamais faites ? Je ne regrette pas les moments que j'ai passé avec lui, même si, quand il est parti, il m'a fait regretter le jour de notre rencontre. Il a été si froid et si pédant, comme si je n'étais qu'une sous-merde et qu'il allait enfin se débarrasser de moi … J'ai jamais eu aussi mal que le jour de son départ et je crois que je ne pourrais jamais l'oublier. J'ai passé des semaines au fond de mon lit à pleurer, à maudire le jour où je l'ai rencontré et le jour où il m'a brisé le cœur. J'oscillais entre les regrets de ne pas l'avoir suivi et le soulagement de ne plus le voir. Ma famille a été là quand j'en avais besoin, le détestant d'autant plus qu'il venait de m'abandonner comme une merde et qu'il avait été odieux en prime. Je repense à ce moment et j'en ai encore la chair de poule, pourtant cela fait 5 ans que cette histoire c'est passée, c'est fini, je ne devrais plus rien ressentir pour lui … et pourtant …

« On ne peut pas dire qu'on se soit quitter en bons termes » commençais-je par dire le regard dans le vague, avant de porter mes yeux bleus sur ma meilleure amie « Il voulait que je le suive, qu'on parte au bout du monde ensemble. Il venait d'avoir 18 ans, il était enfin à la tête de sa fortune, il n'avait plus aucune raison de rester … Il voulait que j'abandonne famille et amis pour le suivre … » J'esquissais un pâle sourire, avant de baisser les yeux sur mes mains, le timbre de voix un peu hésitant. « J'ai refusé, tu penses bien … il l'a très mal pris, il m'a traité de tous les noms et c'est barré sans se retourner ! »

Comment pourrais-je être heureuse de le revoir avec de tels adieux ? C'était déjà techniquement impossible et plus encore quand on sait qu'il est revenu dans ma vie pour me créer des ennuis. Ô bien entendu ce n'est pas lui à proprement parler qui me veut des ennuis, mais ses ennemis. Visiblement ils se font tellement chier dans leur vie qu'ils décident de venir me pourrir la mienne et celle de mes proches en passant. Je soupir avant de lever de nouveau mon regard vers Xena. Je ne supporterais pas de la voir souffrir, surtout pas par ma faute. Malheureusement je suis trop égoïste pour la laisser s'en aller, loin de moi, je ne pourrais le supporter et je n'aurais envie que d'une seule chose, la retrouver à nouveau.

« Mais c'est pas vraiment à cause de ça que je ne suis pas enchantée de le voir … Disons que Kieran est du genre à … comment dire … attirer les ennuis autour de lui et les envoyer sur les gens qui l'entourent pour les régler à sa place … »

Je trouve que c'est une bonne explication. Je ne prétends pas qu'il le fait vraiment exprès, je me doute bien qu'il n'a pas donné mon nom à ce Voltaire pour se débarrasser de lui, mais le résultat reste le même, c'est moi qui récolte ce qu'il sème et après 5 ans, j'estime ne rien lui devoir. En plus c'est lui qui est parti, je ne vois pas pourquoi je devrais me laisser faire … mais en même temps, que puis-je faire ? Si j'ai bien compris, même s'il s'en va, Voltaire s'en prendra quand même à moi …

bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox)

Revenir en haut Aller en bas

Quand sa présence devient un réconfort (Xena & Knox)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand Bisounours devient Grizzlie, là ça me plaît !!!
» [RP semi fermé] Torteval, ou quand Guernesey devient imprenable
» Léon & Emy-Lëe ▬ Quand plaisir devient mot d'ordre.
» Quand tout devient sérieux ...
» Quand cela devient une obsession par Drago Malefoy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: I've always something to buy...-