Partagez|

+ listen to my stupid song (eliàs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 6:23



La cloche retentit enfin. C’est les vacances d’automne et je suis vraiment soulagé de pouvoir souffler un peu. J’ai un peu trop exagéré ces dernières semaines à croire que je pouvais tout faire, tout gérer. J’ai toujours été du genre à vouloir vivre à cent à l’heure, à vouloir tout faire, tout toucher, tout apprendre. Mais cette fois c’est mon corps qui dit ‘stop’. Je rassemble mes affaires et quitte la salle d’art, sans avoir même touché à mes crayons de dessin, ce qui est une preuve de mon état de fatigue avancé. Je récupère mon skate dans mon casier et me mets en route pour rentrer chez moi. Enfin chez ma sœur pour être précis car même si je bosse à côté des cours, je n’arrive pas à me payer un loyer. Ca fait maintenant quatre mois que je vis avec elle et même si elle est pénible des fois, ça fait du bien de rentrer chez soi et de savoir que quelqu’un sera là. Je ne suis pas franchement sociable mais j’aime quand même avoir une présence. Et puis ma sœur n’est pas SI chiante que ça. Elle est juste très protectrice, elle a toujours peur que j’oublie mes médicaments et que je fasse un malaise.

Lorsque je pousse la porte d’entrée après avoir jeté mes Vans contre un mur et posé mon skate à côté, je découvre que le petit poucet a encore passé par là. Des vêtements de Chelsea sont éparpillés sur le sol et je me bouche immédiatement les oreilles en entendant des cris venant de sa chambre. Elle a encore ramené un mec à la maison. Je file à la cuisine attraper un fruit et cours dans ma chambre pour faire une petite sieste. Enfin, une sieste avec le bruit qu’ils font c’est un peu exagéré. Lorsque je regarde l’heure sur mon portable pour la énième fois, il est cette fois temps que je me prépare. Comme tous les vendredis soir, je vais chanter au bar de la ville. L’appartement est plongé dans le silence et il n’y a plus de vêtements par terre. J’en profite donc pour aller me doucher et enfiler un pantalon noir, un t-shirt blanc et une chemise par-dessus. Une fois prêt, j’accroche l’étui de ma guitare sur mon épaule, enfile mes Vans et repars sur mon skate pour le centre ville.

C’est la routine. J’arrive, je m’installe, les clients arrivent, je chante et ça dure jusqu’à minuit, voir plus tard s’il le faut. Je profite d’une petite pause pour boire une gorgée d’eau et vérifier mon taux d’insuline avant de recommencer à chanter. Je ne pense pas avoir un talent fou pour cette discipline mais ça me permet de payer un mini loyer à ma sœur alors c’est tout ce que je demande après tout. Etant donné que le bar se vide gentiment, je décide d’interpréter ‘smille’ comme dernière chanson. A cette heure ci, je ne cache plus ma fatigue. Heureusement, demain je n’ai rien à faire. Je rassemble mes clics et mes clacs, comme toujours et je vais dire au revoir au staff du bar avant de passer par la porte arrière, profitant de prendre une grosse bouffée d’air frais. Je ne suis pas fâché de terminer cette journée. Mon regard se pose de droite à gauche dans la rue et je devine une silhouette vers le trottoir. Je ne suis pas spécialement fan de trainer dans les rues de la ville en pleine nuit alors je me mets sur mon skate et m’apprête à rentrer chez ma sœur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 18
arrivé(e) le : 22/10/2013
disponibilité pour rp : yep !
avatar : harry styles.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 12:18




you touch these tired eyes
of mine and map my face out line



« Tu sors ce soir ? » Il hochait la tête. Il avait repéré ce bar sur sa brochure et étant donné qu’il se jurait de tester tous les endroits possibles et inimaginables de Londres, il se devait d’y aller. « Tu feras attention à toi ? » Il roulait des yeux mais finissait par lâcher un sourire. A croire qu’aux yeux de sa mère c’était encore un enfant. Il était plutôt loin du stade de l’enfance et même de l’adolescence mais elle le surprotégeait toujours sans cesse. Ses doigts frappaient son bureau en rythme. Sa mère lui racontait sa journée, mais à vrai dire il commençait à connaitre le discours par cœur. Sa mère n’était jamais très originale dans ce qu’elle faisait, aussi bien qu’il s’ennuyait royalement en l’écoutant et se contentait de sourire et de dire « oui ». « Oui. Euh non. » Il avait parlé un peu trop vite quand sa mère lui avait demandé s’il avait rencontré quelqu’un. Il n’était là que depuis deux mois et n’était pas du genre à s’attacher en aussi peu de temps. Sa mère semblait déçue, à croire qu’elle cherchait désespérément à le caser. « Je dois te laisser. Je t’aime. » Il souriait, attendait qu’elle le lui dise aussi –sinon il y aurait un problème- et baissait l’écran de son ordinateur.  Peu de gens arrivaient à comprendre la relation qu’il avait avec sa mère. Elle avait immédiatement accepté comment il était, contrairement à son père qui désormais préférait l’éviter. Passant ses mains sur son visage, il penchait sa tête en arrière avant de noter l’adresse du bar dans son smartphone. Aussitôt dit, aussitôt fait, il bondissait de sa chaise pour aller devant son armoire. Il avait exactement deux heures devant lui, ce qui suffisait bien largement. Ça craignait d’arriver à l’ouverture, il allait trainer chez lui avant de s’y rendre. Un soupire sortait de sa bouche, la journée avait été longue et voilà qu’il n’allait rien foutre pendant deux heures, attendant que la nuit tombe. Désespérant.

Allongé sur son lit, sa télévision comblait le silence. Une femme hurlait à l’écran. Un film d‘horreur digne des plus grands, alors qu’il s’en foutait éperdument et se contentait de regarder les brochures des lieux qu’il avait déjà visité. Certains lieux craignaient, il n’avait retenu que du négatif, bien qu’il avait toujours été optimiste dans son tempérament. Il tournait la page sortant une nouvelle brochure. Ses sourcils se fronçaient. La galerie d’art. Il se souvenait par cœur de cette soirée. Ce magnifique tableau, la blonde sans cervelle et surtout ce garçon qu’il avait repéré mais qu’il avait laissé filer. Il soupirait et fermait son journal de bord qu’il avait fait afin que sa mère et sa soeur puissent voir les lieux qu’il avait découvert ici. Alors que la fermeture du carnet laissait un bruit sourd, il semblait ne plus entendre le film tant il était frustré par cette soirée à la galerie. Toute la semaine, il y été retourné chaque soir, sans résultat. Il se croyait dans l’un de ses films, sauf que le sien semblait vouloir mal se terminer visiblement. On dit que le monde est petit, mais entre ce garçon et lui il semblait bien vaste. La nuit était tombée depuis longtemps maintenant. Il décida enfin d’enfiler sa chemise et se parfumer. Il avait déjà pris sa douche, avait passé trente minutes sur cette putain de boucle qui semblait vouloir se rebeller. A croire que l’ennui le rendait encore plus soigné et beau. Dernière vérification dans le miroir, il fermait son appartement et se hâtait pour courir dans le taxi lui donnant l’adresse qu’il avait notée sur son portable. Si ce bar était pourri, il allait réellement désespérer. Ses yeux sur la route semblaient vouloir capter chaque détail, chaque lumière de la capitale comme s’il ne voulait rien manquer. Il payait le taxi, le remerciant avec un sourire sincère avant de sortir et pousser la porte du bar. La capitale était gelée, heureusement il avait prévu son coup avec son blouson. Il replaçait correctement ses cheveux avant de tenter de capter des visages d’étudiants de son amphi, mais impossible pour le moment de repérer quoique ce soit. Il avait trop froid et devait se payer un verre. C’est seul au bar qu’il s’installait et se contentait de commander une bière pour le moment. Il souriait au barman et se retournait pour faire face à la salle. Il buvait sa première gorgée avant de jeter un œil sur la scène. Le chanteur était plutôt doué, bien plus que lui lorsqu’il chantait sous la douche. Il se disait que finalement dans ces cas-là il valait mieux qu’il vive seul. Il déglutissait difficilement en décortiquant le visage de l’homme qui chantait. Artiste et chanteur ? La bière semblait beaucoup plus lourde dans sa gorge. Il avait le visage de celui qui venait de voir la vierge. Il était vierge d’abord ? Eliàs secouait sa tête en souriant. Comment pouvait-il se demander ça ? Il devait déjà savoir son prénom avant de se demander s’il avait déjà passé à l’acte. Un coup d’œil rapide à sa montre, il remontait très vite ses yeux, à croire qu’il avait peur que cette fois le petit allait fuir et partir aussi vite qu’il était venu. C’était la même chanson lorsqu’il commandait à nouveau, osant à peine se retourner vers le barman. La fatigue commençait à le toucher, et pourtant il restait toujours à sa place, ses yeux rivés sur la scène, sans bouger, juste en souriant sur quelques passages et en buvant en attendant avec impatience qu’il descende de la scène. Sérieusement, il comptait chanter toute la nuit ? Eliàs avait attendu une semaine et quelques, il pouvait encore attendre. Finalement il aimait se bar et avait eu raison de se bouger pour venir ici. S’il venait d’habitude dans le but de se faire des amis, cette fois il se fichait pas mal des autres jeunes dans la salle. Il commandait un verre de limonade afin de tout de même rester sobre alors qu’il ne réalisait même pas que la musique s’arrêtait. Son verre à la main, il déposait un billet, attendant l’autre verre qu’il avait commandé avec. Se retournant sur son tabouret, un de ses sourcils s’arqua. Bordel il était passé où encore ? Il descendait rapidement, laissant plusieurs £ supplémentaires, pas grave ça fera un petit plus au barman, c’était bonus. Il sortait rapidement du bar, serrant son blouson contre lui. Ses deux verres à la main, il ne pensait même pas au fait qu’il venait d’embarquer le verre complet, le barman allait devoir les repayer grâce à son bonus. Oops. Il se retournait, voyant la chanteur sur un skate. Bordel, ce mec semblait doué en tout, ça devenait flippant. Il décida de ne pas se pousser. En plein milieu du trottoir il s’approchait alors que le garçon semblait lui vouloir vite partir. « Bonsoir ! » Il se reculait d’un pas alors qu’il manquait de se prendre le skate dans les tibias. Levant légèrement ses bras avec ses verres dans sa main, il rigolait et voulait paraitre détendu, bien qu’au fond il était loin de l’être. « Je t’offre un verre ? Limonade ? » Il n’avait rien trouvé de mieux à dire. Il avait eu raison, le garçon était plus petit que lui, ça le rendait plus mignon encore. Il souriait, laissant son charme faire le reste, en espérant ne pas se prendre le vent du siècle en lui tendant l'un des deux verres. Un rendez-vous en pleine rue et en pleine nuit. Le romantisme absolu.







CODES PAR MEIJY, TOUTE REPRODUCTION INTERDITE (c)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 12:41



Ca fait longtemps que je n’avais pas chanté aussi longtemps. En général vers vingt trois heures trente, le bar se vidait et là il était déjà une heure et quart du matin lorsque je finis par sortir des lieux. En temps normal, je bois toujours volontiers un verre d’eau avec le staff histoire de parler un peu mais il est trop tard et même si demain matin je peux me permettre une grasse matinée, je ne tiens presque plus debout. Heureusement que mon skate connaît le chemin du retour ! Lorsque mon regard se pose sur la silhouette au bout de la ruelle, je me crispe un peu. Je peux être une vraie poule mouillée pour ce genre de chose. Londres reste une grande ville et je sais très bien ce qu’il se passe dans ces rues la nuit. J’ai vingt et ans, je sais me défendre mais si je peux éviter de m’attirer des problèmes, ça me va aussi. J’essaie de contourner la personne en roulant plus rapidement sur mon skate mais l’inconnu se plante devant moi. Je freine d’un coup, manquant de lui rentrer dedans et pousse un soupire. Dans quelle histoire je vais encore me fourrer ? Il va me proposer de la drogue, je vais refuser et il va me planter un couteau dans le ventre ? C’est comme ça que va se terminer ma vie ? Poignardé par un dealeur en sortant du boulot ? Génial… Pourtant, le jeune homme en face de moi est bien habillé. Les dealeurs portent rarement de chemise repassée et leurs cheveux ne sont pas aussi bien entretenus. Mais ce qui me choque c’est surtout les deux perles émeraude qui me toisent. Je n’ai jamais vu des yeux comme ça et pourtant, il fait sombre dans cette rue. Je secoue un peu la tête, pour reprendre mes esprits. Commencer à fantasmer sur les yeux d’un mec d’un peu près mon âge n’est pas une bonne idée. L’inconnu me proposa un verre de limonade. C’est étrange mais je me sens mal pour lui car même si sa demande me met un peu mal à l’aise, je vais devoir refuser son offre à cause de ma maladie et je suis déçu de devoir lui mettre un vent. « Désolé, j’ai pas le droit aux boissons sucrées. » Techniquement, j’y ai le droit mais seulement  à certaines heures de la journée pour régulariser mon taux d’insuline. Et la typiquement, ce n’est pas l’heure pour moi. Je lui fais un petit sourire désolé. Et puis bon, se faire aborder comme ça dans la rue c’est un peu bizarre quand même. On ne sait jamais qu’est-ce qu’ils mettent dans ces boissons après tout. Je ne tiens pas à finir intoxiqué aux urgences. Ma mère me ferait directement rentrer à la maison alors que ça a déjà été un vrai parcours du combattant pour qu’elle me laisse aller habiter chez Chelsea pour me rapprocher de mon université. La situation est quelque peu gênante. Je ne comprends pas pourquoi je me fais aborder comme ça. Enfin si… Peut-être que l’inconnu en face de moi pensait pouvoir me draguer où je ne sais pas trop quoi mais nous sommes en plein milieu de Londres et je ne tiens pas à être vu dans ce genre de position. Mais je n’ai pas non plus envie de mettre un vent au jeune homme alors je pose mon skate à côté de moi et enfonce mes mains dans les poches de mon jeans. « T’étais un client ce soir ? » Le nom du bar figure sur les deux verres qu’il tient en mains. Je ne suis pas sûr que le patron va être content qu’on lui vole deux verres mais bon. Ce ne sont pas mes affaires. Donc je présume que s’il était à l’intérieur du bar, il m’a également vu sur scène. « C’est quoi ton nom ? » demandais-je par curiosité tout en sortant une bouteille d'eau de la pochette de l'étui de ma guitare.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 18
arrivé(e) le : 22/10/2013
disponibilité pour rp : yep !
avatar : harry styles.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 13:06




you touch these tired eyes
of mine and map my face out line



« Désolé, j’ai pas le droit aux boissons sucrées. » Paf bonjour la douche froide. Il baissait ses verres se sentant tout à coup très très con. Il avait attendu plus d’une semaine pour finalement être humilié. Génial.  Il ravalait sa fierté et affichait un sourire gentil au lieu de se vexer comme un pou et se barrer. La nuit était décidément très froide, aussi bien qu’il commençait à avoir froid aux mains. Il allait en voir de toutes les couleurs juste pour lui adresser un mot, mais peut-être qu’un beau jour ils en rigoleraient ensemble. Il a l’impression de le bloquer dans une ruelle sombre, comme si le garçon en face de lui semblait coincé dans cette situation et ne savait pas comment s’en sortir. Il aurait aimé lui dire qu’il ne lui ferait aucun mal, mais les hommes se vexent tellement vite qu’il partirait aussi vite avec son skate. « T’étais un client ce soir ? » Il hochait la tête et ne se gêna pas pour regarder l’homme de haut en bas. Il savait lui trouver diverses qualités bien qu’il ne voyait pas très bien. Heureusement les lampadaires au bout de la rue lui confirmait qu’il avait arrêté le bon, c’était déjà un bon point. « C’est quoi ton nom ? » Eliàs regardait le garçon prendre une bouteille d’eau. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il ne buvait que de l’eau mais ne chercha pas plus loin pour le moment. Il se contenta de lever son verre. « A la tienne. » Il buvait une gorgée de limonade avant de capter qu’il n’avait pas répondue à sa question. Il racla sa gorge. Boulet. « Pardon, je m’appelle Eliàs et toi ? » Il allait peut-être enfin poser un nom sur un visage hallelujah. Pour l’une des premières fois de sa vie, il était totalement perdu ne sachant pas vraiment comment agir. Il avait l’impression de l’agresser vu la tronche qu’il tirait, et pourtant ce n’est pas l’impression qu’il voulait lui donner. « C’est la première fois que je venais. » Il devait certainement s’en foutre mais il n’y avait rien de pire que des silences dans ce genre de situation. « Tu y chantes souvent ? » Ou comment savoir à quels jours de la semaine s’y rendre en faisant semblant de rien. Subtil. Il n’était décidément pas doué ce soir, mais il allait devoir faire  avec. Il regardait autour de lui et voyait un muret où s’assoir. S’il lui laissait le champ libre, peut-être qu’il allait à nouveau lui filer entre les doigts. Ça devenait flippant de devoir penser à chaque détail afin qu’il ne parte pas. Il fronça les sourcils et prit la décision de s’assoir sur le rebord en profitant pour à nouveau le regarder de haut en bas. « C’est classe Milan. » Enfin il avait un prénom, amen, il allait pouvoir le retrouver plus facilement s’il partait en courant, ou sur sa planche étrange. Eliàs n’y connaissait rien, il ne savait même pas comment on pouvait tenir sur cette chose et encore pire : se déplacer avec. Le taxi c’était tellement plus simple. Ou le vélo pourquoi pas. S’installant correctement, il posait son verre en trop sur le côté. Il n’allait certainement pas le toucher finalement, mais ça ne le dérangeait pas. Au moins il avait eu un sourire et deux phrases. Ouah. « Je te dérange ou ça te dit de discuter deux minutes ? » Il souriait afin de le rassurer. Il n’allait ni l’agresser, ni lui vendre quoique ce soit. Le viol n’était pas non plus sur sa liste. Il préférait de loin qu’il soit consentant. Encore faudrait-il qu’il soit au minimum bi pour décrocher même un futur baiser fougueux après son travail. C’était le problème avec Eliàs, il pensait que tout le monde était bi. Mais en dévisageant Milan, il captait qu’il n’était à cent pour cent hétéro, c’était à la limite du flagrant. Ou peut-être que c’était sa petite taille qui lui donnait cet air parfois enfantin. Sa question avait été culottée, peut-être aux yeux de Milan, mais c’était sa façon de fonctionner. Il n’allait pas attendre les bras croisés en le voyant se barrer, autant de fixer immédiatement et le lendemain ne rien regretter.






CODES PAR MEIJY, TOUTE REPRODUCTION INTERDITE (c)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 13:48



La situation était plus que bizarre. Je n’ai pas vraiment l’habitude qu’on m’attende à la sortie du bar avec une limonade. A vrai dire, je suis même très loin d’attirer les jeunes de mon âge. Je suis un peu l’artiste incompris, celui qu’on trouve bizarre parce qu’il dessine et pas vraiment la rock star qu’on attend à la sortie des artistes. J’évite de trop me faire des amis, préférant être seul dans ma bulle. Je n’en ai jamais souffert mais ça me fait bizarre d’être face à quelqu’un ce soir. Surtout que ce quelqu’un a des yeux à me couper le souffle. Et qu’est-ce qu’il est grand. Je ne suis pas bien grand, j’en ai conscience mais lui, il me paraît encore plus grand. Il m’intimide en réalité mais j’essaie de ne pas trop le montrer. Face aux autres garçons de mon âge j’essaie de me donner un peu de virilité, d’aplomb alors qu’en fait j’ai envie de sourire niaisement et de passer une main dans mes cheveux toutes les vingt secondes. Je me doute que s’il vient m’aborder comme ça c’est qu’il m’a attendu, et donc peut-être qu’il attend quelque chose de moi mais peu importe, il ne retirera rien de moi. On boit une gorgée de notre boisson en même temps puis il s’asseye sur un muret tout près. Je pourrais filer sans problème maintenant qu’il n’est plus devant moi mais quelque chose en lui me donnait envie de rester. « Milan. Et je chante ici tous les jeudis, vendredi et samedi soirs. » répondis-je simplement. C’est les soirs où il y a le plus de monde dans le bar et venir en début de semaine, ça ne servirait à rien que je vienne. Finalement, le jeune homme me demande si j’ai le temps de parler un moment. J’hésite, posant mon regard sur la rue principale de la ville. Il est tard, je suis crevé et je ne tiens pas franchement à être vu dans une rue sombre avec lui… Les bruits vont vite à Londres et je n’ai vraiment pas envie de faire partie des rumeurs de la ville. Mais une fois de plus, il y a quelque chose qui me donne envie de rester. Sûrement ces deux billes vertes. Je le rejoins en faisant attention à m’asseoir à une assez bonne distance de lui. « Pourquoi pas ! » Je pose mes pieds sur mon skate et le fait rouler de manière distraite. Eliàs m’a avoué être venu ici pour la première fois et son accent ne passe pas inaperçu. Un accent tout à fait attirant d’ailleurs mais je ne le fais pas remarquer. « Tu es irlandais c’est juste ? » Etre direct n’est pas forcément dans mes habitudes mais je n’ai pas envie de paraître hésitant ou timide devant lui. Je ne sais pas ce qu’il s’imagine sur moi mais je ne veux en aucun cas qu’il pense que c’est vrai. Je bois une nouvelle gorgée de ma bouteille d’eau et la fourre dans mon étui de guitare. C’est quand même un peu bizarre de parler comme ça.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 18
arrivé(e) le : 22/10/2013
disponibilité pour rp : yep !
avatar : harry styles.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 14:38




you touch these tired eyes
of mine and map my face out line



Il était surpris de constater qu’il était finalement un peu gêné par la situation. Pour une fois, il avait peur de se prendre un vent. Mais heureusement, Milan semblait réceptif, du moins juste pour discuter vu la distance qu’il gardait entre eux. En s’asseyant sur le rebord, il dévisageait Milan qui regardait la route. Il comptait partir à nouveau ? A croire qu’il lui faisait peur. Il notait les jours de la semaine où il chantait dans ce bar dans sa petite tête en souriant, satisfait de la réponse. Bien que deux jours c’était léger, il fallait qu’il trouve pour les cinq autres. « Pourquoi pas ! » Son sourire grandissait. Il n’était pas venu pour rien finalement. Il avait un prénom et le droit à avoir une discussion avec lui. C’était magique. Il se retenait de froncer les sourcils en voyant à quelle distance il s’asseyait par rapport à lui. C’était son choix. Peut-être qu’il était nettement plus timide. Il respectait ça et n’allait pas râler pour autant. « Tu es irlandais c’est juste ? » Il lâchait un petit rire. Encore un qui le captait en une seule phrase. C’était frustrant parfois. Il était fier de venir de ce pays, mais il passait toujours pour l’étranger de service, celui qu’il faut intégrer, voire parfois celui qui ne connait rien au pays dans lequel il se trouve. Certes il était encore un peu perdu dans la ville, mais il avait une fierté et refusait qu’on le voit comme ça. Il osait espérer que Milan avait un tout autre regard sur lui. « Ouais. Je viens de Dublin. » Il imaginait que Milan connaissait et qu’il ne devait pas s’étendre sur le sujet. Ne voulant pas paraitre trop bref et froid, il reprenait vite le fil de la conversation. « C’est pas mal Londres. » Il souriait avant de boire une gorgée de sa limonade qui manquait de plus en plus de bulles. Beurk. Il faisait semblant de rien. Quand il était stressé, il buvait et tournait son verre entre ses doigts, geste qu’il exécutait à côté de Milan qui rangeait sa bouteille. Etait-ce un geste qu’il faisait histoire de lui faire comprendre qu’il en avait marre de rester là à parler avec un inconnu ? Ses doigts resserraient le verre contre eux. « Mh. Je t’invite à boire un verre d’eau mais au chaud ? » Il tournait la tête vers Milan et se levait histoire de l’encourager. Il ne voulait en aucun cas qu’il se sente forcé de dire oui. Il imaginait juste que le froid pouvait les rendre encore plus silencieux et impatients de se mettre au chaud, chacun de leur côté. « Je te force à rien. » Il souriait et voyait qu’il avait laissé son autre verre sur le rebord. Celui-là aussi devait manquer de bulles mais il détestait gaspiller et le buvait d’un seul coup en le reposant avec l’eau. Il ne laissait pas le temps à Milan de répondre. Il refusait qu’il se sauve à nouveau. Il n’avait pas fait autant d’efforts pour rien. « Il parait que ce café est super. » Il montrait un café au bout de la rue encore ouvert. Il l’avait déjà testé une semaine plus tôt en avait gardé un assez bon souvenir. Cependant, ce n’est pas le souvenir d’un café qu’il buvait seul qu’il voulait garder, mais un café partagé avec Milan en pleine nuit. Ou même un verre d’eau. Peu importe la boisson qu’il allait prendre, bien qu’il commençait à se demander ce qu’il aimait ou ce qu’il n’aimait pas, histoire de ne plus gaffer de ce côté-là. Le problème quand on doit agir dans la précipitation c’est toujours que l’on fait tout sur un coup de tête aussi bien qu’il pensait qu’une limonade serait parfait. Mais il s’était gouré. Pas grave, il comptait bien se rattraper. Il regardait vite fait sa montre avant de reposer son regard sur Milan. « Promis, tu seras rentré pour trois heures. » Pas sûr que trois heures était vraiment une heure raisonnable mais il allait avoir une heure devant lui pour le découvrir, c’était déjà un début. Il laissait apparaitre ses fossettes, en jouant parfois en abordant son air sérieux qui avait tendance à accentuer tout son charme.





CODES PAR MEIJY, TOUTE REPRODUCTION INTERDITE (c)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 24 Oct - 15:23



En plus d’avoir un magnifique regard, Eliàs avait également un sourire à faire tomber. Je n’ose pas imaginer combien de plans cul il lui a rapporté. J’ai toujours eu tendance à porter des jugements trop hâtifs sur les autres – même si c’est pas bien – et dans cette chemise bien repassée et ses cheveux ordonné malgré leur masse, Eliàs me semble tout à fait être le genre de mec a ne pas rencontrer de problèmes avec les autres personnes. Il a vraiment l’air sociable et à l’aise dans ses baskets. Je n’arrive pas vraiment à mettre un mot sur sa sexualité mais vu comme il m’a abordé, il doit aimer butiner parmi toutes les fleurs. Ce qui n’est pas mon cas, du moins c’est ce qu’il doit croire. Peut-être qu’en m’abordant comme il l’a fait, il a cru voir des signes chez moi mais il s’est trompé. En partie.

« J’ai beaucoup entendu parler de Dublin. Ca semble être une ville incroyable ! » Je lui souris avant de baisser les yeux sur mes Vans toujours posées sur mon skate mais je relève immédiatement les yeux vers lui, retenant un fou rire. « Pas mal ? Tu trouves que Londres c’est juste ‘pas mal’. Tu n’as pas vu les meilleurs endroits dans ce cas. Londres c’est magique ! » Je suis du genre assez chauvin quand il s’agit de ma ville et j’ai tendance à vite m’emballer. Je suis né et j’ai grandi dans cette ville, je connais des coins vraiment incroyables qui ne sont pas que ‘pas mal’. Londres c’est mon endroit préféré de la Grande-Bretagne. Je me sens un peu bête de m’être emporté comme ça. Après tout, ça ne fait peut-être pas longtemps qu’il est là et il n’a peut-être personne pour lui montrer les meilleurs endroits de la ville. Le problème c’est qu’on n’a pas non plus l’air d’être du même monde. Eliàs et sa chemise, Eliàs et ses pantalons noirs, ses cheveux brillants, sa peau lisse. Je suis loin d’être comme ça. Je porte des baskets qui ne sont plus vraiment blanches à cause de l’usure, j’ai une barbe de trois jours qui me pousse au menton et ma chemise en jean est un peu froissée. Je ne suis pas sûr de pouvoir lui montrer ma vision des ‘endroits magiques de Londres’. Pour lui ça se résume peut-être davantage à des grands restaurants, des balades en péniche… Des trucs bien trop chers pour moi. Quand je vous disais que je me faisais vite une opinion sur les autres… Eliàs me propose d’aller boire un café de l’autre côté de la rue. Je le regarde rapidement avant de perdre mon regard dans le vide. Je ne veux vraiment pas m’afficher dans ce genre d’endroit avec un mec de mon âge. C’est trop… public mais comment lui dire sans qu’il découvre ma gêne ? Sans qu’il ne se doute que je ne tiens pas à ce que la ville sache que j’ai une préférence pour les hommes ? Je me mords la lèvre inférieure avant de me lever et de donner un coup de pied sur ma planche pour qu’elle saute et que je la rattrape au vol. « Ecoute heu… C’est gentil mais je ne pense pas qu’on est sur la même longueur d’onde. » En gros, on n’est pas sur le même trottoir. J’espère que je ne vais pas paraître prétentieux en lui disant la suite… « Les hommes c’est pas… ma tasse de thé. » Si sa proposition était purement amicale, je vais me taper la honte internationale. Si ça se trouve, il est cent pour cent hétéro et je me suis fais des films et il va bien se foutre de moi mais à mon avis, si on veut uniquement se faire un pote, on ne se présente pas à la sortir de son job avec un verre de limonade. « Je préfère que tu le saches tout de suite. Mais c’était sympa de parler avec toi ! » Je ne veux pas non plus le remballer, mais juste lui faire comprendre de lâcher l’affaire.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 18
arrivé(e) le : 22/10/2013
disponibilité pour rp : yep !
avatar : harry styles.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Sam 26 Oct - 0:22




you touch these tired eyes
of mine and map my face out line



Décidément il était plein de surprises, aussi bien qu’Eliàs commençait à vraiment vouloir à en savoir plus sur lui. Il semblait très fier d’habiter Londres, ils partageaient un point commun : l’amour de leur ville d’origine. Eliàs hochait la tête lorsque Milan disait ce qu’il avait entendu sur Dublin. C’était chez lui, peut-être la seule ville où il se sentait aussi bien. Londres avait ses côtés magiques, mais il ne les avait surement pas encore explorés. Après tout, il n’était là que depuis deux mois à peine, il allait falloir du temps pour découvrir une ville aussi immense que celle-ci. Il se jetait enfin à l’eau et rentrait dans le vif du sujet en lui proposant d’aller boire un verre. Rien de bien méchant, il ne  le forçait à rien mais il pouvait déjà voir la gêne prendre possession du visage de Milan. Eliàs tentait de voir chaque émotion qu’il laissait transparaitre sur son visage. « Ecoute heu… C’est gentil mais je ne pense pas qu’on est sur la même longueur d’onde. » Aoutch. Prends-toi ça en pleine figure. « Les hommes c’est pas… ma tasse de thé. » Il fronçait les sourcils. Ça se voyait sur le visage de Milan qu’il cachait quelque chose. Peut-être qu’il n’assumait pas, ou ne connaissait pas encore cette facette de lui ? Il pouvait compter sur eliàs pour la lui faire découvrir sans problème. Il comprendrait que Milan ait honte, si ses parents n’acceptaient pas peut-être. Oui, au fond de lui, il était persuadé qu’il avait raison et que Milan avait un petit penchant pour les hommes. Borné. « Je préfère que tu le saches tout de suite. Mais c’était sympa de parler avec toi ! » La douche froide, mais Eliàs relançait un sourire faisant mine de ne pas être touché par ce qu’il venait d’entendre alors que sa fierté en prenait un coup. Sérieusement, peu de personnes arrivaient à lui dire non avec sa gueule d’ange. Il n’avait pas l’habitude du rejet et surtout détestait cette sensation. En même temps, qui apprécierait se prendre un aussi gros râteau ? Heureusement, personne n’était là à les écouter. Il entrait ses mains dans son blouson et baissait sa tête pour regarder ses pieds. Le verre c’était peut-être trop osé. Peut-être que Milan pensait à un verre puis que ça allait se finir chez lui. Pourtant, il pensait avoir été plus fin que cela. Il voulait juste le connaitre d’avantage, pas le mettre dans son pieu.  Il lâchait un rire nerveux et relevait sa tête vers Milan. « Ok.. » Il était très loin d’être froid et souriait gentiment en regardant Milan, tentant de le mettre un peu plus à l’aise sans pour autant nier ce qu’il était lui de son côté. Eliàs assumait sa sexualité, et n’allait certainement pas se faire passer pour un hétéro pour le mettre à l’aise. S’ils allaient discuter, il allait parler de lui et non inventer un tout autre garçon.   « Un billard ? » Il n’allait pas le laisser partir. Des potes faisaient des billards dans des bars sans pour autant être homosexuels. C’était quelque chose d’assez commun, et c’était plus viril que les fléchettes. « Sauf si t’as peur de perdre bien sûr. » Il esquissait un nouveau sourire. Avec les mecs, il la jouait toujours comme ça. Jouer avec la fierté de l’autre pour qu’il accepte. D’habitude ça fonctionnait plutôt bien. Les mecs préféraient accepter plutôt que de s’avérer vaincus. Ses doigts se serraient dans ses poches, ainsi que sa mâchoire qu’il serrait lorsqu’il était stressé. Il refusait d’avoir attendu une semaine pour se prendre deux vents en plein visage en à peine cinq minutes. Milan ne semblait pas être méchant pour autant, mais ça le touchait forcément d’être face à un refus. « Je comprendrai t’inquiètes. » Il souriait histoire d’à nouveau le rassurer. D’habitude il n’agissait pas comme ça face à un autre mec. Il avait beau être très doux et gentil, s’il avait un refus, il repartait aussi tôt se faisant petit en étant frustré. Mais il refusait d’abandonner pour cette fois. Il était borné, déterminé, et son but du moment était d’au moins en savoir plus sur ce Milan, même le strict minimum. Du moins encore fallait-il qu’il accepte même un simple billard.





CODES PAR MEIJY, TOUTE REPRODUCTION INTERDITE (c)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Dim 27 Oct - 6:45



Je me sens mal de lui refuser ce café car même si je ne suis pas expert en relations, je sais à quel point ça peut être difficile de trouver le courage de demander ça à quelqu’un et de se prendre un râteau. Pourtant, face à ma négativité, Eliàs ne semble pas se laisser démonter. Il hausse les épaules et affiche même un sourire. Mon Dieu qu’il est beau. Je ne peux pas le nier, ce garçon est vraiment séduisant et je me demande bien pourquoi c’est vers moi qu’il a décidé de venir ce soir alors que nous avons vraisemblablement rien en commun. D’ailleurs, le jeune homme semble tout à fait assumer ce qu’il est, au contraire de moi qui viens de lui mentir. Eliàs ne contredit pas, je ne me suis donc pas trompé, il est bel et bien attiré par les hommes et ce soir c’est sur moi qu’il a jeté son dévolu. Je ne m’attendais pas à cette réaction. Mais alors que je pensais qu’il allait essuyer mon refus et que j’allais pouvoir rentrer chez moi, Eliàs me proposa un billard. Je fronce les sourcils. Qu’est-ce qu’il ne comprend pas dans la phrase ‘les hommes ce n’est pas ma tasse de thé’ ? Il insiste. Peut-être qu’il n’a pas vraiment envie de rentrer chez lui et qu’il tient juste à ce qu’on devienne amis mais je suis très bien placé pour savoir que ce genre d’amitiés ne fonctionne pas. J’ai des potes mais ils se sont tous éloignés de moi parce que je ne voulais pas aller jouer au foot avec eux ou parce que pour moi les soirées beuveries à coucher avec des inconnues n’étaient pas ma façon de m’amuser. Il m’a toujours été impossible d’être ami avec un mec. Ou alors, peut-être qu’Eliàs a deviné mon mensonge et qu’il essaie de me pousser dans mes retranchements. J’hésite, le bout de mon pied creusant les cailloux au sol. Un billard c’est moins ‘intime’. Beaucoup de potes vont jouer au billard en se buvant une bière entre eux mais je ne suis pas bête, à ses yeux ça ne sera pas qu’une partie de billard. Pourtant, il touche exactement là où il ne faut pas en me mettant au défi. Putain je déteste les défis. Ma sœur en a toujours abusé quand j’étais petit. Elle était sans cesse en train de me challenger exprès pour que je fasse des bêtises et que nos parents m’engueulaient moi. Je relève les yeux vers le jeune homme, ses yeux brillants dans la nuit. Je n’ai jamais pu refuser un défi et ce n’est pas ce soir que ça va changer. « Va pour un billard. » J’attrape mon skate et remet correctement ma guitare sur mon épaule et on se met en route. Le bar possédant un billard n’est pas bien loin mais je ne peux pas m’empêcher de me dire que je suis en train de marcher à côté d’un mec et que la rue est encore bondée de personnes ivres que je peux connaître depuis plusieurs années. C’est le problème lorsqu’on vit dans la même ville depuis vingt et un ans, on connaît tout le monde. Mon regard est fixé sur le bout de mes baskets. Nous sommes très silencieux et je ne vais pas cacher le fait que je ne suis pas très à l’aise. Même si j’ai accepté le défi d’une partie de billard, je reste fixé sur le fait qu’Eliàs a une préférence pour les hommes et que j’en suis un malgré moi. On arrive devant le bar et je le laisse entrer en premier. Putain je suis nerveux. Si je connais quelqu’un dans ce bar et qu’il me voit ? Par chance, un groupe de jeunes quitte un des trois billards au moment où nous nous approchons. Je pose mon bordel dans un coin et attrape deux queues de billard pour en donner une à Eliàs. Je sens déjà que je vais regretter de faire ça. A cette heure-ci, je devrais être chez moi à dormir tranquillement. Il faut que je positive, peut-être que ça va être sympa. « Je t’averti, j’ai de l’expérience ! » Je lui souris tout en frottant le bout de ma queue de billard avec le polisseur. Je le lance à Eliàs. Je me rends compte que ça fait bien trente minutes que je fais tout pour être le plus masculin possible alors que ça ne me ressemble pas du tout. Les boules sont dans le triangle au centre, prêtes à être tapées. « Je te laisse le casser. » Une serveuse s’approche de nous et je commande une carafe de flotte ainsi qu’une limonade pour Eliàs. J’aurais pu lui commander de l’alcool mais je préfère utiliser l’ironie de la situation. Je m’appuie sur ma queue de billard et attends que le jeune homme se mette en place. Mes yeux s’attardent rapidement sur sa silhouette. Nous ne sommes plus dans une rue sombre, je vois désormais chaque détail de sa morphologie. Qu’est-ce qu’il est grand, je ne m’y attendais pas vraiment. J’ai l’air d’un nain à côté de lui.   

Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 18
arrivé(e) le : 22/10/2013
disponibilité pour rp : yep !
avatar : harry styles.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Mar 29 Oct - 22:10




you touch these tired eyes
of mine and map my face out line



Il commençait à connaitre les autres, savoir comment les femmes mais aussi les hommes fonctionnaient. Les mettre au défi était la meilleure façon d’avoir ce qu’il voulait. Et Milan n’allait surement pas faire exception. C’était finalement dans leur nature. S’ils refusaient un défi, leur fierté allait en prendre un coup.  C’était stupide, mais tellement masculin et inexplicable. « Va pour un billard. » Eliàs jubilait et montrait son plus grand sourire. Finalement, Milan avait beau être visiblement très timide, il n’en restait pas moins un mec avec une fierté.  Eliàs, les mains dans ses poches marchait à côté de Milan, sans prononcer un seul mot. Il osait espérer que Milan ne se forçait pas pour l’accompagner dans ce bar. Il ne voulait en aucun cas être la corvée du soir. Rentrant dans le bar, il levait les yeux et tentait de voir s’il connaissait des visages familiers. Les jeunes semblaient être de sortie ce soir-là, chose qui semblait déplaire à Milan vu la tronche qu’il tirait. Eliàs raclait sa gorge et enlevait son manteau, affichant un sourire rassurant sur son visage. Il remerciait Milan et attendait son tour avant de faire pareil que lui. «Je t’averti, j’ai de l’expérience ! »  Il lâcha un rire nerveux avant de décider de se taire. Cette phrase sortie de son contexte lui aurait donné des idées, mais il allait se contenir et faire semblant de rien. « Je te laisse le casser. » Eliàs hochait la tête et s’exécutait se plaçant correctement. Les yeux verts rivés sur les boules, il brisait l’harmonie du triangle et voyait les boules colorées s’étaler sur la table du billard. Il se redressait et voyait le regard de Milan le croiser. Il esquissait un sourire et attendait que les verres arrivent. Il savait qu’il allait devoir faire des efforts et contrôler chacun de ses gestes s’il voulait obtenir un autre « rendez-vous ». Bien qu’en réalité, aux yeux de Milan cela semblait ressembler à tout sauf à un moment romantique. Eliàs aurait pu trouver mieux qu’un bar rempli de testostérones pour un premier rendez-vous.  « Tu fais du skate depuis longtemps ? » Il voulait en savoir plus sur Milan, alors autant commencer à poser des questions dès maintenant. Pour lui, le skate était un grand mystère et il se demandait toujours comment des gens pouvaient se déplacer sur ces choses étranges. Il préférait encore marcher. Il sortait son téléphone portable de sa poche et prenait les boules sur la table en photo. Il se retenait de marcher dans la salle pour poster des photos un peu plus recherchées. Tournant sa tête vers Milan, il serrait son portable entre ses mains en ornant un sourire bête. Le jeune homme devait très certainement le trouver bizarre. Lui qui barrait la route à des skateurs, qui volait des verres dans les bars, qui l’invitait aussi directement puis qui insistait pour avoir un billard. Gêné, il rangeait son portable et voyait la serveuse enfin arriver. Il sortait déjà son billet et payait les boissons. Hors de question que Milan paie quoique ce soit. Eliàs en avait les moyens et n’allait même pas le ressentir sur son compte, mais ce n’était pas ce à quoi il pensait. Il pensait surtout qu’il allait peut-être marquer un point. De plus, dans sa tête la chose était plutôt claire, Milan n’avait pas à payer, ne lui demandez pas pourquoi, c’était comme ça. « A toi l’honneur. » Il souriait et prenait son verre. Constatant qu’il s’agissait d’une limonade, il lâchait un petit rire et se tournait vers son adversaire, levant légèrement son verre. « Santé. » Il souriait, retenait le clin d’œil qu’il avait envie de lui lancer et buvait sa première gorgée. Appuyé contre une table vide, il observait chaque geste qu’exécutait Milan, comme s’il s’agissait de la chose la plus passionnante qui soit. Il aimait sa petite taille, ses yeux aussi qu’il arrivait enfin à voir dans la lumière. Mais ce qu’il appréciait par-dessus tout c’était probablement son sourire, bien qu’il ne souriait pas des masses vu sa gêne. Eliàs secouait la tête. Qu’est-ce qu’il foutait ? Il avait passé dix secondes à le reluquer sans penser aux conséquences pour Milan. Un sourire désolé s’affichait sur son visage. Il ignorait si Milan l’avait vu le mater ouvertement, et il espérait au fond que non..





CODES PAR MEIJY, TOUTE REPRODUCTION INTERDITE (c)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Jeu 31 Oct - 7:18



Il m’a promis d’être rentré pour trois heures. Je ne sais pas pourquoi je m’accroche à ce qu’un parfait inconnu me dit et pourtant, je me laisse tenter. Car même si je repousse ces idées, je suis forcé d’avouer qu’Eliàs m’intrigue. Il n’a pas froid aux yeux – pour aborder quelqu’un à la sortie de son boulot avec un verre de limonade, il ne faut vraiment pas avoir peur du ridicule – et ses yeux sont envoûtants maintenant que je les vois très distinctement grâce aux lumières du bar. Je sais que je devrais pas penser ces choses, que je suis sensé bien me tenir en public si je ne veux pas que tout le monde me regarde d’un autre œil, mais je ne peux pas m’en empêcher. Cet Irlandais a vraiment quelque chose de spécial qui me donne envie d’en savoir plus.

Dans ce bar, c’est déjà moins ‘privé’ que d’aller boire un café comme il me l’avait d’abord proposé. J’ai envie d’en apprendre davantage sur lui mais il ne faut quand même pas exagérer. Une fois que la serveuse nous a amené nos boissons, Eliàs casse le triangle de boules sur la table de billard. La question du jeune homme me surprend un peu mais je me rends rapidement compte que c’est pour éviter les silences gênants. Je pense que mon râteau de tout à l’heure a été assez gênant comme ça, pas besoin d’en rajouter. Je me contente donc de hausser les épaules. « Depuis que j’ai voulu me déplacer par mes propres moyens. » Comparé à certaines personnes, le skate n’est pas ma passion. D’ailleurs, je ne m’essaye jamais à des figures sur les bords de murets ou dès que je vois une barre en métal. C’est uniquement mon moyen de locomotion. J’ai un permis de scooter mais je n’aime pas conduire sur la route. J’ai trop peur de me faire renverser. Et puis, le skate ça reste un bon moyen de locomotion. Il me mène du point ‘a’ au point ‘b’ et c’est tout ce que je demande. En quittant le foyer de mes parents, il a bien fallu que je continue d’aller au bar, à l’université ou à l’hôpital et ma sœur n’a pas le temps de faire le taxi pour moi. Donc je me déplace en planche à roulettes. Tout simplement. Je fronce un peu les sourcils en voyant Eliàs dégainer son téléphone portable et prendre une photo des boules colorées sur le tapis vert de la table de billard. Un regard artiste ? Ca m’intéresse fortement tout ça… Je suis moi même étudiant en art et même si je préfère le dessin, la photographie est également une discipline que j’admire. Mes yeux s’attardent quelques secondes sur les avants bras du jeune homme. Sa chemise est remontée jusqu’aux coudes mais je peux deviner des tatouages sur les poignets et l’intérieur des bras. C’est encore plus intéressant, bien que ceux-ci ne sont pas très recherchés. Je me demande brièvement s’il cache autre ‘ancre’ sur son corps… Eliàs sort spontanément un billet de sa poche pour payer la serveuse. J’ai l’impression que mes joues prennent feu. Je n’ose même pas le remercier même si j’apprécie son attention. Je bois une gorgée de mon maigre verre d’eau et pris la queue de billard qu’il me tendait. Je retire rapidement ma chemise en jean, me retrouvant en t-shirt blanc. C’est plus agréable pour jouer et il commence à faire chaud dans ce bar. Je me penche par-dessus la table, glisse la queue de billard entre mes deux doigts et tape la première boule. Celle-ci va directement se loger dans un coin de la table, tombant dans le trou. Je me redresse, souriant. Lorsque je pose mon regard sur Eliàs, je constate qu’il est en train de me regarder de manière peu appropriée. Je pensais pourtant avoir été clair… Mais en même temps, j’ai accepté d’aller boire un verre avec quelqu’un qui a des préférences pour les hommes. Autant dire que je ne peux m’en prendre qu’à moi même. Je baisse un peu la tête et lui donne la queue de billard avant d’aller reprendre mon verre d’eau. Comme si ce liquide contenu dans un récipient en verre allait me sauver la mise. Je vois le regard étonné du jeune homme se poser sur moi et je comprends que j’ai peut-être oublié les règles du jeu. Je sais qu’il existe plusieurs sortes de billard mais quand je viens ici avec ma sœur, on s’en fou des règles, on essaie juste de rentrer les boules le plus rapidement possible en se passant la queue de billard à tour de rôle. Mais apparemment, Eliàs tient à jouer correctement et en lui rendant la queue de billard, j’ai certainement fait une bêtise. « Quoi ? C’est pas parce que je t’ai dis que j’avais de l’expérience en la matière que j’en connais pour autant les règles ! » Je hausse les épaules alors qu’il me rend la queue de billard. Deux coups apparemment. Je tire une nouvelle fois mais manque le trou. Déçu, je le laisse jouer. Je m’appuie contre une table derrière nous et croise les bras sur mon torse. « Et pis tu fais quoi à Londres ? Tu es venu pour la beauté de la ville ou tu as un but précis ? »   

Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 18
arrivé(e) le : 22/10/2013
disponibilité pour rp : yep !
avatar : harry styles.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Sam 9 Nov - 2:02




you touch these tired eyes
of mine and map my face out line



Eliàs avait eu ce qu’il voulait. Du moins une partie. Un moment avec lui, et finalement il en était plutôt content bien qu’un verre aurait été plus « intime ». C’est avec un large sourire qu’il levait ce verre à cette première soirée qu’ils passaient ensemble. Il osait espérer qu’elle ne serait pas la dernière. Son verre dans sa main, il se perdait dans ses pensées en regardant ouvertement Milan. Il s’était juré de ne pas agir comme ça avec lui et pourtant c’était plus fort que lui. Cependant il n’y avait aucune arrière-pensée derrière ses regards. Il avait tout simplement la tête de quelqu’un en admiration. Lorsque la boule tombe dans le trou, il esquisse un sourire vaguement en avalant une gorgée de sa limonade. Son sourire venait se briser sur le verre alors que ses sourcils se fronçaient. Qu’est-ce que Milan foutait ? Ses doigts se resserraient contre son verre. Il ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait. S’il avait réussi à mettre une boule dans un trou, il devait continuer non ? Eliàs secouait sa tête et réalisa qu’il n’avait cette fois-ci pas réussi à cacher ses émotions. « Quoi ? C’est pas parce que je t’ai dis que j’avais de l’expérience en la matière que j’en connais pour autant les règles ! » Eliàs sourit, fier de lui et fait signe à Milan  de recommencer une seconde fois. Ce côté maladroit le rend mignon. Le brun réalisa que son tour était venu et haussa les épaules face à l’erreur de Milan. Concentré, il se penchait à son tour. Son objectif était atteint sans surprise. Fier, il se concentrait à nouveau en se plaçant correctement. « Et pis tu fais quoi à Londres ? Tu es venu pour la beauté de la ville ou tu as un but précis ? »    Merde, il avait manqué son coup, troublé par la voix. Egalité. Bordel, il avait beau avoir un côté tendre, il restait un mec avec une fierté minable. Frustré, il fronça les sourcils et se retourna vers Milan, faisant mine de se pas être troublé par lui. « Hm. » Il raclait sa gorge et avalait une gorgée de son verre. C’était finalement plutôt positif pour lui de voir que Milan s’intéressait à sa vie. Même s’il en payait le prix dans le jeu, mais peu importe. Il avait payé le verre, la deuxième étape était de le laisser gagner. Du moins c’est ce qu’il imaginait. Bizarrement, il ne savait plus vraiment comment s’y prendre. Milan ne semblait pas se gêner pour dire non. Bien que celui-ci tentait d’utiliser les bons mots afin de se faire comprendre, encore une chose qu’il appréciait chez Milan. Il terminait sa gorgée et réfléchissait à la réponse qu’il allait pouvoir donner. Il aimait Londres. C’était une ville attirante, il ne pouvait pas le nier. Mais ce n’était pas que sa première motivation. Devait-il lui dire pour ses études ? Pour son envie de pousser un peu plus son art ? Peut-être qu’il allait trouver la photographie ringarde. Après tout, Milan semblait être doué dans son domaine, il avait reçu un prix l’autre jour. Eliàs haussa les épaules. « C’est mieux pour tout. » Il réalisa qu’il était très vague dans ses paroles et reprenait alors très vite. « Je veux dire, pour mes études, pour mes loisirs. C’est mieux quoi, c’est plus grand, ça ouvre forcément plus de portes. Enfin tu vois. » Eliàs n’aimait pas vraiment parler de lui. Il ne se souciait jamais de ce que les gens pouvaient bien penser de lui, mais avec Milan c’était différent. Il avait peur de décevoir. « Toi, t’as toujours vécu ici, ou t’es arrivé plus tard ? » A son tour de poser des questions et de contrôler la discussion. Dans cette situation, il préférait écouter plutôt que de parler et surtout il voulait satisfaire sa curiosité. « Désolé si je pose trop de questions. Arrêtes moi. » Il lui faisait un clin d’œil avant de chercher la serveuse dans la salle. La chaleur devenait insupportable, aussi bien qu’il sentait que son verre n’allait certainement pas être suffisant. « Tu veux autre chose ? »  





CODES PAR MEIJY, TOUTE REPRODUCTION INTERDITE (c)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cot
posts : 35
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : louis tomlinson.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t3129-j-allais-vous-dire

MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs) Dim 10 Nov - 14:52



A première vue, Eliàs semble être mauvais perdant. Je ne pensais pas qu’en posant mes questions j’allais le déconcentrer au point qu’il loupe son coup. J’enfonce un peu mes mains dans les poches de mon pantalon, mal à l’aise de le voir prendre ce jeu tant à cœur. Personnellement, je sais que je vais perdre. J’ai déjà joué avec ma sœur mais je suis loin d’être doué et encore moins de connaître parfaitement les règles. Je l’ai déjà prouvé ça. Eliàs boit une gorgée de son verre et j’en fais de même. Vous avez déjà entendu parler de l’effet miroir en psychologie ? Lorsque quelqu’un en face de vous fait un geste et qu’inconsciemment vous le reproduisez de la même manière ? Ca peut être lever son verre en même temps que l’autre ou se gratter la nuque en le voyant faire pareil. C’est exactement ce qu’il vient de se passer avec l’irlandais. Mon verre est vide cette fois et je me rends compte à quel point j’avais soif. J’ai chanté toute la soirée et je ne me suis pas assez hydraté. Eliàs ne semble pas avoir oublié ma question car il me fait savoir que Londres c’est mieux pour tout. Je fronce les sourcils, un peu perdu par le choix de ses mots. C’est très vague et très peu littéraire à vrai dire. On dirait qu’il lit dans mes pensées car il commence à m’expliquer le fond de ses idées. Il est venu à Londres pour son futur et je trouve ça vraiment intéressant et fascinant. Tout abandonner dans son pays pour se consacrer à son avenir est très courageux. Je sais déjà que si j’avais été à sa place, je n’aurais pas trouvé la force de quitter Londres pour peut-être aller à Paris. J’y suis allé l’année dernière pour un stage dans un musée et même si c’était génial, j’avais trop hâte de rentrer dans ma ville. J’admire beaucoup le courage d’Eliàs. Il ne s’est pas posé de questions apparemment et j’aime beaucoup les personnes qui ont de l’ambition et qui se donne les moyens d’atteindre leurs objectifs. Le bouclé inverse les rôles en me posant à son tour des questions. C’est assez bizarre, j’ai l’impression que c’est peu naturel, comme si on était dans un entretien et qu’il voulait juste combler les moments de silence avec des questions. Et pourtant, je suis à l’aise. « Je… J’ai… Ouais. Je suis né et j’ai grandi à Londres… » balbutiais-je minablement. Mon Dieu, le clin d’œil qu’il m’a fait a eu le don de me faire perdre tous mes moyens. Je ne suis même pas sûr d’avoir répondu à sa question, il aurait peut-être voulu en apprendre davantage mais il faut que j’aille prendre l’air d’abord. Eliàs me demande si j’ai encore envie de quelque chose et pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai failli répondre quelque chose de peu catholique. « Hum… Reprends moi un verre d’eau. Je reviens dans cinq minutes. » Je lui souris timidement, mal à l’aise de le laisser seul mais j’ai faim et il faut que j’aille vérifier si j’ai le droit de manger quelque chose avant. Je traverse la salle et lance un regard à Eliàs pour m’assurer qu’il commande à boire avant de finalement entrer dans les toilettes pour homme. Je fouille dans les poches de ma veste et trouve ce qu’il me faut pour contrôler mon insuline. Je me pique et attends patiemment que le chiffre apparaisse sur le petit écran. Je suis habitué à ça. Pendant l’attente, je relève mon regard vers le miroir en face de moi et constate que j’ai l’air plus fatigué que jamais. En même temps, il est passé deux heures trente du matin. Mon petit appareil bippe et je constate que je peux me permettre un truc à manger. Tant mieux, sinon j’allais pas tarder à tomber aux pieds du jeune bouclé. Et pas pour de bonnes raisons. Je retourne dans la salle et trouve la serveuse qui a pris commande auprès d’Eliàs tout à l’heure. Je lui demande de rajouter un burger frites et retourne vers l’irlandais. « Désolé. Je nous ai commandé un burger frites, ça ne te dérange pas j’espère ? » De toute manière c’est pas lui qui va tout payer. J’ose espérer que manger gras ne le dérange pas. Je n’ai pas forcément le droit mais ce soir – ou plutôt cette nuit – je m’en fiche. La serveuse arrive au même moment et je pique directement une frite dans l’assiette. Je fais signe  à Eliàs de se servir avant de boire une gorgée d’eau. « Il est bientôt trois heures du matin et je crois que tu m’as fait une promesse… » Je lui souris sincèrement, plus vraiment mal à l’aise à présent. J’aime bien être en sa présence en fin de compte. C’était l’approche dans la rue sombre qui m’a un peu refroidi, mais maintenant j’ai envie d’en savoir plus sur lui.   

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: + listen to my stupid song (eliàs)

Revenir en haut Aller en bas

+ listen to my stupid song (eliàs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Because I'm so stupid [Yong Ran]
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» Welcome in my stupid world ♫
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: the drinking excellence-