Partagez|

It's not too late, it's never too late. #Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



soa
posts : 2311
arrivé(e) le : 04/05/2013
disponibilité pour rp : 3/4 (Galahad & Dorian & Ruby) + Appel Galahad
avatar : Jenna-Louise Coleman

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2530-come-on-baby-light http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2537-what-you-say-will-be-forgotten-some-day-what-you-do-will-be-remembered-ellie

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: It's not too late, it's never too late. #Ruby Sam 7 Sep - 21:24



Ruby & Ellie

Ecrire. Une activité que le monde entier a pratiqué au moins une fois dans sa vie, en ne comptant pas ceux qui n'en ont pas la possibilité. Poser la plume sur un papier et laisser l'imagination dévorer le reste. Porter un esprit critique sur un sujet, implanter une dose d'humour fin et rendre le papier crédible. Que ce soit pour des romans d'aventure, une dissertation philosophique, un mémoire ou une simple histoire, l'écriture apporte sa dose de fierté à tous. Comme une sorte d'auto-satisfaction. Les hommes aiment à écrire pour prouver qu'ils ont été là, l'histoire le prouve. Écrire donne ce sentiment de préservation. Pour la plupart des gens. Mais pas pour Ellie. Ecrire s'est imposée à elle quand le monde a refusée de l'écouter. Quand son père l'enfermait dans sa chambre pour n'importe quelle raison. Se cacher sous les draps avec une lampe torche et inventer l'histoire d'une famille heureuse, joyeuse et sans problèmes. L'origine de son envie d'écrire encore plus ? La découverte d'Edgar Allan Poe et son histoire. Une forte fascination qui l'a poussée à faire des recherches sur l'homme. Si passionnant. La brune s'est enorgueilli de la ressemblance entre l'homme qu'il était et la jeune femme qu'elle devenait. Et écrire est devenu sa principale activité. Après la lecture. Ecrire sur le monde extérieur, sur les problèmes de société, sur la famille en général, sur les préjugés... Sur tout ce qui la touchait de près ou de loin. Et sur la mort. Des pavés sur ce phénomène qui nous touche tous plus ou moins tôt. Cette malédiction qui l'a rend si horrible aux yeux des autres, aux yeux du seul être auprès duquel elle a toujours cherchée à être parfaite. Et il est parti. La laissant elle et ses manuscrits dans un foyer où tout le monde riait d'elle et la craignait. Les années ont passés et Ellie a fini par écrire pour vivre. Un achèvement d'une passion. Pour la transformer en un outil de travail. Comme le changement qui s'est opéré en elle. Passer d'une jeune fille pleine d'espoir à une adulte ayant tout perdu ou presque. Et pour autant, sa plume n'en est que plus efficace. Faisant l'unanimité dans son journal, remportant toutes les éloges des grands manitous qui gèrent la production. Mais elle ne fait pas ça pour la gloire ou les regard envieux des autres. La brune le fait pour elle même, pour sa propre satisfaction, son égoïsme et son orgueil. Pour prouver aux autres que la jeune femme vaut ce pour quoi on l'a engagée. Et c'est bien pour ça qu'elle a décidée de faire cet interview elle même.

Habillée d'une jupe noir et d'un chemisier assorti, l'appareil autour du cou et son sac se baladant sur ses hanches, la jeune femme marche jusqu'à l'entrée du parc, endroit où les deux jeunes femmes ont pris rendez-vous au téléphone. Conversation assez étrange d'autre part, son interlocutrice préférant user de simples "oui" ou "non" pour discuter. Grace à son second -non officiel- métier, Ellie a ressenti la gêne dans la voix de l'autre femme qu'elle préfère prendre pour du stress. Avançant sure d'elle au milieu du parc, la jeune femme cherche avidement la jeune femme répondant au nom de Ruby Wilshire. Famille qui semble proliférer dans le coin, Ellie ayant une autre grande star, Niklaus Wilshire, comme grand contact. Celui qu'elle tient en haute estime depuis leur tout premier interview. Et Jo. La jolie rousse avec qui elle a tant en commun, son amie. Un mot qu'Ellie ose utiliser désormais. Marchant lentement dans le parc, la jeune femme vérifie que l'appareil photo a assez de place pour contenir de nombreuses photos et son regard se fixe sur une silhouette assise sur un banc, ressemblant fortement à la description que la femme lui a donnée. Forgeant un sourire professionnel sur ses lèvres, elle s'approche de la jeune femme pour se retrouver en face à face. Mais les mots ne franchissent pas ses lèvres quand Ellie croise le regard de Ruby. Un regard si semblable à celui de son père. Tellement semblable qu'un frisson la parcoure. Fermant les yeux quelques secondes, la brune reprend un visage neutre et tend la main vers la jeune femme. Miss Wilshire ? Je suis Ellie Mars. Enchantée de faire votre connaissance.Serrant sa main, Ellie s'asseoit à ses côtés, tentant à tout prix d'éviter ses yeux si troublants. Préparant son carnet que la brune pose sur ses genoux, le stylo à la main, Ellie relève la tête et sourit. Pouvons nous commencer ? J'ai beaucoup de questions à vous poser. Plaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, la brune fixe le visage de la Wilshire en évitant soigneusement ses yeux, source de ses plus grands cauchemars.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 332
arrivé(e) le : 07/04/2013
disponibilité pour rp : 1/2 en cours (Ellie) - open.
avatar : La sublime Anne Hathaway.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2975-comme-de-la-poussi http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2984-simplement-un-reve-eveille

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: It's not too late, it's never too late. #Ruby Dim 15 Sep - 18:38


_________________
It's not too late, it's never too late.

Un matin, alors que déjà les chants des oiseaux parvenaient à sa fenêtre à demi entrouverte, Ruby s’était demandé pourquoi. Pourquoi elle cherchant tant à connaître son passé, à construire un puzzle qui avait pourtant été détruit bien des années auparavant. Peut-être était-ce une façon pour elle de commencer par se connaître elle-même. De savoir qui elle était. Elle n’était pas simplement une Wilshire, une enfant adoptée au sourire omniprésent, qui aimait faire des gâteaux et vouait une attention toute particulière pour son père adoptif, qu’elle considérait d’ailleurs comme son vrai père. Peut-être était-ce une façon de passer le temps. Comme si le musée ne lui en prenait pas assez. Mais elle était comme ça. Elle trouvait toujours quelque chose à faire, quelque chose qui l’empêchait d’avoir l’esprit tranquille tant qu’elle n’avait pas réglé le souci qui la perturbait. Elle avait grandi dans l’insouciance et l’innocence, dans le silence, dans l’inconnu. Passées les premières années où elle n’avait sans doute aucune envie de savoir quelle autre vie elle aurait menée si les choses avaient été différentes, elle avait voulu plus dès ses seize ans atteints. Elle avait voulu savoir qui était Bambi, Ruby, Winslaw. Les souvenirs remontèrent dans son esprit, une larme coula sur sa joue lorsqu’ils rencontrèrent le nom de Heaven. Alors, elle serra les dents, et passa à autre chose. Souvent, et depuis qu’elle était à Londres, elle s’était demandé ce qu’il se serait passé si elle était née Winslaw, et non Wilshire. Si elle avait grandi dans une autre famille, si elle n’avait pas connu Marla en tant que sœur, mais seulement en tant qu’amie, et encore. Les choses auraient été bien différentes. Mais au final, qu’est-ce que la différence ? Qu’est-ce qui nous rend unique, et qu’est-ce qui peut à ce point nous différencier les uns des autres ? Le caractère, l’histoire, la famille, la façon d’être élevé ? Foutaises. Nous sommes tous les mêmes.

A dire vrai, elle était totalement paniquée ; assise sur le banc, elle avait du mal à résister aux appels lancés par son cerveau, et à l’envie irrésistible de se ronger les ongles pour faire passer le temps. Au téléphone, elle n’avait été que brève. Un oui, un non. Rien de plus. Et là, inquiète, elle regardait chaque personne présente dans le parc avec une boule au ventre, une boule à la gorge. Ruby avait l’impression d’être remplie de boules, et ce n’était pas quelque chose qui lui ressemblait. Elle n’avait pas pour habitudes d’être stressée. Rien ne la stressait. Et pourtant, lorsque son regard se baissa vers ses jambes, comme collées, elle vit le léger tremblement dont elle souffrait depuis maintenant quelques jours. Pour l’occasion, elle s’était habillée simplement : un jean, des ballerines et une jolie tunique offerte par son père adoptif, juste avant son départ pour Londres. Elle mit un doigt à sa bouche, le recula juste à temps, quand son regard croisa celui d’une jeune femme aux cheveux bruns. En une seconde, Ruby sut que c’était elle. Au début, Bambi ne comprit pas pourquoi son interlocutrice ferma les yeux, et crut qu’elle avait encore fait un faux-pas, mais celle-ci les ré-ouvrit rapidement, et elle décida d’oublier ce petit quiproquo entre elles deux. Elle n’était pas bien sûre de ce qu’elle devait lui dire. « Miss Wilshire ? Je suis Ellie Mars. Enchantée de faire votre connaissance. » Devait-elle lui annoncer, là, de but en blanc, qu’elle était sa demi-sœur et qu’elle était plus qu’enchantée et inquiète à la fois de faire sa connaissance, ou devait-elle laisser couler la discussion et y revenir un peu plus tard ? Ne sachant que faire, elle prit la deuxième option, et adressa un sourire à Ellie, reprenant une once d’assurance. « C’est exact, nous nous sommes… parlées. Au téléphone. Je suis Ruby Wilshire. »

Elle serra sa main, et Ruby se mordit les lèvres. Peut-être aurait-elle dû dire Winslaw ? Cela aurait sans doute mis la puce à l’oreille d’Ellie. Elle décida finalement qu’elle avait bien fait, et observa la jeune femme s’assoir à côté d’elle. Elle portait une jupe noire, qui lui seyait à merveille, ainsi qu’un haut assorti, et de jolies chaussures à talons. Emplie de sarcasme et d’humour, elle pensa que la journaliste aurait été parfaite pour un enterrement, mais revint rapidement à leur discussion, gardant le même sourire dessiné sur ses lèvres, se donnant une assurance que, visiblement, et indéniablement, elle n’arrivait pas, ou plus, à retrouver. « Pouvons-nous commencer ? J'ai beaucoup de questions à vous poser. » Elle hocha la tête, jetant un coup d’œil au carnet d’Ellie. « Allons-y, je vous écoute. »
Revenir en haut Aller en bas

It's not too late, it's never too late. #Ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» is it too late now to say sorry ?
» You're late, Petrova. { Russie }
» Kitty A. Pryde ▬ "Too late, assholes !"
» It's never too late to apologize [REGINA]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: sleeping in a park-