Partagez|

Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité




MessageSujet: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs. Jeu 15 Aoû - 10:51


LA MUSIQUE ADOUCIT LES MŒURS.
Primrosae & Calvin.

 




Tu te lèves du pied gauche, comme souvent et pour accentuer ta mauvaise humeur, tu te cognes l'orteil dans le coin de la commode de ta chambre et ça a eu le don de te faire râler pendant au moins cinq bonnes minutes. Si pour certains la journée ne peut pas bien démarrer sans tasse de café, toi c'est la clope qui te réveille, en fait tu passes la plupart de tes journées une cigarette à la bouche. Tu te vautres sur le canapé, ta tante est partie alors tu t'autorises à poser tes pieds sur son canapé en cuir. Tu fumes, tu fumes et entre deux taffes, tu entends ton portable vibrer, tu laisses échapper un râlement avant de consulter le sms que tu venais de recevoir. C'était ta tante, ça ne t'étonnes pas, tu n'es pas le gars le plus populaire de YellowSky et ton portable ne sonne pas toute la journée et ça te convient très bien comme ça, tu aimes être tranquille. Elle voulait que tu ailles faire les courses, tu râles encore plus, pour une fois que tu as un jour de congé, tu voulais en profiter pour glander toute la journée sur le canapé, mais Sue en a décidé autrement. T'attrapes un jean et un t-shirt, rien de bien original mais, tant que tu ne sors pas à poil ou habillé comme un clown, tout te convient. Tu aperçois ta guitare dans un coin de ta chambre et tu te dis que finalement, les plats surgelés et les glaces à la pistache pouvaient attendre, tu as envie de t'accorder une heure ou deux de répit et tu as surtout envie de jouer. Tu attrapes ta guitare, tu enfiles tes nike qui sont vieilles comme le monde, mais tu t'en fous, tu en achèteras une autre paire quand tu jugeras qu'elles sont suffisamment trouées pour les jeter, pas avant. Tu sors de chez toi et tu te prends le soleil en pleine face, tu plisses les yeux. Quel est l'abruti qui a dit qu'il pleut tout le temps en Angleterre ? T'en sais rien, mais cet idiot n'y a sûrement jamais mit les pieds. Tu prends la direction du parc, il est sept heures et demie du matin et tu allais pouvoir jouer tranquillement sans être dérangé, sauf par les pigeons peut-être. Tu allais peut-être même pousser la chansonnette, qui sait, ça ne t'étais pas arrivé depuis des mois, depuis que t'es arrivé ici en fait. La dernière fois que tu as chanté, c'était quand tu étais dans cet hôtel, avec ton ex. Non. Tu t'arrêtes brusquement, en plein milieu du trottoir. Tu sers les dents. Est-ce qu'un jour tu allais te le sortir de la tête, celui là ? Faut que tu penses à autre chose, tout de suite. Tiens, ce rosier était-il là avant ? Tu n'en as pas le souvenir, en tout cas. Tu reprends ta route et enfin tu arrives au parc, tu te rends toujours au même endroit. Ton emplacement de prédilection est éloigné des terrains de jeux pour enfants, heureusement d'ailleurs, tu es incapable de jouer quand il y a du boucan autour de toi. Tu aimes être seul, au calme, encore plus quand tu t'adonnes à ta passion. Tu t'assois sur un banc, tu sors ta guitare de sa housse et tu laisses tes doigts glisser le long du manche. Tu souris. C'est toujours aussi bon. Tu commences à jouer une de tes compositions. Et tu te sens bien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 9350
arrivé(e) le : 24/04/2012
disponibilité pour rp : CHILD + CALVIN (+ KNOX + DEMY)
avatar : DOUTZEN KROES.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t22-primrosae-si-tu-veux http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2908-primrosae-et-construire-un-empire-juste-pour-ton-sourire

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs. Jeu 15 Aoû - 12:32

La musique adoucit les moeurs
Calvin & Primrosae



Les rayons du soleil l'effleurèrent, doux et réconfortants. Elle soupira tout bas et ouvrit les yeux, les laissant s'acclimater à la légère pénombre qui baignait sa chambre. Une délicate odeur de viennoiserie flottait dans l'air. Elle sourit peu à peu, le regard fixé au plafond. L'horloge seule troublait le silence matinal par son cliquetis régulier et rassurant. Elle se leva sans se presser, ouvrit en grand les rideaux et resta un moment ainsi, aveuglée par le soleil, tentant d'y voir clair. La journée s'annonçait radieuse. Sans se départir de son sourire, elle quitta sa chambre pieds nus, dévalant l'escalier sans un bruit. Lorsqu'elle pénétra dans la cuisine, elle avisa une assiette sur laquelle reposait deux croissants ainsi qu'un mot de sa sœur. Son sourire s'accentua tandis qu'elle s'installait au bar pour déguster son petit déjeuner. La bouilloire siffla quelques instants plus tard, l'invitant à se servir son habituel thé à l'orange. Sa première pensée claire de la journée fut pour sa sœur qui avait, comme toujours, préparé son réveil avec soin.

Elle se vêtit en silence, savourant la paix du cottage. Elle aimait être seule, surtout lorsque cela lui permettait de laisser dériver ses pensées. Elle rangea sa chambre, classant ses papiers, caressant du bout des doigts la liasse épaisse de feuilles qui constituerait bientôt son mémoire. La fin approchait mais curieusement, elle n'en avait pas peur ; elle s'était battue pour y arriver, battue pour prouver quelles étaient ses vraies valeurs. Elle n'allait pas s'arrêter si près du but. Un coup d’œil à l'horloge lui apprit qu'il était presque dix heures. Elle avait toute la journée devant elle, alors pourquoi ne pas en profiter pour prendre un peu l'air ? Elle quitta finalement le cottage vêtue d'une légère robe de soie bleue, ses cheveux libérés sur ses épaules en une délicate crinière d'or.

Ses pas prirent automatiquement la direction du parc situé non loin de sa zone résidentielle. Elle salua gaiment le jardinier occupé à arroser les fleurs, observant ces dernières avec amour. Elle avait beaucoup aidé à embellir ce jardin grâce à son amour des végétaux. Elle déambula un moment, terminant sa route au pied du petit rosier qu'elle avait planté quelques jours auparavant. A son air satisfait, celui-ci avait l'air de bien s'épanouir. Elle effleura une rose avec délicatesse, heureuse de trouver paix et sérénité dans la simple compagnie des plantes. Personne ne pourrait jamais la comprendre sur ce point mais elle s'en moquait éperdument. Elle repris sa marche sans but, errant dans le parc avec pour seuls objectifs calme et solitude. Ce fut au détour d'un petit chemin de terre que les premières notes lui parvinrent.

Elle marqua une pause, écoutant la musique, les sourcils presque froncés. La musique l'avait toujours attirée, aimantée, comme une promesse de bonheur et de fidélité. Elle la suivit et à mesure que la mélodie se faisait plus nette, elle se surprit à presser le pas. qui pouvait donc jouer avec tant de sensibilité et de sincérité ? Sa quête se termina à une dizaine de mètres d'un banc occupé. Elle s'adossa à un arbre, la tête légèrement penchée sur le côté, absorbée par la musique. Elle n'osait même pas parler, de peur de briser l'instant. Un sourire amusé fleurit sur ses lèvres lorsqu'elle reconnu Calvin, qu'elle avait bien failli amocher quelques mois plus tôt au supermarché. Elle resta là à le regarder jouer, surprise et émerveillée. Elle savait qu'il aimait la musique parce qu'ils en avaient parlé, mais jusqu'à présent, elle ignorait qu'il était un si bon musicien. Peut-être n'avait-il pas souhaité en parler par pudeur. Il semblait secret, renfermé, isolé dans un monde que peu pouvaient comprendre.

Lorsque le jeune homme acheva son morceau, elle s'autorisa à approcher un peu plus afin qu'il remarque sa présence. Elle lui adressa un léger hochement de tête approbateur ponctué d'un sourire plus franc. « Ce morceau est de toi ? » Elle s'arrêta de nouveau, à quelques mètres de lui, ne désirant pas s'imposer sans qu'il ne l'invite à se joindre à lui. Elle était toujours très à cheval sur l'étiquette et le respect de l'intimité d'autrui.

_________________


From underneath the trees, we watch the sky, confusing stars for satellites. I never dreamed that you'd be mine but here we are, we're here tonight. If they could love like you and me, imagine what the world could be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs. Jeu 15 Aoû - 13:12


LA MUSIQUE ADOUCIT LES MŒURS.
Primrosae & Calvin.

 




Tu as joué pendant un quart d'heure, une heure... finalement tu décides de faire une pause. Tu regardes ton téléphone, merde, il était déjà dix heures et demie. Tu as eu le temps de jouer toutes les chansons que tu as composées. Tu soupires. Les courses, c'est vrai, il fallait que tu partes. Ta tante ne te demandait jamais rien en particulier, juste de faire le ménage de temps en temps et d'aller lui chercher de quoi manger. Pas de loyer, pas de comptes à rendre, rien. C'est clair, la vie avec Sue n'a rien à voir avec celle que tu avais quand tu vivais chez ton père. Tu décides de quitter le parc, tu ranges ta guitare et tu te lèves, quittant le banc que tu occupais déjà depuis plusieurs heures. Et là, une jeune femme s'approche de toi, une femme dont les cheveux blonds et le visage angélique te sont familiers. Aussitôt, tu te rassois et tu poses ta guitare à côté de toi, tu savais que cette discussion n'allait pas durer que deux minutes. La blonde, elle s'appelle Primrosae alias la folle du supermarché. Un jour, alors que tu allais faire une énième course pour ta tante, elle t'est rentré dedans avec son chariot et depuis, elle te lâche plus. A chaque fois que tu la croises c'est le même refrain, elle s'excuse de l'accident qui, à tes yeux, a autant d'importance que la vie d'une fourmi. Tu aurais pu la trouver agaçante, voir même insupportable et c'est ce que tu pensais d'elle au début, mais tu as fini par la trouver amusante et assez ... distrayante. De plus, tu as appris récemment que c'est une musicienne, comme toi. Elle joue du violon et peut-être d'autres instruments, tu ne lui as pas posé la question. Tu la croises tellement souvent, que la voir là aujourd'hui ne t'étonnes même pas. Tu la regardes d'un air amusé. "- Tu sais, je vais finir par croire que tu me suis." Tu attends sa réaction, tu ne sais jamais si les gens arrivent à saisir quand tu es ironique ou non. Elle te demande si la chanson que tu venais de jouer est une compo. Tu n'aimes pas être entendu par les autres, surtout que cette compo là, en particulier, n'est pas encore au point d'après toi. Tu hoches la tête. "- Ouais, un petit truc que j'ai écrit vite fait, y a longtemps." Tu sors ton paquet de clopes de ta poche et tu t'allumes une cigarette. Tu jettes un œil vers Prim, tu attends qu'elle dise quelque chose ou qu'elle parte, ça éviterait un silence gênant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 9350
arrivé(e) le : 24/04/2012
disponibilité pour rp : CHILD + CALVIN (+ KNOX + DEMY)
avatar : DOUTZEN KROES.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t22-primrosae-si-tu-veux http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2908-primrosae-et-construire-un-empire-juste-pour-ton-sourire

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs. Ven 16 Aoû - 14:56

La musique adoucit les moeurs
Calvin & Primrosae



Il était bien rare qu'elle se retrouve seule en companie d'un homme. Cela l'avait toujours mise mal à l'aise, sauf lorsqu'il s'agissait de son frère ainé ou de Childeric. Et encore, dans le cas de ce dernier, il lui avait fallu longtemps pour s'habituer à sa présence et se sentir en confiance. Elle craignait toujours autrui, plus encore lorsqu'il s'agissait d'un homme. Sans doute parce qu'elle avait été élevée dans ce moule, dans la peau d'une princesse qui n'avait pas à se retrouver dans de pareilles situations sous peine de nuire à son image. Elle observait Calvin en silence, attendant sa réponse. Le dérangeait-elle ? Elle n'aurait su le dire. Il était tellement impassible qu'elle ne pouvait rien lire sur son visage. Cela contribuait certainement à amplifier son malaise. Durant une seconde, elle envisagea de lui souhaiter une bonne journée et de reprendre son chemin comme s'il ne s'était rien passé. Mais elle n'avait rien d'une lâche, d'autant plus qu'il lui répondit quelques instants plus tard.

Elle arqua un fin sourcil en réaction à ses propos. Bras croisés sous sa poitrine, elle l'étudiait sérieusement, se demandant comment elle devait le prendre. Elle avait été habituée à ce genre de réponse, le schéma était toujours le même. A croire qu'il ne parvenait pas à comprendre qu'elle s'en voulait sincèrement d'avoir provoqué cet accident. N'importe quelle personne censée aurait répondu que tout allait bien, qu'il n'y avait pas matière à s'inquiéter. Mais pas lui. Et c'était justement pour cela qu'elle avait autant cherché à comprendre ; elle avait besoin d'être sûr qu'il ne lui en tenait pas rigueur et qu'il n'irait pas répandre des mensonges à son sujet. Il était un inconnu pour elle, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir coupable. Elle sourit du mieux qu'elle pu et opta pour l'humour. « Mais évidemment, je te suis. Je pensais que tu l'aurais réalisé bien plus tôt. »

A présent amusée, elle décida d'aller s'asseoir près de lui. Elle dissimula sa gêne sous un parfait masque d'indifférence ; après tout, elle avait été éduquée ainsi. Elle pouvait faire ce qu'elle voulait, n'est-ce pas ? Elle ne lui manquait pas de respect. elle prit garde de ne pas le toucher, croisa les jambes et fit un signe du menton vers la guitare du jeune homme. « Si tu l'as écrit il y a longtemps, pourquoi est-ce que ça a un goût d'inachevé ? » Elle braqua ses grands yeux gris dans les lacs sans fond de Calvin, curieuse. Elle ne se rendait jamais compte du fait qu'elle pouvait manquer de tact, à certains moments.

Lorsqu'il sortit son paquet de cigarette et en porta une à sa bouche, elle serra les lèvres. Elle détestait l'odeur de la cigarette. Surtout lorsqu'elle s'accrochait à ses cheveux. « Lorsqu'on est bien élevé, on demande auparavant aux personnes qui nous tiennent compagnie si elles sont dérangées par la fumée. Enfin, je croyais que c'était ainsi que cela devait se passer. » Elle pencha à nouveau la tête sur le côté dans une attitude enfantine et très miss-je-sais-tout. Elle aimait bien l'agacer. C'était lui rendre la monnaie de sa pièce, en quelque sorte. S'il n'avait pas profité de son affliction et de son désir d'implorer un pardon, elle n'aurait probablement pas accordé autant d'importance à ses manières.

_________________


From underneath the trees, we watch the sky, confusing stars for satellites. I never dreamed that you'd be mine but here we are, we're here tonight. If they could love like you and me, imagine what the world could be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs. Sam 17 Aoû - 1:13


LA MUSIQUE ADOUCIT LES MŒURS.
Primrosae & Calvin.

 




La compagnie des femmes ne te gêne pas, enfin si, parfois tu as envie d'être seul, mais tu n'es pas mal à l'aise en leur présence en tout cas. Pour toi il y a trois catégories de femmes : celles que tu peux facilement foutre dans ton lit, celles qui ont peur de toi (elles sont plus nombreuses que ce qu'on pourrait croire d'ailleurs, ça t'amuse même si tu ne comprends pas en quoi tu es effrayant) et celles qui s'intéressent vraiment à toi. Ce sont ces dernières qui t'intéressent le plus, en même temps c'est plutôt normal. Pour toi, Prim fait partie de ces filles qui viennent te voir quand elles t'aperçoivent et qui ne contentent pas simplement d'un bonjour. Tu ne sais pas pourquoi Prim insiste autant, peut-être qu'elle est vraiment pleine de remords suite à ce terrible accident dans lequel tu as failli perdre la vie. Tu souris. Tu aimes bien la faire tourner en bourrique, tu ne lui as jamais clairement dit que ce n'est pas grave, que ça peut arriver à tout le monde et que la prochaine fois tu feras plus attention. Rien de tout ça, tu as toujours donné l'impression d'être agacé par la jeune femme. Tu ne sais pas vraiment où tout cela allait vous mener, si vous alliez devenir amis ou non, en tout cas Prim n'est pas du tout le genre de fille que tu veux mettre dans ton lit. Le problème n'est pas le physique, elle est très charmante, mais tu ne peux pas t'imaginer en train de faire l'amour avec elle, sans savoir avec exactitude pourquoi. Elle sourit et ironise à son tour, tu te demandes si elle se force à sourire, ta remarque l'a peut-être mise mal à l'aise, tu décides donc de ne pas en rajouter. Elle vient s'asseoir près de toi, tu t'écartes un peu pour lui laisser plus de place. Elle te demande pourquoi ta composition a un goût d'inachevé. Sa remarque t'a étonné, mais elle a raison. En fait, elle n'est pas si vieille que ça cette composition, elle est même plutôt récente, mais tu n'arrives pas à la terminer. En ce moment tu écris toujours sur le même sujet, l'amour, la haine que tu ressens envers toi-même, le manque, enfin toutes ces émotions beaucoup trop présentes chez toi à ton goût. Le problème, c'est que tu as beaucoup d'idées, mais tu as du mal à les mettre en musique encore plus lorsque tu dois rédiger les paroles. Tu ris nerveusement. "- J'ai dit que je jouais, pas que je jouais bien ou que mes compositions sont géniales. L'inspiration chez moi ça va, ça vient, faut croire qu'à l'époque j'en avais pas beaucoup." Elle te regarde droit dans les yeux, ça par contre ça te perturbe assez, tu détournes le regard et tu te mets à fixer un point invisible. Quand quelqu'un te regarde dans les yeux, tu as toujours peur que la personne puisse lire en toi ou qu'elle devine à quoi tu penses, encore une peur ridicule parmi tant d'autres. Tu portes ta cigarette à tes lèvres et tu essayes de te détendre en pensant à des choses positives comme le beau temps ou le fait que tu venais de jouer et que ça t'avait fait le plus grand bien. Elle te fait une remarque, encore une, sur la cigarette et sur le fait qu'une personne bien élevée demande la permission avant de blablabla, un discours que ta soeur t'avait sorti des milliers de fois. "- Tu es venue t'asseoir à côté de moi sans me demander si ça me dérange ou pas, alors permet moi de faire la même chose. T'inquiète pas, je vais pas te cracher ma fumée à la gueule." Tu oses enfin jeter un coup d'oeil dans sa direction. "- Si tu es encore venue pour t'excuser, sache que ce n'est pas la peine, je suis allé voir un médecin récemment il m'a dit que je n'ai rien de grave, seulement une commotion cérébrale et deux ou trois membres fracturés." Tu essayes de la regarder sérieusement, mais au bout de quelques secondes tu craques et tu te mets à rire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 9350
arrivé(e) le : 24/04/2012
disponibilité pour rp : CHILD + CALVIN (+ KNOX + DEMY)
avatar : DOUTZEN KROES.

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t22-primrosae-si-tu-veux http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2908-primrosae-et-construire-un-empire-juste-pour-ton-sourire

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs. Dim 18 Aoû - 8:51

La musique adoucit les moeurs
Calvin & Primrosae



L'avait-elle piqué au vif avec sa remarque sur sa musique ? Elle en avait bien l'impression. Il rit nerveusement et pendant un instant, elle s'en voulu presque d'avoir répondu ainsi sans trop y réfléchir. Elle fonctionnait beaucoup à l'instinct, à l'impulsivité. Elle savait bien que cela n'avait pas que des bons côtés, mais malgré les leçons de sa famille, elle ne parvenait pas à changer. Serait-elle finalement toujours elle-même, sans ce don cruel pour la franchise ? Néanmoins, elle le comprenait. Elle aussi avait parfois des pics d'inspiration qui laissaient place à un vide douloureux. Pensive, elle laissa son regard errer sur le parc et les couples qui s'y promenaient. Il était encore tôt, ce qui lui évitait d'avoir affaire aux enfants. Non pas qu'elle ne les aimait pas, non. Simplement, elle avait une sainte horreur des cris, des pleurs et de tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à l'enfance. Elle, mère ? Ce serait vraiment une bonne blague.

« Ne sois pas si dur avec toi-même. Avoir un regard critique, c'est bien. Mais il ne faut pas trop le pousser, parce que ça devient totalement hors de propos. Ta composition n'était absolument pas mauvaise. J'aurai juste dit qu'elle manquait... D'une émotion. » Elle haussa les épaules. Pour elle, une mélodie devait susciter quelque chose de précis chez ceux qui l'écoutaient. Un concerto d'émotions pouvait être digne d'un ouragan sensoriel, mais sans un sentiment qui prévalait sur les autres, elle avait toujours du mal à voir où cela devait aboutir. Elle avait sans doute une conception trop étriquée de la vie pour savourer les tumultes. Calvin évitait son regard, elle le sentait. Elle ne parvenait pas à savoir pourquoi. Elle avait pourtant l'impression de bien se tenir. Cela n'avait au fond guère d'importance ; elle n'était pas là pour tenter de s'attirer ses faveurs. Elle avait abandonné l'idée quelques temps plus tôt.

Le jeune homme rebondit sans difficulté sur son sermon guindé. Elle rougit et baissa les yeux, telle une enfant prise en flagrant délit. Il avait raison, bien évidemment. Elle aurait du se taire plutôt que d'être prise à son propre jeu. Mais tant pis, elle se devait de l'assumer. elle releva le nez avec une expression de farouche détermination et repoussa une boucle blonde de devant ses yeux. « Tu ne peux pas comparer ma présence et la cigarette. Je ne suis pas cancérigène, je ne sens pas mauvais et je ne suis pas un objet d'addiction. » Elle ne plaisantait qu'à moitié, à dire vrai. Mais c'était son défaut le plus grand : ne pas avoir le dernier mot l'insupportait. Pourtant, elle n'était pas réputée pour un quelconque manque de modestie. Elle ne pouvait juste pas admettre avoir tort.

Il lui jeta finalement un regard et elle resta silencieuse, attendant qu'il s'exprime. Elle ne fut pas déçue du voyage. Elle ouvrit de grands yeux chérubins et pâlit légèrement sous les mots du garçon. Ses yeux finirent par se plisser et elle adopta une expression dubitative. Heureusement pour elle, Calvin finit par éclater de rire, ce qui libéra la tension étrange qui l'avait envahie. Elle leva les yeux au ciel, feignant l'agacement. « Quel humour ravageur ! Je vais mettre ça sur le compte de la commotion cérébrale, le monde n'est pas obligé de savoir à quel point tu n'es pas drôle. » Elle rit à son tour, se sentant étrangement plus détendue. Elle ne savait toujours pas sur quel pied danser mais au moins, une chose était fixée : il ne lui en voulait pas.

_________________


From underneath the trees, we watch the sky, confusing stars for satellites. I never dreamed that you'd be mine but here we are, we're here tonight. If they could love like you and me, imagine what the world could be.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs.

Revenir en haut Aller en bas

Primrosae & Calvin - La musique adoucit les mœurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [FB 1625] La musique adoucit les moeurs... il parait.
» La musique adoucit les moeurs
» [FB 1617] La musique adoucit les moeurs, dit-on. {Sören}
» La musique adoucit les maux... [Dark Boursouf]
» halina △ la musique adoucit les mœurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: sleeping in a park-