Partagez|

+ qui va passer un sale moment? feat. Maël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



ffl
posts : 325
arrivé(e) le : 30/01/2013
disponibilité pour rp : » indisponible pour le moment
avatar : » paul wesley

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël Mar 25 Juin - 15:15

Je vois a quel point Arielle en a marre d’être enceinte. Au début, elle était tout excitée, mais avec les soucis de santé de Mathis et son obligation à rester allonger elle a commencé à perdre son sourire. Et puis notre fils semble être une véritable boule d’énergie et je vois régulièrement la jeune femme grimacer lorsqu’il lui donne des coups de pieds. Je m’extasie souvent lorsque je peux le sentir s’agiter dans le ventre de sa maman, mais depuis quelques jours j’ai presque envie de l’engueuler pour qu’il arrête de faire mal à Arielle. Ce n’est pas vraiment de sa faute, mais bon… Il doit commencer à se sentir à l’étroit là-dedans. Le médecin nous as dit que Mathis allait être un gros bébé. Un peu comme moi à la naissance. Il sera grand et pèse déjà un bon poids. Au moins je me dis qu’il s’agit bien de mon fils, mais j’ai bien l’impression que ça va être l’horreur pour Arielle le jour de l’accouchement. Je sais parfaitement que je vais paniquer si quelque chose se passe mal où si la jeune femme se tord de douleur pendant des heures. Je crois qu’il vaut mieux que je ne pense pas à cela.

On parle une nouvelle fois de Lula-Bee et de cette idée d’adoption. Oui j’aimerais que Lula-Bee m’appelle papa. Elle est devenue réellement important pour moi. J’ai constamment cette envie de la protéger. Si ma langue à fourcher tout à l’heure ce n’était pas pour rien. Je crois que je ne suis pas encore apte à me l’avouer, mais je la considère déjà comme ma fille. Surtout depuis ces dernières semaines, vu que l’on passe beaucoup de temps ensemble. D’ailleurs je reviens prendre la petite fille dans mes bras. Je sais parfaitement à quoi elle rêve. Elle aimerait que je l’assois par terre pour pouvoir aller cavaler dans le salon à quatre pattes avant de trouver la solution pour se lever toute seule et marcher sans que personne ne l’aide. Mais ce n’est pas aujourd’hui qu’elle va faire cela. Elle se cale un peu plus contre moi et soupire quelque peu tandis que j’explique se que je ressens à Arielle. Ce n’est pas facile pour moi. Ce n’est pas l’exercice que je préfère en tout cas. Mais je fais de mon mieux pour expliquer mon ressentit. Arielle semble émue et c’est tout ce qui m’importe dans le fond. Elle attrape ma main et je lui souris tendrement. « Tu diras maman en premier sinon on va en entendre parler longtemps. » dis-je à la petite fille sans réellement quitter sa mère des yeux. Je rigole bien entendu même si je sais parfaitement qu’Arielle voudrait que sa fille finisse par lui dire maman. Il y a des jours où elle passe cinq à dix minutes à lui répète le mot pour lui en tirer ne serait-ce qu’un son. Je me retiens souvent de rire lorsque je vois ça.

Finalement on décide d’aller coucher Lula-Bee qui s’endort dans mes bras pour aller terminer la chambre de Mathis. Je monte doucement les escaliers et me dirige vers la chambre de la princesse. Je la dépose délicatement dans son berceau et dépose un léger baiser sur le haut de son crâne. Je ferme à moitié la porte et rejoins la jeune maman dans la chambre de notre futur bébé. Au passage j’attrape le fauteuil qui trône dans notre chambre et l’embarque avec moi pour Arielle. « C’est pas mal non ? Pour un mec qui n’a jamais fait de peinture de sa vie. » dis-je alors un peu fier de moi c’est vrai. Je lui montre le fauteuil et elle se laisse tomber dedans en étendant ses jambes devant elle. De mon côté je me dirige vers le tas de carton qui m’attend depuis plus de trois semaines. Le père d’Arielle m’avait donné un vieux berceau mais il faut le remonter et je me suis pas encore attaquer à cela. « Je te nomme chef des travaux. Tu veux organiser la chambre comment ? » dis-je tout en m’asseyant à même le sol pour ouvrir le carton et regarder ce qui se trouve dedans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 319
arrivé(e) le : 29/01/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : torrey devitto.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël Mar 25 Juin - 15:38



Qui va passer un sale moment?


Oh oui elle a intérêt à dire "maman" en premier vu le nombre d'heures que je passe à quatre pattes par terre face à elle en lui répétant le mot inlassablement. Bien sur, ce n'est pas le genre de choses que je peux choisir mais j'espère vraiment que toute ma patiente et les efforts que j'ai fais avant de rencontrer Maël, pour élever ma fille soient récompensés. Okay, c'est pas grand chose dans le fond, mais pour moi ça serait le plus beau cadeau qu'elle puisse me faire. Mais n'allons pas trop vite. Il faut déjà qu'elle marche toute seule sans l'aide de Maël et on verra après pour la parole. Ce qui est sûre c'est qu'autant pour les pas que pour la parole, une fois qu'elle maitrisera on risque de regretter le temps où elle ne faisait ni l'un ni l'autre. Mais c'est aussi ça qui va être sympa. Ca va amener un peu de vie et ça nous fera sûrement rire. Ce qui est bien rare, avouons le. On a beau beaucoup s'aimer et faire des efforts pour que notre couple soit moins bancal, nos crises de fou rires sont assez rares. Je pense à tout ça, appuyée contre l'encadrement de la porte de la chambre de Lula-Bee alors que Maël est en train de la coucher. Je ne peux m'empêcher d'être attendrie. J'ai envie de lui foutre une claque et de lui dire de signer ces fichus papiers quand il est comme ça avec ma fille... Il agit exactement comme un père et ça me mets presque hors de moi quand il se rabaisse... Mais bon, Maël est comme ça, on ne pourra pas le changer et dans le fond tant mieux parce qu'il ne serait plus l'homme que j'aime dans ce cas...

Avant qu'il ne remarque ma présence, je tourne les talons en marchant sur la pointe des pieds et vais dans la chambre de Mathis. Non non, je n'étais pas en train de t'espionner pendant que tu couchais ma fille. Maël apparaît quelques minutes plus tard avec un fauteuil du salon. Je lève les sourcils mais me sent flattée qu'il ait pensé à ce petit détail. Mon grand... Tu sais pas à quoi t'attendre. Je sais que c'est pas une bonne idée, que je risque de m'en prendre plein la figure et que je ne suis pas à l'abris d'une fuite, que Maël pourrait ne pas rentrer après ma mauvaise "blague" mais je veux aussi voir comment il va réagir sur le coup du stress et de la surprise. Tout comme Birdie avait réagi quand j'ai perdu les eaux pour Lula-Bee. Je m'installe dans le fauteuil, mains sur mon ventre et jambes étendues. Avec la chaleur et la grossesse j'ai l'impression de me trimballer avec des gigots tellement les chevilles gonflent en fin de journée. Je lève un regard un peu triste vers Maël, me sentant encore plus mal dans mon corps que d'habitude mais vu la remarque qu'il me fait, il est temps de flatter son égo. « Cette chambre est parfaite. Tu as très bien travaillé! » Je lui souris sincèrement et essaie de trouver une position confortable mais ça devient compliqué ce genre de choses... Le futur papa me nomme chef des travaux et je me sens inutile tout d'un coup à le regarder s'approcher du carton pour construire le berceau. Je grimace quelque peu et coince une main dans mon dos. « Je... Je sais pas encore. J'ai pas encore... Aie. » Je soupire et baisse les yeux sur mon gros ventre. « Oui Mathis, papa va construire ton berceau mais calme toi... » Je jette un regard à Maël pour voir sa réaction mais il est tellement habitué à ce que je grogne après son fils qu'il ne réagit même pas. Bon... Il va falloir jouer le jeu à fond pour que ça marche. Je lâche un juron avant de me pencher un peu en avant. « Non non non non non... » Je me tiens le ventre et commence à souffler comme une bobette. « C'est pas le moment... » Je lève le regard vers Maël qui s'est soudainement tourné vers moi. Je le regarde à la fois - faussement - paniquée mais avec un espèce de sourire crispé aux lèvres. « A trop crier au loup... Je crois qu'il faut que tu reportes le montage du berceau... » Ohlala que c'est méchant de faire ça. Je me donnerait des gifles sur le dos de la main pour faire subir ça à Maël. Mais faut bien que ça arrive un jour non? « Faut qu'on aille à la maternité mon amour... »


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 325
arrivé(e) le : 30/01/2013
disponibilité pour rp : » indisponible pour le moment
avatar : » paul wesley

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël Mar 25 Juin - 19:07

On est pas très riche avec Arielle et on avait pas vraiment les moyens de s’offrir une chambre complète pour Mathis alors on est allé chercher quelques meubles chez ses parents. C’est Dylan qui avait payé pour les meubles de Lula-Bee et autant dire que cela se voit qu’il a de l’argent. Enfin. On avait finit par trouver notre bonheur entre les affaires que ses parents on pu garder et ce que ma mère avait également conservé. Les Mashlow ont fournis le berceau et une petit commode tandis que ma mère nous avait donné une table à langer et avait insisté pour payer de quoi nous achète une nouvelle poussette et un nouveau siège auto. Je sais parfaitement que ma mère ne roule pas sur l’or, mais Mathis est son premier petit fils et elle veut simplement nous faire plaisir. Elle n’avait pas les moyens de nous gâter quand nous étions petits avec Charlie, mais maintenant que nous avons quitté la maison je sais qu’elle cherche à se rattraper. Je lui ai déjà dit un million de fois que ce n’était pas la peine, mais il semblerait que j’ai hérité de son côté têtu. On avait donc tous le nécessaire et j’avais juste un peu insisté auprès d’Arielle pour refaire la peinture de ce qui était autre fois le bureau. Je sais parfaitement qu’on aurait pu se passer, mais je tenais à faire quelque chose de mes mains pour mon fils. Et voilà que l’on observe le résultat. Au final, ce n’est pas si mal. Je n’ai jamais peint de ma vie et cela ce voit à peine. Je vois quelques imperfections dans un angle, mais je me dis qu’en un coup de pinceau cela ne se verra plus.

Plus ou moins confortablement installer dans on fauteuil Arielle me regarde et finis par me complimenter. Cela fait plaisir à entendre, je ne vais pas le cacher. J’ai hâte de voir la chambre avec tous les meubles et surtout avec mon petit bout dans son berceau. Je sais que cela va marquer un immense virage dans ma vie, mais je pense aussi que cela va me faire du bien. En attendant, je commence à m’asseoir par terre pour regarder comment monter se fameux berceau. Autant dire que je vais en avoir pour des heures étant donner que je ne suis pas réellement un grand bricoleur. Je sais faire quelques trucs. Le genre de chose utile lorsqu’on est le seul homme à la maison, mais c’est vraiment des bases et en général il me faut des heures. C’est pas grave, si je dois y passer la nuit je crois que je le ferais. En attendant, je demande à la future maman si elle sait comment elle veut organiser la pièce. Elle me répond à peine et se remet à râler contre son fils. Je souris et me repenche sur mon carton sans forcément tourner la tête vers elle. Je commence à sortir quelques pièces et les regardes intensément comme si elles allaient me donner la solution. Je vais aller loin comme ça. Enfin je n’ai même pas le temps de réfléchir plus longtemps qu’Arielle ce met à jurer et à enchaîner plusieurs non à la suite. Surpris et inquiet je me tourne vers elle et remarque qu’elle à moitié plié en deux sur son fauteuil. Le temps que je me rapproche d’elle, elle me dit qu’il va falloir qu’on aille à la maternité. « Quoi ? Déjà ? » Mais j’attendais pas ça avant deux ou trois semaines moi. Elle lève les yeux vers moi et je comprends qu’elle est plus que sérieuse. Merde. Je sens la panique me gagner. Je sais même pas par où commencer. « T’es sûre ? » Son regard et la grimace qu’elle fait me font comprendre que oui elle plutôt sûre d’elle.

Je me lève précipitamment et commence à tourner en rond comme un idiot. Je sais vraiment pas quoi faire. Aller réfléchis Maël, Arielle t’en as déjà parlé plus d’une fois. Je passe une main sur ma nuque. « Okay. D’accord… Ca va ? Non ça va pas. Bouge pas. » Je parle vite. Très vite même. Je me précipite dans le couloir et surtout dans notre chambre pour attraper le sac qu’Arielle avait déjà préparé. Je le jette littéralement par la rambarde des escaliers et retourne vers Arielle qui continue à se tordre de douleur. Je lui tends la main et l’aide à se lever. Au fond de moi je hurle de panique, mais j’essaye de ne pas lui montrer. On descend les escaliers doucement et arriver en bas je me remets à paniquer. Pourtant je vais chercher le manteau d’Arielle, j’enfile le mien, attrape les clés de la voiture et ouvre la porte d’entrée. « Faut aller à quelle maternité déjà ? » Oui j’ai même oublié ça. C’est quand je me tourne vers la future maman que je me rends compte que j’ai oublié quelque chose d’important. De très important même. « Oh putain Lula-Bee. Je l’ai oublié. Attend bouge pas je vais appeler ta sœur. Mais elle est pas là. Bordel. J’appelle ta mère ? Ou la mienne ? » Oui cette fois je crois que cela se voit que je panique à mort. Je me tourne vers la jeune femme et remarque un sourire sur son visage. Elle rigole même. Je fronce les sourcils. « Pourquoi tu rigole ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 319
arrivé(e) le : 29/01/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : torrey devitto.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël Mar 25 Juin - 20:09



Qui va passer un sale moment?


Je suis touchée de voir tous les efforts que fourni Maël pour la chambre de son fiston. Ce gamin n'est même pas encore là, que son père est déjà fier comme un paon. Je sais qu'il tenait à faire la peinture pour quand même avoir l'impression d'avoir fait quelque chose malgré que le reste des meubles et autres objets utiles nous ont été offerts ou prêté. Mathis n'aura pas une chambre comme celle de sa soeur, mais au moins elle sera "home made" par les mains de son papa. Et Maël s'en sort effectivement très bien pour quelqu'un qui n'a jamais tenu un pinceau entre les doigts. J'ai l'impression que ma position est très ironique. C'est moi l'artiste - ou du moins celle qui vend de l'art - de la maison et c'est mon amant qui peint.

Je souris attendrie mais il est temps de tester un peu Gallagher. J'ai tout à fait conscience des risques que je prends en mentant à propos de la venue de Mathis mais comme ça, on verra si la pratique égalera la théorie. On en a déjà parlé lui et moi. Très brièvement parce que j'ai vu que ça le stressait plus qu'autre chose alors je me suis contentée de lui dire que j'avais déjà préparé un sac au cas où dans ma penderie. Il avait fait un vague "ouais ouais" et avait continué à fouiner dans ses livres. J'ai un peu peur qu'il panique et qu'il ne sache plus quoi faire mais en même temps, c'est pour ça que les tests existent non? Je commence à me tortiller sur mon siège, feignant une pression sur le ventre, autrement dit une contraction mais Maël ne réagit pas tout de suite, très concentré sur le berceau qu'il a décidé de monter. Je sur joue un peu le truc et finalement mon amant se retourne vers moi. Lorsqu'il arrive à ma hauteur, je lui dis qu'il est temps de m'amener à la maternité. J'ai de la chance que la naïveté masculine existe quand même. Je n'ai pas perdu les eaux mais lui ne remarque rien et tant mieux pour mon petit plan. Le professeur me demande si je suis sûre et j'ai limite envie de lui envoyer un regard noir. Oui, je t'assure Maël, je suis absolument sûre que je vais expulser ton monstre. Mais je m'abstient. J'observe sa réaction. Il commence à tourner en rond et je me dis que c'est mal parti mais je ne flanche pas et continue de jouer le jeu. L'avantage c'est que j'ai accouché y a même pas un an de Lula-Bee, donc je me rappelle très bien de ce que ça fait. Les femmes qui disent qu'une fois qu'elles ont leur enfants dans leurs bras après l'accouchement elles ont oublié la douleur, je ne les ai jamais comprises. J'ai jamais pu oublier ce que j'ai ressenti au moment d'accoucher de Lula-Bee. Enfin bref, ce n'est qu'un détail.

Une nouvelle fois, Maël me pose une question purement rhétorique. Non ça ne va pas et si j'étais réellement en train d'accoucher, je l'aurais déjà attrapé par le col de son pull pour planter mon regard dans le sien et lui faire comprendre qu'il faut se bouger le cul. Mais une fois de plus, le but n'est pas de le traumatiser alors je ne dis rien et le laisse gérer. Il sort de la chambre de Mathis et j'ai espoir qu'il aille chercher Lula-Bee ou du moins qu'il téléphone à quelqu'un pour venir la garder mais j'entends un gros "boom" et je me mets immédiatement à flipper. Il a quand même pas balancé ma fille par-dessus la rambarde d'escalier quand même? Maël revient vers moi et je le regarde les yeux écarquillés, oubliant un peu de jouer le jeu. Il m'aide à me lever et à descendre les escaliers. En passant devant la chambre de Lula-Bee, je constate que la chambre de ma fille est toujours fermée, donc c'est mon sac qu'il a balancé par-dessus bord. Heureusement que je n'ai pas mis mes produits de beauté dedans... Enfin bref, je lui laisse le bénéfice du doute et le regarde attraper ses clés et son manteau sans se rendre compte que je n'ai plus du l'air d'être sur le point d'accoucher. Il me demande le nom de la maternité et machinalement, je lui montre le frigo. J'ai noté le nom, l'adresse et le numéro y a trois jours. Je lui avais dis mais voilà, sous la panique, Maël l'a oublié. C'est pas trop grave de toute manière. Je ne lui en veux pas. Le jeune homme se tourne vers moi et je vois dans ses yeux que la pièce est tombée. Maël comprend qu'il a oublié ma fille. Je lâche un petit rire en secouant la tête alors qu'il se pose encore mille et une question. « D'abord ma mère, ensuite ma soeur et en dernier ta mère ou ta soeur. » lui rappelais-je. Une nouvelle fois, je lui fais un signe de tête en direction du frigo pour qu'il voit tous les numéros. J'ai tout fait pour lui simplifier la vie mais ces derniers temps, il y a eu trop d'événements pour que le professeur puisse se rappeler de tout. Mais de toute manière, je compte être là le jour où je perdrais vraiment les eaux donc même si je suis en train d'agoniser, je pourrais l'aider si je vois que quelque chose ne va pas.

Maël finit par se tourner vers moi alors que je suis presque hilare. Je m'avance vers lui et accroche mes bras autour de sa nuque. « C'est cruel mais... C'était un test mon lapin. Et tu t'en ai bien sorti mine de rien. » Je lui souris et profite du temps qu'il lui faut pour réaliser ce que je viens de lui dire pour l'embrasser furtivement. J'espère qu'il ne va pas s'énerver, pourvu qu'il soit soulagé et qu'il ne prenne pas mon petit manège de mauvaise manière...


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 325
arrivé(e) le : 30/01/2013
disponibilité pour rp : » indisponible pour le moment
avatar : » paul wesley

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël Mar 25 Juin - 23:20

Assis à même le sol je commence à déballer toutes les pièces que comporte le carton devant moi. Tout cela assembler devrait ressembler à un berceau. Autant dire que cela risque d’être compliquer et ce n’est pas Arielle qui va pouvoir me donner un coup de main. D’ailleurs la jeune femme commence à râler sur son fils. Apparemment ce dernier continue à faire la fiesta dans le ventre de sa mère. Elle va nous faire une crise s’il continue comme cela et bien entendu c’est moi qui vais prendre. Oui parce que c’est de ma faute si elle est enceinte alors je suis celui qui doit payer pour tous les problèmes qu’elle peut avoir. Au bout de huit mois, je commence à avoir l’habitude. Même si des fois j’aimerais bien que tout cela soit finis. Enfin. Elle râle donc et je ne relève pas la tête. Jusqu’à ce que je l’entende jurer. On avait été d’accord sur un truc, on ne prononce jamais de gros mots devant les enfants. Je pensais que cela n’était effectif devant Lula-Bee, pour l’instant, mais l’autre jour j’ai lâché un gros mot parce que je m’étais coupé en cuisinant et je m’étais fait engueuler parce que Mathis pouvait m’entendre. Autant dire que depuis je n’ai pas recommencé. Surpris par ses propos je tourne la tête et la voit à moitié pliée en deux sur le fauteuil. Tout de suite, je me fais du souci. La dernière fois que je l’ai vu comme cela, j’ai du l’emmener à l’hôpital et on a appris que notre petit bout avait des problèmes de santé. Je me lève précipitamment et me dirige vers la jeune femme qui est tout simplement en train de me dire qu’il faut que l’on aille à la maternité. D’un seul coup, j’ai l’impression de me liquéfier sur place. Littéralement.

Je me précipite. Tourne en rond. Pose même une question inutile à la jeune femme. De peur de m’en prendre une, je décide d’agir. Je cours dans notre chambre et récupère le sac qu’Arielle avait déjà préparé pour la maternité. Je sais que dedans il y a des affaires pour elle et pour Mathis. Sans plus de précaution je balance le sac par dessus la rambarde et retourne chercher ma petite amie. Elle à l’air un peu paniquée et ce n’est pas moi qui vais réellement pouvoir la rassurer. Je lui tends la main et du mieux que je peux je l’aide à descendre les escaliers. Pour moi je fais un sans faute pour l’instant. Je récupère mon manteau et celui de la jeune femme et attrape mes clés de voitures. Je redemande à Arielle a quelle maternité on doit se rendre. Oui je sais c’est honteux de ne pas me souvenir de cela, mais la jeune femme m’as parlé de sept maternité différente et chacune à un endroit différent dans Londres. Elle avait fait des comparaisons pendant des heures et je dois avouer que j’avais finis par perdre le fil à la fin. J’avais continue à acquiescer, mais je ne l’écoutais plus vraiment. Ca m’apprendra. Elle me montre le frigo et d’un seul coup je finis par percuter. J’ai oublié Lula-Bee. Je me sens envahi par la honte d’un seul coup. J’interroge de nouveau ma compagne pour qu’elle me rappelle qui je dois contacter. J’ai tout de suite pensé à sa sœur, mais cette dernière n’est pas en ville en ce moment. Arielle reste calme même si j’ai l’impression que je l’énerve. Pourtant lorsque je tourne la tête vers elle je remarque qu’elle rigole. Surpris je me demande si cela est nerveux, mais il semblerait que ce ne soit pas le cas.

La jeune femme se rapproche de moi et s’accroche à ma nuque en m’avouant que tout cela n’était qu’un test. J’ai à peine le temps de protester qu’elle vient me voler un baiser. Je me sens sur le cul d’un seul coup. Bon d’accord elle a dit que j’avais plutôt bien réussi, mais j’y pense à peine. « Mais ce n’est pas drôle ! » dis-je alors en boudant. Non sérieusement je n’ai pas du tout trouvé cela drôle. « J’étais en panique, t’as pas le droit de me faire un coup comme ça. » Je me sens bizarre d’un coup. Je n’aime pas qu’on se moque de moi comme ça et pourtant je ne lui en veux pas tellement. Pourtant je me recule quelque peu et croise mes bras sur mon torse. « Tu va voir un jour je vais te simuler un malaise dans le salon tu va moins rire ! » Méchant moi ? Jamais. Après tout, on dit que la vengeance est un plat qui se mange froid, non ? Je vois le sourire d’Arielle qui ne disparaît pas et je me mets à rire nerveusement. « J’ai super honte d’avoir oublier la petite… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 319
arrivé(e) le : 29/01/2013
disponibilité pour rp : chaud patate.
avatar : torrey devitto.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël Mer 26 Juin - 7:15



Qui va passer un sale moment?


Je me rends compte que mine de rien j'ai un très bon jeu d'actrice. Je sais dans quoi me recycler si jamais ma galerie venait à couler à cause de Marley. Enfin, je n'arrive pas à garder mon sérieux plus longtemps. Maël s'est bien débrouillé même s'il a faillit oublier ma fille. Je ne voulais pas non plus pousser le bouchon jusqu'au moment où il me calerait dans la voiture et qu'on irait en direction de la maternité. Grâce à ce petit test, je sais que même s'il panique, il pensera à tout. Il a pensé à mon sac - qu'il a soigneusement balancé par-dessus la rambarde - aux clés et à nos manteaux. On aurait très bien pu arriver à la voiture et se rendre compte qu'il avait oublié les clés. Et puis il s'est quand même rendu compte qu'il avait oublié Lula-Bee donc ce n'est pas à cent pour cent un sans faute. Il faudra juste que je lui rappelle que toutes les informations sont écrites sur le frigo, comme la nom de la maternité, son adresse et le numéro de la réception ainsi que tous les numéros de nos proches qu'on pourrait avoir besoin dans un ordre très stratégique. En tout premier; Birdie. Elle vit ici et l'université et le plus proche de la maison. Si elle ne peut pas répondre, on téléphone à ma maman qui est infirmière et qui donc sait très bien gérer un bébé - sans parler qu'elle nous a quand même élevé - ensuite la mère à Maël. Je l'ai mise après la mienne parce que ça me mets un peu mal à l'aise qu'elle soit forcée de garder le premier bébé de sa belle fille avec qui elle a aucun lien parenté alors qu'elle pourrait être dans la maternité pour voir son premier petit enfant. Et en tout tout tout dernier, très en bas de la liste, écrit en tout petit; Marley. Car même si elle est ma meilleure amie et marraine de Lula-Bee, je suis pratiquement sûre qu'elle ne sera pas joignable au moment voulu et qu'elle paniquerait de ne pas savoir s'occuper d'une fillette d'une année.

Le test étant terminé, je le fais savoir à Maël en lui offrant mon plus beau sourire pour lui montrer que même si c'était un test, qu'il s'en ai bien sorti - et aussi pour éviter la crise de colère parce que je me suis moquée de lui pendant quelques minutes. Je lui vole un baiser, profitant du temps qu'il a besoin pour réaliser que je ne suis pas du tout en train d'accoucher de son fiston et nargue sa réaction. Il semble complètement abasourdi. C'est vrai que c'était pas très sympa, mais il fallait bien qu'on essaie une fois non? Je fais une petite mine boudeuse lorsqu'il me dit que c'est pas drôle. Non c'est vrai que dans le fond, je ne devrais pas rire comme ça. « C'est rien de méchant. Maintenant, tu sais que tu gères! » dis-je en essayant de me rattraper. Maël s'écarte de moi et croise ses bras musclés sur son torse saillant l'air méchant tout d'un coup. Je plisse les yeux, mains sur les hanches. « Simule! Simule! J'ai une mère infirmière je te rappelle! » dis-je en retenant un nouveau fou rire. Finalement, le professeur se met à rire en voyant mon sourire. Je me joins à lui et m'approche de son torse pour m'y blottir alors qu'il est consterné d'avoir oublié Lula-Bee. « T'inquiète pas! T'étais parfait! » Je redresse la tête et me hisse sur la pointe des pieds pour lui voler un énième baiser. « Bon! Ca m'a donné faim moi tout ça! » dis-je après lui avoir une tape sur le torse et de me diriger vers le frigo.

On passe le reste de l'après-midi à monter les meubles de Mathis et à tout mettre en place. Il ne faut pas rire, si Mathis se pointe cette nuit et que sa chambre n'est pas prête, ce n'est pas les prouesse de son père qui va nous sauver.

FIN DU SUJET


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: + qui va passer un sale moment? feat. Maël

Revenir en haut Aller en bas

+ qui va passer un sale moment? feat. Maël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Sale quart d'heure [Libre]
» Mauvais endroit, mauvais moment... [Feat Shimizu Kaede]
» It's the moment of truth it's the moment to lie it's the moment to live and the moment to die... Feat. Clark
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ ::  :: They used to be useful ~ :: Write me the past-