Partagez|

Happiness only real when shared. » Artémis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Happiness only real when shared. » Artémis Jeu 6 Juin - 21:50

Une semaine. Cela fait désormais une semaine que je suis arrivé à Londres. Sur un coup de tête, plus ou moins réfléchis, j’avais finis par tout plaquer en Ecosse pour venir dans cette ville. Pour retrouver ma famille. La femme que j’aime et mon fils. Ce bébé que je n’ai jamais eu la chance de voir jusqu’à présent. Autant dire que j’étais réellement presser de le rencontrer lorsque j’ai finis par quitter Edimbourg, mais une fois installer à Yellowsky, je me suis senti envahi par une certaine appréhension. Et si Artémis avait refait sa vie ? Cela fait plus d’un an que nous ne nous sommes pas vu et elle doit très certainement m’en vouloir de ne pas l’avoir retenue. De ne pas m’être battu pour elle. Je n’avais fait qu’accepter la décision de mes parents comme si à vingt-quatre ans je ne pouvais pas être maître de mon propre avenir. Il avait fallut garder l’honneur de la famille Callaigh sauf et j’avais laissé l’amour de ma vie partir emportant avec elle notre bébé. Elle a donc eu toutes les raisons valables pour se trouver un nouvel homme. Un homme qui l’aimerait et qui n’aurait pas honte de s’occuper d’elle et de son fils. Cette idée me tue littéralement, mais je n’arrive pas à m’enlever de l’esprit. Tout cela m’empêche de dormir et surtout m’empêche de trouver le courage d’aller frapper à sa porte. Son père m’avait donné son adresse, mais jusqu’à présent je n’ai réussi qu’à rester quelques minutes devant son immeuble avant de rebrousser chemin. J’ai tellement peur de ce que je vais trouver, peur de sa réaction… Si elle me rejette je ne sais vraiment pas comment je réagirais. J’ai fait tout cela pour elle, mais n’est-ce pas trop tard ? Voilà que je recommence à me poser tout un tas de questions. Je n’y arriverais jamais si je continue comme cela…

Histoire de me changer un peu les idées et surtout de me donner du courage, je me décide enfin à sortir de mon appartement. Pour une fois, il fait plutôt beau et chaud. D’un pas décidé je déambule dans la ville sans vraiment savoir où je vais. Je visite, je découvre. Londres est une ville assez charmante même si mon Ecosse me manque déjà. Au détour d’une rue, je finis par entrer dans un parc. L’endroit est assez désert. Nous sommes en plein milieu de semaine et la plupart des gens doivent encore être au travail. Je profite du calme pour me remettre les idées en place. C’est décidé en sortant d’ici je vais chez Artémis et cette fois je ne me défile pas. J’ai besoin de la voir, besoin de lui parler et d’enfin faire la connaissance de mon fils. Je me soucierais des conséquences plus tard. En attendant je continue à me promener. Un ballon m’atterris entre les pieds et je le renvoi à la bande de jeune qui venait de me l’envoyer. L’un d’entre eux me propose de jouer avec eux et je finis par accepter. Une bonne partie de foot ne me ferait pas de mal. Je sympathise rapidement avec eux et on finit par jouer en rigolant. J’en oublie presque mon sérieux légendaire. Nous jouons pendant plusieurs minutes et je finis par leurs fausser compagnie. Je marche quelque peu en reculant pour leur dire au revoir et doué comme je suis je finis par rentrer dans quelqu’un. « Oh mince désolé… Je regar… » Je n’arrive même pas à terminer ma phrase. Je viens de me retourner et mon regard vient de se poser sur la jeune femme que je viens de percuter. Mon dieu… Artémis. J’ai hésité pendant des heures et voilà que je lui rentre dedans dans un parc. La jeune femme ouvre la bouche, mais la referme aussi tôt. Je suis son regard qui se pose sur une poussette. Je n’avais pas prévu cela non plus. D’où je me tiens je ne peut pas voir le bébé qui se trouve dans le landau et je n’ose pas bouger pour le faire. Mon cœur s’accélère dans ma poitrine et je ne sais même plus quoi dire. « Je… Enfin… » Tais-toi mon pauvre Eoghan tu t’enfonce. Mon regard croise celui d’Artémis et nerveusement je finis par passer une main sur ma nuque. Je ne sais vraiment plus du tout quoi faire. Partir ou rester ? Et surtout, que dire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Dim 9 Juin - 21:12


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis



Oui maman.... Non. Je te dis que non. Oui
il commence, en effet. C'est possible, je demanderai à la pédiatre... Excellente d'après les critiques... Non je n'ai pas besoin d'argent... Oui et bien non, tu aurais du t'en préoccuper il y a un an.
Je raccrochai le téléphone brutalement en grognant, ce qui réveilla Nolan, faisant apparaître des larmes de crocodiles lorsqu'il me vit contrarié. Il était absolument tout ce qu'il me restait d'important sur terre, il était tout ma vie, ma raison de vivre et de me lever chaque matins. J'avais du prendre un jour de congé car il avait pleuré toute la nuit à cause de coliques normales pour un bébé de cinq mois, mais ça m'avait tout de même inquiété et j'avais préféré l'emmener chez la pédiatre qui se trouvait au coin de la rue. Elle m'avait d'ailleurs rassuré en me disant que c'était tout ce qu'il y a de plus normal à cet âge, et que Nolan était en parfaite santé. Imaginer qu'il puisse souffrir ne serait-ce qu'une seule seconde m'est insupportable, et je sais que je suis une maman étouffante, et qu'il aura probablement des séquelles, des difficultés à s'attacher aux femmes quand il sera grand, qu'il restera longtemps dépendant de moi, mais pour l'instant je ne peux pas faire autrement. C'est peut-être à cause du fait que son papa ne soit pas présent que je me sens obligé de le surprotéger, rien n'est moins sur. En tout cas je ne pouvais pas le laisser comme ça ce matin et lorsque la pédiatre m'a rassuré sur quelque chose que je savais déjà et qui m'a coûté bien trop cher, j'étais heureuse et j'avais l'impression d'avoir un poids en moins. Nous sommes donc rentré chez nous, dans le petit loft que j'ai acheté avec les sous de mon livre, et j'ai laissé Nolan joué dans son parc pendant que je préparais le repas : purée de légumes pour lui et pâtes au beurre pour moi. Etant donné que je ne suis qu'une simple serveuse, comme j'ai du arrêter mes études pour poursuivre ma grossesse nous ne roulons par sur l'or et je mage souvent des pâtes ou du riz, mais ce n'est vraiment pas important. Tout ce qui compte c'est que mon fils soit en bonne santé. Et bah alors mon ange ? C'est quoi cs larmes de crocodile ? Je pris Nolan dans mes bras en le berçant un peu pour qu'il cesse de pleurnicher, patiemment. Lorsqu'il se calme, je l'installai dans sa poussette, attrapai mon sac et nous partîmes en direction du parc pour profiter un peu du soleil. J'avais préparé un drap ainsi qu'un livre pour passer une après midi calme avec mon fils, mais apparemment les plans allaient changer. En effet, alors que j'étais en train d'installer le drap sur l'herbe je sentis quelqu'un me tomber presque dessus en s'excusant et lorsque je me retournai pour m'excuser machinalement à mon tour, je découvris Eoghan. Le seul. L'unique.
Et paraissait tout aussi surpris que moi de me voir, et aucun mot ne sorti de notre bouche durant quelques instant, jusqu'à ce que je dise Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu fais là ?



@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Mer 12 Juin - 12:29

Je cherchais juste à gagner du temps. Je suis passé par ce parc pour me remettre les idées en place. Je pensais avoir encore quelques heures avant de trouver le courage d’aller frapper chez Artémis. Je ne pensais vraiment pas lui tomber dessus. Dans tous les sens du terme. Je suis sous le choc, incapable de dire ou de faire quoique ce soit. La femme que j’aime est juste là, sous mes yeux. Cela fait plus d’un an que j’attendais ce moment et maintenant je suis incapable de savoir comme réagir. Je me surprends même à vouloir partir. Je ne suis pas encore prêt à l’affronter. Pas tout de suite. Je n’ai pas encore décidé de ce que j’allais lui dire. Comment vais-je pouvoir lui expliquer mon retour ici sans qu’elle ne s’énerve. Après tout, cela fait déjà des mois que j’aurais pu venir la chercher. Dès l’obtention de mon diplôme j’aurais pu revenir dans sa vie, mais j’avais attendu, pour ne pas blesser mes parents et même si à une époque elle comprenait cela, je me demande si se sera encore le cas aujourd’hui. Mais ce qui me bloque le plus ce n’est pas de parler à Artémis, mais plutôt de voir mon fils pour la première fois. Il est là dans cette poussette et mon cœur s’emballe déjà alors que d’où je suis je ne peux absolument pas le voir. Je remarque juste que la couverture bouge et que le petit bonhomme doit donc être réveiller. Sûrement en train de regarder sa jolie maman. Je secoue un peu la tête, passe une main nerveuse sur ma nuque et pose à nouveau les yeux sur la blondinette en face de moi. J’essaye de lui parler, mais je me rends rapidement compte que je suis juste en train de bégayer comme un idiot. Elle paraît plus surprise que jamais et je comprends parfaitement pourquoi. Je ne l’ai pas prévenue de ma venu ici et je reste persuader qu’elle a finit par tourner la page. Ou tout du moins se faire une raison. Pourtant la jeune femme me demande ce que je fais ici et je me rends compte qu’il va falloir que je parle désormais. J’enfonce mes mains dans les poches de mon jean et baisse quelque peu les yeux. « Je… Je suis venu à Londres pour toi. » Bébé gazouille quelque peu dans sa poussette et je ne peux m’empêcher de sourire. « Enfin pour vous. » J’ai comme l’impression que rien ne sera facile, qu’elle va m’en vouloir pendant longtemps. Peut être même qu’elle ne voudra jamais me donner une nouvelle chance, mais qui ne tente rien n’as rien après tout, non ? Et j’ai trop besoin de la retrouver. Ne serait-ce qu’un tout petit peu. Les minutes passent et je me sens un peu moins stresser. « Je… Je peux le voir ? » demandais-je alors doucement. J’ai toujours aimé les enfants ou tout du moins j’ai toujours eu un très bon feeling avec eux et cela fait cinq mois que je me torture l’esprit en me disant que j’ai un bébé, que je suis papa. Il faut que je le vois, que je sache comment il s’appelle, comment il va et tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Mer 12 Juin - 20:59


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 Il était là, droit devant moi, à
seulement quelques centimètres de mon visage, de mon corps. Mon coeur battait la chamade à sa simple présence, voilà une chose qui n'avait absolument pas changé en un ans, et je me détestais d'être si heureuse de le voir. J'aurais du lui en vouloir, avoir envie de partir en courant, Nolan sous le bras pour ne plus jamais avoir affaire à lui. Mais au contraire sa présence enlevait d'un coup un poids en moi, rien que de savoir qu'il voulait voir son fils, rien que lorsqu'il dit « Enfin pour vous. » mon coeur fit un bon, puis se calma jusqu'à ce qu'il ajoute : « Je peux le voir ? » C'était le moment que j'avais attendu sans relâche depuis plus d'un an, plus encore depuis mon accouchement, que j'avais vécu seule dans un hôpital froid et inconnu. J'avais soufferts durant des heures sans mains à tenir, sans présence réconfortante près de moi. Après ça, j'avais tenu dans mes bras un enfant né d'un amour que je croyais terminé à jamais, né sans être désiré mais plus aimé que quiconque sur cette terre depuis sa venue au monde. Depuis il était devenu sans nul doute ma raison de vivre. Et revoir Eoghan devant moi, les yeux mi perdus-mi brillants, demandant à rencontrer notre plus belle création, je ne pouvais refuser. Bien sur, je devais avant tout protéger ce petit être sans défense qui n'avait que moi sur terre, et Oeghan allait devoir regagner ma confiance pour faire partie de sa vie, de notre vie. Mais c'était ce que je désirais le plus au monde, car même si il avait rencontré quelqu'un d'autre depuis le temps, qu'il avait refait sa vie et que plus rien n'était possible entre nous, Nolan méritait de vivre le meilleur, et avoir un père était la meilleure chose possible. Et malgré la lâcheté dont il avait fait preuve, malgré ses choix, j'étais certaine qu'il était capable d'être un bon père pour Nolan. Il ne pouvait pas avoir tant changé que ça en un an, et lorsque nous étions encore ensemble il était quelqu'un d'extrêmement aimant et attentif. Il était spontanée et de confiance. Rien que le fait d'y repenser créa en moi un frisson qui parcourut ma colonne vertébrale jusqu'au bas de mon dos, avant que je réponde en tentant de garder mon calme « Bien sur » Je pris alors le petit ange qui était joyeusement en train de gazouiller dans mes bras, et il m'offrit son plus beau sourire avant que son regard se pose sur son père.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Jeu 13 Juin - 8:34

J’ai véritablement le cœur qui s’emballe juste à poser mes yeux sur elle. Elle m’a tellement manqué. C’est juste indescriptible. Je pensais à elle tous les jours. Dès le matin je me demandais où elle était et ce qu’elle pouvait faire. On n’a jamais vécu ensemble, malheureusement, mais je connaissais parfaitement ses petits rituels. Et tous les jours, je me suis demander si elle avait changé cela ou pas. Au début, le pire était lorsque je sortais des cours. Habituellement j’allais directement retrouver Artémis pour passer la soirée avec elle avant de rentrer sagement chez moi. On révisait ensemble, elle me poussait à faire mes devoirs pour l’université et je l’encourageais dans tout ce qu’elle entreprenait. On avait nos habitudes et tout cela a été brisé sans que je n’aie le temps de comprendre le pourquoi du comment. Quand elle a disparue de ma vie, j’ai rapidement compris qu’elle était tout ce que j’avais réussis de mieux dans ma vie. Dire qu’au début je ne l’avais même pas remarqué… J’ai faillis passer à côté de la femme de ma vie. Alors oui j’ai mis un an à me rebeller auprès de mes parents, mais désormais je suis là, je suis en face d’elle. Je pensais être capable de gérer nos retrouvailles, mais au final c’est loin d’être le cas. Je me retrouve bouche ouverte, incapable de dire quoique ce soit de cohérent. C’est Artémis qui finis par me demander ce que je viens faire ici. Je sors un peu de ma léthargie et lui annonce que je suis revenue pour elle et pour notre fils. Elle à l’air surprise, mais contrairement à ce que je pensais elle ne me rejette pas. Je ne crie pas victoire pour autant. Je la connais, elle m’en veut. Bien sûr qu’elle m’en veut et c’est tout à fait compréhensible, mais au moins elle n’a pas encore pris la fuite. Bébé ce manifeste un peu dans sa poussette et avant de perdre totalement la face, je demande à la jeune maman si je peux le voir. Elle ne semble même pas hésiter et je dois avouer que cela me touche. Elle se penche sur la poussette et prends son fils dans ses bras. Et là… J’ai l’impression de mourir. Il est si petit et à l’air si innocent. Il sourit à sa maman et finalement tourne la tête vers moi. Dire que c’est un petit bout d’elle et moi. Je me sens totalement paralyser. J’ai jamais été comme cela. Bébé gazouille encore un peu et je finis par craquer. Il est juste trop mignon. Je me rapproche doucement de lui et du bout du doigt caresse sa petite joue. « Salut bébé. » dis-je doucement tandis qu’il plongeait son regard dans le mien. « Il a les même yeux que toi. » finis-je par remarquer. Je relève la tête et me rends compte que je suis véritablement proche d’Artémis d’un seul coup. J’essaye de ne pas montrer mon malaise et me concentre de nouveau sur bébé. Il attrape mon doigt dans sa petite main et je me sens défaillir. C’est mon fils. « Ton père m’as dit que je pouvais te trouver ici et que tu avais accouché d’un petit garçon, mais… Je sais pas comment il s’appelle. » C’est bien la seule chose qui m’intéresse pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Ven 14 Juin - 9:08


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 Les yeux de Eoghan brillaient
presque autant que ceux de son fils, et j'avais l'impression que mon coeur s'était reconstitué, qu'il était enfin entier. Les deux personnes que j'avais jamais aimé le plus étaient là, juste devant moi et dans mes bras. J'avais envie d'embrasser le père de mon enfant pour lui montrer à quel point il m'avait manqué, à quelle point je ne regrettais pas d'être tombée enceinte. Parce que même si ma vie de jeune fille naïve et insouciante et belle était bien finie, je n'avais jamais aussi vivante que je l'étais aujourd'hui. Et même si je ne vivais plus dans une maison avec sept chambres et cinq salles de bains mais dans un loft de trente mètres carrés, j'étais plus heureuse que jamais. Oeghan m'avait tellement manqué cette année que l'idée qu'il reparte m'était insupportable. Nous étions inséparables avant. Nous étions amoureux, jeunes et nous nous connaissions par coeur. Si bien que nous passions des fois des heures sans parler, à lire ou à réviser en appréciant la simple présence de l'autre. Des frissons me parcourent la nuque à ces souvenirs. Des moments simples qui faisaient mon bonheur à l'époque. Mais cette vie là avait bien changé, aujourd'hui mon bonheur était de voir Nolan me tendre les bras pour que je le porte, me sourire, manger, rire, dormir. Oeghan ne faisait plus partie de ce bonheur jusqu'à ce qu'on se rencontre dans le parc. « il a les mêmes yeux que toi » c'est vrai, on me l'avait souvent dit. Je souris, parce que j'aime les yeux de mon fils, et parce que Oeghan l'avait remarqué. Mon coeur ne cessait de battre tant sa présence me touchait, m'émouvait. J'avais envie de le toucher, de sentir sa peau et sa présence qui m'avait longtemps été si réconfortante... « mais il a ton sourire » ajoutai-je en lui souriant. Il pouvait lui-même le constater tant Nolan ne cessait de sourire en regardant son père. Comme si il savait, comme si, lui aussi, lui avait pardonné. Il m'était impossible d'empêcher Oeghan de voir son fils, car moi aussi j'avais envie de le voir. Il me manquait, son esprit, sa présence, ses bras réconfortants et aimants dont je ne pouvais me passer autrefois. Il avait été la personne la plus importante de ma vie durant des années et je savais aujourd'hui que mon amour pour lui n'avait pas changé, et ne pourrait jamais. Il était comme une évidence dans mon coeur, dans mon âme, au plus profond de mon être. Je voulais l'embrasser, le toucher. Je voulais le sentir près de moi, savoir que rien n'avait changer. Bien sur il avait pu refaire sa vie entre temps. Il avait pu rencontrer quelqu'un et l'aimer autant qu'il m'avait aimé. Et je pouvais le comprendre, et je l'acceptais mais si j'avais une étrange impression de brûlure dans mon coeur en y pensant. Dans tous les cas, je ne pouvais lui interdire de voir son fils, car l'un et l'autre méritait de se connaitre.   « Mon père ne te l'a pas dit ? Il s'appelle Nolan » Je cherchai un réaction sur le visage d'Oeghan. Lorsque nous étions ensemble et que nous rêvions d'avenir, nous disions que nos enfants s'appelleraient comme nos ancêtres en leur hommage, mais en sentant Nolan grandir en moi, seule, j'avais pris la décision de ne pas tenir cette parole et de couper les ponts avec nos familles de cette façon là aussi. Mon fils méritait mieux qu'un nom qui signifiait à présent pour moi "abandon".


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 17 Juin - 17:24

Je retiens mon souffle lorsqu’Artémis se penche sur la poussette pour prendre notre fils dans ses bras. Je ne l’ai jamais vu et cette première fois restera a jamais graver dans mon esprit même si je n’avais pas prévu de les rencontrer aujourd’hui. Malgré tout, j’essaye de ne pas montrer à quel point cela peut me déstabiliser. Habituellement j’aime avoir le contrôle sur la situation et pour le moment ce n’est pas vraiment le cas. Pourtant je me reprends et ne lâche pas la blondinette du regard. Jusqu’à ce que bébé apparaisse dans mon champs de vision. J’ai toujours bien aimé les enfants et je suis du genre à être un peu gaga devant un bébé, mais bizarrement aujourd’hui, je dis absolument rien. Je reste bouche bée face à se petit être. Il est tellement petit, il a l’air tellement innocent et fragile. Je reste subjugué. Dans ma tête, je ne cesse de me répéter qu’il est mon fils également. La chair de ma chair. C’est tellement bizarre. Pendant un an je n’ai cessé de me répéter qu’il était bel et bien là quelque part avec sa mère, la seule femme que je n’ai jamais aimer. Certain pourrait trouver cela idiot qu’a mon âge je pense déjà à Artémis comme la seule femme de ma vie, mais c’est bel et bien le cas. En un an, je ne suis jamais allé voir ailleurs. Cela fait un an que je n’ai pas pris une femme dans mes bras ou autre. Je me suis noyé dans le travail pour oublier que l’on m’avait arraché à ma famille et après des mois de réflexion, j’ai finis par comprendre que je ne pourrais pas toujours obéir à mes parents. J’ai mis le temps, mais aujourd’hui face à mon fils je comprends que je ne pourrais jamais regretter mon choix et que j’aurais même dû faire cela bien plus tôt. Le petit garçon ce met à sourire et pose son regard sur moi. Je me sens presque défaillir. Je fais remarquer à la jeune maman que le petit à ses yeux. Elle semble surprise que je remarque cela aussi rapidement. A son tour, elle me dit que le petit à mon sourire et c’est vrai qu’elle n’as pas tord. « Il est vraiment mignon. » dis-je doucement. J’ai peur de faire un geste de travers ou de dire quelque chose qui ne faut pas. Je suis comment paralysé. Pourtant je me rapproche un peu de la jeune femme et touche la petite main de mon fils tout en demandant à sa maman comment il se prénomme. Parce qu’après tout, je sais pratiquement tout sauf cela. Nolan. Je suis surpris. Lorsque l’on était ensemble on avait parlé du prénom de nos enfants et on avait évoqué nos ancêtres. Mais très vite je comprends pourquoi elle a changé d’avis. « Hey Nolan. » Tout de suite le petit garçon me regarde avec beaucoup plus d’attention. Il a compris que je m’adressais à lui et je ne peux que sourire. Il tape dans ses petites mains et finis par tendre les bras vers moi. Nous échangeons un regard avec Artémis et elle me fait signe de le prendre. C’est très délicatement et tendrement que je finis par poser Nolan contre moi. Il s’accroche à mon tee-shirt et pose son autre main sur ma joue. Très doucement je dépose un léger bisou sur sa tempe. « Je suis désolé d’avoir mis aussi longtemps. » dis-je sans forcément m’adresser particulièrement à l’un ou à l’autre. Je veux me faire pardonner auprès d’Artémis, mais également auprès de Nolan. Un instant je gazouille comme un idiot avec mon fils et remarque le regard tendre d’Artémis. « Je suis tellement désolé si tu savais. Si tu veux pas me pardonner, je pourrais le comprendre, je t’assure. Mais je veux juste pouvoir faire partie de sa vie. Je veux t’aider pour l’élever. » dis-je doucement. Si elle m’annonce qu’effectivement elle est passé a autre chose et qu’elle ne veut plus de moi dans sa vie, je le prendrais mal, mais je ne dirais absolument rien. Je respecterais son choix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 1 Juil - 11:12


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 Nous nous connaissions depuis des
années, et à l'époue ou nous étions ensemble j'aurais pu lire dans ses expressions comme dans un livre ouvert, comme si j'avais pris l'option sous-titre de son coeur. Les expressions qu'il avait ce jour là étaient assez faciles à décelées : l'étonnement surtout. J'étais donc incapable de savoir si j'avais gardé cette capacité à comprendre ce qu'il pensait sans qu'il n'en dise mot. Mais le voir découvrir son fils, voir ses yeux brillants de bonheur était la chose la plus heureuse que j'ai vu en dehors de Nolan depuis des années. Cela était évident qu'il ressentait dans ce petit être autant d'amour que celui que j'avais la chance de vivre au quotidien. Le bambin émanait tant de joie et de bienveillance que c'en était presque lumineux. Et voir son père, l'homme que j'aimais, découvrir ça était très émouvant.
Lorsque Eoghan se rapprocha, faisant bondir mon coeur une nouvelle fois dans ma poitrine, il paraissait complètement hypnotisé par Nolan, qui attrapa un de ses doigt en gazouillant gaiement. Mon souffle se coupa à la vue de tant d'amour, comme si il s'agissait d'un coup de foudre entre ces deux être que j'aimais plus que tout. Après une seconde d'hésitation, mes bras se tendirent vers le jeune homme et le bébé passa dans son étreinte tendrement. Je n'aurais pu être plus heureuse qu'à ce moment précis de ma vie, où l'homme qui était à l'origine de mon bonheur le découvrait. Ils étaient tout ce que j'aimais le plus au monde, et les voir réuni me créa tant d'émotion qu'une larme de joie perla sur ma joue sans que je m'en aperçoive. Lorsque Eoghan releva les yeux vers moi   « Je suis tellement désolé si tu savais. Si tu veux pas me pardonner, je pourrais le comprendre, je t’assure. Mais je veux juste pouvoir faire partie de sa vie. Je veux t’aider pour l’élever. » J'eu l'impression de sentir mon coeur s'arrêter à ces mots. Comment pouvais-je refuser qu'il voit grandir son fils ? Qu'il fasse de nouveau partie de ma vie ? Bien sur, il nous avait abandonné une fois et pour cette raison la reconstruction de la confiance aveugle d’antan n'allait pas se faire en un jour mais il méritait de connaitre Nolan, et Nolan méritait d'avoir un père. Mais je ne su pas tout de suite quoi répondre, car mon coeur avait envie de l'embrasser et de le serrer contre moi pour sentir sa chaleur, l'odeur de sa peau. Ma tête en revanche se voulait froide et distante avec l'homme qui nous avait abandonné et qui était revenu comme une fleur en me demandant d'oublier. « Nolan mérite de connaitre son papa » finis-je par conclure d'une voix presque chuchotante. Mon regard était plongé dans le sien, à la fois calme et émerveillé. Nous restâmes dans un silence absolu jusqu'à ce que bébé remua en baillant. Il me tendit les bras et je le repris calmement avant qu'il niche son visage dans mon cou. Eoghan ne disait plus rien, alors j'osai « il faut que j'aille le coucher, tu veux venir ? » Mon coeur battait à tout rompre en attendant sa réponse. J'avais peur qu'il refuse presque autant qu'il accepte. J'avais peur qu'il voit l'endroit où nous vivions, qu'il soit déçu qu'il ne s'agisse pas d'un magnifique hotel particulier. Mais s'il refusait je craignais qu'il ne disparaisse à nouveau.


@destiny.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 15 Juil - 17:36

Je rencontre mon fils pour la première fois et je dois avouer que c’est assez… Exceptionnel. J’ai imaginé ce moment depuis plusieurs mois. J’ai même douté en quittant mon Ecosse natale pour venir les retrouvés ici. Je ne pensais pas qu’Artémis m’autorise à voir notre fils aussi rapidement. Et pourtant… Nous sommes là dans ce parc et elle vient tout juste de prendre bébé dans sa poussette. Bonhomme plisse un peu ses yeux pour s’habituer à la lumière et finalement mon regard croise le sien. C’est un moment unique. Je rencontre ce petit ange qui ressemble tellement à sa mère au premier regard. Sans vraiment faire attention, je me rapproche d’eux. Mon cœur s’accélère lorsque ma main vient frôler à la peau toute douce de mon fils. Je ne pense même pas à Artémis. Je sais qu’elle est là, juste à côté de moi, mais je concentre uniquement sur Nolan. Bébé gazouille et finis par attraper un de mes doigts de sa petite main. Il n’en faudra pas plus pour me faire fondre. C’est un véritable coup de foudre. D’un seul coup, je comprends que je serais capable de tout pour ce petit être, pour qu’il soit heureux et qu’il est la meilleure vie qui soit. Je tends doucement les bras et Artémis me confie Nolan. Je le pose doucement sur mon torse et plonge mon regard dans le sien. Je me sens revivre. C’est comme si j’avais enfin trouvé ma place. Là avec la femme que j’aime et le fruit de notre amour. C’est hésitant que je relève les yeux vers la jeune maman pour lui faire part de mon envie de l’aider à élever Nolan. Elle semble choquée par mes paroles. Visiblement le fait qu’elle m’exclue de la vie de mon fils lui paraît totalement absurde et d’un seul coup je m’en véritablement rassurer. Après quelques secondes elle finit par me dire que Nolan mérite de connaître son père et je me retiens de lâcher un long soupire de soulagement. « Merci… » Je rêve de la prendre dans mes bras elle aussi, mais je n’ose même pas bouger. Je voudrais l’embrasser, mais j’ai trop peur de sa réaction, alors je ne dis rien. Au bout de plusieurs minutes, Nolan se met à bailler dans mes bras et Artémis me propose de venir avec elle. Je suis assez étonné, mais finis par lui offrir mon plus beau sourire. « Oui. Avec plaisir. »

Elle recouche Nolan dans son berceau et je l’aide à récupérer ses affaires. J’enfonce mes mains dans mes poches et la suis sans faire de bruit. Je ne sais même pas où elle habite. Lorsqu’on finit par s’engager dans une rue, je comprends que l’on vit dans la même. Un sourire timide s’affiche à nouveau sur mes lèvres. « J’ai pris un appartement juste là. » dis-je tout en lui montrant du doigt mon immeuble à l’autre bout de la rue. On s’engage dans son allée et je me dis que c’est sans aucun doute une belle coïncidence. Je n’aurais pas des kilomètres à faire pour venir les voir et si elle a un problème je ne serais pas loin pour lui donner un coup de main. Artémis prends Nolan dans ses bras et du mieux que je peux je l’aide à plier la poussette. « Va falloir que je m'entraîne je crois. » dis-je en riant un peu nerveusement. Je la suis et nous finissons par arriver dans son appartement. Un petit endroit cosy empli de jouet pour bébé. J’ai beau toujours avoir eu de l’argent, je m’étais toujours imaginer vivre dans un endroit comme celui-là avec Artémis. « Vous avez l’air bien installé ici. » Nolan c’est endormi dans les bras de sa maman et cette dernière disparaît dans sa chambre pour aller le coucher. Timide je reste dans le salon, sans trop savoir quoi faire. Ni quoi dire à Artémis quand elle reviendra. La revoilà justement. « Je… Je vais peut être pas resté. Je ne veux pas te déranger. Je pourrais repasser demain pour voir Nolan. Ou plus tard. Enfin comme tu veux. » Voilà que je m’emmêle les pinceaux maintenant. On dirait un adolescent, j’ai presque envie de me moquer de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Dim 21 Juil - 19:24


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 Au fur et à mesure que je le voyais
regarder Nolan, la question de mes sentiments pour cet homme s'évaporait. Je l'aimais, c'était évident. J'aimais ce qu'il avait été, et ce qu'il était à ce moment précis. J'aimais le fait qu'il aie décidé de nous retrouver, presque autant que celui d'être tombée enceinte. Je voulais qu'il fasse partie de la vie de mon bébé mais aussi de la mienne. Je voulais le redécouvrir, apprendre à le connaitre, de nouveau. Je voulais être une nouvelle fois être certaine de pouvoir lui faire confiance et qu'il sera toujours là pour notre bébé, pour moi. Je l'aimais comme lorsque nous étions encore des enfants, lorsque nous restions des heures à discuter dans les bras l'un de l'autre, à faire l'amour, à rire, à se battre avec des oreillers.

Nous nous dirigions vers l'appartement que je m'étais acheté avec l'argent que mon livre m'avait rapporté, et en tournant dans la rue il précisa qu'il vivait aussi dans cette même rue, ce qui me fit sourire.. Drôle de coïncidence... Et une fois arrivés à destination, je cherchai pendant cinq minutes les clés de l'appartement dans mon sac, alors que je les avaient mises dans le sec du bébé. Nous pûmes finalement entrer et je regrettais de ne pas avoir ranger le linge qui était en train de sécher sur l'étendoir, près de l'une des nombreuses vitres de la pièce principale. Tant pis après tout, un string est un string et un bavoir un bavoir ! Nolan s'étant endormi dans mes bras pendant que nous montions les marches de l'immeuble, la première chose que je fis en rentrant fut de le coucher dans la seule chambre que contenait l'endroit. Je ne fus pas étonnée de constater que Eoghan n'avait pas osé me suivre, il n'était pas du genre à s'imposer. Mais lorsqu'il me dit par la suite qu'il allait probablement partir je ne pu m'empêcher d'éprouver une pointe de frustration. Etait-ce parce qu'il était gêné ou parce qu'il n'avait réellement pas envie de passer du temps avec moi ? Je pris pour auto-excuse le fait que nous avions besoin de parler pour lui demander  « Tu ne veux pas boire quelque chose ? » ma voix fut plus suppliante que je ne l'aurais voulu, alors je décidai de continuer   « Je pense qu'on a des choses à se dire, non ? » Il fallait mettre les choses au clair aussi, qu'on voit comment nous pourrions nous organiser à l'avenir... Comme je n'avais pas fermé la porte de la chambre (je ne la fermais jamais lorsque Nolan dormait) nous l'entendîmes tousser, ce qui me fit de nouveau penser à la semaine précédente durant laquelle il avait été malade. J'avais détester cette semaine, et même si la pédiatre m'avait rassurée sur la fait qu'en dehors de son rhume, Nolan était en parfaite santé et paraissait être un bébé heureux et accompli, le voir si faible et si fatigué m'avait fait peur.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Ven 26 Juil - 12:57

Pour la première fois de ma vie, je peux dire que je passe un moment avec ma famille. Pas avec mes parents, mais avec ma famille. La mienne. Celle que j’ai voulu construire et que l’on m’a arraché. Il ne me faudra que quelques minutes pour comprendre que désormais personne ne pourra me séparer d’eux. Je vais tout faire pour racheter mes erreurs et pour qu’Artémis est de nouveau confiance en moi. J’ai encore et toujours besoin d’elle dans ma vie et j’ai besoin de Nolan aussi désormais. Ce petit bout de chou qui est en train de s’endormir dans sa poussette alors que nous nous dirigeons vers l’appartement de la jeune femme. Elle m’a demandé de les accompagnés et bien entendu, je n’ai pas pu refuser. Je ne sais absolument pas comment ce la va bien pouvoir se dérouler, mais je ne peux pas les abandonnés. Pas tout de suite en tout cas. Je vois cela comme une chance d’être tombé sur eux dans ce par cet je veux encore en profiter un peu. Très rapidement, je me rends compte que nous habitons dans la même rue. Je prends un peu cela pour un signe du destin. On devait se retrouver. Rapidement on se retrouve dans l’appartement d’Artémis. C’est un petit appartement, mais ça à l’air d’être un endroit assez cosy. Je regarde autour de moi sans trop m’avancer. Je ne veux pas m’imposer non plus. Elle va coucher Nolan qui avait finis par s’endormir et je reste à ma place. Oui je viens de revenir dans leur vie, mais je ne vais pas non plus la suivre de partout pour voir ce qu’elle fait avec le petit. Je l’entends parler à son fils et je souris dans le vide. Pourtant lorsqu’elle revient, je me sens quelque peu mal à l’aise. Je finis par lui dire que je devrais y aller et je la vois hésiter. Elle me retient en me proposant de boire quelque chose et finis par ajouter que l’on devrait sans aucun doute parler un peu. Je sais qu’elle n’as pas tord, mais d’un seul coup, j’ai un peu peur de cette conversation. Elle me fait signe de prendre une place à la table du salon et je m’assois en silence. « Je veux bien un verre d’eau s’il te plaît. » Elle s’éloigne dans la cuisine et j’entends Nolan tousser dans sa chambre. Je tourne la tête, mais il ne pleure pas. Artémis semble inquiet tout de même. Je trouve cela bizarre. « Il est malade ? » Le petit tousse encore mais cela ne semble pas trop déranger son sommeil. J’aime bien les enfants, mais je pense qu’il va encore me falloir un peu de temps pour décrypter tous les signes. Pour comprendre les pleurs de bébé et tout le reste. Mon regard ce plonge dans celui d’Artémis qui viens de s’asseoir en face de moi. Je lui offre un petit sourire timide. « Encore une fois. Je suis terriblement désolé… De t’avoir laissé toute seule pour ta grossesse et pour la naissance de Nolan. » Je baisse une nouvelle fois les yeux. Je ne sais pas trop comment faire pour me faire pardonner. « Je pensais à vous tout les jours. J’ai mis trop de temps et je te demande pas d’oublier, mais je ferais n’importe quoi pour me faire pardonner. Tu compte encore beaucoup pour moi Artémis… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Sam 27 Juil - 11:54


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


Alors qu'il s'asseyait sur le canapé,
j'attrapai deux verres dans le placard de la cuisine ainsi qu'une bouteille d'eau fraiche du frigidaire. J'ajoutai un fond de grenadine dans l'un d'eux et rejoignis Eoghan. Mon verre devint rose à mesure que l'eau montait, et portant le sien à sa bouche, il commença    « Encore une fois. Je suis terriblement désolé… De t’avoir laissé toute seule pour ta grossesse et pour la naissance de Nolan. » Sa voix, crispée me troubla. Il semblait réellement désolé - bien que je n'avais jamais douté de sa parole - mais cette fois-ci ses yeux se baissèrent. Il avait honte du choix qu'il avait fait, et j'avais envie de le rassurer en lui disant que je comprenais, que je savais la pression que ses parents lui avaient toujours mis. Mais je décidai d'attendre un peu, car ses excuses me faisaient beaucoup de bien, et j'avais la sensation que le vide qu'avait creusé la solitude dans mon coeur se comblait par la présence de cet homme. « Je pensais à vous tout les jours. J’ai mis trop de temps et je te demande pas d’oublier, mais je ferais n’importe quoi pour me faire pardonner. Tu compte encore beaucoup pour moi Artémis… » ces derniers mots firent monter la pression dans mes veines, et je sentais mon pouls au niveau de mes tempes. Je comptais encore pour lui ? Mais à quel point ? Je savais depuis à peine quelques heures que j'étais définitivement encore amoureuse d'Eoghan, mais s'agissait-il d'amour pour lui ? Mes lèvres ne purent s'empêcher de tressaillir à ces mots et je baissai à mon tour les yeux pour tenter de cacher la faiblesse de mon coeur. Je m'en voulais d'aimer encore cet homme qui m'avait fait tant souffrir. Mais je ne pouvais pas sentir sa présence sans que tout mon corps ne réagisse. « Je comprends ta décision Eoghan. Je sais les raisons qui t'ont fait choisir tes parents à ton bébé, à moi. Mais j'en ai beaucoup souffert comme tu t'en doutes. Cette solitude pendant toute ma grossesse.. Je n'avais... Je n'avais personne à mes côtés, personne pour me soutenir, pour m'aimer.. » Je marquai une pause quelques secondes, observant la réaction de mon interlocuteur avant de reprendre « Tu m'avais quitté mais pas seulement, mes parents aussi, mes amis, ma famille. » C'était dur, plus dur que je l'aurais imaginé de parler de ça, mais il le fallait. Il fallait qu'il sache. « J'étais seule dans la salle d'accouchement pendant les sept heures de travail, personne ne me tenait la main quand je pleurais, quand j'avais peur. » Je fixais intensément les yeux de Eoghan, ma voix tremblait et mon coeur battant comme si je venais de courir un marathon « Personne ne m'a rassuré lorsque je suis sortie de l'hôpital pour me dire que tout allait bien se passer, que Nolan allait être heureux. J'ai appris seule à donner le bain à mon bébé, à lui faire chauffer un biberon, à le bercer, à écouter ses pleurs, à le comprendre. » Des larmes perlaient à présent sur mes joues jusqu'à mon menton, et je décidai d'arrêter là « Je ne te jette pas la pierre Eoghan, parce que je ne regrette pas ces moments. En un sens ils m'ont construits et c'est grâce à ça que j'ai été capable d'élever seule Nolan jusqu'à aujourd'hui. Mais je t'aime, et tu ne peux pas imaginer à quel point je suis heureuse que tu aies décidé de faire partie de la vie de ce bébé. De notre bébé.  » Nous avions toujours eu une relation très honnête, si bien que nous nous connaissions par coeur à l'époque. Ce fut probablement ça qui m'avait naturellement fait parler à coeur ouvert.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Mar 30 Juil - 0:32

Je me sens un peu mal à l’aise dans cet appartement. Non pas que je regrette d’avoir suivi Artémis, mais plutôt parce que je ne me sens pas chez moi. Je vois bien que je suis un étranger ici. Je n’y ai pas ma place et pourtant la mère de mon fils, me demande de rester. De manière déguisé, mais je finis par accepter. Je n’ai pas envie de partir. Je voudrais pouvoir passer la soirée avec elle même si je sais que ce n’est pas encore gagner. Je peux au moins grappiller quelques minutes en sa compagnie. Je lui demande un verre d’eau et vais m’asseoir dans le canapé en attendant la jeune femme. Un instant, je réfléchis à ce que je vais bien pouvoir lui dire et surtout comment je vais lui dire tout cela ? Artémis me rejoins enfin et mon regard ce perds rapidement dans le sien. C’est avec une voix hésitante et presque brisée que je tente de m’expliquer envers elle. Je m’excuse pour la troisième fois. J’essaye de lui montrer à quel point je suis sincère. Parce que je le suis vraiment. Je ne voulais pas lui briser le cœur, je ne voulais pas tout cela, mais à l’époque j’étais encore trop sous l’influence de mes parents et je n’avais pas vraiment réfléchi à la conséquence de mes actes. Malheureusement… Je vois le regard d’Artémis s’attendrir. Elle en a gros sur la conscience et je comprends rapidement que tout va sortir. Je me décale un peu pour mieux apercevoir son visage et l’écoute attentivement. Je prends soudainement conscience de tout ce qu’elle a pu ressentir. Elle a été abandonnée par tout son entourage alors qu’elle voulait simplement donner vie à son bébé. Le fruit de notre amour. Car Nolan est peut être un accident, mais il a été conçu dans l’amour le plus profond et le plus sincère. On était jeune et nous n’avions pas facilement accès à la contraception avec nos deux familles très catholique. Elle aurait pu vouloir avorter, mais ce n’était pas son genre. Je la laisse terminer sa phrase et relève les yeux vers elle. Je suis bouleversé par son discours. Je me rends compte de tout le mal que j’ai pu lui faire et je me sens plus coupable que jamais. Je me déteste. « Je t’admire Artémis, vraiment… » dis-je doucement. Soudain, je vois des larmes s’échappés de ses yeux clairs. Timidement je pose une main sur son genou et souris quelque peu lorsqu’elle me fait comprendre à quel point elle est heureuse de voir que j’ai vraiment envie de revenir dans la vie de mon fils. Mais je l’écoute à peine… Je ne vois que ces larmes. « Viens là.. » dis-je doucement. Je lui ouvre mes bras et après un instant d’hésitation, elle finit par se blottir contre moi. Je pose une main dans ses cheveux et la serre un peu plus contre moi. « Tu ne peux pas savoir à quel point je m’en veux et a quel point je me déteste… Je ne sais pas pourquoi je suis resté aussi longtemps sous l’influence de mon père. » J’en voudrais presque à mon paternel d’avoir eu une telle emprise sur moi. Je lui en veux, mais j’essaye de ne pas le montrer. Je me concentre sur Artémis qui commence à se calmer entre mes bras. Je m’enivre de son parfum et profite de ce câlin dont j’ai rêvé pendant plus d’un an. « Je partirais plus, je te le promets. Je veux être dans la vie de Nolan, mais… Dans la tienne aussi. » Je ne pense pas qu’elle accepterait tout de suite. Je pense bien qu’elle va se méfier, qu’elle ne me fait plus confiance et je comprends parfaitement. « J’ai jamais cessé de t’aimer… » Délicatement je dépose un baiser sur sa tempe. Je me sens tellement bien à ses côtés. Je me sens revivre tout simplement. C’est un bonheur inexplicable. Mais comme toujours, j’ai du mal à parler de me sentiments et de ce que je ressens, alors je tente de changer de sujet, sans m’éloigner du fil principal de la conversation. « Parle-moi de lui… Je sais qu’il est petit, mais il doit déjà avoir son petit caractère non ? Ces habitudes aussi ?! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Mer 7 Aoû - 16:39


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


Le sentir près de moi suffisait à
réchauffer mon coeur, comme si depuis tout ce temps c'était la seule chose qui manquait. Sa présence. Avant, nous n'étions même pas obligé de parler lorsque nous étions ensemble, le simple fait d'être ensemble nous suffisait. Nous nous connaissions tellement par coeur qu'il n'était plus nécessaire de dire ce que nous pensions, bien que nous pouvions passer de nombreuses heures à parler sans nous arrêter. A l'époque je pensais un peu naïvement que nous étions des âmes soeurs. Aujourd'hui, je ne suis plus vraiment sure de leur possible existence, alors je me contente de penser que nous étions jeunes, insouciants et amoureux. Assis en face de moi, je ne peux m'empêcher de me noyer dans ses yeux que je connais par coeur. J'aime sa présence, elle m'est étonnement toujours aussi réconfortante qu'autrefois. Après lui avoir dis ce que j'ai sur le coeur depuis que nous nous sommes quitté, une larme perle sur ma joue et en relevant la tête pour voir son visage, ses traits changent et il m'ouvre ses bras. J'ai envie de le sentir contre moi, de l'embrasser, de le toucher, mais je sais que ce n'est pas aussi simple. Depuis que Nolan est né rien n'est plus simple. Chaque décision que je prends, chaque choix que je fais j'en ai l'entière responsabilité. Pour moi, mais surtout pour mon fils. Alors je me dois de réfléchir avant chaque chose, mais rien n'est plus dur que de refuser les bras d'un être cher. Alors, sans hésiter bien longtemps je m'approche d'Eoghan et niche mon visage dans son cou tandis qu'il rabat ses bras autour de moi. Son odeur envahie mon être, brouille mon cerveau. Je ne sais plus rien, plus rien n'a d'importance en sa présence. Une nouvelle larme coule de mes yeux jusqu'à mon cou, mais celle-ci est de joie et non de peine, et le bonheur que je ressens dans les bras de cet homme est probablement le plus inconditionnel que je n'ai jamais connu. Mon coeur bat si fort que mes esprits sont embrouillés. Je ne sais pas combien de temps nous restons comme ça, mais lorsqu'il me promet de ne plus jamais nous quitter, Nolan et moi, je ne peux m'empêcher de déposer un baiser dans son cou si chaud et si doux.   « J’ai jamais cessé de t’aimer… » Ses mots raisonnent comme une douce mélodie dans mon coeur, et je chuchote sans savoir si il peut m'entendre « Je t'aime tellement... » avant de répondre quelques instants plus tard à sa question « Il est merveilleux. Il rit énormément et la pédiatre m'a dit que c'était le signe d'un bébé épanoui. Elle m'a aussi dit qu'il était très vif et qu'il risque d'être très bavard, parce qu'il gazouille beaucoup ! » Je ne peux m'empêcher de sourire en pensant à Nolan, le petit ange qui dort calmement dans la pièce d'à côté. Je relève la tête pour discuter avec Eoghan « Comme on est que tous les deux on a nos petites habitudes et il m'étonne toujours de son intelligence. Ce matin par exemple il a enlevé le capuchon du biberon tout seul ! » Je pourrais parler de mon fils pendant des heures tant il est source d'inspiration pour moi et tant il m'offre de bonheur.


@destiny.


Dernière édition par L. Artemis Lochlainn le Lun 7 Oct - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Ven 9 Aoû - 13:50

Tout paraît incroyable d’un seul coup. Il y a encore quelques semaines, je me demandais si Artémis accepterait de me laisser entrer dans sa vie à nouveau. Aujourd’hui, je n’ai plus de doute là-dessus. Je suis bel et bien là dans son appartement. Sans réfléchir, je lui ouvre mes bras. Je ne supporte pas de la voir pleurer. C’est atroce comme sensation. Surtout qu’elle pleure à cause de moi. Parce que je n’étais pas assez intelligent pour tenir tête à mon paternel lorsqu’elle est tombée enceinte. Je me suis laisser manipuler par ma propre famille et je le regrette tous les jours. Mais aujourd’hui, je vois une occasion de me rattraper. Ou tout du moins, de tenter de recoller les morceaux. Elle ne me rejette pas. Bien au contraire, voilà qu’elle vient se blottir contre moi. Je me sens soulagé. C’est presque une victoire. Une raison de ne pas abandonner en tout cas. Je la serre contre moi, comme si c’était la dernière fois. Je sens son souffle contre ma peau. Doucement je lui fais comprendre tout ce que j’ai sur le cœur. Je n’essaye pas de me justifier, bien au contraire.  Je veux juste repartir sur de bonne base avec elle. Après une légère hésitation, je finis par lui avouer ne jamais avoir cessé de l’aimer. Je ne m’attendais pas à une telle réaction de sa part. En réalité, je m’attendais à un silence qui voulait en dire long. Mais au lieu de cela, je sens les lèvres d’Artémis venir se poser dans le creux de mon cou. Surpris par ce geste, je ferme un instant les yeux, pour profiter du moment présent. Elle murmure quelque chose, mais je ne suis pas sûr de l’avoir entendu. Quoique ce soit, je suis heureux d’être avec elle à ce moment précis. Sa simple présence m’apaise. Finalement, je la questionne sur Nolan. Je voudrais tout savoir de mon fils. Je veux juste pouvoir rattraper le temps que j’ai perdu à ses côtés. D’un seul coup, je sens Artémis s’éveiller à mes côtés. On dirait que son bébé est son sujet préférer. Cela me fait sourire. Visiblement Nolan est un bébé épanoui et heureux. Bien éveiller également. « Je m’en veux tellement d’avoir rater les premiers mois de sa vie… » Je voudrais pouvoir dire quelques anecdotes sur mon fils. Dire s’il préfère le lait chaud ou froid. S’il aime qu’on le couche d’une telle manière ou d’une autre. « Tu sais des fois… Je passais ma nuit à vous imaginer. Je me suis demandé à quoi tu ressemblais avec ton ventre rond. Je me demandais si c’était une fille ou un garçon et quel prénom tu aurais choisi. J’essayais deviner à qui il pourrait ressembler le plus. » Littéralement je me torturais avec tout cela. Je pouvais passer des nuits blanches à retourner tout cela dans ma tête. Soudain je pense à quelque chose. « Je suppose qu’il a déjà un doudou, mais j’avais acheté une peluche pour lui. Elle est chez moi, mais je l’amènerais la prochaine fois. » En emménageant ici, j’ai acheté un petit nounours pour mon bébé. J’avais pris une heure avant de me décider. Ne sachant même pas si j’aurais la chance de pouvoir lui offrir. « Et tu sais… Si t’as besoin d’aide, je veux dire au niveau financier, hésite pas à me le dire. Je pourrais te donner une pension pour Nolan. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 26 Aoû - 23:59


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 La sensation de le sentir près de moi
était presque enivrante tant elle faisait s'emballer mon coeur. Je n'avais jamais été fleur bleue et j'avais toujours eu pour habitude de contrôler mes sentiments mais là c'en était trop, depuis Eoghan mes sentiments étaient trop forts pour que je les cache comme je savais si bien faire autrefois. Et le fait qu'il soit revenu pour faire partie de la vie de mon bébé, de notre bébé, c'était trop beau pour que je puisse faire abstraction de mes émotions. Bref, des larmes avaient coulées, il m'avait de nouveau ouvert les bras, pour le première fois depuis plus d'un an et j'y avais pu m'y réfugier pour quelques instants. Être auprès d'Eoghan m'avait toujours parut sécurisant, peut-être parce qu'il faisait une tête de plus que moi. En tout cas, sentir de nouveau son odeur avait réveillé une sensation que je croyais disparue à jamais. Tout en desserrant notre étreinte, il me dit une nouvelle fois combien il regrettait de ne pas avoir été là plus tôt, et je répondis en souriant « Je crois que je préfère que tu ne m'aies pas vu enceinte. J'étais tellement énorme que tu serais parti en courant. Sauf que tu ne serais jamais revenu ! » Bien sur, ce n'était pas vrai mais l'atmosphère méritait d'être un peu détendue. Lorsque Eoghan me dit qu'il avait une peluche pour Nolan, je lui souris tendrement, une nouvelle fois. Je l'imaginais dans un magasin pour enfants au rayons des doudous, à chercher celui qui serait le plus adapté à Nolan, un enfant qui ne connaissait même pas. Un objet qui, il le savait, suivrait son fils des années à travers les nuits, comme la sienne l'avait fait il y avait des années de ça. Il s'était probablement fait dragué par la vendeuse, car les jeunes pères sont très sexy, surtout quand il n'y a pas de femmes dans les parages. Ou alors par une mère célibataire. Peu importe, l'image me fit sourire « C'est très gentil. En effet je l'ai pas mal gâté depuis sa naissance, peut-être pour qu'il ne sente pas le manque... » comme je sentais que la conversation prenait une pente glissante, je repris « Il dort surtout avec une peluche qu'il appelle Nana et qui ressemble à une tortue. Une tortue bleue, certes, mais une tortue quand même. » Si Eoghan restait assez longtemps, il aurait le plaisir de voir la bouille encore toute endormie de son fils au réveil, ses cheveux en bataille, ses joues rosies par la chaleur de sa grenouillère et les yeux mis-clos. Et bien sur, il rencontrerait Nana la tortue. Mais là n'était pas le sujet, et bien que j'en avais très envie je voulais que cela vienne de lui. Je voulais qu'il me prouve qu'il avait réellement envie de connaitre son fils. Et pas seulement aujourd'hui. « Je ne vis plus avec les moyens de mes parents, mais on se sort avec les revenus que j'ai avec le café. » En jetant un coup d'oeil à mon appartement, j'eus soudainement honte « Bien sur, ça doit te paraitre misérable de vivre dans un appartement de moins de cent mètres carrés, au troisième étage d'un immeuble en briques avec un vis-à-vis relativement élevé dans la salle de bain. Mais j'ai arrêté mes études pour mettre Nolan au monde. Et je n'ai reçu de l'aide de personne. Je n'avais que l'argent de mon livre pour trouver un endroit pour vivre. Et aujourd'hui, même si on ne vit pas dans un palace, on est heureux de ce qu'on a. Je suis heureuse d'avoir construit un lieux pour faire grandir mon enfant. » je me rendis compte que je n'avais pas laissé parler depuis longtemps déjà, alors je terminai brièvement « Donc non merci. Je préfère que tu sois dans la vie de Nolan plutôt que dans son compte en banque. » j'avais été sèche, involontairement. Probablement à cause de cette gène que j'avais ressenti après qu'il ait proposé de m'aider. Alors qu'Eoghan n'avait fait aucune allusion au niveau social auquel j'appartenais à présent. Et je savais qu'il n'y avait même pas pensé.


@destiny.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 30 Sep - 8:11

Je me sens bien avec Artémis. Véritablement bien. Je lui fais alors comprendre à quel point j’ai envie de me rattraper à ses côtés. La jeune blondinette me parle alors de la période où elle était enceinte. Apparemment elle a pris beaucoup de poids et me dis que j’aurais sûrement pris la fuite en la voyant. « Je suis persuadé que tu devais être très belle. » J’aurais tellement aimé la voir avec un ventre tout arrondis. Je suis persuader que je me serais amuser à toucher son ventre, à sentir notre petit bout bouger sous mes doigts. J’aurais voulu l’aider à choisir un prénom et à monter le berceau de Nolan. Mais je n’ai rien pu faire de tout cela et je m’en veux beaucoup. Pour finir, j’explique à Artémis que je me suis permis d’acheter un petit doudou à notre fils. Je suppose qu’il en as déjà pleins et sa mère ne fais que me confirmer cela. Elle parle du manque de ma présence et je baisse les yeux. Je me sens mal à l’aise vraiment… Pourtant, Artémis n’épilogue pas. Elle me parle alors de la peluche favorite de Nolan. Apparemment une tortue bleue qu’il surnomme Nana. J’ai déjà hâte de faire la connaissance de cette tortue. « Hâte de faire sa rencontre. » dis-je alors en souriant. J’essaye de tout faire pour détendre l’ambiance. Malheureusement, j’aborde un sujet qui ne va pas très bien. Je lui dis que je pourrais lui donner un peu d’argent pour l’aider à élever Nolan et tout de suite Artémis s’emballe. Elle est sèche et rude. Cela faisait longtemps que je ne l’avais pas vu comme cela. Je me sens mal et plus vraiment à ma place d’un seul coup. « J’ai pas dit ça pour ça Artémis. Je ne te juge pas, loin de là… Je te trouve très courageuse et je t’admire. Moi je le trouve très bien ton appartement. Tu as l’air d’aller bien et Nolan aussi, c’est le plus important. Si tu ne veux pas que je t’aide financièrement je ne le ferais pas. Mais je ne te juge pas. »

L’après-midi se déroule bien plus tranquillement après cela. Toujours l’un contre l’autre, nous discutons de tout et de rien. De tout ce que l’on a pu manquer dans la vie de l’autre, etc. Une bonne après-midi en réalité. Je me sens apaiser et enfin à ma place dans ce monde. Il est près de seize heures lorsque Nolan se manifeste dans la pièce à côté de nous. Tout de suite, Artémis se lève, mais je la retiens gentiment par le bras. « Je peux ? » Elle hoche la tête et je me dirige dans la chambre, la jeune maman derrière moi. J’ouvre doucement la porte et me rapproche du petit lit où Nolan s’agite quelque peu. « Qu’est-ce qui t’arrive mon bonhomme ? » En entendant ma voix, le petit garçon s’arrête immédiatement et me souris quelque peu. Il tend les bras vers moi et c’est très doucement que je le prends et le colle contre moi. Il ne ronchonne pas, mais je vois bien qu’il cherche sa maman des yeux. Il a les yeux encore mi-clos et ses joues sont toutes roses. Je dépose un baiser sur l’une et Nolan me regarde à nouveau. « Tu crois qu’il va m’aimer ? » demandais-je alors à sa mère…
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 30 Sep - 22:44


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 Bien sur qu'il ne pensait pas à mal.
Il était tellement gentil, tellement tendre. L'une des raisons principales qui faisait que j'avais accepté qu'il voit notre fils. Je savais que Nolan méritait de connaitre son père, d'autant plus que je souhaitais réellement qu'il lui ressemble plus tard. Qu'il ai sa gentillesse, sa générosité, son calme. J'espérais qu'il allait être aussi doux et aussi beau à l'intérieur que son père. Bien qu'il le soit aussi à l'extérieur, pour moi c'était le coeur de mon enfant qui comptait par dessus tout. « Excuse moi, je me suis emportée. Je crois que j'ai encore du mal à me faire à l'idée que tu es réellement là » dis-je en approchant doucement ma main de son visage, avant de caresser sa joue, comme pour constater sa présence. Pour en être certaine. Un nouveau frisson traversa ma colonne vertébrale, et ce fut pour mon plus grand bonheur que nous passâmes un bon moment à discuter de choses plus légères et plus agréables. Il me parla de la fin de ses études, de son départ puis de son arrivée à Londres. De mon côté, je lui parlai essentiellement de Nolan. Je voulais qu'il sache tout de lui, je voulais partager mon bonheur de vivre à ses côtés au quotidien. Qu'il connaisse le genre de cris il faisait lorsque sa couche était pleine, ou sa façon de rire, la gorge encore toute nouée juste après un gros chagrin. Sans qu'on ne s'en rendre compte, plusieurs heures passèrent et ce fut ce même bébé qui nous ramena à la réalité. Alors que je me levai pour aller le chercher, Eoghan me retint, me demandant s'il pouvait le faire, ce que j'acceptai par un sourire. Dans son berceau, bébé arborait une belle trace de draps sur la joue, les deux encore toutes roses. Il tendit les bras vers son père et mon coeur s'empli de bonheur tant j'avais rêvé ce moment. Voilà une journée forte en émotion que nous vivions. Le voir tenir la personne la plus importante de ma vie dans les bras comme s'il s'agissait d'un trésor était absolument merveilleux. Mais Eoghan craignait d'être arrivé trop tard, il me l'avait dit et je le sentais. Lorsqu'il me demandit si son bébé allait l'aimer, je failli me mettre de nouveau à pleurer. A la place, je répondis calmement « Tu devrais voir comment il te regarde Eoghan. Il est complètement hypnotisé par ta présence. » J'hésitai à continuer, puis ajoutai « crois-moi, il ne peut pas ne pas t'aimer. » Je m'approchai du père de mon enfant, passant la main dans les cheveux ébouriffés du petit être, et déposant un rapide baiser sur l'épaule de l'homme qui se tenait à côté de moi. Mon visage n'arrivait pas plus haut de toute manière.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 7 Oct - 16:45

On est là tous les deux et d’un seul coup c’est comme si nous n’avions jamais été séparé. C’est bizarre, mais j’ai l’impression que notre lien est toujours le même. Elle est contre moi. Je sens sa chaleur, je redécouvre son parfum. On parle un peu de tout et de rien avant d’avancer sur d’autres sur sujets. Sur ce que l’on a manqué dans la vie de l’autre. Je lui parle de ma vie après son départ. A quel point j’ai pu me renfermer sur moi-même et sur mes études. Je lui parle également de mon choix de carrière. L’enfance. Dans le droit certains, mais dans l’enfance. Je lui parle également de ma prise de conscience et de mon arrivé à Londres. Comme auparavant, elle me regarde sans jamais m’interrompre. La conversation est fluide et facile. Jamais je n’aurais imaginé de telles retrouvailles entre nous. Je pensais que cela serait bien plus difficile. Il ne faut pas que je perde mon temps à penser à cela. Il vaut mieux que je me concentre sur Artémis et sur les souvenirs qu’elle m’offre. Bien entendu, elle me parle que de Nolan. Comment il pleurs quand il a faim, comment il rigole, ses réactions dans le bain, ça manière de l’amadouer quand elle le laisse un peu tout seul parce qu’elle a beaucoup de chose à faire. Je ferme les yeux un instant, pour imaginer ce petit bonhomme assis dans son parc, en pleurs parce que sa maman fait le ménage et ne s’occupe pas de lui. Il n’est pas mon fils pour rien dans le fond. On est en pleine discussion lorsque bébé se manifeste. Je demande à Artémis si je peux y aller et elle me laisse faire. Nolan s’arrête de pleurer lorsque j’arrive et aussi surprenant que cela puisse paraître il tend les bras vers moi. Très délicatement, je le prends dans mes bras, passant une main derrière son petit crâne et l’autre sous ses fesses. Je le blottis contre moi et dépose un baiser sur son crâne. Il est tellement beau. Au fond, j’ai tellement peur. Qu’il ne m’aime pas. Qu’il finisse par apprendre ce qui a pu se passer entre sa mère et moi et qu’il me déteste. Pourtant Artémis me rassure tout de suite sur la situation. Ses paroles me touchent sincèrement. Je ne réponds pas vraiment à la jeune femme, mais me tourne vers mon bébé et colle mon nez contre le sien. « Papa il t’aime en tout cas mon bébé. » Je sens les lèvres d’Artémis se poser sur mon épaule et je tourne la tête vers elle. On est tellement proche d’un seul coup. Je me sentirais presque à ma place. Enfin. Je me penche quelque peu et sans réfléchir, je viens déposer mes lèvres contre celle de la jeune maman. Nolan pose sa main sur ma joue et je souris contre les lèvres de sa mère. Je voudrais que ce moment ne s’arrête jamais. J’ai peur de la réaction de la jeune femme, mais je me retiens à se baiser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



cmt
posts : 92
arrivé(e) le : 19/03/2013
Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2286-artemis-non-mais-a http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t2290-artemis-un-jour-je-suis-nee-depuis-j-improvise

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 7 Oct - 20:56


we never goes so far as when we don't know where we're going
eoghan feat artemis

 


 J'ai beau être une maman, je suis aussi une femme, une jeune femme. Et il n'y a pas si longtemps, j'étais encore une jeune étudiante brillante promu à un brillant avenir. Il n'y a pas si longtemps, j'étais amoureuse de l'homme parfait. Parfait pour moi. Et le sentir, des mois après notre rupture, si près de moi. Le voir porter le bébé qu'il avait renié et que j'avais mis au monde seule. J'avais du mal à le croire tant c'était beau. Tant c'était incroyable et tant j'en avais rêvé. Cela me faisait fondre de le voir avec Nolan dans les bras, à faire attention à bien le tenir, à le regarder comme on regarderait la plus belle merveille du monde. Car c'était le cas. Notre enfant était merveilleux. Je l'aimais plus que tout au monde mais j'avais envie de le partager. De partager cet amour avec son père, l'autre amour de ma vie. Eoghan embrassa Nolan sur le front, en lui disant qu'il l'aimait. La douceur de ses mots étaient touchante, presque troublante. Il était si beau avec ce petit ange dans les bras, qui le regardait avec de grands yeux. A mon geste, lorsque je me permis de déposer un baiser sur l'épaule d'Eoghan, ce dernier tourna la tête en ma direction, le visage calme, les traits paisibles. Il se pencha vers le mien, et déposa à son tour un baiser. Sur mes lèvres. Il m'embrassa doucement, comme si il me demandait la permission. C'était tendre, mais d'une différente manière que la dernière fois qu'on s'était embrassé. Puis je senti son sourire contre moi, ce qui créa un rictus sur mes lèvres. Nos visages se séparèrent ainsi lentement et l'attention se tourna une nouvelle fois vers le bébés qui riait alors.  « Viens. » dis-je à Eoghan en quittant la chambre « C'est l'heure du goûté. » Dans la cuisine, je sortis un petit pot aux fruits rouges et une petite cuillère et la tendis à Eoghan, qui venait de poser bébé dans sa chaise haute. « Tu as faim mon poussin ? » Nolan gazouillait gaiement en regardant la compote comme si il n'avait pas mangé depuis cinq jours. Ce qui n'était évidemment pas le cas.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ffl
posts : 21
arrivé(e) le : 02/06/2013
disponibilité pour rp : 100% disponible
avatar : Stephen Amell

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis Lun 14 Oct - 11:01

Je suis papa. J’ai conscience de cela depuis longtemps, mais là… Je ne sais pas. Cela devient réellement concret. Parce que Nolan est là. Il est bel et bien présent et il le fait savoir d’ailleurs. Il se fait entendre et je vais le chercher. Je ne sais pas. C’est comme un instinct. J’ai l’impression que je vais être un papa gâteau. Parce que mes parents étaient là pour moi, mais je n’ai jamais réellement eu le droit à des câlins ou de l’affection. J’étais là pour devenir le digne héritier de mon paternel et c’est tout. Au final, je les aie déçus et ils m’ont plus ou moins rejeté. Aujourd’hui c’est à mon tour de devenir papa et de prendre mes responsabilités. Je me sens prêt. Je ne vais pas le cacher, j’ai encore peur de beaucoup de chose. Je n’ai jamais changé de couche de ma vie et même lorsqu’il est juste là caler dans mes bras, j’ai peur de lui faire mal. Il est tellement petit et tellement fragile. Je m’en voudrais toute ma vie si je venais à blesser cette petite merveille. J’ai également peur que Nolan ne m’aime pas. Qu’il me rejette. Artémis me rassure et encore une fois, on se rapproche. Elle vient ce blottir contre moi et sans réfléchir, je me tourne vers elle. Mon regard accroche le sien et je finis par venir l’embrasser tendrement. J’ai peur qu’elle me rejette alors ce n’est qu’un simple baiser. Tout léger. Je lui demande l’autorisation et heureusement elle ne me rejette pas. Finalement notre attention se replace sur Nolan qui encore une fois se fait remarquer en riant. Il est tellement mignon. Artémis me fait savoir que c’est l’heure du goûté et je la suis jusqu’à la cuisine. J’installe Nolan dans a chaise haute tout en faisant réellement attention tandis que la jeune maman ramène une compote. Nolan semble hypnotiser par le petit pot et cela me fait rire. « Il est toujours aussi affamé. » Artémis me tends la cuillère et c’est fébrilement que je commence à donner la compote à mon petit bout. On dirait que cela fait des jours qu’il n’a pas été nourri correctement et connaissant sa mère, je suis persuader que ce n’est pas le cas. Tout heureux, Nolan tape sa petite main sur le plateau de sa chaise haute en babillant. « C’est tellement concret maintenant… Je veux dire… Je me savais papa, mais là. Il est là quoi. » Un petit sourire se dessine sur mes lèvres. « Je sais que je ne pourrais plus jamais vous abandonner. » dis-je alors tout en tendant ma main libre pour attraper celle d’Artémis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Happiness only real when shared. » Artémis

Revenir en haut Aller en bas

Happiness only real when shared. » Artémis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Philosophie, cours 1 : Epicure.
» nina lou ♢ happiness is real only when shared
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» Artémius Minéos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: sleeping in a park-