Partagez|

I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité




MessageSujet: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Ven 15 Mar - 12:39


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.

 



Ivy était étendue sur le sofa depuis de longues minutes à présent. Son regard demeura fixe vers le livre . La demoiselle ne s’y intéressait guère. Son esprit semblait ailleurs – comme perdue entre des pensées néfastes et des interrogations. Ses phalanges tapotaient un rythme méconnaissable contre le rebord du canapé. Son cœur n’était guère à la fête et elle ne désirait qu’une chose, se retrouver au calme et éviter de croiser du monde. Ses retrouvailles avec Orion planaient encore au dessus de sa tête et elle n’arrivait définitivement pas à tirer un trait dessus. Pire encore, elle l’avait revu durant ces quelques jours qui venaient de s’écouler. Mais aucune approche, aucun dialogue. Elle se contenta à chaque fois de l’observer de loin. Sa silhouette lui était reconnaissable parmi mille sans parler de sa chevelure dans laquelle ses doigts s’étaient déjà perdus. Ivy n’avait pas voulu lui parler une énième fois, surtout vu les derniers sms qu'elle avait envoyé à sa petite amie Pandora. Mais si son esprit demeura aussi tourmenté, ce n’était pas pour rien. Elle avait croisé la belle brune au détour d’une ruelle et cette dernière était en compagnie d’une personne chère aux yeux de la blonde. Orion. Comment pouvaient-ils être ensemble ? Elle n’en savait rien et c’était bien difficile à supporter pour sa curiosité légendaire. La demoiselle n’avait pas osé appeler le principal intéressé. Elle redoutait en réalité que ce dernier comprenne pourquoi la blonde détestait autant miss de Brissac. « T’es certaine que tu ne veux pas sortir? » La voix de son colocataire la sortit de ses pensées. La principale concernée se redressa, essayant d’arrêter de se poser autant de questions. Elle se leva en lançant un regard complice au jeune homme. Si la proposition semblait alléchante, elle n’obtiendrait pas les grâces de la demoiselle ce soir. Sortir ce soir ne faisait pas parti de ses priorités. Elle était épuisée et n'avait guère le coeur à faire la fête.  « C’est gentil Dexter mais à mon avis tu risquerais de t’ennuyer avec moi ce soir. Puis vas y toi, tu vas pouvoir faire des rencontres, mais attention hein, ça veut pas dire que tu peux ramener la première trainée venu ici. » Si son ton se révélait taquin, sa requête était pourtant ferme. Sa possessivité à son encontre ressortit encore une fois et même si elle tentait souvent de la contrôler, ce n’était pas simple. « Tu ne vas pas rester ici à broyer du noir !» Le beau brun tenta de se montrer persuasif mais encore une fois, la blonde ne changea pas d’avis, campant sur ses positions. Elle secoua négativement la tête, telle une enfant en souriant en coin. Son moral n’était pas au maximum et à vrai dire la demoiselle ne désirait pas entraîner Dexter dans ses pensées noires. Ivy esquissa un dernier sourire à son encontre avant de refermer la porte derrière la silhouette masculine qui venait de filer.

Le temps filait incroyablement lentement et la jolie blonde s'ennuyait à mourir. Jetant un oeil à l'horloge qui tronait au mur, elle décida finalement de sortir. Dexter avait raison ! Elle n'allait pas rester là à se morfondre et se goinfrer de chocolats. C'était non seulement mauvais pour son moral mais aussi pour sa ligne. Elle enfila une veste, ne se préoccupant absolument pas de comment elle pouvait être habillée. Ce n'était plus que l'ombre d'elle-même ces derniers temps. C'est dans le silence le plus complet  que la jeune femme quittait l'appartement et arpentait les rues afin de rejoindre le premier bar sur lequel elle tomberait . La brise se déposait contre sa peau blanchâtre, ses cheveux vagabondant en arrière, alors qu'elle terminait par arriver à destination. Ce soir, ni Orion, ni Pandora viendraient à la préoccuper. Le liquide alcoolisé brûlait le long de sa gorge, tandis que le visage de la blonde grimaçait. Durant de multiples heures, elle restait assise sur ce tabouret, commandant à de nombreuses reprises la même commande : une vodka. La nuit demeurait déjà tombée sur le quartier, tandis qu'elle quittait le pub tard dans la soirée. Un sourire arpentait sur son visage, ne pouvant s'empêcher de chanter à tue-tête tout en vacillant sous l'effet dégagé de la boisson. Le choix de sa direction n'était pas anodin, et loin d'être celle menant à son appartement. Son regard cherchait le nom d'une rue, avant de poursuivre sur le numéro désiré. Ivy terminait par rentrer dans un immeuble, titubant tout en montant les escaliers, dont ces derniers semblaient comme une épreuve interminable. Ses gestes se montraient maladroits alors qu'à cet instant elle ne possédait aucun contrôle sur elle-même. Le calme résidait dans les appartements, chose des plus normales compte tenu l'heure tardive. Elle se stoppait brutalement face à l'encontre de la porte d'un certain jeune homme : Orion. C'est sans hésiter qu'elle se jetait sur cette dernière, toquant sans se soucier du bruit qu'elle pouvait occasionner tout en alternant avec la sonnette disposée à côté. Appuyée contre le mur, elle soupirait impatiente qu'on vienne à lui ouvrir. Sa main continuait à frapper contre le bois, avant qu'elle ne se lâche dans le vide tandis que ce visage de porcelaine apparaissait devant elle. Une large grimace naissait chez la blonde, alors qu'elle que Pandora venait de lui ouvrir. « Orion est là ? Je passais dans le coin.. et puis voilà...  J'ai deux trois trucs à lui dire. Sinon, je peux l'attendre ici. » fit-elle sans même laisser dire quoique ce soit à Pandora. La demoiselle trouva rapidement la direction du canapé, où son corps se laissa tomber contre ce dernier. Elle dégageait ses chaussures de ses pieds, tout en prenant ses aises. Alors qu'elle se balançait de droite à gauche, elle observait de haut en bas le corps fin de la brune. L'alcool procurait un effet plutôt spécial sur la jeune femme, qui ne se gênait aucunement par les gestes qu'elle pouvait entreprendre.

« Non sérieusement, tu l'as planqué où de Brissac ? Et qu'est-ce tu fiche ici ?  » Cette question turlupinait la blonde plus qu'autre chose. Ils étaient déjà arrivé au stade "mi casa es su casa " ? Ils allaient vite en besogne ces deux là ! Autant dire que cette idée ne plaisait guère à Ivy. Que Pandora soit la petite-amie d'Orion, passe encore mais qu'elle partage même son intimité ... ça lui restait en travers de la gorge. En venant ici, elle avait espéré avoir une conversation avec le brun et elle était tombé sur cette ... peste. Le reste de la soirée s'annonçait mal !

@destiny.


Dernière édition par Ivy B. Campbell le Jeu 25 Juil - 22:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Lun 18 Mar - 17:42


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.



Pandora était étendue sur le lit d'Orion. C'était étrange à dire. Etrange à imaginer. Elle s'était rapidement sentie aussi bien. Elle ne pouvait pas réellement se plaindre. Mais tout de même, c'était tellement naturelle. Elle savait bien que tout aurait bientôt une fin. Elle ne pouvait pas squatter indéfiniment chez lui. Et Lisbeth lui avait demandé de rentrer à la maison. De toute façon ce n'était pas sain. Ils se retrouvaient à peine de dix ans d'absence, après une rupture des plus délicates, et voilà qu'ils se rebranchaient à la perfection et se lançait dans une relation évidente et parfaite. Ce n'était pas sain. Pas pour elle. Elle ne pouvait pas changer du tout au tout. Avoir été une lesbienne accomplie et sans coeur pendant trois ans pour redevenir tout à coup la petite amie parfaite, douce, et conciliante qui se perd dans les draps de son amant, est agréable avec ces colocataires, fait la cuisine sans électricité sans rechigner. Elle ne pouvait tout simplement pas continuer à être aussi parfaite aussi longtemps. S'oublier dans les bras d'Orion l'avait adoucit brutalement, elle se surprenait à rêver, à sourire, à rire, à se satisfaire de la douceur de sa peau, et à oublier littéralement l'inconfort qui résidait dans le manque évident de l'électricité. Elle emmerdait madame ces jours là ou elle pensait que l'on pouvait vivre d'amour et d'eaux fraiches. Les autres jours elle se tapait la tête contre les murs d'être aussi redevenue aussi rapidement naïve et amoureuse. C'était pitoyable et leur phase lune de miel ne pourrait pas durer indéfiniment.

Orion passait pas mal de temps à l'extérieur, il avait pas mal de cours à dispenser à l'université, et autre chose dans lesquels Pandora ne s'imposait absolument pas. Elle avait néanmoins pris quelques cours en plus pour pouvoir passer plus temps à ses cotés et l'attraper pour déjeuner. Le reste du temps elle continuait sa petite vie, flanait dans Londres, s'installait dans un café en dehors de Yellowsky pour bénéficier d'un peu de chaleur, et lisait un livre. Elle rentrait ensuite à l'appartement, qu'il soit là ou non, et rêvassait dans sa chambre, enfin la sienne, en profitant pour s'occuper de quelques traductions qu'elle avait délaissé ses derniers temps. La routine ne s'installait pas dans l'esprit de la jeune femme, qui comme à son habitude, n'en faisait qu'à sa tête, et peuplait aussi bien l'appartement d'Orion lorsqu'il était là, que lorsqu'il ne l'était pas, et de manière totalement indifférente. Elle se faisait vive et discrète, ne s'imposant pas dans les rituels des colocataires, s'intégrant au bon désir d'Orion comme elle savait si bien le faire. Elle s'oubliait avec lui, apprenait à se recomposer, à sentir son coeur ronronner. C'était pathétique, elle le savait. Elle appréhendait autant son départ d'une jeune adulte devait laissé son chéri pour une année d'Erasmus. Mais il n'y avait pourtant pas de crainte à avoir, elle bougeait de deux rues à peine.

Allongée sur le lit, elle préparait un prochain cours sur la littérature romantique et son lien avec les révolutions du dix neuvième siècle en France, un programme passionnant sur lequel elle avait à faire plusieurs conférence pour l'université d'Oxford. Et Pandora ne savait décidément pas travailler assise sagement à une table. Elle avait besoin de se détendre, de gesticuler, et être enroulée dans une couverture dans un moment ou le chauffage n'existait guère. D'ailleurs sans Orion, l'appartement semblait beaucoup plus froid à la brunette. Si Orion ne rentrait pas, elle finirait d'ailleurs probablement à sortir. Probablement plus sous les coups de minuit, elle préférait la nuit noir, question de principe, les lumières brillent plus dans l'obscurité. Et elle irait s'alcooliser de plaisir avec une quelconque rencontre sur son chemin. Peut être même retrouverait-elle Lisbeth et qu'elle lui arracherait une accolade, un sourire, une bise. Peut être qu'elle s'excuserait de l'avoir lâchement abandonné, de lui avoir mentit, d'avoir préféré les bras d'un homme à sa douce compagnie. En attendant les misérable la tenait au chaud, et elle laissait divaguer ses pensées sur la casquette de gavroche, et sur les barricade. Elle se souvenait des essais qu'elle avait fait avec Tristan. Il lui manquait.

La sonnerie retentit soudain troublant ses pensées. C'était étrange d'entendre sonné à la porte. Elle était seul dans l'appartement, ni Lyra, ni Prudence, ni Orion n'était là et à priori personne ne savait qu'elle squattait là en attendant que Lisbeth se calme de sa folie douce. A moins que cela soit l'un des trois qui est oublié ses clés elle n'attendait personne. Sauf si Gavroche ou Marius avait décidé de venir lui faire la surprise d'une visite de courtoisie. Elle se leva avec nonchalance, faisant basculer ses longs cheveux sur ses épaules, et fila ouvrir la porte sur laquelle s'abattait une pluie de coup. Non seulement elle attendait personne, mais au vu du bruit que la personne causait contre la porte elle se doutait que c'était un grossier personnage. Elle ouvrit la porte sur une magnifique blonde qu'elle n'appréciait guère et dont elle n'admirait ni le culot et encore moins les manières. Une si belle plante ne pouvait pas manquer à sa beauté de la sorte. Elle qui était une professionnel dans tout style d'attitude garce - ce qu'Orion ne devait pas savoir d'ailleurs - elle faisait toujours un effort délicieux pour s'en tenir à une garce attitude tiré sous des accents d'élégance extrême. Elle était une reine si quiconque osait en douter.

« Orion est là ? Je passais dans le coin.. et puis voilà... J'ai deux trois trucs à lui dire. Sinon, je peux l'attendre ici. »

Grossier personnage pensa-t-elle devant l'absence de regard que lui accorda la blonde et devant tous les gestes qui suivirent cette déclaration peu clair. Ivy était clairement amoureuse d'Orion, et n'avait aucune classe ou discrétion pour le lui montrer elle n'en doutait guère. Elle n'avait jamais vu telle sangsu, telle fille autant dénuée d'amour propre et de moral. Elle savait bien qu'elle pouvait parler, et qu'elle pouvait être particulièrement imbuvable, mais généralement elle avait ses raisons. Enfin peut être que nos. Mais il était vrai qu'en matière de couple, elle était plutôt classique et n'avait jamais réellement rencontré de refus à proprement dit... le début d'une relation n'était jamais un problème avec elle. La fin sentait nettement plus le roussis en revanche. Elle claqua la porte et marcha souplement jusqu'au canapé ou Ivy était avachie.

« C'est ça attend le ! Peut être veux-tu un café ou un verre d'eau.. Que tu es le temps de décuver d'ici qu'il arrive... Enfin sinon tu pourras toujours te rendre ridicule, je filmerais l'instant dans ma tête. »

Lança Pandora de manière désabusée mais emprunt d'une douceur désagréable. Sa gentillesse sonnait juste, et c'était peut être le pire. Pour le moment elle ne se sentait pas menacée par la blonde qui quoique vraiment jolie. Elle lui aurait d'ailleurs plu, si elle n'était pas redevenue l'hétéro classique qu'elle se vantait d'avoir abandonné à Draguignan il y a plusieurs années. Mais Ivy agissait tellement de manière désespéré que ça marquait bien un nombre de refus certain de la part d'Orion, ce qui ne pouvait que la rassurer elle.

« Non sérieusement, tu l'as planqué où de Brissac ? Et qu'est-ce tu fiche ici ? »

Ce qu'elle fichait ici. Et bien. Oh elle pouvait lui dire, avec une douceur et un sourire certain, avec tout le naturel du monde. Elle l'enfoncerait, ça serait drôle. Délicieux même. A croire qu'elle n'avait pas perdu tout son machiavélisme.

« Il est en caleçon dans le placard, il avait peur que ça soit toi, il m'a envoyé débarrasser le planché d'éventuelle saleté. Je suis ici comme une sorte de femme de ménage particulière en somme, ou petite amie à domicile prend le comme tu veux. »

Ok elle se foutait ouvertement de l'ivrogne qu'elle avait sous les yeux, en même temps elle l'avait cherché, non ? Et puis c'est amusant.

« Je ne sais pas ou il est. Mais j'habite ici.»

Finit-elle par dire avec plus d'honnêteté, quoiqu'elle le disait avec une hyperbole délicate. En même temps elle n'allait pas s'enfoncé dans les détails, c'était moins drôle quand à l'éventualité de la tête d'Ivy et puis ça prendrait du temps.

« Tu n'as pas besoin de moi pour l'attendre je suppose, je peux retourner à mon travail ? » ajouta-t-elle finalement par pur courtoisie. Elle était sobre et princière.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Lun 18 Mar - 22:44


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Ivy était pitoyable, elle le savait. Niaise, chiante, pot-de-colle, complétement saoule et désespérément seule. La jolie blonde n'était plus que l'ombre d'elle-même et trainait de bar en bar, enchainant les verres, pour tenter de se changer les idées. Sans grand succès ... Alors, pour essayer de s'apaiser un peu l'esprit, elle avait prit la décision d'avoir une conversation avec Orion. Il fallait qu'elle voit de ses propres yeux qu'il était bien avec Pandora et que celle-ci ne lui laisserait pas facilement. Elle avait besoin de cela pour comprendre et enfin passer à autre chose. Oui parce qu'elle n'allait pas passer sa vie à l'entendre ! La demoiselle détestait attendre et puis, elle s'en lasserait vite. Il fallait juste qu'elle trouve quelqu'un capable de lui faire penser à autre chose. Orion appartenait au passé et Pandora était, semblait-il, l'avenir du brun. En plus de cela, la brune était fichtrement jolie, intelligente et cultivée - d'après ce qu'Orion avait dit- Vous l'aurez comprit, Ivy ne pouvait pas rivaliser avec une telle créature aussi belle que détestable, tout droit sortit des profondeurs de l'enfer.

« C'est ça attend le ! Peut être veux-tu un café ou un verre d'eau.. Que tu es le temps de décuver d'ici qu'il arrive... Enfin sinon tu pourras toujours te rendre ridicule, je filmerais l'instant dans ma tête. » En plus d'avoir une beauté immense et un charme incomparable, cette peste avait de la répartie. Cette fille avait tout pour elle, s'en était presque déprimant. D'autant plus qu'Ivy avait actuellement l'air d'une loque avachit sur le canapé, un taux d'alcool relativement important dans le sang. Son cerveau avait bien du mal a transmettre les informations, la blonde était complétement à l'ouest. « Pourquoi pas. Je pourrais te le foutre en pleine figure ... ton verre d'eau. » Quoique l'idée de lui jeter du café bouillant au visage n'était pas déplaisante ! « Ça te feras une anecdote à raconter à vos enfants dans quelques années. » Enfants qui, espérons-le, ne verront jamais le jour ! Non pas qu'Ivy n'aimait pas les enfants mais LEURS enfants, non, pas tellement. Et puis les gosses ça n'arrivait pas l'opération du saint esprit, il faudrait qu'ils ... enfin ... fassent des choses qui en choquerait plus d'un ! Enfin, si cela devait arriver (il fallait tout envisager !), leurs gamins seraient plus intelligents qu'Ivy à elle toute seule. La jeune femme n'était pas idiote non plus .. Elle savait compter, lire, écrire mais ça s'arrêtait là ! Elle n'avait pas la science infuse comme madame perfection qui se trouvait en face d'elle.

« Il est en caleçon dans le placard, il avait peur que ça soit toi, il m'a envoyé débarrasser le planché d'éventuelle saleté. Je suis ici comme une sorte de femme de ménage particulière en somme, ou petite amie à domicile prend le comme tu veux. » Saleté ? Quelle saleté ? Ah d'accord, c'était elle la saleté ! Évidemment, cela paraissait évident voyons. Ivy ne s'attarda cependant pas sur cette jolie métaphore, préférant s'imaginer un Orion peu vêtu dans le placard. « Super. Tu m'indique où est le placard chérie ? C'est pas mon fantasme mais je vais faire un effort. » Saoule ou non, la blonde ne perdait pas le peu de répartie qu'elle avait. Puis essayer de pousser Pandora à bout était tellement plus amusant que de s'écraser devant ce suppôt de Satan. Vile créature qu'elle était. « Femme de ménage ? Je pense que le personnage te corresponds plutôt bien. Non vraiment. D'ailleurs tu me fais penser à Cendrillon avec tes haillons. » reprit-elle en s'installant plus confortablement. « Je trouve le mot passe-temps du moment plus adéquat mais petite-amie, pourquoi pas ! » Oh si Pandora voulait jouer, elle allait être servie. Très bien servie même ! Cette fille était un vrai démon mais Ivy pouvait être bien pire si elle le désirait. Il ne fallait pas trop s'y frotter.

« Je ne sais pas ou il est. Mais j'habite ici.» Quelle bonne nouvelle ! La brune habitait chez lui, gé-nial ! Et bien c'était clair, Ivy ne pouvait plus rien faire à présent. Le stade "mi casa es su casa" avait été franchit, Orion n'allait certainement pas la mettre dehors pour qu'Ivy vienne se loger dans les draps encore chauds que Pandora venait de quitter. « Je viendrais prendre le thé avec vous, on va bien rire. Tu verras.» Évidemment, jamais Ivy n'irait boire le thé chez eux. Premièrement, elle n'aimait pas le thé, préférant de loin les boissons alcoolisées et soda en tout genre. Et deuxièmement, elle ne tenait pas à les voir fricoter. « Tu n'as pas besoin de moi pour l'attendre je suppose, je peux retourner à mon travail ? » Elle n'allait pas lui fausser compagnie tout de même ! Ivy n'avait jamais eu l'occasion de lui parler face à face. C'était l'occasion ou jamais de faire plus ample connaissance et se taper dessus ! « Je viens à peine d'arriver, tu ne vas pas me fausser compagnie si tôt belle brune.»

@destiny.



Dernière édition par Ivy B. Campbell le Sam 6 Avr - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Mar 19 Mar - 10:42


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Pandora n'était pas du genre à se faire avoir. Pas du genre à manquer de confiance et à s'abaisser devant une pauvre ivrogne en mal d'amour, et avec la volonté de te piquer ton petit ami. Peut être qu'elle l'avait été, elle n'en savait rien, elle n'avait jusque là jamais été dans cette situation. Elle n'avait pas non plus un nombre incroyable de conquête. Orion avait été le premier. Aucune concurrente à l'horizon, c'était elle qui avait mis les voiles, un autre qui l'avait volé à lui. Voltaire ensuite. Elle n'avait jamais su s'il y avait d'autre fille dans le tableau, surement, ce n'était même pas l'important, il y avait tellement eu pire avec Voltaire qu'on n'allait pas se formaliser pour aussi peu. Artémis pour finir, et jusqu'à preuve du contraire elle avait été la seule. Elle avait bien imaginer qu'il se soit barrer pour une autre lorsqu'il l'avait laissé. Mais c'était assez peu probable finalement. Et elle n'avait tellement rien pu faire que ça ne comptait pas non plus. Après ses expériences masculines s'arrêtait là, et quand à ses expériences féminines elle s'en fichait suffisamment pour ne pas se préoccupé de l'éventuelle concurrence. Ainsi à vingt huit ans c'était la première fois qu'elle rencontrait une acharnée du bocal, folle amoureuse du mec avec qui elle sortait, du mec qu'elle n'abandonnerait pas une deuxième fois, pour rien au monde. Mais même si elle ne s'était jamais retrouvée dans cette exacte situation elle se connaissait suffisamment pour savoir qu'elle devait s'en foutre, qu'elle avait confiance en elle. Et que de toute façon si Orion voulait se barrer avec elle, elle ne pourrait rien faire d'autre que leur faire payer amèrement. Alors en attendant que ça arrive, elle ne craignait rien, elle était en complet contrôle, contrairement à sa blonde amie vacillante à l'odeur des plus alcoolisée.

« Pourquoi pas. Je pourrais te le foutre en pleine figure ... ton verre d'eau. » Pandora éclata de rire. Elle était mignonne la blonde. Sa répartie faisait plaisir à voir. Mais si elle s'attendait à la faire flancher avec des attaques de la sorte. Vu son état elle ne serait pas capable de viser correctement. Elle alla chercher avec sa démarche aérienne un verre d'eau à la figure et le rapporta à Ivy sur le canapé. « Ça te feras une anecdote à raconter à vos enfants dans quelques années. » En plus elle donnait les bâtons pour se faire battre. Elle tendit souriante et agréable le verre d'eau à sa "douce amie", en ajoutant. « Tu peux me le lancé à la figure si tu es sûr de pouvoir encore viser... J'ai des vêtements de rechange de toute façon... Sinon je te conseille de le boire. Celui là, et ceux que je t'apporterais après.. Ca te rendra plus intelligente. » C'était probablement insultant toute cette gentillesse, et cette manière d'agir comme si elle était une hôte normale, et pas une hôte qui en avait après son petit ami. Mais il était sûr que Pandora savait avoir l'air insultante, et généralement savait bien appuyer ou ça fait mal. Enfin Orion ne devait pas le savoir encore, mais Pandora n'était plus autant une douce petite fleur qu'elle pouvait le laisser penser. « Oh oui... J'imagine déjà le tableau. Et promis, si en premier c'est une fille, on l'appellera Ivy.» Il ne fallait pas la lancé sur le sujet des enfants. Elle avait vingt huit ans, un âge tout à fait correct pour avoir des enfants, et si on lui demandait avec qui elle pourrait en avoir elle répondrait probablement Orion sans hésiter.

La suite devenait loufoque, elle mentait, plaisantait, et jouait au marionnette avec une blonde qui avait du être splendide mais qui aujourd'hui ne ressemblait pas à grand chose. Dommage. Elle sentait dans la répartie de la blonde, une aisance qui lui rappelait la sienne il y a trois ans. Une aisance que Paris avait su magnifier. Peut être que si Ivy se laissait faire, elle aurait pu en faire son élève. Elle l'aurait aimé en tout cas. Elle était charmante. Tout à fait son genre si on omettait le fait qu'aujourd'hui son genre c'était Orion et lui seul. « Super. Tu m'indique où est le placard chérie ? C'est pas mon fantasme mais je vais faire un effort. » Pandora sourit. Pas folle la petite tout de même. Elle aurait presque applaudis d'ailleurs. Mais si elle s'attendait à ce que ça la vexe, ou la face se sentir en insécurité elle se fourrait le doigt dans l'oeil. Elle s'éclipsa un instant dans la chambre avant de revenir avec une brosse et une trousse à maquillage. « Attend avant d'aller le rejoindre tu devrais me laisser t'arranger un peu, on dirait que tu es passé au travers des buissons. Tu es ravissante, tu devrais pouvoir éblouir la pièce au lieu de la ternir de la sorte. » Elle était assassine de gentillesse. Elle savait jouer à la perfection. Si Orion rentrait à ce moment il y avait même fort à parier qu'il ne saisisse pas lui même l'ironie et l'extrême méchanceté qui pointait sous les paroles délicates de la brunette. « Femme de ménage ? Je pense que le personnage te corresponds plutôt bien. Non vraiment. D'ailleurs tu me fais penser à Cendrillon avec tes haillons. » Vraiment Ivy était parfaite. Pandora se pencha au dessus d'elle par dessus le canapé, et lui murmura dans l'oreille. « A la fin de l'histoire, Cendrillon a le prince il me semble... » ajouta-t-elle avant de claqué une bise amicale sur la joue de sa petite ennemie en devenir. C'était amusant. Jouer lui avait manqué. Être heureuse avec Orion était amusant, agréable, mais démonter quelqu'un pièce par pièce, avec une raison des plus valables en plus il n'y avait rien de plus gratifiant. Les mauvaises habitudes reviennent vite au galop. « Je trouve le mot passe-temps du moment plus adéquat mais petite-amie, pourquoi pas ! » Si ça pouvait lui faire du bien, elle ne la contredirait pas. D'ailleurs elle fit le tour du canapé pour s'assoir sur la petite table. « Si ça peut te rassurer chérie. Parle moi de ton amour pour lui. Le passe-temps pourrait peut être te filer un coup de main... » Elle s'était penchée vers elle et avait saisit ses mains. « Pour l'oublier» ajouta-t-elle rapidement avec un sourire frai sur les lèvres. Elle était odieuse.

Elle l'assassinat d'un seul mot, habiter. Elle enjolivait l'histoire, mais l'essentiel était bien qu'elle comprenne que Pandora et Orion n'était pas un couple qu'elle briserait facilement et qu'elle avait même toutes les chances de se briser la nuque sur le couple que de briser quoique ce soit. « Je viendrais prendre le thé avec vous, on va bien rire. Tu verras.» Pandora sourit. La maintenant tout de suite l'idée d'avoir Ivy tout le temps dans les basques l'amusait. Elle s'imaginait déjà pouvoir jouer un double jeu, être tellement agréable que ça en serait tellement insupportable pour la blondinette alors qu'Orion trouverait Pandora encore mille fois plus exceptionnelle. «Viens quand tu veux... On s'amusera comme des fous, tous les trois.» Enfin elle s'amuserait comme une folle en tout cas.

Enfin finalement même si enfoncé Ivy était un jeu passionnant elle avait tout de même un lot de conférence à faire et ce n'est pas la pochtronne qui allait l'aider outre mesure. Elle chercha à s'éclipser proprement. Sans aucun succès visiblement. « Je viens à peine d'arriver, tu ne vas pas me fausser compagnie si tôt belle brune.» Pandora revint en direction du canapé et s'assit à coté de sa nouvelle "amie". Elle posa une main sur la cuisse d'Ivy. « Bien. Mais tu vas devoir faire mieux que ça chérie... Je commences à m'ennuyer. Tu as du potentiel. Mais tu devrais déjà arrêter l'alcool. Ca ne va pas aux femmes puissantes. Un verre pour le style, deux maximums, après tu te ressembles et donc tu ne ressemble à rien.» Elle agissait exactement comme Paris avait agit avec elle il y a un peu plus de trois ans. Sauf que Paris n'essayait pas vraiment de détruire Pandora, enfin elle essayait juste de détruire Iseult. Et elle avait réussit.
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Sam 6 Avr - 14:19


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




« Tu peux me le lancé à la figure si tu es sûr de pouvoir encore viser... J'ai des vêtements de rechange de toute façon... Sinon je te conseille de le boire. Celui là, et ceux que je t'apporterais après.. Ça te rendra plus intelligente. » La fausse gentillesse de la brune agaçait Ivy au plus haut point. Elle se fichait ouvertement d'elle et si la blonde n'appréciait pas quelque chose, c'était bien cela. De plus, l'alcool lui embrouillait le cerveau et si Pandora continuait dans ce sens, la demoiselle n'était pas certaine de pouvoir contenir son agacement bien longtemps. « Tu as certainement raison. Si j'ai l'esprit plus clair, je pourrais plus facilement te dire le fond de ma pensée. » Avec le taux d'alcool qu'elle avait dans le sang, elle pouvait difficilement dire ce qu'elle pensait réellement. Pour le moment, elle parvenait tout juste à l'insulter et lui lancer des piques. Piques qui ne semblaient absolument pas atteindre Pandora puisqu'elle était tout aussi souriante que si Ivy lui disait qu'elle lui laissait Orion. Argh, comment faisait-elle pour rester aussi impassible ? Impossible de l'atteindre. « Oh oui... J'imagine déjà le tableau. Et promis, si en premier c'est une fille, on l'appellera Ivy.» En revanche, la jolie brune savait exactement où appuyer pour faire mal. A chaque réplique, elle touchait la corde sensible et Ivy n'appréciait guère cela. Alors la blonde essayait de ne rien laisser paraître pour ne pas avoir l'air encore plus pitoyable qu'elle ne l'était déjà.

Approximativement, Pandora devait avoir environ le même âge qu'Orion ce qui faisait qu'elle pouvait facilement concevoir l'idée d'avoir des enfants dans les années à venir. Quant à Ivy, elle n'était absolument pas prête pour une grossesse. Les enfants, ce n'était pas pour elle. Cela entraînait tout un tas de contraintes et d'obligations. Il fallait être douce, aimante, responsable, avoir un job convenable afin de subvenir aux besoins de l'enfant, ne plus voyager pour son équilibre personnel ... Avoir un enfant c'était également une lourde charge financière et Ivy était dans le rouge. Elle ne serait pas mère de sitôt, c'était certain. Raison de plus pour qu'Orion reste avec Pandora. « Mauvaise idée. Si elle s'appelle Ivy, il y a de forte chance pour qu'elle finisse comme moi. » Avec cette réplique, Pandora venait de passer maître dans l'art pour assassiner les gens. Quel était son but ? Se débarrasser d'Ivy définitivement ? D'éliminer la concurrence à coup de répliques cinglantes ? Et bien, elle était sur la bonne voie. Plus le temps filait, plus la blonde perdait tout espoir de lui prendre Orion. Elle ne faisait pas le poids, elle le savait maintenant.

Ivy avait l'impression d'être une simple marionnette, un jouet, un objet ayant très peu de valeur, une poupée de chiffon avec laquelle Pandora s'amusait . Plus les secondes passaient, plus Pandora l’abîmait. Elle finirait sans doute, si l'on gardait l'image de la poupée de chiffon, par la déchirer. « Attend avant d'aller le rejoindre tu devrais me laisser t'arranger un peu, on dirait que tu es passé au travers des buissons. Tu es ravissante, tu devrais pouvoir éblouir la pièce au lieu de la ternir de la sorte. » C'était une plaisanterie ? La réplique d'Ivy avait eu si peu d'effet que Pandora voulait "l'arranger". Sa gentillesse était agaçante, la blonde allait craquer. Ses pseudo compliments faisaient plus de mal que de bien à la blonde. Pandora la prenait pour une cruche, il n'y avait pas d'autre solution ! « Fiche-moi la paix. » répondit sèchement la blonde en détournant la tête. Elle n'allait en aucun permettre Pandora de lui toucher ne serait-ce qu'un de ses cheveux. De plus elle se fichait de ressembler à une pauvre fille complètement saoule. C'est ce qu'elle était au fond, une pauvre fille. Elle usait d'artifices pour le cacher, voilà tout. Elle n'avait jamais été féminine dans le fond, ni superficielle. C'était uniquement ce qu'elle voulait bien faire voir aux autres. Personne ne connaissait réellement qui elle était. Cette fille paumée et inintéressante. « Puis si je ternis la pièce, il y aura moins de risques pour toi qu'Orion tombe dans mes bras. »

Puis après une énième tentative pour blesser la brune, celle-ci se baissa avant de lui murmurer quelque chose à l'oreille. « A la fin de l'histoire, Cendrillon a le prince il me semble... » La jeune femme avait omit ce léger détail. Pourtant, c'était le plus important de l'histoire. Si le prince ne finissait pas avec Cendrillon, pas de fin heureuse et donc, pas de conte de fée faisant rêver les petites filles. Balivernes, les contes de fée n'existaient pas dans la vraie vie. Le prince charmant , ce concept publicitaire débile qui fabriquait des déçues, des futures vieilles filles, des aigries en quête d’absolu. C'était un concept poussiéreux bon pour les petites filles. Ivy était une adulte, elle avait grandit. Orion était peut-être Peter Pan mais elle n'était pas sa Wendy. Peut-être que Pandora, si. « On ne t'as jamais dis que dans l'histoire, le prince se tirait avec la mauvaise princesse ? » Ivy n'avait rien d'une princesse, tout le monde le savait. Capricieuse, rancunière et vulgaire comme pas deux, elle n'avait pas vraiment le profil de la princesse typique.
« Si ça peut te rassurer chérie. Parle moi de ton amour pour lui. Le passe-temps pourrait peut être te filer un coup de main... » A quoi jouait-elle ? « Pour l'oublier» Coup de poignard en plein coeur. Garce. « Tu vas peut-être me trouver pathétique mais tu peux me dire tout ce que tu voudras, je n'oublierais pas Orion aussi facilement. Mais je te laisse ... pour le moment. »

« Viens quand tu veux... On s'amusera comme des fous, tous les trois.» Cette fille ne pouvait être réelle. Il était impossible pour un être humain d'être aussi assassin dans ses propos. « Je réserverais un jour rien que pour toi ma jolie. » fit Ivy sur un ton amer. Ce petit jeu ne l'amusait absolument pas.

« Bien. Mais tu vas devoir faire mieux que ça chérie... Je commences à m'ennuyer. Tu as du potentiel. Mais tu devrais déjà arrêter l'alcool. Ca ne va pas aux femmes puissantes. Un verre pour le style, deux maximums, après tu te ressembles et donc tu ne ressemble à rien.» reprit la brune, une main posée sur la cuisse d'Ivy après l'avoir rejoint sur le canapé. S'il n'y avait pas eu Orion entre elles deux, si Pandora n'était pas aussi garce, Ivy n'aurait pas résisté longtemps à Pandora dont la beauté ferait pâlir les plus belles créatures de la mythologie. « Tu me brises le coeur Pandora. Moi qui pensais avoir une éventuelle ouverture avec toi, c'est raté. »

@destiny.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 14 Avr - 10:58


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Pandora ne s'était plus amusé de la sorte depuis longtemps. Peut être que Lisbeth et leur joute verbale lui manquait finalement. Peut être que Paris et leur manie de détruire de pauvre fille lui manquait encore plus. Bien sûr la douceur, l'amour, la tendresse lui avait manqué. Bien sûr pour rien au monde elle ne reviendrait à l'état qu'elle avait laissé de pseudo lesbienne accompli qui se complaisait dans une méchanceté cruelle pour faire croire qu'elle aillait bien, que tout allait bien, et qu'elle avait oublié toutes les crasses qui lui étaient tombé dessus. Elle le savait c'était faut. Enfin elle ne l'avait pas su jusqu'à ce qu'elle tombe sur Orion et qu'en moins de deux minutes toutes les crasses se transforment en peurs lattantes et ridicules. Heureusement Orion était plus fort qu'elle, il était calme et posé et il avait su la calmé, il l'avait regarder dans les yeux, l'avait pris dans ses bras, avait capturé ses lèvres, et avait un instant apaisé ses angoisses. Et maintenant qu'elle était dans cette pseudo période de lune de miel rien ne pouvait l'abattre. Et certainement pas Ivy. Pourtant la jeune femme était forte. Très doué. Pandora était impressionné. Et les relans de ses dernières années de relation homosexuelle la poussait d'ailleurs à détailler la jeune femme bien plus qu'une personne normale. Mais Pandora était amoureuse. C'était niais, mais autant le dire, elle n'avait jamais vraiment oublié Orion, il lui avait jeté son amour à la figure en un baisé et lui avait fait exploser le coeur. Tant que ce n'était pas mauvais il n'y avait aucune raison de s'en cacher. Aujourd'hui l'amour lui allait bien au teint, rendait son cerveau définitivement plus affuté que la moyenne. Elle était splendide. Sa démarche, sa voix, chacun de ses mots, et chacun de ses gestes. Tout se faisait d'un vice pur ou en apparence elle ne pensait à aucun mal.

« Tu as certainement raison. Si j'ai l'esprit plus clair, je pourrais plus facilement te dire le fond de ma pensée. » Elle sourit. Finalement elle admirait Ivy. De toute sa vie il n'y avait qu'une seule chose qu'elle n'avait jamais faite c'était bien se battre pour un homme. Elle s'était beaucoup battu contre eux. Sinon il s'était plus généralement battu pour elle. Mais jamais elle n'avait cherché à se battre pour quelque chose qui lui appartenait, qu'elle voulait vraiment. Parce qu'après tout c'était exactement ce que faisait Ivy. Elle voulait Orion, estimait qu'il lui appartenait. Certes elle avait tord, mais là n'était pas la question, elle le pensait et allait jusqu'au bout de sa pensée. C'était admirable. « Oh tu sais... Le fond de ta pensée est déjà plutôt clair trésor.» Pandora devrait se sentir insulter. Après tout la blondinette venait tout de même chez elle. Enfin chez Orion principalement chez qui elle squattait pour l'instant, dans l'optique de lui prendre son mec. C'était tout de même franchement déplacer quoique admirable. Mais Pandora était bonne joueuse, ou carrément inconsciente. Mais surtout elle ne s'était pas amusée depuis longtemps et avait envie de laisser un peu d'avance à Ivy. Ou juste de la démonter pièce par pièce.

« Mauvaise idée. Si elle s'appelle Ivy, il y a de forte chance pour qu'elle finisse comme moi. » Sur le coup elle avait été une vraie salope. Certes Ivy le méritait. Enfin elle le méritait peut être pas, mais elle l'avait cherché en tout cas, mais tout de même. Pandora avait beau admiré la tentative de la blonde, elle ne pouvait s'empêcher de remarquer le manque catastrophique de confiance en elle. Elle avait réellement l'impression de se voir elle avait d'être passée dans les mains de Paris. Elle ne put s'empêcher de se demander qui avait pu la rendre aussi misérable se doutant bien qu'on ne se fait pas se mal à soit même sans raison. Ou peut être que si. « Raison de plus de l'appeler Ivy tu ne crois pas ? Les gens manque de détermination et de force de caractère de nos jours... » En disant cela elle voulait bien faire, appuyant sur les qualités les plus visible de la jeune femme, bien qu'elle soit aussi probablement ses défauts les plus apparent, mais on a rien sans rien. Seulement dans la situation présente il y avait fort à parié pour qu'Ivy prenne chaque compliment de Pandora comme une insulte, ce qui était assez ridicule quand on y pense. Pandora n'avait pas décider de venir voler Orion sous le nez et la barbe d'Ivy, contrairement à ce que la blonde cherchait à faire. Et Pandora avait suffisamment de classe pour ne pas lui en tenir rigueur pour le moment, alors elle ferait mieux d'en profiter et de prendre tout ce que la brunette lui donnait avec grâce.

« Fiche-moi la paix. » Oh elle avait touché la corde sensible. Faut dire qu'elle n'y était vraiment pas aller de main morte, et qu'il devait être absolument rageant de voir que rien de ce qu'elle pouvait dire ne faisait d'entaille dans la carapace de Pandora. Pandora qui avait une confiance absolue en ses capacités de garder Orion, et qui plus est une confiance absolue en Orion qui ne la tromperait jamais. L'un dans l'autre, il était vrai qu'elle voyait mal ce que la blonde pouvait faire à leur couple. Si un jour Orion finissait avec Ivy, c'était que c'était fait pour être comme ça et rien d'autre. « Puis si je ternis la pièce, il y aura moins de risques pour toi qu'Orion tombe dans mes bras. » Pandora soupira, se releva pour aller reposer le maquillage et la brosse avec cette même démarche aérienne. « Arrête de marmonner et de faire semblant de penser à moi tu veux. Tu es venu me piquer mon petit ami assume toi, grandit toi, garde la tête haute, tu es splendide, courageuse... Tu aurais tout pour me le prendre. Sois en fier. » En disant ses paroles elle s'était rapprocher pour accompagner chacune de ses paroles de geste, glissant sa main sous le menton de la jeune femme pour lui relever la tête avec délicatesse. « Enfin tu pourrais me le prendre si ce n'était pas Orion dont on parlait. Et si je comptais te le laisser. Met moi en danger si tu veux. Ebloui moi. Ebloui le. Ebloui nous. Mais il te faudra avoir un peu plus de confiance en toi, sinon je vais te faire très mal. » Autant la prévenir maintenant de ce qui l'attendait. Elle embrassa Ivy sur la joue tout en caressant l'autre joue de sa main. Tendresse mal placée et malsaine. Pandora avait déjà fait la connerie de laisser une fois Orion, elle ne la ferait pas une deuxième, enfin normalement.

« On ne t'as jamais dis que dans l'histoire, le prince se tirait avec la mauvaise princesse ? » Il fallait avouer que Pandora était plutôt branché conte classique, ou les "prince" finissent avec la bonne princesse. Et dans le genre elle les avait tous lu. Elle avait aussi beaucoup lu les histoires tragiques les amours suicidaires... Elle sourit, hésitant presque à applaudir l'effort exceptionnel d'Ivy. « Anh mais tu as trop raison... Je devrais arrêter les frais tout de suite et te laisser Orion. » Ouh. Paris sort de ce corps. C'était vil et mal placé. Surtout que la répartie d'Ivy avait été plutôt bien placé et qu'il n'était pas nécessaire de la rembarrer de la sorte alors que toute la conversation avait été aussi cordiale. Il fallait croire que ça ne l'amusait pas autant qu'elle le disait. Enfin si, mais qu'elle avait aussi envie de clasher franchement. « Si on arrêtait les métaphores de prince et princesse ? XXI ème siècle darling... Je sais pas si tu sais, mais en france on a fait la révolution justement pour arrêter ses conneries. » Cela dit elle dans le fond devait descendre d'une princesse, laquelle elle ne savait pas, elle s'était tellement peut intéressé dans sa famille qu'elle n'avait pas demandé mais de Brissac quoi.

« Tu vas peut-être me trouver pathétique mais tu peux me dire tout ce que tu voudras, je n'oublierais pas Orion aussi facilement. Mais je te laisse ... pour le moment. » Si Pandora était toucher par le début, elle éclata de rire sur la fin. Elle le lui laissait ? C'était trop d'honneur et trop de candeur, elle ne méritait pas tant de gentillesse. « Ca serait un peu l'hôpital qui se fou de la charité si je te trouvais pathétique vu que je sortais avec lui il y a dix ans... » Mais ça, elle était prête à parier qu'elle le savait déjà. Elle ne savait pas pourquoi mais elle le sentait déjà. Elle rajouta en souriant. « A dans dix ans donc ! » Puisqu'elle semblait toute disposé à attendre et à lui laissé sa chance d'être heureuse avec Orion elle pouvait lui laissé le temps qu'elle même avait attendu avant de retomber sur Orion non ?

« Je réserverais un jour rien que pour toi ma jolie. » Ivy allait finir par se suicider sous ses yeux si elle continuait, mais c'était plutôt amusant et Pandora aimait réellement la compagnie de la blondinette. Elle en venait presque à regretter qu'il y est Orion entre elle deux. Parce que clairement ça envenimait un petit peu leur relation. « Tiens moi au courant ma belle, je meurs d'impatience. » dit-elle d'un ton parfaitement naturel.

« Tu me brises le coeur Pandora. Moi qui pensais avoir une éventuelle ouverture avec toi, c'est raté. » Ca en revanche c'était vache. Pandora avait le droit d'être doucereuse et de flirter avec Ivy si elle avait envie mais l'inverse ne devait pas arriver. Euh...ah moins qu'en faite ça soit plutôt l'inverse. Bref en faite dans les deux cas Orion ne devait pas le savoir. Le pire c'est qu'elle n'avait aucune idée des penchants sexuels d'Ivy. « Tu es le genre de fille à penser avoir une ouverture avec la terre entière. Je me trompe ? Et c'est exactement pour ça que tu l'as » Après tout Pandora savait bien de quoi elle parlait elle était ce genre de fille. Elle ne comptait plus le nombre de fille, même hétéro convaincu qu'elle avait fait basculé de l'autre coté même le temps d'un instant rien qu'avec sa confiance en elle et son sexe appeal qui en découlait. Mais techniquement c'était un cat fight pour un mec et pas une entreprise de séduction qui était sensé se mettre en place.
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Sam 4 Mai - 14:07


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.



« Oh tu sais... Le fond de ta pensée est déjà plutôt clair trésor.» Pandora n'était pas idiote et avait tout de suite compris la raison de la venue de la blonde. Ivy voulait Orion. Orion voulait Pandora et Pandora voulait Orion. Ivy n'avait aucune raison de rester là à attendre le jeune homme. Pourtant, elle ne voulait pas partir. Ou ne pouvait pas ... Et pour cause, la jeune femme tenait à peine debout et serait tout bonnement incapable d'atteindre la porte sans tomber ou se prendre un mur. Il était préférable pour elle d'attendre bien sagement que l'alcool cesse de faire effet. Et ce, même si elle devait se faire démonter pièce par pièce par la brune. Pandora était douée. Cela faisait à peine vingt minutes qu'elles se trouvaient en tête à tête et la jolie brune était déjà parvenue à réduire à néant tout espoir concernant Orion. Ivy venait de jouer sa dernière carte en venant ici. Si elle parvenait à faire déguerpir Pandora, il y avait de fortes chances qu'Orion lui tombe dans les bras. Malheureusement, miss de Brissac n'avait absolument aucune envie de partir. Elle avait réussit à s'installer dans le coeur d'Orion - et accessoirement dans son appartement - et comptait bien y rester visiblement. Que pouvait bien faire Ivy dans une telle situation mis à part peut-être ne pas s’effondrer devant cette garce ? « Efface ce petit sourire satisfait, chérie. Tu as gagné une bataille mais certainement pas la guerre. Si lui ne se lassera pas de toi facilement, tu le feras. Tu n'es pas faite pour filer le parfait amour toute une vie. C'est évident. Il me suffit de te regarder pour le deviner. » Qu'Orion se lasse un jour da sa brune était impossible, en revanche l'inverse ne l'était pas. Pandora finirait bien par succomber au charme de quelqu'un d'autre. Ivy était même prête à lui présenter les gens de son entourage uniquement pour que la jeune femme se lasse d'Orion. Cela risquait d'être difficile compte tenu de tout l'amour que Pandora devait lui porter mais pas impossible.

« Raison de plus de l'appeler Ivy tu ne crois pas ? Les gens manque de détermination et de force de caractère de nos jours... » Pandora insinuait-elle qu'Ivy avait de la détermination et une force de caractère qui se faisait rare ? Ou était-elle en train de l'insulter ? Dans le premier cas, la blonde ne comprenait pas pourquoi la brune la complimentait alors qu'elle était ici uniquement dans le but de lui prendre Orion. Pourquoi ne lui en tenait-elle pas rigueur ? Était-elle folle de ne pas le faire ? Ou était-elle moins garce qu'il n'y paraissait ? Quoiqu'il en soit, Ivy préférait croire que Pandora était une véritable garce et non pas une petite sainte qui se faisait passer pour tel. Car si c'était le cas, Orion l'aimerait d'autant plus. Et ce serait un véritable problème. Si la brune était une vraie garce, il suffirait qu'Orion ouvre les yeux. Mais ne dit-on pas que l'amour rend aveugle ?

« Arrête de marmonner et de faire semblant de penser à moi tu veux. Tu es venu me piquer mon petit ami assume toi, grandit toi, garde la tête haute, tu es splendide, courageuse... Tu aurais tout pour me le prendre. Sois en fier. » A quoi jouait-elle ? Voulait-elle qu'Ivy rentre dans son petit jeu ? Elle voulait une adversaire à sa taille ? Très bien, elle l'aurait. Mais si elle jouait, elle allait perdre. La blonde avait maintes et maintes fois joué à ce jeu lorsqu'elle était adolescente et jamais elle n'avait perdu. Et même si elle n'avait jamais eu d'adversaire à la hauteur de Pandora, elle n'allait pas non plus perdre cette fois. Car cette fois, il s'agissait d'Orion. Cette fois, elle était amoureuse de lui et n'avait aucune envie de le laisser avec une garce comme Pandora. Oh bien sûr, Ivy savait qu'elle n'était pas blanche comme neige. Bien au contraire. Elle avait bon nombre de défauts. Elle avait même faillit coucher avec le demi-frère de celui qu'elle aimait. Alors la brune était peut-être une garce, mais Ivy l'était aussi. Tandis qu'Orion lui, était parfait. Les contraires s'attirent, c'est bien connu. « Enfin tu pourrais me le prendre si ce n'était pas Orion dont on parlait. Et si je comptais te le laisser. Met moi en danger si tu veux. Ebloui moi. Ebloui le. Ebloui nous. Mais il te faudra avoir un peu plus de confiance en toi, sinon je vais te faire très mal. » Ivy avait bien envie de lui dire qu'elle avait eu, autrefois, confiance en elle. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle Orion n'avait pas voulu d'elle. Elle avait trop eu confiance en elle, en son charme. Personne ne lui avait jamais résisté mis à part lui. « Tu ne m'as pas connu à l'époque de Vegas ... J'avais beaucoup plus confiance en moi avant de le rencontrer. Tout le monde se retournait sur mon passage. Je pouvais avoir qui je voulais, quand je le voulais. Homme ou femme, marié ou non. Puis il est arrivé et ne m'a même pas remarqué. » fit-elle le regard dans le vide. « Tu ne dois pas connaitre ça toi. Il est fou de toi et d'après ce que j'ai compris, ça ne date pas d'aujourd'hui. Alors pour te mettre en danger comme tu le dis si bien, ça risque d'être compliqué. »

« Anh mais tu as trop raison... Je devrais arrêter les frais tout de suite et te laisser Orion. » Si la conversation avait été courtoise et polie depuis le début, ce n'était plus le cas. Soit. Pandora avait le besoin de la rembarrer. Qu'elle le fasse ! Mais Ivy ne se laisserait plus faire. Voilà qu'elle la démontait depuis plus d'une demi-heure maintenant et la blonde commenait à être agacée. Elle n'allait pas non plus se laisser faire ! « Bon, je te propose qu'il vienne chez moi la semaine et chez toi le weekend. Et la moitié des vacances scolaires. » dit Ivy comme si elles se disputaient la garde d'un enfant. « Oh mais ça va poser problème avec ton fils. En parlant de lui, comment va son père ? » Et oui Pandora, les rumeurs circulent vite. Et si jusque là, Ivy avait été presque aussi douce qu'un agneau, elle n'hésiterait pas a être blessante. La brune l'avait poussé à bout. « Si on arrêtait les métaphores de prince et princesse ? XXI ème siècle darling... Je sais pas si tu sais, mais en france on a fait la révolution justement pour arrêter ses conneries. » La blonde se fichait de la France comme de la dernière pluie. Très bien, la Révolution faisait partie intégrante de l'histoire du pays mais tout ce qui importait Ivy était son Kansas natal. « Je n'ai jamais aimé l'Histoire. J'étais plus Géographie vois-tu. »

« Ca serait un peu l'hôpital qui se fou de la charité si je te trouvais pathétique vu que je sortais avec lui il y a dix ans... A dans dix ans donc ! » Ivy n'allait pas attendre dix ans. Et puis quoi encore ? « Oh dans dix ans tu seras proche de la quarantaine. Mais ne t'inquiètes pas, je t'offrirais de la crème anti-rides pour votre anniversaire de mariage. » Avouez-le, c'était tout de même assez bien trouvé. « Tiens moi au courant ma belle, je meurs d'impatience. » avait-elle dit ensuite. Ivy, elle, mourait d'impatience d'avoir Orion. « Tu es le genre de fille à penser avoir une ouverture avec la terre entière. Je me trompe ? Et c'est exactement pour ça que tu l'as. » La situation était étrange, les paroles ambiguës et Ivy regrettait presque de devoir détester Pandora sous prétexte qu'elle était avec Orion. « Alors j'en ai une avec toi ? » demanda la blonde en se rapprochant dangereusement de Pandora jusqu'à frôler la commissure de ses lèvres. « Et aussi avec Orion. La guerre est déclarée ma jolie. » fit-elle pour conclure, le susurrant à l'oreille de la brune.

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 5 Mai - 10:43


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Pandora ne se sentait absolument pas menacée par Ivy. Ce n’est pas qu’Ivy n’était pas une jolie fille, et qu’elle ne pouvait pas avoir qui elle voulait. C’était juste que c’était d’Orion dont on parlait. Orion était la personne la plus droite qu’elle connaissait. Et que lorsqu’on Orion lui disait qu’il l’aimait, qu’il ne laisserait pas tomber. Elle le croyait, et avait une confiance aveugle en lui . Peut être ne devrait-elle pas. Après tout, elle avait eu une confiance aveugle en pas mal d’homme. Enfin en soit pas tant que ça comparé à certaine personne, elle avait en revanche peut être plus morfler que la moyenne et était peut être allé plus loin avec chacun d’entre eux. Mais contrairement aux autres Orion ne lui avait jamais donné une seule raison de douter de lui, et il avait ce quelques choses dans le visage, et dans le coeur de parfaitement pure, et de candide qui te rendait absolument sur de tes choix. Alors Ivy pouvait venir. Ivy pouvait essayer de tout détruire. Pandora était sûr que si jamais son couple avec Orion devait cessé d’exister, Ivy n’y serait pour rien. Cette confiance absolue qu’elle tirait de cette certitude devait être insupportable pour son invité qui ressemblait à l’heure actuelle plus à un déchet qu’à autre chose. Ce qui en soit était bien dommage car Ivy n’avait rien à envier à personne, et Pandora était bien persuadé qu’elle n’avait, à l’habitude, aucun problème à avoir un homme. Peut être était-ce d’ailleurs justement pour ça qu’elle voulait avoir Orion. Parce qu’il lui résistait et que ces petites bêtes là, irrésistible, ne supporte pas qu’on leur fasse faux bons. « Efface ce petit sourire satisfait, chérie. Tu as gagné une bataille mais certainement pas la guerre. Si lui ne se lassera pas de toi facilement, tu le feras. Tu n'es pas faite pour filer le parfait amour toute une vie. C'est évident. Il me suffit de te regarder pour le deviner. » Pandora resta impassible. Le visage pourtant bien plus fermé qu’elle ne l’aurait voulu. Son sourire vainqueur avait disparu comme Ivy lui avait demandé sans même qu’elle ne s’en rende compte. Elle serra la mâchoire pour se contrôler. Et si Ivy avait raison ? Après tout c’était bien la deuxième fois qu’elle sortait avec Orion et la première fois elle avait trouver une raison stupide pour choisir Voltaire plutôt que lui. Pourquoi tout ne recommencerait pas encore et toujours. Il était trop bien pour elle. Il le serait toujours. Il fallait croire que les mêmes schémas étaient peut être fait pour se répéter indéfiniment. Soit elle choisissait la bonne personne, tombait folle amoureuse, était heureuse, et finissait par s’ennuyer et par elle même gâcher ce bonheur si parfait. Soit elle tomber amoureuse de la mauvaise personne, vivait une romance époustouflante, sensationnel qui finissait dans les flammes et dans les larmes. «Tu te trompes. J’ai déjà fait l’erreur de le laisser tomber une première fois, je ne recommencerais pas une deuxième fois. Ne crois pas que tu me connais, et que tu peux me lire comme un livre ouvert.» Cracha Pandora avec détermination. Tant pis si avec ça elle montrait qu’Ivy avait taper juste. Evidement qu’elle avait tapé juste. Pandora avait déjà largué Orion une fois. Pandora adorait Orion, et s’en voulait à mort de l’avoir fait souffrir de la sorte alors qu’elle n’avait au fond, jamais vraiment cessé de l’aimer. Elle se sentait minable d’avoir perdu dix ans ou elle aurait pu être heureuse avec lui pour avoir préféré être malheureuse avec d’autres. Alors oui quand on lui crachait à la figure qu’elle serait encore la ruine de leur couple à l’atteignait. Ca ne voulait pas dire que ça serait vrai une deuxième fois et qu’elle n’avait pas suffisamment de force d’esprit et de caractère pour tout faire pour que ça n’arrive jamais.

La suite était assez drôle, et Pandora sentait qu’elle avait un certain pouvoir sur Ivy. Entre le pouvoir de lui faire perdre sa langue. Il fallait dire que noyer sous les compliments la fille qui veut te prendre ton petit ami est une stratégie surement assez déstabilisante. Mais Pandora n’était pas méchante pour aucune raison. Elle était une salope parce qu’elle savait manier les mots à la perfection et qu’elle offrait un parfait alliage de gentillesse et de saloperie. Elle trouvait honnêtement des qualités à Ivy. Et objectivement, si Orion n’était pas revenu dans sa vie et qu’elle avait croisé Ivy au détour d’une rue à Yellowsky, elle aurait probablement tenté quelque chose. Le problème c’est qu’elle n’aurait pas découvert la hargne sauvage d’Ivy et aurait moins été séduite par le personnage mais bon c’était une autre histoire. Elle sentait le visage d’Ivy se décomposer sous les compliments et s’en était presque risible. Il ne fallait pourtant pas. Elle n’avait qu’à simplement les accepter. Pendant qu’elle était encore gentille. Parce que si Ivy faisait une vrai attaque contre elle et Orion, ça allait barder sévère et Ivy voudrait aller pleurer dans les jupes de sa mère et de son père. « Tu ne m'as pas connu à l'époque de Vegas ... J'avais beaucoup plus confiance en moi avant de le rencontrer. Tout le monde se retournait sur mon passage. Je pouvais avoir qui je voulais, quand je le voulais. Homme ou femme, marié ou non. Puis il est arrivé et ne m'a même pas remarqué. » Vegas... Tu m’en diras tant.. C’était amusant... Avec l’alcool les langues se déliaient. Alors comme ça elle non plus ça ne datait pas d’hier. Et effectivement elle n’aimait Orion que parce qu’elle ne pouvait pas l’avoir. « Tu ne dois pas connaitre ça toi. Il est fou de toi et d'après ce que j'ai compris, ça ne date pas d'aujourd'hui. Alors pour te mettre en danger comme tu le dis si bien, ça risque d'être compliqué. » Il fallait avoué que Pandora n’avait jamais connu le rejet. Enfin si. Artémis l’avait bien abandonné après l’avoir demandé en mariage... Mais c’était différent... Il avait tout de même été jusqu’à la demandé en mariage. Elle n’avait jamais vraiment pourchassé quiconque n’avait pas été complètement sous son charme. «Et c’est réciproque.» Lança-t-elle pour elle clair une fois pour toute. Après tout, elle ne jouait pas avec Orion. «A t’entendre Orion n’est qu’un trophée de plus que tu veux obtenir parce qu’il est le seul qui te résiste. Je suis désolé de te l’apprendre, ce n’est pas de l’amour. Orion t’apprécie... Sinon tu ne serais déjà plus dans sa vie. Essaye de lui faire mal et tu découvrira le sens des mots harpies et furies.» Elle pouvait bien la mettre en garde. Orion était tellement adorable qu’il ne le ferait surement pas. Mais Pandora n’était plus si gentille que ça. Et comme être une garce l’amusait. Et même si elle appréciait le caractère de la blondinette, elle n’hésiterait pas une seconde à la détruire si c’était pour défendre Orion.

« Bon, je te propose qu'il vienne chez moi la semaine et chez toi le weekend. Et la moitié des vacances scolaires. » Pandora ne put résister à éclater de rire. Elle était tout de même doué la petite. Et soit c’était l’alcool, soit elle avait sincèrement de l’humour. Dans les deux cas Pandora avait envie d’applaudir. Elle ne pris d’ailleurs même pas la peine de répondre, non seulement parce que pour une fois elle ne trouvait pas de meilleure répartie, et qu’elle consentait à lui laisser le dernier mot pour une fois. Et puis que de toute façon ça ne changeait rien. « Oh mais ça va poser problème avec ton fils. En parlant de lui, comment va son père ? » Le rire de Pandora s’étrangla dans sa gorge. Pourquoi était-elle au courant de ça elle ? Ok en faite ce n’était pas si dur à deviner. Le gosse s’appelait de Brissac, dans le genre coïncidence BONJOUR. En plus ils étaient voisin, et il suffisait qu’ils sortent ensemble des deux maisons pour voir que le gamin ressemblait carrément à sa mère. «C’est le fils de Jo si je ne m’abuses. Et je n’en sais rien, et je n’en ai rien à foutre.» Pandora était devenu plus froide et ses yeux semblaient être capable de lancer des éclairs. Elle n’aimait pas parler de ces sujets, encore moins avec une demi étrangère qui en voulait à son copain. «Qu’est ce que tu veux que je te dises Ivy ? Que je n’ai pas vécu pendant dix ans ? Raté ! Qu’Orion est au courant de rien et que tu vas pouvoir tout lui balancer pour nous mettre en danger ? Raté ! J’ai quitté Orion pour épouser le père de mon fils il y a dix ans. Tu te doutes bien qu’il est au courant.» Il était peut être pas au courant de tout. Mais elle n’avait aucune chance de tout découvrir et de la mettre en danger sur le reste alors. « Je n'ai jamais aimé l'Histoire. J'étais plus Géographie vois-tu. » Hum ok très bien. La géographie c’était chiant. Mais soit.

« Oh dans dix ans tu seras proche de la quarantaine. Mais ne t'inquiètes pas, je t'offrirais de la crème anti-rides pour votre anniversaire de mariage. » Oh biatch. Putain dans dix ans elle aurait 40 ans ? La loose. Elle lui collerait presque un coup de boule particulièrement puérile pour ce genre de remarque. «Volontiers, on est jamais trop prévoyant, et des jouets pour les enfants» Dit-elle en souriant brillamment. Heureusement que Paris lui avait appris à répondre avec un calme olympien dans toute circonstance. La suite fut particulièrement bizarre. Pandora, qui n’avait pourtant aucune idée de l’orientation sexuellement d’Ivy, n’avait pas pu ne pas céder à la tentation d’agir comme Paris et d’être ambigüe sans trop savoir ou ça pouvait la mener. Elle ne pouvait ce douter que ça la mènerait bien trop loin et qu’Ivy se retrouverait à frôler la commissure de ses lèvres, cherchant littéralement à l’allumer. « Alors j'en ai une avec toi ? » Ivy était définitivement trop proche d’elle pour qu’elle est une chance de dissimuler correctement son trouble. A avoir jouer pendant des années les lesbiennes, elle était devenue plus réceptives aux charmes féminins, et Ivy était très, très loin d’en être dénué. Elle serra la mâchoire pour essayer de ralentir son rythme cardiaque. Et pensa à... Orion mort écrasé par une voiture. Radicale. « Et aussi avec Orion. La guerre est déclarée ma jolie. » vint-elle lui murmurer à l’oreille sans que ça ne lui fasses plus aucun effet. «Tu es belle, ravissante, séduisante et tu as un charme qui rend fou. Mais ça ne fait pas tout sweetie» Elle sourit, se rapprocha d’Ivy, passa sa main dans ses cheveux avant de la descendre sur sa nuque et d’aller murmurer dans son oreille «Personnellement savoir que tu viens pour lui me donne envie de lui faire l’amour, encore, encore jusqu’à ce qu’il s’endorme d’épuisement contre moi» Maintenant apprécie l’image mentale.
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 5 Mai - 16:10


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.





Si Pandora ne se sentait pas menacée par Ivy, et bien, elle avait tort. Car si Ivy ne le montrait pas , elle n'en n'était pas moins déterminée a avoir Orion. Il pouvait aimer la brune comme pas permis mais Ivy était bel et bien décidée à lui ouvrir les yeux. La brune pouvait être intelligente, sublime et être aussi sexy que Marilyn Monroe, Ivy pouvait l'être encore plus quand elle ne faisait pas la tournée des bars. «Tu te trompes. J’ai déjà fait l’erreur de le laisser tomber une première fois, je ne recommencerais pas une deuxième fois. Ne crois pas que tu me connais, et que tu peux me lire comme un livre ouvert.» Pour la première fois, la blonde avait touché la corde sensible. Soit, elle ne voulait pas le laisser une seconde fois au jour d'aujourd'hui mais que dirait-elle dans deux ou trois ans ? Peut-être même moins. Elle s'en lasserait parce que personne n'était capable d'aimer Orion comme Ivy l'aimait. Pandora avait beau être sa première petite amie, cela ne voulait rien dire. Le petit ami d'Ivy était, au fil des années, devenu aussi insignifiant qu'un insecte alors il y avait de fortes chances pour qu'il se produise la même chose avec Pandora et Orion non ? En venant ici, la blonde voulait faire comprendre à Pandora que ce qu'elle ressentait à l'égard d'Orion n'était rien comparé aux sentiments d'Ivy. Mais Pandora pouvait tout aussi bien penser tout l'inverse. Comme elle pouvait penser qu'elle passerait le restant de ses jours avec le brun. Mais la plupart du temps, on ne voyait ça que dans les contes de fée et comme Pandora l'avait très bien dit, au XXIème siècle, le temps des princes et princesses était bel et bien révolu. « Aurais-je touché la corde sensible ? » dit-elle, un sourire satisfait sur le visage. « Et je suis certaine d'avoir raison. Admet-le, Orion est beaucoup trop bien pour toi. Pour moi aussi accessoirement mais étant donné qu'il est avec toi, peu importe s'il est trop bien pour moi. » Quitte à la blesser, autant y aller jusqu'au bout et obtenir un résultat. Pandora devait descendre de son petit nuage et si elle ne le faisait pas d'elle-même, Ivy se ferait une joie de l'aider. Quant à ses paroles, elle savait pertinemment qu'Orion était trop bien pour n'importe quelle femme de n'importe quel pays, de n'importe quel continent et de n'importe quelle planète. Mais il n'allait pas rester seul toute sa vie et Ivy ferait très bien l'affaire. Pandora aussi mais manquerait plus qu'elle lui dise ça. Elle se battait pour avoir Orion, elle n'était pas là pour faire amie/amie avec la brune. Amie/amie et plus si affinité ...

Car oui, Ivy se retenait clairement de ne pas lui sauter dessus tout comme elle se retenait de ne pas lui mettre sa main dans la figure. Plutôt contradictoires comme envies. Quoiqu'il en soit, elle ne pouvait faire ni l'un ni l'autre. « Tu ne dois pas connaitre ça toi. Il est fou de toi et d'après ce que j'ai compris, ça ne date pas d'aujourd'hui. Alors pour te mettre en danger comme tu le dis si bien, ça risque d'être compliqué. » avait dit Ivy. «Et c’est réciproque.» La réponse de Pandora avait le mérite d'être clair et cela la confortait dans l'idée qu'Orion aimait réellement la brune. C'était, par ailleurs, fort dommage pour Ivy et l'entendre ne lui plaisait franchement pas. « A t’entendre Orion n’est qu’un trophée de plus que tu veux obtenir parce qu’il est le seul qui te résiste. Je suis désolé de te l’apprendre, ce n’est pas de l’amour. Orion t’apprécie... Sinon tu ne serais déjà plus dans sa vie. Essaye de lui faire mal et tu découvrira le sens des mots harpies et furies.» Serait-ce des menaces que Pandora proférait ? Concernant Orion, ce n'était certainement pas un trophée que la blonde voulait ajouter. Contrairement aux apparences, elle n'était pas comme ça. En tout cas, pas avec Orion. Et elle jugeait que sa collection de "trophées" était suffisante. C'était d'ailleurs assez péjoratif de reléguer Orion au statut de trophée. De plus, blesser Orion n'était pas l'objectif de la blonde. Elle voulait blesser Pandora, pas lui. « Oh mais ça va poser problème avec ton fils. En parlant de lui, comment va son père ? » Lorsqu'elle prononça ces mots, le regard que la brune lui lançait n'avait rien d'amical, bien au contraire. S'il pouvait lancer des éclairs, il le ferait certainement. «C’est le fils de Jo si je ne m’abuses. Et je n’en sais rien, et je n’en ai rien à foutre.» Comment pouvait-on parler de son fils d'une telle manière ? Elle devait s'en préoccuper un minimum tout de même, même si elle prétendait le contraire. « Comment tu peux dire une chose pareille ? Dans le fond, je suis sûre que tu aimes ton fils. Tu devrais y réfléchir et agir en tant que mère plutôt que de batifoler avec Orion. » Quelque part, le comportement de la brune révoltait Ivy. Son père avait préféré courir les jupons de tout le Kansas plutôt que prendre ses responsabilités de père. Elle savait ce que le fils de Pandora allait ressentir lorsqu'il allait grandir. « Qu’est ce que tu veux que je te dises Ivy ? Que je n’ai pas vécu pendant dix ans ? Raté ! Qu’Orion est au courant de rien et que tu vas pouvoir tout lui balancer pour nous mettre en danger ? Raté ! J’ai quitté Orion pour épouser le père de mon fils il y a dix ans. Tu te doutes bien qu’il est au courant.» Pensait-elle être la seule à avoir vécu pendant l’absence d'Orion ? Raté. Ivy ne s'était , certes, pas mariée, mais elle avait voyagé, avait rencontré des gens qui seraient à jamais marqués dans son esprit, avait découvert des cultures et des paysages à couper le souffle ... alors la petite vie parfaite de miss de Brissac l'importait peu. Leur style de vie était complètement différent, on ne pouvait pas le nier. « Loin de moi l'idée de vous mettre en danger chérie. Tu est parfaitement capable de le faire toute seule. Je n'en doute pas une seule seconde. » Et, dans le pire des cas, la jeune femme pourrait éventuellement aider la brune à mettre leur couple en danger. Mais comme Ivy venait de dire, Pandora pouvait très bien se débrouiller.

« Volontiers, on est jamais trop prévoyant, et des jouets pour les enfants. » La garce ! Impossible de lui faire perdre son calme. Et pourtant, Ivy excellait dans ce domaine habituellement. Très bien, elle n'avait pas dit son dernier mot. « Avant de penser à avoir des enfants avec Orion, peut-être devrais-tu penser à ton fils non ? Bien que je te penses incapable d'éduquer un enfant correctement ...Tu sais, je peux t'aider à le récupérer. Même si la tâche me parait difficile. » répondit la blonde, une main compatissante sur l'épaule de son interlocutrice. Quant à la suite, Ivy décida d'aller encore plus loin et de l'allumer comme elle savait si bien le faire. Il faut dire qu'elle avait eu de bons professeurs. En particulier Dexter qui excellait dans le domaine. Visiblement, Ivy n'avait pas perdu la main et la brune semblait même être troublée. « C'est vraiment, vraiment, vraiment dommage qu'Orion soit entre toi et moi. » reprit-elle d'une voix suave. «Tu es belle, ravissante, séduisante et tu as un charme qui rend fou. Mais ça ne fait pas tout sweetie» fit Pandora alors qu'elle lui passait la main dans les cheveux. Fort heureusement, Orion n'était pas là. Il se poserait des questions. «Personnellement savoir que tu viens pour lui me donne envie de lui faire l’amour, encore, encore jusqu’à ce qu’il s’endorme d’épuisement contre moi». Ivy la foudroya du regard. Pandora n'avait vraiment aucune limite pour lui dire cela. « C'est un bon coup ? Je voudrais voir ça par moi-même si tu permets. »
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 5 Mai - 18:39


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Il est possible que Pandora n’est jamais du apporter d’eau à Ivy. De la même manière qu’elle n’aurait jamais peut être du jouer la carte de la confiance en soit et lui faire autant de compliment. Ivy semblait s’être requinquée en clin d’oeil et arborait déjà une lumière dans le regard qui n’annonçait rien de bon. Son oeil plus vif dévisageait Pandora d’une manière incongru et malsaine. Pandora se sentait scruté, lu, comprise. Mais on ne pouvait pas la comprendre. Surtout quelqu’un comme Ivy. Elle en était sur les deux filles n’avaient pas du tout eu la même vie. Il n’y avait qu’à regarder leur manière de descendre une bouteille d’alcool. Pandora le faisait avec une classe certaine, lorsqu’Ivy se mettait absolument minable. Ivy pouvait avoir des allures de cendrillon qui bouffe la serpillère, lorsqu’on reconnaissait toujours à Pandora ses origines de la très vieille aristocratie française, et on lui prêtait même assez facilement un port de reine. Port qu’elle tenait des quelques défilés qu’elle avait fait avec Paris à Paris. Il ne fallait pas omettre le cerveau remarquablement brillant de Pandora qui assassinait n’importe qui dans un certain nombre de domaine. Quand à Ivy... qu’est ce qu’elle avait. Il paraît qu’elle était une grande voyageuse. Ouai bah Chartres, Draguignan, Paris et Londres c’était déjà pas mal selon Pandora. Quoiqu’il en soit, Pandora ne savait pas d’ou elle tirait ce soudain regain d’assurance mais elle n’aimait pas vraiment ça. Les femmes manquant d’intelligence, et ayant trop de confiance en elle avait tendance à faire des dégâts assez catastrophique. « Aurais-je touché la corde sensible ? » Beaucoup trop de confiance en elle. Comment on écrase un insecte déjà ? Tapette à mouche ? Allo ! Pandora s’était redressé, et s’était ainsi grandit. Bien qu’elle soit plus petite que son interlocutrice, se tenir droite avait une chance de la rendre plus imposante physiquement. « Et je suis certaine d'avoir raison. Admet-le, Orion est beaucoup trop bien pour toi. Pour moi aussi accessoirement mais étant donné qu'il est avec toi, peu importe s'il est trop bien pour moi. » Le pire c’était qu’elle avait probablement entièrement raison. A l’époque il n’était pas trop bien pour elle. Parce qu’elle était une jeune vierge férue de littérature. Aujourd’hui il y avait quelques changements avec ça et un bon paquet de chemin avait été fait depuis ce premier personnage. Elle pris une profonde inspiration pour se retenir de lui arracher les cheveux, et s’approcha d’elle passant sa main sous son menton à elle. « chérie... Il est trop bien pour toi ? C’est vraiment tout ce que tu as trouvé ? Il va vraiment falloir faire mieux que ça si tu veux quoique ce soit, c’est extrêmement décevant. Et dire que j’ai pensé que tu avais un quelconque potentiel... Excuse moi... Je me suis trompé.» dit-elle son visage s’était refermé à l’image même de la déception. Elle avait lâché le contact physique et s’était relevé, affichant ses jambes sublimes. «Si tu ne comptes que me ressortir toutes les phrases de pétasses que tu as potassé dans les films romantiques tu peux partir Ivy, je les connais par coeur aussi.» Et la guerre ne faisait que commencer. Plus ça allait plus elles creusaient profondément leurs tombes.

Un instant Pandora avait cru qu’Ivy abandonnerait. Saoule elle s’abandonnait à des confessions assez pitoyables sur sa rencontre avec Orion, qui avait du être épique. Elle avait du mal à imaginer ce que ça faisait de se faire rejeter comme ça par un mec sur lequel on craque. Probablement pas très agréable. De toute façon elle s’en fichait. Puisque ça ne lui arrivait pas. Avec ça elle avouait clairement qu’Orion était fou d’elle. Ce qu’en soit elle n’avait pas besoin qu’on lui rappelle. Elle le savait très bien. Elle l’avait vu dans ses yeux il y a dix ans lorsqu’elle avait rompu avec lui soit disant sans un regret. Elle l’avait sentit sur ses lèvres lorsqu’il l’avait embrassé pour la première fois lorsqu’elle était réapparu dans sa vie. Il y avait des choses qui entre eux se passait de mot. Cependant ce sentiment de victoire fut de courte durée. Elle avait beau savoir que Yellowsky était un petit quartier, que les informations tournait vite, et que tout le monde semblait au courant de tout, même lorsque personne ne nous le disait. Voilà qu’Ivy ramenait Camille sur le tapis. Comment osait-elle. Est-ce qu’elle savait ne serait-ce qu’un seul détail de la vie de Camille ? De sa vie à elle au moment ou elle avait eu Camille ? « Comment tu peux dire une chose pareille ? Dans le fond, je suis sûre que tu aimes ton fils. Tu devrais y réfléchir et agir en tant que mère plutôt que de batifoler avec Orion. » Pandora tremblait de rage. Elle se fichait bien qu’Ivy veuille lui prendre Orion, ou peut importe. Qui que ce soit en face d’elle, elle l’attaquait volontairement, et sans aucun fondement sur sa non relation avec son fils. Et juste pour ça Pandora pourrait lui arracher la tête. « J.e. n.e. b.a.t.i.f.o.l.e. p.a.s. a.v.e.c. O.r.i.o.n.» Avait-elle lâcher sèchement, articulant sur chaque syllabe. Il fallait être clair. C’était plus qu’un petit flirt, qu’un batifolage ou je ne sais quoi. C’était con à dire, parce que Pandora venait de passé 3 ans de batifolage intensive avec la planète féminine toute entière. «Tu ne sais rien de moi Ivy. Evoque encore une fois Camille et je fais de ta vie a leaving hell.» Et les promesses que faisait Pandora était généralement des promesses tenues. On pouvait demander à.. Hum elle ne savait pas à qui, ils étaient tous mort. Kidding. Bref. « Loin de moi l'idée de vous mettre en danger chérie. Tu est parfaitement capable de le faire toute seule. Je n'en doute pas une seule seconde. » Hein ? Qu’est ce que c’était sensé vouloir dire ? Pandora n’était pas la bombe à retardement de son propre couple il fallait arrêter. «Tu dis ça parce que tu es faible Ivy, et qu’au fond tu le sais. Tu es incapable de t’en prendre à moi. Je t’en pris, attend que je me descende moi même dans ce cas... Mais ça risque de prendre loooooooooongtemps... Je viendrais vérifié que tu es toujours en vie de temps en temps, ne t’inquiète pas.» fit-elle avec un grand sourire qui se voulait méchant. Elle appréciait de moins en moins la blonde. Enfin non, elle lui reconnaissait des qualités indéniables, et il fallait lui reconnaître une chose, elle savait se battre pour un homme, mais l’histoire de Camille lui restait toujours en travers de la gorge. « Avant de penser à avoir des enfants avec Orion, peut-être devrais-tu penser à ton fils non ? Bien que je te penses incapable d'éduquer un enfant correctement ...Tu sais, je peux t'aider à le récupérer. Même si la tâche me parait difficile. » Une fois de trop. Pandora n’attendit pas une seconde avant d’attraper le bras imprudent qui s’était posé sur son épaule et de le tordre de toutes ses forces. «Ecoute moi bien espèce de petite salope blonde de mes deux.» Ok elle avait clairement perdu son sang froid. «J’ai donné Camille à l’adoption il y a dix ans pour une raison très précise qui ne te regarde en rien. Et aujourd’hui je ne compte pas revenir sur ma décision et le voler à sa mère tout ça parce que je suis sa mère biologique. Je ne suis plus sa mère. Son père n’a jamais été son père. Et encore un jugement de ta part sur le sujet, je te fais bouffé tes si jolies cheveux qui font tout ton charme !» Elle lâcha le bras, remis légèrement ses vêtement en place, et fit un grand sourire, comme si rien de tout ce qui venait de ce passer n’avait vraiment eu lieu. «Donc on disait les jouets pour enfant...»

D’ailleurs la suite s’enchaîna comme si de rien était dans le plus bizarre des mondes. Et Pandora priait intérieurement pour qu’Orion ne rentre pas à ce moment là. Parce que même si le faite qu’elle soit, enfin est été «lesbienne» était l’une des premières choses qu’elle lui avait balancé (et c’était clairement le mot) elle n’était pas sur que la trouver bouche contre bouche ou presque avec Ivy soit son fantasme numéro un. Quoiqu’elle serait lui ça le serait. Mais ce n’était pas le genre d’Orion. Et il se mettrait à avoir de sérieux doute. « C'est vraiment, vraiment, vraiment dommage qu'Orion soit entre toi et moi. » Sale sirène. Je n’écouterais pas ton chant, pensa-t-elle. Elle allait pas se faire draguer par la fille qui deux seconde plus tôt venait de lui avouer tout l’amour qu’elle éprouvait pour son mec c’était... Ridicule. «Trop dommage vraiment. Je m’en remettrais... J’ai Orion.. Toi par contre...» BAM BOUM BAM BAM. Grand sourire. Elle enchaîna directement sur ce qu’elle comptait faire à Orion quand il rentrerait. Et clairement si Ivy continuait à la travailler comme ça d’aussi près c’était clairement ce qui allait se passer ou elle allait exploser. Mais devait le regard furieux d’Ivy, elle ne fut que plus contente. « C'est un bon coup ? Je voudrais voir ça par moi-même si tu permets. » Hum si c’était un bon coup ? Pandora laissa tomber sa tête en arrière sur le canapé, se mordant la lèvre inférieur, et laissant échappé un soupire de plaisir. « Un bon coup ? Tu plaisantes ? Il...» Nouveau soupir accompagnée des mimiques qu’il fallait. « Il....aah... » Elle fit mine de se ressaisir et se rassit correctement sur le canapé. «Oh désolé ! C’est pas correct, je pensais juste à la dernière fois ou euh.. désolé.» fit-elle faussement gênée. «Tu disais quoi ?» Fit-elle en battant des cils, innocente qu’elle était.
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 5 Mai - 20:20


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




« Chérie... Il est trop bien pour toi ? C’est vraiment tout ce que tu as trouvé ? Il va vraiment falloir faire mieux que ça si tu veux quoique ce soit, c’est extrêmement décevant. Et dire que j’ai pensé que tu avais un quelconque potentiel... Excuse moi... Je me suis trompé.» Si la brune continuait sur cette voie, Ivy perdrait son calme. Habituellement elle n'était pas violente, préférant discuter avant de frapper dans le tas mais si son père lui avait appris quelque chose, c'était bien de ne jamais se faire marcher sur les pieds. Et c'est que Pandora faisait en ce moment même. Pour qui se prenait-elle cette de Brissac ? Ivy ne descendait peut-être pas d'une famille d'aristocrates mais si Pandora ne la respectait pas, elle ferait de même. La petite bourgeoise et la fille d'une famille aux moyens financiers limités... plutôt cliché. Mais petite bourgeoise ou non, rien n'empêcherait Ivy de la remettre à sa place. « Et moi qui pensais que tu étais assez intelligente pour comprendre qu'Orion ne t'appartenais pas ... Je me suis trompée. » La blonde aurait souhaité accompagner ses paroles d'une gifle mais comme disais sa mère: "la violence ne t'apportera rien." Oh si sa mère la voyait ... elle en aurait honte. Mais les chiens ne faisaient pas des chats, c'est bien connu.

Soit. Tout en se remémorant les paroles de sa mère, Ivy se retenait de ne pas commettre un homicide. Pandora voulait la pousser à bout ? Qu'il en soit ainsi. Mais Ivy ferait de même et cette garce ne l'emporterait pas au paradis. « Si tu ne comptes que me ressortir toutes les phrases de pétasses que tu as potassé dans les films romantiques tu peux partir Ivy, je les connais par coeur aussi.» La blonde arqua un sourcil. Vraiment, c'est tout qu'elle avait trouvé à dire ? Et bien il en faudrait beaucoup plus pour faire sortir Ivy de ses gonds, si tel était le souhait de Pandora. Et plus Pandora parlait, plus l'envie de l'étriper, de lui écorcher les poumons avec une rappe à légumes et de lui faire bouffer les morceaux grandissait. Ivy avait une grande culture cinématographique et ne regardait que très rarement ces films à l'eau de rose avec des phrases de pétasses. « Ecoute attentivement. mes phrases de pétasses t'emmerde. » La brune était vulgaire ? Très bien, Ivy le serait aussi. Pourquoi se tuer à être polie alors que son interlocutrice ne l'était pas ?

Puis Ivy avait décidé de parler de Camille juste pour la blesser toujours plus. La jeune femme était relativement douée pour blesser verbalement et Pandora pouvait se montrer impassible, Ivy savait très bien qu'elle avait visé en plein dans le mille en parlant de son fils. Elle allait continuer, encore et toujours. Elle ne cesserait que lorsque la brune ferait tomber son masque. Et maintenant qu'elle connaissait un peu mieux le personnage, Ivy se doutait bien que cela prendrait un certain temps. Tant mieux, elle n'avait rien d'autre de plus intéressant à faire. « J.e. n.e. b.a.t.i.f.o.l.e. p.a.s. a.v.e.c. O.r.i.o.n.» Oh mais c'était évident. Que faisait-elle alors si elle ne batifolait pas avec lui ? Elle lui tenait la main dans la rue, l'embrassait ... si ce n'était pas batifoler, qu'est-ce que c'était ? Leur amour était artificiel, leur couple était un couple en carton et il suffisait qu'Ivy y mette du sien pour qu'Orion laisse tomber Pandora pour elle. Tout du moins, elle l'espérait. Oh, Orion était idiot de perdre son temps avec la brune. Il était idiot de penser que leur amour était éternel. C'était con, niais, à vomir. Rien que d'y penser, Ivy avait l'estomac tout retourné. Elle en avait assez de courir après lui alors qu'il n'avait d'yeux que pour sa française. Et Ivy s'en lasserait très vite s'il continuait à ne lui porter aucun intérêt. Elle trouvait aussi cela idiot de se battre pour lui alors qu'il se fichait d'elle. C'était d'ailleurs bien la première fois qu'elle se battait pour quelqu'un. Habituellement un claquement de doigt suffisait à avoir qui elle voulait. « Appelle ça comme tu veux. » avait dit la blonde avant de lever elle aussi. «Tu ne sais rien de moi Ivy. Evoque encore une fois Camille et je fais de ta vie a leaving hell.» Encore et toujours des menaces ... Décidément Pandora n'était bonne qu'à ça. « C'est déjà un enfer et je doute que tu puisses empirer les choses sweetie. » Et si elle tentait quoique ce soit pour faire de la vie d'Ivy un véritable enfer, Ivy ne se priverait pas de faire de même. En commençant par s'en prendre aux gens auxquels elle tenait le plus. Elle voulait la guerre ? Elle l'aurait. «Tu dis ça parce que tu es faible Ivy, et qu’au fond tu le sais. Tu es incapable de t’en prendre à moi. Je t’en pris, attend que je me descende moi même dans ce cas... Mais ça risque de prendre loooooooooongtemps... Je viendrais vérifié que tu es toujours en vie de temps en temps, ne t’inquiète pas.» Faible ? Blague. Incapable de s'en prendre à elle ? Pandora la sous-estimait. Ivy était parfaitement capable de s'en prendre à elle si elle le cherchait vraiment. Et elle n'en redemanderait pas. La demoiselle pouvait pourrir l'existence de tout le monde, à commencer par celle de Pandora. Et s'il fallait qu'elle le fasse pour avoir ce qu'elle désirait - c'est-à-dire Orion - elle n'hésiterait pas une seule seconde.

«Ecoute moi bien espèce de petite salope blonde de mes deux.» fit-elle en attrapant le bras de la blonde. Ce qui eu pour effet de faire sourire Ivy. Voilà qu'elle touchait à son but. «J’ai donné Camille à l’adoption il y a dix ans pour une raison très précise qui ne te regarde en rien. Et aujourd’hui je ne compte pas revenir sur ma décision et le voler à sa mère tout ça parce que je suis sa mère biologique. Je ne suis plus sa mère. Son père n’a jamais été son père. Et encore un jugement de ta part sur le sujet, je te fais bouffé tes si jolies cheveux qui font tout ton charme !» Son fils était véritablement un sujet à ne pas aborder et pourtant Ivy n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. « Lâche moi pétasse. » Si Ivy arborait un large sourire il y a à peine quelques seconde, il avait disparut aussi vite qu'il était apparut. On ne l'insultait pas et les pseudo menaces de la brune commençaient sérieusement à l'agacer. « Qu'est-ce que je disais ? Incapable d'élever un enfant. Et il est beaucoup mieux avec sa mère adoptive si tu veux mon point de vue. A sa place j'aurais honte d'avoir une mère comme toi. Une sale petite traînée qui se prend pour le centre du monde ... Redescend de ton nuage princesse, Orion ne t'appartient pas. Et si tu ne redescends pas par toi-même, je vais me faire une joie de t'aider. Ouvre les yeux, votre couple ne durera pas. Si tu me le laisses maintenant, ça t'évitera de souffrir ma jolie. » répondit-elle sèchement.« Donc on disait les jouets pour enfant...» Cette capacité à retrouver son calme faisait froid dans le dos ...

«Trop dommage vraiment. Je m’en remettrais... J’ai Orion.. Toi par contre...» Et une fois de plus, elle renfonça le couteau dans la plaie. « Ne le considère pas comme acquis. C'est un conseil. » Si Ivy s'écoutait, elle l'étranglerait à mains nues. « Un bon coup ? Tu plaisantes ? Il... Il....aah... Oh désolé ! C’est pas correct, je pensais juste à la dernière fois ou euh.. désolé. » S'en était trop. Elle jouait à quoi celle-la ? «Tu disais quoi ?» Ivy l'attrapa par le bras afin de la relever et la gifla aussi fort qu'elle le pu. « Prends ton pied avec lui pendant que tu le peux encore. Ce ne devrait pas durer. Tu sais avec l'âge, ce ne sera pas terrible. Les hommes, ce ne sont pas comme les bons vins. Ça ne se bonifie pas avec le temps si tu vois ce que je veux dire. »
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Lun 6 Mai - 21:42


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Pandora se sentait perdre patience. Il fallait dire qu’Ivy était bonne. Diabolique et absolument sublime. Pandora avait beau être une maîtresse dans la matière, elle sentait la blonde lui glisser sous la peau comme un serpent avide de mordre et elle ne supportait pas ça. Si chacune ne ses répliques semblaient glisser sur elle comme l’eau d’un torrent sur les pierre lisse au fond du fleuve, chacune d’entre elles s’encraient dans sa mémoire et faisait leur bonhomme de chemin. Pandora était certainement la femme avec le plus de confiance en elle qui puisse exister. Ca dépassait bien souvent l’entendement et lui donnait un côté prétentieux souvent insupportable. Mais devait-elle mentir ? Elle était brillante, bien plus que la moyenne, et avait une passion telle pour les études, qu’elle s’était adonné à l’exercice de ses talents mentaux pendant des années et qu’elle ne comptait jamais arrêter de passer des diplômes, quand bien même il ne lu servait à rien. Elle serait, et de loin, la plus diplômée de Yellowsky, si ce n’était pas déjà fait, de Londres ensuite, et de l’Angleterre. Peut être même plus. Elle était splendide, et n’avait besoin d’envier à personne son physique. Pas même à Ivy qui affichait pourtant une taille parfaite, et des formes à s’en rouler par terre. Pandora était fière de ce qu’elle était devenue. Jusqu’à ce qu’elle retombe sur Orion et qu’il l’éblouisse une nouvelle fois de sa candeur et de sa superbe. « Et moi qui pensais que tu étais assez intelligente pour comprendre qu'Orion ne t'appartenais pas ... Je me suis trompée. » Holly shit ! Maintenant la belle blonde pensait lire entre les lignes ? Orion ne lui appartenait pas. Elle le savait. Sinon pourquoi perdait-elle sont temps à se battre contre Ivy, si vraiment elle était persuadé de posséder Orion ? Il fallait avouer que parfois Pandora avait du mal à suivre la blonde. Il ne fallait pas lui en vouloir, l’autre avait bu, contrairement à elle qui était sobre, et dans son élément. En plus d’être plus ou moins chez elle. « Si je pensais qu’Orion m’appartenait ça ferait longtemps que je ne serais plus là à écouter tes paroles de soularde et à essayer de te prouver par a+b que venir jouer contre moi n’est pas une bonne idée. » Fair point. Probablement. Pandora n’était pas une froussarde. Elle pouvait bien avoué qu’elle ne sous-estimait pas complètement Ivy, et ce n’est pas parce qu’elle n’avait pas peur d’elle qu’elle ne la voyait pas comme une menace. « Et ce n’est pas parce que je doutes parfois de ta répartie de pochtrone que je n’admire pas ta ténacité. Si tu gagnes contre moi je serais bonne joueuse. Mais Orion ne m’appartient pas. C’est contre lui que tu dois gagner. Je soupçonne qu’en matière d’amour il est plus de couille, et de détermination que moi.» Et elle n’avait pas tord. A quoi bon la faire craquer elle, si Orion ne craquait pas par la suite ? Car après tout rien n’était gagner. Orion ne lui appartenait peut être, mais il était effectivement aussi amoureux qu’il le disait, et qu’elle le lui disait en retour. Et si Ivy pensait que Pandora était une cible facile à manipuler dans le domaine des relations amoureuses, ce qui restait encore à prouver. Elle était persuadé que ce n’était pas le cas d’Orion. Et au final qui deux deux était véritablement la cible ? « Ecoute attentivement. mes phrases de pétasses t'emmerde. » Oh brrrrr. Elle avait peur vraiment. Elle aimait la puissance ressentit quand l’autre craquait, s’énervait, et répondait à l’agresseur. Parce que c’est ce qu’elle avait fait. Elle l’avait agressé. Pas elle directement. Ce qu’elle disait. Mais visiblement aux oreilles d’Ivy tout sonnait pareille. Vapeur d’alcool quand tu nous tiens. «Ouh... Elles sont vraiment aussi intelligentes que ça ? Tu m’en diras tant !» Dit Pandora en souriant. Elle se foutait de sa gueule... Ce n’était pas correct. C’était même pas gentil. En même temps depuis quand Pandora était gentille ? Ok depuis qu’elle était de nouveau avec Orion. Normalement en tout cas. Mais là ce soir Orion n’était pas là, et Pandora n’avait pas envie de faire semblant.

C’est là que tout avait réellement dérapé. Là qu’Ivy c’était réellement montrée garce et intraitable. Là que peut être sans vraiment le savoir elle avait mis Pandora au tapis. En soit Pandora ne l’avait pas su tout de suite non plus. Elle avait juste sentit la colère se déverser dans ses membres, et l’envie de l’emplâtrer contre le mur la submerger. Ivy était une séduisante bitch. Mais parler de Camille n’était vraiment pas de son ressort et elle ne connaissait rien à l’histoire. Elle aurait pu sortir n’importe quoi. Appuyer sur le faite qu’elle était lesbienne, normalement, et qu’elle ne pouvait ainsi pas entretenir une vraie relation avec Orion. Appuyer sur n’importe quoi. Mais pas sur Camille. Pas sur la relation qu’elle avait eu avec Voltaire à travers lui. « Appelle ça comme tu veux. » Il n’y avait rien à dire. Si ce n’est la regarder avec un regard dur comme la pierre qui menaçait de lui exploser la rate. « C'est déjà un enfer et je doute que tu puisses empirer les choses sweetie. » Oh là elle la sous-estimait. Là tout de suite elle avait peut être l’air presque cool. Ou peut être pas, elle devait déjà avoir l’air d’une bonne garce assez peu sympathique. Mais elle avait été mille fois pire. Et s’il lui faudrait peut être un peu de temps pour se remettre dans le bain, elle y arriverait surement en un claquement de doigt. Et si Pandora se mettait à se la jouer comme la pétasse qu’elle avait été à Paris... Ivy était perdue. « Je serais toi, je m’avancerais pas là dessus.» dit-elle avait un sourire mielleux. Au moins elle était mise en garde. Pandora pouvait s’échauffer, s’étirer, et préparer à frapper.

Seulement Ivy ne semblait pas avoir retenu la leçon, et Pandora n’avait même pas eu le temps d’étendre la jambe qu’Ivy avait déjà recommencer son forfait et que le sujet de son fils repassait déjà ses lèvres vermeilles. Pandora craqua et retourna le bras de la blondinette qui traînait par la sur son épaule, et l’assassinat de menace sans aucune classe. Il lui fallait vraiment un échauffement pour pouvoir s’énerver avec classe. « Lâche moi pétasse. » On avait réellement perdu le reste de politesse dans la conversation. Pandora lâcha son emprise sur la blonde. « Qu'est-ce que je disais ? Incapable d'élever un enfant. Et il est beaucoup mieux avec sa mère adoptive si tu veux mon point de vue. A sa place j'aurais honte d'avoir une mère comme toi. Une sale petite traînée qui se prend pour le centre du monde ... Redescend de ton nuage princesse, Orion ne t'appartient pas. Et si tu ne redescends pas par toi-même, je vais me faire une joie de t'aider. Ouvre les yeux, votre couple ne durera pas. Si tu me le laisses maintenant, ça t'évitera de souffrir ma jolie. » Son coeur battait la chamade. Elle le sentait déchirer sa poitrine. Battre dans sa tête et dans tous les membres de son corps. Elle voulait lui péter la gueule. Lui arracher les cheveux. Et... Non cette dernière partie elle ne voulait pas. «C’est l’idée quand on met un enfant à l’adoption... Qu’il soit mieux avec sa mère adoptive.» cracha-t-elle froidement, essayant de reprendre son souffle, son calme, pour ne pas lui arracher les yeux. «Parce qu’il t’appartient à toi ? Qu’est-ce que tu as fait pour le mériter ? Essayer de briser jusqu’aux larmes sa petite amie, en lui parlant du fils qu’elle a été obligé d’abandonner dix ans plus tôt ? Brillant !» Maintenant elle jouait la pauvre fille blessé dans l’âme. Certes elle était blessée. Certes elle pourrait en pleurer. Mais devant Ivy jamais. Devant personne d’ailleurs. Pandora n’était pas une cruche sensible qui pleure à tout bout de champ. «Je n’ai rien à te laisser, puisqu’Orion ne m’appartient pas. Et qu’il dure ou pas, je profiterais, de chaque instant, jusqu’au dernier. Tu savais que mon premier prénom était Iseult. Je dois avoir dans le sang le sens de la tragédie amoureuse sweetie.» Ok à dire ça elle se faisait vomir. Elle allait devoir aller faire des bains de bouche à répétition. Elle qui avait toujours détesté ce prénom justement à cause de la stupide tragédie amoureuse que ça impliquait. Elle en jouait maintenant aujourd’hui pour faire croire qu’elle serait près à aller jusqu’au bout, quand elle savait bien qu’elle et l’envie de souffrir ça faisait franchement deux. Et elle estimait qu’elle avait bien suffisamment souffert à cause des mecs. Si ses paroles étaient dit avec un semblant de calme olympien. On aurait presque pu entendre ses dents grincer de colère. Et ses mains tremblaient légèrement sous le coup d’une colère qu’elle essayait de dominer.

« Ne le considère pas comme acquis. C'est un conseil. » Ca on avait compris. C’était justement le but de la visite, non ? Venir la prévenir qu’elle était sur ses traces et qu’elle n’aurait plus Orion pour longtemps. Enfin normalement, non ? Le but qui était moins clair et qui n’aurait pas du arriver là était qu’elles se mettent à se draguer. Pandora, sans aucune gène, bien plus gênée par la proximité d’Ivy que parce qu’elle s’apprêtait à faire en tout cas, exhiba sans complexe ce qu’elle pensait des talents sexuels d’Orion et de ce que ça pouvait lui faire. Elle avait à peine finit son petit spectacle qu’elle se prit une baffe, se retrouvant debout par la même occasion. Jubilatoire. Bien que douloureuse. « Prends ton pied avec lui pendant que tu le peux encore. Ce ne devrait pas durer. Tu sais avec l'âge, ce ne sera pas terrible. Les hommes, ce ne sont pas comme les bons vins. Ça ne se bonifie pas avec le temps si tu vois ce que je veux dire. » Bah voyons. Non seulement Orion avait encore probablement de longue année devant lui sur ce terrain. Mais en plus c’était drôle à entendre de la bouche de celle qui était folle amoureuse de lui et donc qui le voulait pour l’éternité. «Oh oui, et d’ici que tu arrives à me le prendre, je l’aurais littéralement épuisé, et il se serait passé du temps. Ca ne se bonifie pas avec le temps si tu vois ce que je veux dire.» Fit Pandora en souriant. Oui Pandora savait sourire, on l’aurait su.
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Lun 20 Mai - 13:18


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




« Si je pensais qu'Orion m'appartenait ça ferait longtemps que je ne serais plus là à écouter tes paroles de soularde et à essayer de te prouver par a+b que venir jouer contre moi n'est pas une bonne idée. » Pandora avait raison. Venir ici avait été l'une des pires décisions qu'Ivy avait prise. Avec peut-être celle de quitter son Kansas natal. Si elle était restée avec sa famille, jamais elle n'aurait rencontré Orion. Jamais elle ne se serait éprise de lui et jamais son frère lui en aurait voulu de l'avoir abandonné. S'il y a quelques années, Ivy pensait que cela avait été la meilleure décision qu'il soit, elle pensait tout autrement aujourd'hui. Si elle n'avait pas pris la route cette nuit là, si elle n'avait pas rencontré Tom, Ivy serait une tout autre personne. Elle aurait pu vivre normalement, continuer ses études mais non, l'appel de la route avait été bien trop fort pour qu'une adolescente y résiste. A l'époque, choisir de vivre couvée par ses parents ou vivre seule, sans personne pour lui dicter sa conduite... le choix avait été rapide. Mais aujourd'hui, en voyant Pandora, Ivy regrettait chacun de ses choix. Pandora, à qui la vie souriait. Certes, la blonde ne la connaissait pas suffisamment pour dire que la brune avait eu un passé agréable, mais Ivy savait très bien qu'aujourd'hui qu'elle pouvait l'envier. D'après ce que les gens disaient dans le quartier, Pandora avait fait de longues études, était diplômée et surtout, elle avait Orion. Non pas qu'il lui appartenait, à elle ou à n'importe qui d'autre, mais il était avec ELLE. Et rien que pour cela, n'importe qui pouvait la jalouser. Orion était parfait et même si à cet instant Ivy le détestait, elle ne pouvait pas le nier. « Je devrais probablement y aller. Tu as raison après tout. Je vais certainement perdre si je joue contre toi.» avait-elle dit sans pour autant bouger ne serait-ce que le petit doigt. Elle attendait peut-être un miracle, que Pandora, dans un élan de bonté, lui laisse Orion. Ce qui n'arriverait probablement jamais. Il n'y avait qu'à observer la brune lorsqu'elle parlait de lui. Cette flamme ardente qui dansait dans son regard... Ivy comprenait parfaitement bien que Pandora était incontestablement et irrévocablement amoureuse de lui. Et il y avait deux sortes d'amour : l'amour insatisfait, qui vous rend odieux et l'amour satisfait, qui vous rend idiot. Dans le cas présent, on pouvait facilement comprendre pourquoi Ivy était odieuse ces derniers temps « Et ce n'est pas parce que je doutes parfois de ta répartie de pochtrone que je n'admire pas ta ténacité. Si tu gagnes contre moi je serais bonne joueuse. Mais Orion ne m'appartient pas. C'est contre lui que tu dois gagner.Je soupçonne qu'en matière d'amour il est plus de couille, et de détermination que moi.» Une fois encore, la brune avait raison. Si Ivy voulait Orion, c'est à lui qu'elle devait s'adresser et non à sa petite amie. C'est à lui qu'elle devait prouver ses sentiments, à lui a qui Ivy devait montrer sa vraie personnalité. Celle que peu de personnes connaissaient. Car si la blonde s'y mettait, elle pouvait être quelqu'un de bien. Mais la question était : en avait-elle vraiment envie ?

« Ouh... Elles sont vraiment aussi intelligentes que ça ? Tu m'en diras tant !» Avait dit Pandora quant aux phrases "de pétasses" d'Ivy. Oh qu'est-ce qu'elle en savait si elles étaient intelligentes ou non ? Qu'est-ce qu'elle en avait à faire ? Elle avait d'autres priorités que celle de se poser ce genre de question. « Oh et puis, qu'est-ce qu'on en a à faire ? Je ne suis pas venue ici pour parler du septième art avec toi. » Elle n'était pas venue ici pour parler avec elle tout court. Elle voulait seulement voir Orion pour s'excuser de tout ce qu'elle lui avait dit, de tout ce qu'elle avait fait. Elle voulait tout simplement redevenir amie avec lui. Mais non, il avait fallu que ce soit Pandora qui soit là. Et d'entrée, la blonde savait que cela allait dégénérer, ce qui ne tarda pas à arriver. « C'est l'idée quand on met un enfant à l'adoption... Qu'il soit mieux avec sa mère adoptive.» Quelque part, Ivy s'en voulait de dire de telles horreurs mais la brune l'avait bien cherché et elle n'éprouvait certainement aucuns remords a faire souffrir Ivy avec ses paroles. Pourquoi Ivy en éprouverait-elle dans ce cas ? « Parce qu'il t'appartient à toi ? Qu'est-ce que tu as fait pour le mériter ? Essayer de briser jusqu'aux larmes sa petite amie, en lui parlant du fils qu'elle a été obligé d'abandonner dix ans plus tôt ? Brillant !» Rien. Elle n'avait absolument rien fait pour mériter Orion. C'était même tout le contraire ! Elle se sentait pitoyable et les paroles de Pandora lui resterait en tête un bon moment. « Je me mets à ton niveau, voilà tout. Je ne vois pas pourquoi tu serais la seule à pouvoir me blesser. J'ai parfaitement le droit d'essayer de te blesser aussi. Et libre à moi de choisir de quelle manière. En l’occurrence, parler de ton fils semble fonctionner à merveille. » Si dans le fond Ivy voulait hisser le drapeau blanc en signe de capitulation, elle trouvait un certain amusement à la situation. Le temps passait relativement vite en compagnie de Pandora. «Je n'ai rien à te laisser, puisqu' Orion ne m'appartient pas. Et qu'il dure ou pas, je profiterais, de chaque instant, jusqu'au dernier. Tu savais que mon premier prénom était Iseult. Je dois avoir dans le sang le sens de la tragédie amoureuse sweetie.» Iseut, la reine d'Irlande, qui guérit Tristan ? Iseut la Blonde dont, par la vertu d'un philtre d'amour, Tristan tombe éperdument amoureux ? Iseut aux blanches mains qu'il épouse sans l'aimer ? Ivy était assez calée sur le sujet. « Poison Ivy ça te dit quelque chose ? Beaucoup plus intéressante qu'Iseult et Tristan réunit si tu veux mon avis.» avait répondu Ivy face au calme olympien de la brune.

« Oh oui et d'ici que tu arrives à me le prendre, je l'aurais littéralement épuisé, et il se serait passé du temps. Ça ne se bonifie pas avec le temps si tu vois ce que je veux dire.» Une image désagréable s'immisça dans l'esprit de la jeune femme, qui du réprimer une envie soudaine de rendre ses quelques verres ingurgités plutôt dans la soirée. « Epargne-moi les détails. Faites ce que vous voulez après tout. Tu sais quoi ? Je laisse tomber. Garde-le, vivez heureux jusqu'à la fin des temps et faites des enfants. Avec un peu de chance, ils ne seront pas aussi détestables que toi. » Puis la blonde se dirigea vers la porte. Elle en avez assez, tout cela ne rimait à rien.
@destiny.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 9 Juin - 9:16


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.




Quoique Pandora en dise. Peut importe la posture qu’elle adoptait, le calme olympien qui ne la quittait pas, le sourire vicieux qui se glissait sur ses lèvres et chacune de ses paroles qui épanchaient doucement son venin dans les veines d’Ivy, elle ne faisait pas la fière. Malgré le manque total de confiance en elle de la part de la blonde, Pandora voyait bien qu’Ivy était un adversaire à sa taille. La blonde ne pouvait peut être pas s’en rendre compte. Et c’était peut être mieux comme ça. Si jamais elle pouvait toujours se montrer aussi puissante et invincible c’était probablement pour le mieux. Mais Ivy était splendide, d’une beauté rare, à laquelle Pandora ne savait pas rester de marbre. Rien que ça pouvait la déstabiliser en un fragment de seconde. Elle savait bien qu’elle était avec Orion, qu’elle l’aimait à ne plus en savoir quoi faire, et qu’au fond d’elle grondait la même peur de l’abandon et de l’échec qui grondait en elle depuis sa jeunesse. Mais elle sortait aussi de trois ans de batifolage féminin qui restait à jamais gravé dans sa peau, dans sa mémoire, et qui parfois la faisait frémir d’envie. Non pas qu’Orion ne pouvait pas la satisfaire. Tout était parfait. Absolument parfait. La brunette n’avait jamais été aussi heureuse depuis longtemps, et lorsqu’elle était dans ses bras, il savait faire taire cette voix sourde qui se glissait au creux de son estomac. Seulement dès qu’il n’était plus dans les parages la sensation revenait au galop. Elle restait imperturbable mais menaçait déjà de s’effondrer. Depuis combien de temps n’avait-elle pas été en couple ? N’avait-elle pas cru dans les relations amoureuses ? N’avait accordé aucun crédit à la race masculine ? Et peut être sans le savoir, Ivy était exactement l’incarnation de cette voix perverse qui la sommait de s’enfuir au loin, qu’elle se ferait, encore, briser en mille morceau si elle restait. Ivy était à Pandora ce qu’était la pomme du Jardin d’Eden à Adam et Eve. D’une lucidité extrême, elle le savait. Et ça la rendait malade. « Je devrais probablement y aller. Tu as raison après tout. Je vais certainement perdre si je joue contre toi.» Son regard satisfait glissa sur la silhouette d’Ivy. Silhouette absolument parfaite qui n’avait absolument rien à lui envier. Elle comprenait bien qu’elle puisse vouloir Orion, quand bien même elle pouvait avoir n’importe qui d’autre. L’heure n’était plus au bad boy qui nous font frémir dans nos lits, pleurer au fond de nos draps dès qu’ils sont partit. Elle se mordit la lèvre et détourna son regard. «J’admire ta lucidité au moins. A défaut de remarquer ton courage.» Elle cherchait les noises, Ivy était prête à abandonner, à lâcher les armes et à s’en aller. Enfin en parole du moins, parce que dans les faits elle n’avait pas bouger d’un pouce, et Pandora doutait fortement qu’elle s’attende à ce que Pandora la retienne. Elle planta alors son regard dans la sien, sentant ses rétines brûler sous ce contact, et appuya chacun de ses mots avec un sourire presque malsain coller sur les lèvres. «Bonne soirée Ivy ! Rêve bien de moi !» Ne vous y m'éprenez pas, il n’y avait ici aucun sous-entendu étrange ou quoique ce soit. Elle parlait plutôt de cauchemar qui impliquait généralement Orion. Cela dit l’insistance malheureuse de son regard pouvait prêter à confusion. Mais c’était quelque chose qu’elle contrôlait difficilement. Elle pouvait déjà se retenir de tenter quoique ce soit avec Ivy, quand la faire plier sous ses caresses seraient probablement jouissif. Alors il ne fallait peut être pas lui demander d’avoir un regard des plus neutres et plus insensibles.

« Oh et puis, qu'est-ce qu'on en a à faire ? Je ne suis pas venue ici pour parler du septième art avec toi. » Pandora sourit faiblement. Elle n’avait pas tord. Elle n’était clairement pas venu parler de ça. C’était probablement un accident si elle avait lancé des répliques dignes de film à l’eau de rose les plus nuls. «Dommage... Ca aurait pu être intéressant aussi... Plus calme cela dit...» Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à ce qui se serait passé si Orion n’était pas revenu comme un boulet de canon dans sa vie, emportant tout sur son passage, et la laissant esclave de ses bras ? Elle détestait d’ailleurs cette sensation. Elle avait beau être une femme forte, indépendante, et revêche, elle se savait généralement plus faible dans les bras d’un homme, et qui si on pouvait dire qu’Orion ne lui appartenait pas, elle se laissait facilement posséder par Orion. Heureusement que ce dernier n’en jouait pas outre mesure et que leur relation ne prenait pas le même cap désastreux que ses précédentes relations... D’ailleurs en parlant de précédente relation, Ivy sans le vouloir, avait le chic de les rejeter sur le tapis avec une classe totalement dissimuler, et Pandora commençait à pâlir sous l’évocation de Camille. Camille qui se raccrochait directement à Voltaire, et Voltaire à... Si jusque là elle n’avait pas eu des envies de meurtre sur Ivy, le vent venait soudainement de tourner, et Ivy risquait de se rendre compte à quel point jusque là elle avait eu le droit à une Pandora agréable, douce et gentille, presque civile par rapport à ce qu’elle était capable de faire. « Je me mets à ton niveau, voilà tout. Je ne vois pas pourquoi tu serais la seule à pouvoir me blesser. J'ai parfaitement le droit d'essayer de te blesser aussi. Et libre à moi de choisir de quelle manière. En l’occurrence, parler de ton fils semble fonctionner à merveille. » A son niveau ? Elle délirait la petite ! Elle pensait qu’en un claquement de doigt en une phrase bien sentie et destructrice elle parviendrait à se hisser à son niveau. (La était d’ailleurs probablement toute la différence, la phrase d’Ivy sous-entendait qu’elle s’était abaissé à un certain niveau, lorsque Pandora considérait qu’elle était à un niveau bien plus élevé, et que la blondinette aurait donc besoin de s’élever indéfiniment.) «Justement non chérie... Libre n’est pas à toi de choisir la manière... Là est toute la subtilité de mon niveau...» Démonstration par a+b que l’une se noie dans les eaux troubles pendant que l’autre est perchée sur la plus haute branche d’un arbre. «La répartie cinglante découle de la capacité de l’un à saisir les faiblesses de l’autre dans son regard - chez toi, ton manque de confiance, ton désir puéril et incontrôlable pour Orion, ta colère latente et grandissante à mon égard. Tu trouves, tu frappes, et tu es simplement une déesse indétrônable.» Ca allait de soit... Quelques petits mots bien sentit qui ne faisait pas référence à une histoire qu’on ne connaissait pas, ou à de potentiel calomnie. «En revanche... Utiliser l’histoire personnelle de la personne, sans savoir de quoi on parle, évoque plutôt l’acharnement stupide des politiciens vicieux qui se roule dans la bout et te fera graver salope sur le front !» Personne ne pourrait cautionner quelqu’un qui descendait quelqu’un d’autre en s’attaquant au souvenir d’un pauvre enfant. «On ne joue pas dans la même cours Ivy. J’aurais pu t’apprendre... Mais ça ne serait pas bon pour mes affaires.» A savoir rester avec Orion... Néanmoins elle n’avait pas pu s’empêcher de lui donner un premier cours. Peut être parce qu’à certain moment elle avait l’impression de se revoir elle face à Paris. Quoiqu’elle n’avait jamais cherché à voler le petit ami de Paris... En même temps... Voilà. Vint ensuite une relation probablement stérile sur la violence et la pertinence de leur prénom... En soit elle était stérile parce que Pandora avait commencé par évoqué son prénom Iseult, et qu’elle en avait absolument rien à foutre de ce prénom et de ce que ça pouvait vouloir dire. Néanmoins elle sourit à la réponse qui fut donné par son adversaire. « Poison Ivy ça te dit quelque chose ? Beaucoup plus intéressante qu'Iseult et Tristan réunit si tu veux mon avis.» Un sourire immense c’était étendu sur les lèvres de la belle brune. En effet la plante qui gratte et démange comme pas possible allait très bien à Ivy, sans aucun doute. Pandora s’était rapprocher de la blondinette pour venir lui souffler dans l’oreille. «Et la boite de Pandore chérie ? Tu la connais ?» Elle se recula vainqueur, elle s’en doutait. Ses prénoms c’était probablement la seule chose que ses parents avaient réussit. Enfin pas Iseult-Marie ça allait de soit... Mais Pandora. La boite de Pandore. Elle lâcherait tous les maux sur le monde s’il le fallait. Sans hésiter. Il ne fallait jamais réveiller la garce qui sommeillait en Pandora...A moins d’être près à en payer les conséquences, ce que visiblement Ivy n’était pas prête à faire. « Epargne-moi les détails. Faites ce que vous voulez après tout. Tu sais quoi ? Je laisse tomber. Garde-le, vivez heureux jusqu'à la fin des temps et faites des enfants. Avec un peu de chance, ils ne seront pas aussi détestables que toi. » Pandora éclata de rire lorsqu’elle vit Ivy se diriger vers la porte. «Détestable ! On y arrive enfin ! Je ne fais que renvoyer l’image de ce que tu deviendras si tu viens t’attaquer à moi... Penses-y. Orion t’aimera-t-il toujours si tu me blesses pour l’avoir ?» Elle était vile et salope. Elle savait que l’amour qu’Orion lui portait était a priori la chose la plus pure qu’elle ait pu toucher. Elle savait qu’elle lui rendait bien, et que malgré son caractère devenu bien plus détestable qu’à l’époque, avec lui, elle redevenait la Iseult qu’il avait toujours connu, et que parfois c’était agréable.
@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 16 Juin - 19:09


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.

 



Un jour Ivy aimait les hommes, le lendemain elle préférait les femmes et le surlendemain, elle changeait encore d'avis. La blonde était une indécise. Quand un homme lui plaisait, il y avait toujours une belle brune qui arrivait dans sa vie et qui lui faisait tourner la tête. Et lorsqu'elle pensait aimer uniquement la gente féminine, un beau mâle sortait de nul part. En soit, la demoiselle ne savait toujours pas ce qu'elle préférait. Et même aujourd'hui, elle se posait toujours la question. Certes elle aimait Orion, elle l'aimait énormément. Il n'y avait pas l'ombre d'un doute là-dessus mais elle ne pouvait nier le fait que Pandora l'attirait.  Après quelques années de batifolage avec des demoiselles, il était difficile de résister à leur charme. Et Pandora était charmante, très charmante. S' il n'y avait pas Orion entre elles deux, si Ivy n'était pas venu ici dans le but de lui prendre son petit ami et si elle ne détestait pas tant la brune, Ivy serait actuellement en train de la dévorer du regard. Ce qu'elle faisait peut-être... sans réellement s'en rendre compte. Son souffle s'était fait plus court face à une proximité qu'elle n'avait calculée. Le désir. Vague fulgurante qui s'écoulait dans ses veines, faisant bouillir ce liquide sanguin vital au bon fonctionnement de son organisme. Et elle ne comprenait cette réaction chimique que la brune lui inspirait, une réaction qui la déconcertait face à ce sentiment puissant qu'elle n'aurait du ressentir pour une femme pour qui elle n'éprouvait que de la rancœur et de la haine. Une attirance palpable, une tension qui électrisait l'air.  Une attirance qu'elle tentait de faire disparaître en pensant à Orion, à Clyde, à Dexter et à tous les autres hommes avec qui elle avait partagé une nuit, ou avait qui elle avait faillit. «J’admire ta lucidité au moins. A défaut de remarquer ton courage.» La réplique de la brune ramena Ivy à la réalité. Durant quelques secondes, la blonde s'était perdue dans le regard de celle qu'elle disait détester. En guise de réponse, la jeune femme fusilla du regard Pandora. Si son désir était grand, son aversion pour miss de Brissac le dépassait. «Bonne soirée Ivy ! Rêve bien de moi !» avait-elle dit ensuite. Une nouvelle fois, la blonde la fusilla du regard. A quoi jouait-elle ? Son but était-il de la pousser à bout ? Voulait-elle qu'Ivy craque afin d'avoir la certitude qu'Orion ne l'abandonnerait pas ? Peut-être que Pandora doutait après tout. Peut-être que, finalement, Ivy était une adversaire à sa taille. « Mais je rêve de toi tous les jours Pandora. » répondit Ivy sur un ton prêtant à confusion.  Ce n'était pas bien difficile pour elle et ce petit jeu l'amusait vraiment.  De plus, les regards que la brune lui lançait ne la laissait pas de marbre. « Et généralement tu ne survis pas bien longtemps dans mes rêves. » Oh, combien de fois Ivy avait rêvait qu'elle assassinait Pandora ? Milles et une fois probablement. Ses rêves étaient tellement réalistes que, lorsqu'Ivy se réveillait, elle peinait à croire que tout cela n'avait été qu'un rêve. Elle rêvait aussi parfois d'Orion mais il ne vaut mieux pas s'étaler sur le sujet.  Aussi, il arrivait que la blonde rêve de Pandora ET d'Orion. Et quand cela arrivait, il ne valait mieux pas chercher Ivy le lendemain. Oui, Orion la hantait nuit et jour. Pas un jour, pas une heure, pas une minute ni même une seconde ne s'écoulait sans qu'elle ne pense au brun. Et lorsque le soleil se couchait, lorsque la blonde pensait qu'elle allait avoir quelques heures de répit, le jeune homme revenait hanter ses pensées. Et il revenait de temps à autres, accompagné de Pandora.

« Dommage... Ça aurait pu être intéressant aussi... Plus calme cela dit...»  Plus calme... ce n'était pas bien difficile. Cependant parler du septième art avec la brune aurait été nettement moins intéressant selon Ivy. En plus de cela, elle n'était pas très calée sur le sujet. Bien sûr elle connaissait deux, trois répliques cultes, quelques bons réalisateurs, bons nombres d'acteurs mais elle n'avait pas énormément de connaissances techniques là-dessus. Il faut dire qu'elle se limitait aux films d'épouvantes et parfois, elle se laissait tenter par un film à l'eau de rose. Ce que Dexter n'appréciait pas vraiment lors des dimanche cocooning. Soit. Là n'était pas le sujet.  « Plus calme, certainement. Intéressant, permet-moi d'en douter. A te regarder, je dirais que tu n'es pas très friande des films d'horreur. Quoique... maintenant qu'Orion est là pour te protéger, tu pourrais en regarder quelques uns. » fit-elle avec une pointe de cynisme. Pandora n'avait rien d'une femme qu'il fallait protéger, c'était même tout le contraire.  Puis, changement de sujet radical. Un sujet tout aussi passionnant que le précédent bien qu'Ivy était cette fois, blessante dans ses propos. Ou tout du moins, elle voulait l'être.  « Justement non chérie... Libre n’est pas à toi de choisir la manière... Là est toute la subtilité de mon niveau...» Ivy haussa un sourcil, ne comprenant pas où la brune voulait en venir. « La répartie cinglante découle de la capacité de l’un à saisir les faiblesses de l’autre dans son regard - chez toi, ton manque de confiance, ton désir puéril et incontrôlable pour Orion, ta colère latente et grandissante à mon égard. Tu trouves, tu frappes, et tu es simplement une déesse indétrônable. » Son désir puéril.. non. Incontrôlable convenait beaucoup mieux. C'était le mot qui se rapprochait le plus de la réalité.  « En revanche... Utiliser l’histoire personnelle de la personne, sans savoir de quoi on parle, évoque plutôt l’acharnement stupide des politiciens vicieux qui se roule dans la boue et te fera graver salope sur le front ! »   Déesse indétrônable ou salope... choix difficile. Bien qu'Ivy soit déjà l'une des deux -je vous laisse deviner laquelle-, être l'une ou l'autre ne la dérangerait pas plus que cela. Elle s'assumerait en tant que salope tout comme elle serait flattée d'être "une déesse indétrônable". « Mais je suis déjà une déesse chérie. N'importe quel type qui est passé dans mon lit te le diras. Et si tu crois uniquement ce que tu vois, je veux bien te montrer. »  souffla t'-elle sensuellement, prenant un peu plus ses aises sur le canapé. Elle avait opté pour une solution extrême qui pourrait s'avérer efficace contre cette épée Damoclès - chosification de Pandora, vous l'aurez compris - qui se figeait au dessus de sa fine silhouette. « Et leurs femmes te diront que je suis une salope.»  conclut-elle tout sourire. « On ne joue pas dans la même cours Ivy. J’aurais pu t’apprendre... Mais ça ne serait pas bon pour mes affaires.» Le sourire d'Ivy disparu aussitôt. Venait-elle d'insinuer qu'elle jouait dans la cours des grands ? « Oh dommage. Vraiment trop dommage même. Mais si l'élève dépasse le maître, Orion pourrait se tirer avec l'élève si tu vois ce que je veux dire. Ne t'inquiète pas, je comprends parfaitement que tu ne veuilles pas m'apprendre tout ça. »  dit-elle ironiquement. «Et la boite de Pandore chérie ? Tu la connais ?» Ivy déglutit. Elle connaissait très bien la boite de Pandore et Pandore collait divinement bien à Pandora. Beauté, flatterie, amabilité, adresse, grâce, intelligence, mais aussi l’art de la tromperie et de la séduction... Les de Brissac avaient bien choisit le prénom de leur fille. Sans aucun doute. « Epargne-moi les détails. Faites ce que vous voulez après tout. Tu sais quoi ? Je laisse tomber. Garde-le, vivez heureux jusqu'à la fin des temps et faites des enfants. Avec un peu de chance, ils ne seront pas aussi détestables que toi. » avait dit Ivy tout en se dirigeant vers la porte, ce qui provoqua le rire de Pandora.. Allez savoir pourquoi ! « Détestable ! On y arrive enfin ! Je ne fais que renvoyer l’image de ce que tu deviendras si tu viens t’attaquer à moi... Penses-y. Orion t’aimera-t-il toujours si tu me blesses pour l’avoir ?»  La blonde se stoppa net. Elle ne s'était jamais posé cette question... Pourtant, elle aurait du. Elle aurait du se la poser avant d'insulter Pandora, avant de venir chez Orion.. « IL NE M'AIME PAS  ESPÈCE DE PAUVRE GOURDE. » hurla -t'elle se retournant brusquement vers Pandora, les yeux humides. « Il t'aime toi. Une garce capable de réduire tout espoir à néant en un claquement de doigt. Contrairement à toi, je ne voulais pas te blesser. Tout du moins au début... Mais je viens de comprendre que ça ne servirait à rien de continuer. Dans tous les cas je ne peux rien faire. Si je rentre dans ton jeu en te blessant, Orion me détestera. Et si je ne fais rien, tu finiras par avoir ma peau.   »

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Sam 6 Juil - 9:03


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.

 



Pandora n’était pas du genre à être bisexuelle. Elle était trop entière pour pouvoir naviguer de fille à garçon, comme ça, en dépit du bon sens. Elle n’aimait pas les filles. Les filles l’attiraient, l’excitaient, mais elle connaissait trop leur fonctionnement pour pouvoir les aimer. Elle connaissait leur désir secret, cette fausse pudeur destiné à ne pas passer pour une salope, cette candeur arrogante, cette manière de draguer et de te faire perdre les pédales. Elle les connaissait, elle les avait assimilé, elle était toutes ses femmes. En plus de deux ans au coté de Paris elle était devenu cette sirène qui murmure à l’oreille des femmes. Elle pouvait aussi murmurer à l’oreille des hommes si elle le désirait, tous les avoirs à ces pieds si bon lui semblait. Mais elle s’en fichait. Autant elle était d’une froideur farouche démultipliant les flammes d’une passion enfouit avec les femmes, autant dans les bras d’un homme elle s’abandonnait complètement et était incapable de leur résister bien longtemps. Pandora, malgré tout ce qu’elle souhaitait, était une femme amoureuse. Elle aimait à la folie, se perdait dans leurs yeux, dans leurs bras, et aimait ça jusqu’à ce détester. Pour sa santé mentale et physique, elle préférait encore les femmes, au moins elle ne s’embêtait à ressentir, allait ou bon lui semblait, et faisait ce que bon lui semblait sans trop réfléchir. Elle était libre. Libre d’être une libertine, libre d’être une salope. C’est ce qu’était les femmes entre elles... Toujours. Et elle était retombé dans les bras d’Orion, et plus rien n’avait eu de sens. Rien sinon lui. Et puis subitement Ivy. Ivy et ses cheveux blonds, ses formes et sa peau parfaite, son odeur corporelle forte qui lui montait au nez. Ivy qui lui rappelait tout ce qu’elle ratait en retournant avec un homme. Mais Pandora n’était pas du genre à être bisexuelle. Pandora n’était pas du genre à être infidèle. Par à Orion en tout cas. Et si elle ne pouvait nier qu’Ivy la troublait elle ne lui ferait jamais le plaisir de la satisfaire d’aucune manière. Elle pouvait penser autant qu’elle le voulait qu’elle s’était rencontré trop tard, que si elle s’était rencontré avant tout ce serait déroulé autrement. Elle pouvait fantasmer sur un milliard de chose, mais peut importe. C’était trop tard. Et pour une linguiste de l'acabit de Pandora, chaque mot était toujours mis à sa place, et penser à l’extrême.

« Mais je rêve de toi tous les jours Pandora. » Pandora fronça les sourcils, son coeur ratant un battement. Qu’est ce qu’elle voulait dire ? Elle se pinça doucement les lèvres, chassant de son esprit les images que la garce avait osé implanter avec une petite phrase sur un ton déplacé. Ivy était vraiment digne d’elle. Une garce comme on en connait peut. « Et généralement tu ne survis pas bien longtemps dans mes rêves. » Pandora sourit franchement applaudissement doucement la blonde. Comme ça elle rêvait de l’assassiner ? Ce n’était pas bien jolie, mais c’était étrangement réconfortant à savoir. On n’assassinait qu’une menace. Et clairement elle en était une de taille pour la blondinette, et bien qu’elle n’en ai jamais douté, c’était bon d’en avoir la certitude. «C’est très sain de rêver de moi... D’autant plus que c’est le seul endroit ou tu peux avoir le dessus sur moi» répondit-elle les yeux pétillants, un fin sourire se dessinant sur ses lèvres. Sa voix n’était qu’un râle sensuelle peut importe ce qu’elle disait donnant une toute autre emprise à chacune de ses paroles.  « Plus calme, certainement. Intéressant, permet-moi d'en douter. A te regarder, je dirais que tu n'es pas très friande des films d'horreur. Quoique... maintenant qu'Orion est là pour te protéger, tu pourrais en regarder quelques uns. » La protéger ? Elle ? Merci elle se débrouillait toute seule. Et puis soyons honnête si elle avait eu besoin d’un garde du corps elle n’aurait probablement pas choisit Orion... En plus les films d’horreur était d’après elle de plus en plus pitoyable. Elle avait su apprécier les premiers classique, et maintenant ça devenait de plus en plus gore et déplacer... Elle ne comprenait pas ce genre de film et l’engouement qu’il y avait autours d’eux... «Tu serais plus efficace qu’Orion dans le rôle du garde du corps... Tu te doute bien que ce n’est pas pour ça que je l’aime, et l’un comme l’autre nous trouvons les films d’horreur ridicule... Un peu comme toi d’ailleurs.» Finit-elle dans un sourire naturel. Pandora était surement qu’une pauvre conne désagréable, une garce en sommes, mais il fallait avouer que ça l’amusait souvent, et qu’on se détrompe avec les personnes qui valait le coup selon elle, elle était des plus agréable, douce, et charmante.

Et puis la discussion avait tourné a vinaigre. Elle avait osé parlé de Camille, s’octroyer tous les droits sur son passé et sa vie, et si suivant les circonstances Pandora était plutôt resté d’un calme olympien elle avait désormais envie de tuer cette satanée blonde. Elle préféra, en toute arrogance, lui faire une leçon sur ce qui se faisait et ne se faisait pas dans un combat à la loyale. « Mais je suis déjà une déesse chérie. N'importe quel type qui est passé dans mon lit te le diras. Et si tu crois uniquement ce que tu vois, je veux bien te montrer. » Pandora serrait la mâchoire. Elle détestait cette blonde qui avait le don de faire grimpé la température de la pièce alors que clairement elle n’avait pas envie de faire quoique ce soit avec elle. Enfin peut être que si, mais justement c’était particulièrement agaçant. Elle se concentra sur de vieille image, des souvenirs qu’elle détestait encore plus qu’Ivy, sur ses détracteurs, les anciens clients de Voltaire, son estomac se retourna contre elle, elle eut une mine dégouté qui empreinta le chemin de son visage et elle fut guérie. «J’appelle pas ça être une déesse mais une futur prometteuse star du porno.» avait-elle répondu sèche et cassante. Elle se fichait qu’elle soit douée au lit. Elle s’en doutait. Ca se voyait sur son visage, dans ses gestes, dans sa voix. Il ne fallait pas la regarder longtemps pour se douter qu’avec elle c’était le septième ciel. «Et réfugie toi dans la seule chose que tu sais faire plutôt que d’avouer que tu manques de répartie...» Parce que là était tout le sujet de la conversation... Pandora n’avait pas évoqué les termes déesses et salopes en allusion à de quelconque performance sexuel mais bien quand à la manière de détruire un ennemi seulement grâce à quelques mots. « Et leurs femmes te diront que je suis une salope.» Et elle en était fière ? Voler des hommes à leurs femmes ? S’attaquer à des mecs mariés, en couple ou peut importe ? Sans rien dire... Ca lui aurait fait trop plaisir, Pandora la regarda de haut, la jugeant volontairement pitoyable. Et si naturellement son regard et ses mimiques étaient illisibles là elle avait fait exprès que ça soit plutôt clair. « On ne joue pas dans la même cours Ivy. J’aurais pu t’apprendre... Mais ça ne serait pas bon pour mes affaires.» finit-elle par ajouter d’une froideur épouvantable dénotant de la déception qu’Ivy venait de provoquer chez elle. Le sourire débile qu’arborait la blonde disparu faisant remonter celui de Pandora, satisfaite. « Oh dommage. Vraiment trop dommage même. Mais si l'élève dépasse le maître, Orion pourrait se tirer avec l'élève si tu vois ce que je veux dire. Ne t'inquiète pas, je comprends parfaitement que tu ne veuilles pas m'apprendre tout ça. » Le visage de Pandora était sombre et atterré. La prenait elle pour une conne ? ou parlait-elle seulement ainsi pour se rassurer. «Oui je vois Ivy... Tu ne laisses aucune place à l’imagination t’inquiète pas.» fit-elle avec un sourire forcé comme un adulte ferait face à un enfant qui vient de te tendre un dessin immonde tellement satisfait de lui... Elle jouait la carte de la pitié désormais, poussant la blonde dans ses retranchements.

Retranchements qu’elle avait bien vite atteint puisqu’à peine une seconde plus tard elle abandonnait. Pas de la manière la plus délicate, mais honnêtement elle s’en fichait. « IL NE M'AIME PAS  ESPÈCE DE PAUVRE GOURDE. » Oups. Elle pleurait. Si le hurlement de la blonde ne lui avait pas déchiré les tympans peut être qu’elle aurait pleuré avec elle... Ouai... Non... Ce n’était pas son genre. «oh je le sais.» répondit-elle un sourire aux lèvres s’opposant à la perfection avec ses larmes à elle. Elle était une pute sans coeur. Sans aucun doute. « Il t'aime toi. Une garce capable de réduire tout espoir à néant en un claquement de doigt. Contrairement à toi, je ne voulais pas te blesser. Tout du moins au début... Mais je viens de comprendre que ça ne servirait à rien de continuer. Dans tous les cas je ne peux rien faire. Si je rentre dans ton jeu en te blessant, Orion me détestera. Et si je ne fais rien, tu finiras par avoir ma peau.   » C’était trop aimable à elle de faire un résumé de la conversation. Au cas ou Pandora oubliait son sens de la répartie absolument génial, sa manie d’être exécrable et violente en parole. «Tu fais presque un sans faute dans ton résumé. Tu te trompe simplement sur une chose. Je ne voulais pas te blesser. Souviens toi du tout début de la soirée. Tu m’as parlé avec une tendresse évidente, j’ai fait deux trois petites blagues que tu as du juger déplacée mais qui était pourtant excellente, et je t’ai proposé tout ce qu’une hôtesse de maison correcte propose à une invité belliqueuse et non souhaité avant de te proposer de te laisser tranquille le temps que tu attendes Orion.» Pandora savait parler, mais elle avait raison, elle n’avait pas commencé les hostilités. Elles auraient pu attendre chacune dans leurs pièces sans se parler et en s’ignorant superbement. Pour Orion elle avait été prête à mettre son coté garce de coté et à laissé repartir Ivy dans l’état pitoyable dans lequel elle était arrivé sans rien faire pour l’empirer. Rien pour l’améliorer non plus... Mais fallait pas abuser non plus... Elle voulait son copain quand même. « Mais il faut croire que soit tu ne me connais pas du tout, soit tu es masochiste, parce que tu m’as presque supplié d’être odieuse avec toi... Enfin d’une certaine manière. Et comme je suis une bonne âme... J’ai cédé à tes supplications..» rajouta-t-elle avec un grand sourire. D’accord là elle exagérait peut être... Mais une partie n’était pas fausse... Ivy avait poussé à bout Pandora et l’avait obligée à répondre. Chose qui n’avait pas dérangé la blonde plus que ça... Mais tout de même, Ivy ne pouvait pas se plaindre. «Tu veux toujours l’attendre ? Ou je lui laisses un message en lui disant que tu es passé ?» Bah quoi ? Elle était bon prince quand même. Elle aurait pu oublié sa présence.

@destiny.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Dim 7 Juil - 13:45


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.

 



Ivy aimait aussi bien les hommes que les femmes, et ça, peu de gens le savait. En effet, à la différence d'avec la gente masculine, la blonde se faisait discrète quant à relations avec d'autres femmes. D'abord, elle ne voulait pas que tout le quartier soit au courant de sa sexualité. Ça ne regardait personne. Elle savait certaines personnes fermées d'esprit et en vue de sa réputation, elle n'avait pas vraiment envie que les gens qu'elle côtoyait sachent qu'elle se tapait une femme quand l'envie lui prenait. Et à quoi bon le dire ? Elle n'avait jamais éprouvé de sentiments pour l'une d'entre elles, elle ne s'était jamais dit qu'elle aimait une fille. En comprenant qu'elle était bisexuelle, elle s'était sentie mal à l'aise, comme si quelque chose clochait chez elle. Elle ne pouvait  plus regarder ses amies plus de trentes secondes sans qu'elle se mette subitement à rougir en réalisant qu'elle les détaillait. Puis il y avait eu une soirée où l'alcool avait coulé à flot, où certaines drogues avaient circulées. Ce fut lors de cette soirée que la blonde eut la certitude qu'elle était autant attirée par les types de son lycée que par les jolies cheerleaders avec qui elle avait partagé les vestiaires toute l'année. Ivy avait tout à l'époque du lycée. Co-capitaine de l'équipe de cheerleader, la popularité qui va avec, des résultats ni trop bons, ni trop mauvais. Bref, le parfait petit cliché des séries américaines en somme. Déjà à l'époque, on devinait que la jolie blonde n'était pas une jeune fille prude et timide. Et avec les années, ça n'allait pas en s'améliorant. L'époque de Vegas fut certainement la pire. Ivy avait clairement été une allumeuse avec la plupart des gens qu'elle croisait. Hommes mariés, avec ou sans enfants, ayant le double de son âge. Serveuses, joueuses invétérées... tout y était passé. La liste était longue. Puis il y avait eu Orion, le seul qui lui avait dit non. Il l'avait repoussé sans qu'elle ne sache pourquoi et lorsqu'elle avait reprit la route, laissant Vegas et ses casinos derrière elle, Ivy se demandait toujours pourquoi elle ne l'avait pas eu. Puis les années avaient passées, Ivy avait vu du pays et le visage d'Orion n'était plus qu'un vague souvenir. Un amour de jeunesse passé, sans grand intérêt. Tout comme Clyde l'avait été avant lui. C'était de l'histoire ancienne. Du moins, c'était ce que Ivy voulait croire. Elle avait voulu oublier, recommencer de zéro et devenir quelqu'un de bien.

Sur les trois, elle n'était parvenu à rien. Elle était toujours aussi volage qu'avant, voire plus. Les fantômes de son passé la suivait comme l'ombre qui collait à la chaussure de Peter Pan. Et pour couronner le tout, elle avait retrouvé Orion en venant à Yellowsky. Si au début elle avait espéré une éventuelle seconde chance, aujourd'hui devant Pandora, Ivy n'espérait plus rien du tout. Pandora était bel et bien décidée à garder Orion près d'elle et même si Ivy se battait bec et ongles pour le lui prendre, c'était plutôt mal partit. La brune l'assassinait avec des mots comme personne ne l'avait jamais fait et les regards qu'elle lui lançait la déstabilisait plus que les mots qui franchissaient ses lèvres rosées. Orion pouvait se sentir flatté, jamais la jolie blonde ne s'était battue pour obtenir ce qu'elle souhaitait. « C’est très sain de rêver de moi... D’autant plus que c’est le seul endroit ou tu peux avoir le dessus sur moi»  Le ton qu'employait la brune ne plaisait nullement à Ivy. Elle préférait encore avoir affaire à la garce qu'elle connaissait plutôt qu'à cette sirène qui en envoûterait plus d'un. Elle comprenait facilement pourquoi Orion avait succombé à Pandora une seconde fois. « Ne sois pas aussi sûre de toi Pandora, ça te perdras un jour. » Ivy qui disait ce genre de chose, c'était le monde à l'envers. La jeune femme était aussi sûre d'elle que son interlocutrice pouvait l'être, sauf quand cette même interlocutrice se trouvait en face d'elle. « Plus calme, certainement. Intéressant, permet-moi d'en douter. A te regarder, je dirais que tu n'es pas très friande des films d'horreur. Quoique... maintenant qu'Orion est là pour te protéger, tu pourrais en regarder quelques uns. » répondit ensuite Ivy. Bien sûr, elle savait pertinemment qu'Orion n'était pas le candidat idéal pour protéger une demoiselle. Il était plus bâtit comme Peter Pan que comme Hercule avec un super "H" majuscule. Néanmoins il avait quelque chose que Clyde, Dexter ou encore Shane n'avait pas. Ce petit truc qui faisait toute la différence. «Tu serais plus efficace qu’Orion dans le rôle du garde du corps... Tu te doute bien que ce n’est pas pour ça que je l’aime, et l’un comme l’autre nous trouvons les films d’horreur ridicule... Un peu comme toi d’ailleurs.» Ivy lui rendit son sourire, qui était d'ailleurs tout aussi faux que celui de la brune. Ils la trouvait ridicule, soit. Mais eux, ils étaient niais. Et à choisir, Ivy préférait encore être ridicule qu'être niaise comme Pandora devait être en compagnie d'Orion. « A choisir, j'préfère être ridicule que niaise comme tu l'es. Sans mentir vous être probablement le couple le plus niais de tout le quartier. Vous êtes encore pire que Edward et Bella. » Oui Ivy venait de faire référence au pire navet qu'il soit: Twilight. Et non, elle n'assumait pas de les avoir tous regardés.

Puis la conversation avait dégénérée. Ivy s'était permise de juger Pandora, de parler de son passé alors qu'en réalité, elle ne connaissait rien d'elle. Mais sous l'emprise de l'alcool, Ivy se permettait bien des choses même si les effets commençaient à se dissiper. Oui, Ivy préférait penser que tout ce qu'elle avait dit était à cause des verres qu'elle s'était enfilée avant d'arriver ici. Elle voulait croire que si Pandora ne la laissait pas indifférente, c'était aussi à cause de ça. Ivy apprenait vite, elle reproduisait les gestes de Pandora avec perfection, jouait au même petit jeu qu'elle. Et si la belle brune savait faire grimper la température, Ivy savait très bien le faire aussi. Elle maîtrisait cet art depuis approximativement le lycée. Sur ce point, Pandora ne la surpassait pas. La blonde était experte en la matière et elle savait exactement ce qu'elle devait dire pour faire grimper la température de la pièce de plusieurs degrés. Elle passait clairement pour une garce, d'autant plus que Pandora était en couple. Avec Orion qui plus est. Mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter. « J’appelle pas ça être une déesse mais une futur prometteuse star du porno.»  La blonde se mit à rire, se fichant éperdument de ce que Pandora pouvait bien penser.  « C'est une métier comme un autre et c'est surement bien payé.»  se contenta-t'-elle de répondre, le sourire aux lèvres. « Et réfugie toi dans la seule chose que tu sais faire plutôt que d’avouer que tu manques de répartie...» Son sourire disparu aussi rapidement qu'il s'était dessiné sur le visage de la blonde. Pandora: 1 Ivy: 0. Une seule phrase avait suffit à remettre Ivy à sa place et c'était bien joué. Elle ne savait faire que ça. Septième ciel assuré mais à part cela, que savait-elle faire ? Se taper des hommes mariés, facile, mais rien d'autre ne lui venait à l'esprit. « Et toi, réfugie toi derrière le fait de savoir briser les autres en à peine quelques phrases bien tournées plutôt que d'avouer que tu meurs de peur à l'idée qu'Orion te laisse tomber pour moi. » Elle voulait de la répartie, voilà qu'elle en avait. Un point chacune. Mais bientôt, Pandora reprendrait le dessus. Ivy s'en doutait bien. La brune avait le dessus et elle l'aurait toujours. Ivy, elle, se contentait de répliquer pour ne pas se laisser écraser avec trop de facilité. Chose que Pandora finirait par faire parce qu'elle avait Orion, parce qu'elle était incroyablement douée pour la briser et bientôt Ivy ne serait plus rien. Pas de match nul à l'issue.

Et Pandora ne tarderait pas à remporter le match, elle devait s'en douter. Ivy allait craquer. « IL NE M'AIME PAS  ESPÈCE DE PAUVRE GOURDE. »  avait-elle hurlé. Le dire à haute voix avait rendu la chose plus concrète, plus douloureuse. Elle s'était toujours dit qu'il y avait peut-être une chose, aussi minime soit-elle, qu'Orion l'aime. Ne serait-ce qu'un tout petit peu. Mais il fallait se rendre à l'évidence, ça ne se produirait jamais. Et ça, la brune l'avait très bien comprit. «oh je le sais.» Garce. Il n'y avait pas d'autres mots. «Tu fais presque un sans faute dans ton résumé. Tu te trompe simplement sur une chose. Je ne voulais pas te blesser. Souviens toi du tout début de la soirée. Tu m’as parlé avec une tendresse évidente, j’ai fait deux trois petites blagues que tu as du juger déplacée mais qui était pourtant excellente, et je t’ai proposé tout ce qu’une hôtesse de maison correcte propose à une invité belliqueuse et non souhaité avant de te proposer de te laisser tranquille le temps que tu attendes Orion.»  La blonde essuya rageusement ses larmes, attendant la suite. « Mais il faut croire que soit tu ne me connais pas du tout, soit tu es masochiste, parce que tu m’as presque supplié d’être odieuse avec toi... Enfin d’une certaine manière. Et comme je suis une bonne âme... J’ai cédé à tes supplications..» S'en était trop. Bientôt Ivy devrait la remercier.  « Tu n'as pas à jouer les parfaites maîtresse de maison étant donné que tu n'habites même pas ici idiote. Et sache que je suis toujours la bienvenue ici.  C'est toi qui est non souhaitée ici ! Tu n'as rien à faire chez Orion tout comme tu n'as rien à faire avec lui !  Et en aucun cas je suis masochiste. C'est plutôt à lui que tu devrais demander ça pour être revenu vers toi. Faut être cinglé ! Et tu veux peut-être que je te remercies ? » S'il vous plait, qu'on la retienne de la balancer par la fenêtre. «Tu veux toujours l’attendre ? Ou je lui laisses un message en lui disant que tu es passé ?» Ivy lui cracha au visage. Au diable des bonnes manières ! « Vas-te-faire voir, je préfère encore attendre dans le couloir plutôt que de passer une seconde plus avec toi. » et pour illustrer ses propos, la blonde se dirigea une fois de plus vers la porte.

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



kftw
posts : 1993
arrivé(e) le : 11/09/2012
disponibilité pour rp : DEXTER - CAMILLE -
avatar : Astrid Bergès-Frisbey

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Jeu 11 Juil - 22:35


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.

 



Pandora était mauvaise, et aimait ça. La douleur des autres, leur détresse lui rappelait à quel point elle pouvait avoir confiance en elle, à quel point elle était loin d’Iseult, la fille complètement paumé et romanesque qui se faisait marché sur les pieds, piétiner le coeur. Avoir autant de pouvoir sur les autres la rassurait... Elle ne trouvait pas ça malsain ou même mauvais, elle se défendait tout simplement. Bon certes parfois elle attaquait gratuitement, pour le plaisir d’emmerder le monde, de prouver qu’elle avait raison, pour satisfaire son arrogance. Mais dans ces cas là elle n’était pas méchante, elle était chiante et tatillon, elle s’armait de son intelligence pour tout détruire, de son assurance pour faire perdre pied à l’autre. Elle ne cherchait pas à blesser, mais à agacer, elle se lançait dans une lutte au cerveau le plus brillant, à une conquête des neurones... Ce n’était qu’une espèce de joute verbale parfois un peu violente. Mais elle avait trop vue le film Ridicule, et ne savait s’arrêter au beau milieu d’un combat. Elle était d’ailleurs pour cette raison la porte parole de plusieurs association, sachant parfaitement défendre leur intérêt bec et ongle. Mais là c’était différent. Elle n’éprouvait aucune fierté à démonter pièce par pièce Ivy. Ou peut être une petite, celle de se rendre compte qu’elle n’était pas rouillé, malgré sa tendance à la niaiserie et son retour au source amoureuse qui avait finit de manière désastreuse. Mais mise à part ça, elle sentait qu’elle aimait bien la blonde. Elle lui trouvait se caractère détestable qu’elle adorait... Ivy pouvait la haïr autant qu’elle voulait elles étaient pareil, ou presque. Pandora savait voir en Ivy ce que Paris avait vu en elle un jour. Et pourtant la Ivy d’aujourd’hui n’en était pas du tout au même stade que la Iseult fraichement débarqué à Paris d’autrefois. Ivy avait déjà des années d’avance sur l’Iseult d’autrefois en matière de coucherie et de dévergondage. Mais néanmoins elle était encore à la traine sur la répartie quoiqu’elle ne manque clairement pas de rage de vaincre. « Ne sois pas aussi sûre de toi Pandora, ça te perdras un jour. » Si elle savait à quel point elle se trompait. L’assurance était sa plus grande force, ce qui lui avait trop longtemps manqué et qui lui avait permis un beau matin de se défaire des entraves posés par Voltaire. On allait nul part sans un minimum d’arrogance... Et on ne pouvait pas avoir confiance en soit sans posséder cette arrogance que tout le monde trouvait si déplaisante. Bien sûr Pandora était loin de posséder un minimum d’arrogance, mais atteignait plutôt des sommets en la matière. Mais elle n’était pas folle, quand ça en valait la chandelle, et qu’elle était sûr de ne pouvoir rien changer elle savait accepter la défaite. Enfin tout dépendait face à qui. Face au personne qu’elle appréciait, Lisbeth, Orion, Dexter, elle voulait bien s’avouer vaincu si cela pouvait signifier que pour cette fois c’était eux qui avait gagné. Pour les autres à moins d’être réellement dans l’incapacité de se relever pour gagner elle ne s’avouerait clairement jamais vaincu, ou alors le ferait pour adopter la méthode du serpent qui dort. «J’attend de voir ça Trésor» répondit-elle en souriant, faisant preuve encore une fois d’une arrogance à couper le souffle. Quelque secondes plus tard, après avoir évoquer Orion elle se prit en pleine tête. « A choisir, j'préfère être ridicule que niaise comme tu l'es. Sans mentir vous être probablement le couple le plus niais de tout le quartier. Vous êtes encore pire que Edward et Bella. » Elle niaise ? Elle se foutait de sa gueule peut être ? Enfin si niaise voulait dire amoureuse à ses yeux alors surement qu’elle devait plaider coupable. «La jalousie est un vilain défaut Ivy... Comme tu peux remarquer tout mes neuronnes sont bien là, sinon je ne t’écraserais pas avec autant de facilité... Mais je comprends que tu fantasmes sur ton petit vampire ridicule.» répondit-elle d’un ton particulièrement infantilisant. Le jour ou elle serait réellement niaise il faudrait l’appeler.

A force de lancer des insultes et d’attaquer Ivy elle avait réveillé la bête qui avait amené sur le tapis quelque chose d’extrêmement désagréable qui avait poussé Pandora à bout. Evoqué Camille ne devait pas être permis, et si jusque là Pandora la jouait fair play.. Ok non... mais si jusque là elle avait été presque cool, ça allait vite changer. « C'est une métier comme un autre et c'est surement bien payé.» Dit-elle en parlant de l’industrie porno. Pandora n’en doutait pas une seconde bien que ça ne soit pas son genre de jouer les exhibo... «Je suis sûr qu’avec ça tu arriverais à séduire Orion» lança-t-elle faux cul au possible. On ne savait jamais ... Si Ivy écoutait ces conseils... Ce qui serait plutôt étonnant... Et toi, réfugie toi derrière le fait de savoir briser les autres en à peine quelques phrases bien tournées plutôt que d'avouer que tu meurs de peur à l'idée qu'Orion te laisse tomber pour moi. » Toucher. Enfin presque. Elle n’avait pas peur qu’Orion la laisse tomber pour elle... Il n’y avait strictement aucun risque. Elle avait certes peur de perdre Orion, mais elle savait que ça ne serait jamais au profits direct d’Ivy. «Et la petite Alice se rassura comme elle pouvait quand à l’invulnérabilité de la méchante sorcière, mélangeant le prince, avec un forbant.» murmura en souriant Pandora faisant mine de ne pas être touché par les propos de la blonde. Ces paroles étaient bien énigmatique quoique signifiant tout ce qu’elle voulait dire. «Tu connais si mal Orion ou tu cherches vraiment à m’inventer des peurs secrètes ? Si un jour Orion rompt avec moi ça ne sera jamais pour toi... Pas tant que tu es comme ça.» Et comme Pandora ne laisserait probablement aucune chance à Ivy d’aller mieux tant qu’elle serait dans les parages à lorgner sur Orion, il n’y avait strictement aucune chance que ça arrive.

Et voilà qu’elle l’avait fait craquer. Oups. Bof, tant pis. Il fallait lui faire ouvrir les yeux un peu... Elle n’aurait jamais Orion... Il ne fallait pas se leurer. « Tu n'as pas à jouer les parfaites maîtresse de maison étant donné que tu n'habites même pas ici idiote. Et sache que je suis toujours la bienvenue ici.  C'est toi qui est non souhaitée ici ! Tu n'as rien à faire chez Orion tout comme tu n'as rien à faire avec lui !  Et en aucun cas je suis masochiste. C'est plutôt à lui que tu devrais demander ça pour être revenu vers toi. Faut être cinglé ! Et tu veux peut-être que je te remercies ? » Bah voyons... Ce n’est pas parce qu’elle était triste qu’il fallait être aussi méchante et aussi à coté de ses pompes... Elle n’avait pas écouté ce qu’elle avait dit au tout début de leur entrevu ? Elle habitait ici... Enfin pour le moment. Elle ne répondit rien entendant la porte s’ouvrir. Elle resta la bouche entre ouverte, les yeux soit-disant choqué par ce qu’elle venait d’entendre - qui la choquait mais pas à ce point. Ses yeux s’embuèrent de larme lorsqu’elle vit Orion apparaître dans l’embrasure de la porte. « Vas-te-faire voir, je préfère encore attendre dans le couloir plutôt que de passer une seconde plus avec toi. » Et voilà qu’elle se faisait insulter... Elle pouvait presque ouvrir les vannes si ça ne faisait pas surjoué. Elle se leva péniblement du fauteuil rejoignant doucement Orion avalant difficilement sa salive, le coeur au bords des yeux. Elle pointa le torse d’Orion du doigt, mi-furieuse, mi- au bord d’une grosse crise de confiance et crise de larme. «Tu comptais me le dire qu’elle était folle amoureuse de toi et qu’elle ne veut que toi, ou tu attendais qu’elle me saute à la gorge pour te récupérer et que je passes pour la dernière des connes ?» Talent d’actrice 10/10 ! «Je sais que je t’ai énormément fait souffrir mais ce n’était pas la peine de l’utiliser elle pour me faire sentir aussi misérable..» Sa voix s’étranglait dans sa gorge. «Je vais chercher mes affaires... Elle m’a bien fait comprendre que je n’avais pas ma place ici.» Elle tourna légèrement la tête s’élevant sur la pointe des pieds pour embrasser doucement Orion sur la joue avant de reposer ses pieds au sol et de partir sans un mot et sans un regard à la scène qu’elle venait de mener parfaitement retourner dans sa chambre faire ses bagages.

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Sam 13 Juil - 21:55


Please don't take him just because you can.
Pandora feat Ivy.

 



Orion, Dexter, Shane, Clyde... que de mâles dans sa vie. Enfin, il y en avait eux d'autres, beaucoup d'autres même, mais ces quatre là étaient définitivement ceux qui exerçaient le plus d'influences dans sa vie. Clyde avait été son premier amour, le premier qu'elle avait réellement aimé et le seul capable de lui faire oublier en un seul baiser, toutes les sublimes créatures qui lui avaient retourné la tête un jour. Mais à l'époque, elle n'avait que dix sept ans et Clyde, aussi sexy à se damner soit-il, la jolie blonde préférait les voyages à son petit ami. Au suivant s'était-elle dit. Après tout, elle n'avait jamais eu besoin d'hommes dans sa vie et ce n'était pas Clyde qui allait faire en sorte qu'elle devienne dépendante à la gente masculine. Dès son plus jeune âge, Ivy avait soigneusement évité de le devenir et pourtant, à en juger par son état actuel face à Pandora juste pour Orion, elle avait fini par le devenir. Enfin... JUSTE Orion.. non, pas vraiment. Il était beau comme une comète, intelligent et capable de lui parler de physique, biologie ou encore de littérature comme on parlerait de la pluie et du beau temps et que même sans comprendre le moindre mot de ce qu’il avancerait, elle le trouverait intéressant. Elle avait beau passer ses journées à se répéter qu’elle n’était qu’une pauvre conne d'avoir été si aguicheuse à l'époque, ça ne changeait rien au fait qu'Orion était visiblement très bien avec Pandora. Ivy était là, à chercher mille et une façon pour briser ce foutu couple alors que la meilleure chose qu’elle pouvait faire, c’était sans doute foutre la paix à cet homme qu’elle avait tant déçu. Peut-être qu’elle ferait même mieux de faire ses valises, de rendre à Dexter les clefs et de retourner au Kansas pleurer dans les bras de sa mère qui elle, se venterait de lui avoir dit de ne pas partir et de rester là-bas, à Lawrence. Au moins, elle n'aurait jamais fait la connaissance d'Orion, ni de Pandora. Elle avait bien songé à retourner s’enterrer au fin fond de son Kansas natal, pourtant, elle ne pouvait pas s’y résoudre pas avant d’être sûre qu'Orion ne laisse tomber sa brune de malheur et ne lui accorde pas une chance. Elle aurait pu jouer sur l’ultimatum du style, ‘s’il te plait laisse moi une chance, ou alors, je m’en vais’ mais elle avait la sensation qu’il lui aurait dit ‘bah vas-y, tire toi, je m’en fiche. J'aurais la paix avec Pandora comme ça’ et ça lui aurait fait encore plus de mal, même si ce serait tout à fait normal qu'il exige la tranquillité, elle voulait bien l’admettre.

Elle avait l’impression qu’il n’y ait rien qu’elle puisse faire pour changer les choses, si ce n’est peut-être trouver un japonais qui aurait le pouvoir de voyager dans le temps, ou alors un docteur un peu cinglé qui pourrait voyager dans le temps et dans l’espace dans sa boite bleue plus grande à l'intérieur. A ce moment là, il lui suffirait de convaincre son ancien elle de ne pas être aussi aguicheuse avec le Orion de l'époque, d'y aller en douceur, la persuader malgré le fait qu’elle soit têtue et stupide que de vouloir brûler les étapes serait la pire erreur de sa vie et que ça la pousserait à passer des jours entiers à déprimer et a chercher des scénarios toujours plus improbables pour faire déguerpir Pandora ou tout du moins, se faire pardonner auprès du jeune homme pour avoir insulté sa petite amie. Revenir dans le passé était impossible, à part dans les séries de science-fiction. Elle n’avait donc plus qu’à trouver une solution pour se faire pardonner dans le présent, ou dans le futur, mais de préférence un futur pas trop lointain. Si Orion n’était pas forcément un homme à femme, Ivy était pourtant bien placée pour savoir qu’il était l’homme idéal pour la plupart des femmes. « J’attend de voir ça Trésor.» Ivy n'aimait pas la brune, ce n'était plus un fait à vérifier mais il fallait avouer, Pandora avait de la répartie et une arrogance hors norme. La brune avait dit cela, tout sourire, cherchant peut-être à faire sortir Ivy de ses gonds. Elle y arriverait tôt ou tard, la jeune femme n'était pas réputé pour garder son sang-froid bien longtemps. Encore moins en face de Pandora. Ne préférant pas répondre, la blonde lui fit part du fond de sa pensée concernant le couple qu'elle formait avec Orion et conclut sur une magnifique comparaison avec le couple le plus niais littérature et septième art confondu: Bella Swan et Edward Cullen. Sérieusement, il faudrait en parler plus. Une nana qui arrive dans une ville et tombe éperdument amoureuse d'un vampire qui brille au soleil. Un vampire... au soleil.. ça ne choque personne ? C'est les fées qui brillent au soleil, les vampires brûlent généralement. Sans parler du "beau" loup-garou tout musclé et tout bronzé super sexy qui fait tomber toutes les minettes qui lisent/regardent ce navet. Mais après tout, chacun ses goûts et Ivy n'était certainement pas là pour parler de Stéphenie Meyer et des ses romans sentimentaux avec Pandora. « La jalousie est un vilain défaut Ivy... Comme tu peux remarquer tout mes neuronnes sont bien là, sinon je ne t’écraserais pas avec autant de facilité... Mais je comprends que tu fantasmes sur ton petit vampire ridicule.» Elle ? Fantasmer sur Edward Cullen ? Ahaha, non. « Excuse-moi Pandora mais quel est le rapport entre ton intelligence ô combien supérieure à la mienne et le fait d'être niaise ? Tu l'es, vis avec. Et ton intelligence n'y changera rien. »

Et si jusqu'à là Ivy avait été presque polie et courtoise vis-à-vis de la brune, il ne lui fallut pas longtemps pour dire adieu à cette fausse courtoisie et pour frapper où ça faisait mal. Camille, un brave petit qui n'avait pas eu la chance de naître dans la bonne famille. Enfin, il n'avait pas tout perdu avec sa mère adoptive. Bon elle était rousse mais il ne fallait pas trop en demander ! Puis le sujet avait légèrement dévié pour on-ne-sait quelle raison. Sur l'industrie pornographique en plus de ça... Étrange conversation et confessions intimes pour Ivy au programme visiblement. « Je suis sûr qu’avec ça tu arriverais à séduire Orion. » Et puis quoi encore ? Ce n'était pas écrit beleu-beleu sur son front ! Ivy n'était pas assez stupide pour suivre les si bons conseils de Pandora. Bref, passons. « Et toi, réfugie toi derrière le fait de savoir briser les autres en à peine quelques phrases bien tournées plutôt que d'avouer que tu meurs de peur à l'idée qu'Orion te laisse tomber pour moi.» Oui, bon, Ivy espérait peut-être un peu trop sur ce coup-ci. Qu'Orion quitte Pandora c'était possible, qu'il la laisse pour une autre aussi mais jamais il ne la quitterait pour elle. D'ailleurs, Ivy n'était pas du genre à ramasser les restes des autres... bon peut-être qu'elle ferait exception pour Orion. « Et la petite Alice se rassura comme elle pouvait quand à l’invulnérabilité de la méchante sorcière, mélangeant le prince, avec un forbant.» Qu'est-ce que c'était ces histoires d'Alice, de sorcière, de prince et de je-ne-sais-quoi ? Ivy aurait bien demandé la définition de ce mot mais elle préféra s'abstenir. Elle passerait pour quoi après ? « Il n'est jamais question de sorcière dans Alice in Wonderland... ton cerveau a dû se perdre aux pays des merveilles chérie. » Un chapelier fou, une Reine de cœur, un lièvre de Mars, un chat mais pas de sorcière. Non, non. A moins que peut-être Pandora ne parle pas de cette Alice là... «Tu connais si mal Orion ou tu cherches vraiment à m’inventer des peurs secrètes ? Si un jour Orion rompt avec moi ça ne sera jamais pour toi... Pas tant que tu es comme ça.» Plutôt mourir que de dire que Pandora avait raison. Jamais Ivy ne lui dirait qu'il n'y avait effectivement pas l'ombre d'une chance pour qu'elle soit avec Orion. Il ne voyait que la brune, n'avait d'yeux que pour cette maudite nana et jamais il ne se dirait qu'être avec Ivy puisse être une possibilité à envisager. Et si un jour il le faisait, Ivy le ferait attendre tout comme il l'avait fait. Il ne lui suffirait pas de claquer des doigts pour qu'elle tombe à ses pieds - enfin si on partait du principe qu'elle n'y soit déjà pas -

Puis Ivy avait finit par craquer. Se dire qu'elle ne serait jamais avec Orion était un peu plus difficile à avaler qu'elle ne l'avait pensé. Il fallait qu'elle se fasse à l'idée, qu'elle passe enfin à autre chose. Sans quoi, elle pourrait aller s'exiler en australie et élever des kangourous puis elle irait passer le peu de jours lui restant à vivre dans un pays encore plus reculé, seule avec pour seule compagnie le lourd poids de ses regrets et les souvenirs de sa jeunesse fanée. Pas très excitant comme programme mais c'est ce qu'il l'attendait si elle restait là, à attendre après un Orion qui ne viendrait jamais. Elle avait ensuite fait comprendre à Pandora qu'elle n'avait pas sa place ici, tout comme elle n'avait pas sa place dans la vie d'Orion et qu'en clair, elle devait partir rapidement si elle ne voulait pas qu'Ivy se fâche vraiment. Elle se mit ensuite à l'insulter, lui cracha au visage. Elle était prête à lui sauter dessus sans même réfléchir, à lui faire sortir les yeux de ses globes occulaires, de lui écorcher les poumons avec une rappe à légumes. La jolie blonde était tellement énervée qu'elle n'avait nullement preté attention à la personne qui venait d'entrer et quand elle vit Pandora se diriger vers cette dite personne, Ivy manqua de sufoquer. « Tu comptais me le dire qu’elle était folle amoureuse de toi et qu’elle ne veut que toi, ou tu attendais qu’elle me saute à la gorge pour te récupérer et que je passes pour la dernière des connes ?» La garce, elle se faisait passer pour la victime ? S'en était terminé, Orion allait assassiner Ivy sur place et plus jamais il ne lui reparlerait. Elle pouvait tirer un trait sur lui, pour de bon cette fois. « Je sais que je t’ai énormément fait souffrir mais ce n’était pas la peine de l’utiliser elle pour me faire sentir aussi misérable..» La jeune femme observait la scène qui se déroulait, incapable de dire quoique ce soit pour se défendre, bien trop sidérée pour dire ne serait-ce qu'un mot de toute façon. «Je vais chercher mes affaires... Elle m’a bien fait comprendre que je n’avais pas ma place ici.» Applaudissements, le rideau se ferme et Pandora rejoint les coulisses -soit la chambre-. « Orion, elle m'a poussé à bout ! Je te le jures ! » commença doucement Ivy en avançant vers le brun et, au vu de son regard, cela ne présageait rien de bon. « Tout ce que j'ai fait, c'est me défendre ! Mais tu ne vois rien ? Elle vient de se faire passer pour la victime ! Si un jour tu me dis que j'avais raison, que tu es désolé, blablabla, tu iras te faire voir Marsters ! » conclut-elle, les yeux larmoyants.

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 877
arrivé(e) le : 22/12/2012
disponibilité pour rp : Close. (PANDORA, EDEN, LULA)
avatar : Matthew Gray Gubler

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1637-i-do-drink-a-lot-o http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t1645-i-travel-the-world-and-the-seven-seas-orion#50276

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion) Jeu 25 Juil - 15:37


Stuck In The Middle.
Pandora & Ivy & Orion.

 



« Ce sera tout pour aujourd’hui, vous pouvez disposer. La semaine prochaine nous aborderons un sujet beaucoup plus théorique donc préparez-vous psychologiquement et profitez bien de cette fin de semaine ! ». Avec un sourire angélique qui était en parfaite contradiction avec l’annonce diabolique qu’il venait de faire, Orion, en tant que jeune professeur d’Oxford, donnait son dernier cours de la journée à des élèves de première année. Il n’y avait pas à dire, il adorait faire partager une partie de son grand savoir à des jeunes passionnés de biologie. C’était vivant, enrichissant, utile, et surtout c’était le meilleur moyen de faire perpétuer des multitudes de connaissances en les confiant à la nouvelle génération. Orion était plutôt un bon professeur d’après les retombées qu’il avait bien pu entendre, et cette perspective ne pouvait que le pousser à s’améliorer encore plus dans ce domaine. Avec sa bonne humeur habituelle, le jeune homme sortit de l’amphithéâtre sous une pluie de moues boudeuses et désespérées de la part de ses élèves pour rejoindre le secrétariat où il avait encore bon nombre de détails à régler avec la secrétaire. Le pauvre, depuis le passage d’Eden à Oxford et le défi qu’elle lui avait lancé impliquant cette pauvre Sarah, la femme ne faisait que lui lancer des regards plus noirs les uns que les autres, et Orion avait pu dire adieu aux services rendus et bonjour à la corvée de paperasse. Avec un léger soupir, le brun salua la secrétaire qui lui faisait face avant de lui tendre les papiers qu’elle lui avait chargé de compléter. Ah, si seulement elle pouvait savoir à quel point Orion s’en fichait éperdument qu’elle lui file du travail en plus… Ce n’était définitivement pas ça qui allait l’arrêter ! Il préférait de loin remplir quelques formulaires en plus que de se priver d’un après-midi avec sa sirène préférée. « A la semaine prochaine ! » , glissa-t-il à la dite Sarah avant de partir du secrétariat pour rejoindre sa voiture. D’un pas déterminé, il s’engagea sur le parking de l’université, bien décidé à rentrer rapidement chez lui. Si Orion adorait passer du temps à Oxford à cause de son amour pour l’enseignement et de l’architecture incroyable du lieu, il préférait de loin le moment où il rentrait chez lui ainsi profiter de la douce compagnie de Pandora – et dans de moindres mesures – celle de Lyra. Ah, Pandora. C’était étrange de se dire qu’ils étaient de nouveau ensemble après autant d’années de séparation. Surtout que leur rupture de l’époque avait été on ne peut plus brutale et douloureuse… La brune lui avait brisé le cœur et pourtant, les voilà de nouveau ensemble. Il fallait croire qu’Orion avait une tendance masochiste s’il préférait s’acharner à ce point avec la même personne jusqu’à ce que ça fonctionne… Enfin soit. Pour le moment tout se passait bien et il n’avait pas vraiment envie de penser au pire. A quoi bon descendre de son nuage sans raison, c’était stupide ! Il ne fallait penser qu’au futur et faire abstraction du  passé sans pour autant l’oublier. Non vraiment, aucune raison de s’inquiéter pour le moment. Du moins, c’était ce qu’il pensait, et il se mettait visiblement le doigt dans l’œil. S’il pensait rentrer tranquillement chez lui pour passer une soirée agréable et tout ce qui pouvait s’en suivre, les cris qui venaient directement de Dancing Cat Road lui indiquaient le contraire. Deux voix de femmes qui, sans pouvoir vraiment comprendre distinctement leurs paroles, parlaient suffisamment fort pour comprendre qu’elles ne s’échangeaient pas des banalités. Ça ne pouvait tout de même pas être Pandora et Lyra, elles s’aimaient plutôt bien et ce n’était pas vraiment le genre de la blonde de s’emporter… Intrigué, Orion passa le pan de la porte pour venir éclairer sa lanterne. « Tu n’as pas à jouer les parfaites maîtresses de maison étant donné que tu n’habites pas ici idiote. » Oh tiens, la voix d’Ivy. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien fiche ici ? « Et sache que je suis toujours la bienvenue ici. C’est toi qui es non souhaitée ici. Tu n’as rien à faire chez Orion tout comme tu n’as rien à faire avec lui ! » Ah bon, et depuis quand ? Pourquoi parlait-elle ainsi ? Orion avait beau avoir un QI développé, il ne comprenait vraiment rien à ce qui se passait. « Et en aucun cas je suis masochiste. C’est plutôt à lui que tu devrais demander ça pour être revenu vers toi. Faut être cinglé ! Et tu veux peut-être que je te remercie ? ». Ah ça, elle n’était pas vraiment la seule à penser qu’Orion faisait une bien belle connerie en se remettant avec son ex. Orion aurait bien voulu dire quelque chose, en commençant par demander d’où venait cette dispute et le ton aussi méchant d’Ivy qu’il ne lui connaissait pas, mais aucun son ne sortait de sa bouche. Il ne serait d’ailleurs nullement intervenu si Pandora ne l’avait pas aperçu, toujours devant l’embrasure de la porte. « Tu comptais me le dire qu’elle était folle amoureuse de toi et qu’elle ne veut que toi, ou tu attendais qu’elle me saute à la gorge pour te récupérer et que je passe pour la dernière des connes ? » Hein, quoi ? De quoi elle parlait ? S’il y avait bien une chose de sûre, c’était qu’Orion n’avait absolument rien à voir avec la venue d’Ivy chez lui ! Toujours aussi incrédule, Orion restait totalement aphone, impuissant, regardant de droite à gauche le visage de Pandora bercé par des larmes naissantes à celui d’Ivy totalement désemparé. « Je sais que je t’ai énormément fait souffrir mais ce n’était pas la peine de l’utiliser elle pour me faire sentir aussi misérable.. » Alors là c’était la cerise sur le gâteau. Comme si c’était le genre d’Orion d’utiliser quelqu’un ! « Hein ?!! ». Ce n’était pas du tout terrible comme réponse mais c’était tout ce qui lui était venu à l’esprit en entendant de pareils mots, surtout de la part de Pandora. « Je vais chercher mes affaires... Elle m’a bien fait comprendre que je n’avais pas ma place ici. » Non, là  c’en était trop. Orion voulait protester, lui dire de rester ici pour qu’elle lui explique calmement le pourquoi du comment mais c’était trop tard, Pandora avait déjà filé dans la chambre. « Orion, elle m'a poussé à bout ! Je te le jure ! » Chut, bordel ! Il fallait qu’on lui laisse le temps d’analyser la situation ! « Tout ce que j'ai fait, c'est me défendre ! Mais tu ne vois rien ? Elle vient de se faire passer pour la victime ! Si un jour tu me dis que j'avais raison, que tu es désolé, blablabla, tu iras te faire voir Marsters ! ». Il ne pouvait plus rester là sans rien faire, les bras ballants. Il fallait qu’il dise quelque chose, juste histoire de mettre un terme à toute cette mascarade. « Tu étais obligée de l’insulter pour te défendre ? ». Certes il n’avait pas entendu le début de la conversation mais ce n’était pas une excuse pour se laisser aller en insultant à tout va ! « Explique Ivy, c’est quoi tout ce bazar ? Qu’est-ce que tu fais ici ? », lui demanda-t-il plus incrédule que fâché. « Et Pandora, reviens ici ! », cria-t-il en direction de la chambre. « Reste-là et explique-moi aussi. », poursuivit-il une fois que la brune ait réapparu, valise en main. A quoi bon ? Les deux jeunes femmes lui faisaient une tête de chien battue, accablant l’autre de tous les maux. Qu’était-il bien censé faire lui ? Il était dans de beaux draps, tiens. « Ivy, je crois bien que tu devrais partir. », finit-il par dire d’un ton catégorique qu’il n’employait que très rarement. Sur ces mots, la blonde disparut de la maison, laissant Orion en tête-à-tête avec Pandora. « Reste-là. Je… Je ne lui ai jamais rien dit de faire, tu me connais quand même…  Laisse-moi un peu de temps, j’ai besoin de réfléchir à tout ça. » Et sans plus attendre, il quitta la maisonnée pour prendre une bonne bouffée d’air frais. Il n’avait pas eu les détails, mais après tout il n’en n’avait pas besoin. Quoi qu’il advienne il savait très bien qu’il reviendrait auprès de Pandora.
@destiny.

TERMINE.

_________________



    Don't you ever say I just walked away, I will always want you. I can't live a lie, running for my life, I will always want you. I came in like a wrecking ball. I never hit so hard in love. All I wanted was to break your walls. All you ever did was wreck me. Yeah, you, you wreck me. I put you high up in the sky and now, you're not coming down. It slowly turned, you let me burn and now, we're ashes on the ground.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion)

Revenir en haut Aller en bas

I had to have this talk with you. My happiness depends on you and whatever you decide to do. (ft. Pandora & Orion)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ ::  :: They used to be useful ~ :: Write me the past-