Partagez|

(TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Mer 13 Mar - 18:24



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



La journée s'était plutôt bien passée dans l'ensemble, si on oublie le fait que la ville n'a plus d'électricité parce que Madame aime bien se faire prier. Son petit jeu dure depuis quelques temps maintenant et soit personne ne réagit parce que finalement ça ne dérange personne, soit alors cela n'a plus suffit à cette chère Madame et elle en demande encore. Pour le moment je ne suis pas prête à m'abaisser à son petit jeu, ma fierté française a encore le dessus sur tout le reste et je préfère faire comme si ce n'était rien, mais arrivera bien un moment où s'éclairer à la bougie va rapidement me soûler, tout comme le fait de devoir tout acheter presque le jour le jour parce que notre frigo est HS. Combien de temps encore son petit manège va-t-il durer ? Croit-elle que l'on a que cela à faire que de lui écrire des petits mots doux pour la supplier de nous rendre nos électricités ? On a tous une vie à gérer, à croire qu'elle est la seule à ne pas en avoir, allez savoir.

Ce matin je me suis levée relativement tôt, plus tard que les garçons mais plus tôt qu'à mon habitude. Je voulais me préparer, autant physiquement, que psychologiquement à mon entretien d'embauche. C'était le tout premier depuis que je suis arrivée à Londres et j'espérais le dernier, non pas que je détestais foncièrement ça, mais si je pouvais obtenir le poste que je convoite dans cette maison d'édition, ça m'irais à merveille. Je prend un bon petit déjeuner pour me donner des forces, j'enfile ma plus belle robe pour les éblouir avec mon corps de rêve et je bosse un peu ma présentation durant le temps qu'il me reste. Une fois prête, j'enfile ma veste, mes chaussures et je saute dans un taxi jusqu'à l'adresse de mon lieu d'entretien. La maison d'édition se trouve dans un bel immeuble, en plein cœur de Londres. J'ai encore une petite dizaine de minutes avant mon entretien mais je préfère les passer à l'intérieur, ne voulant pas attraper froid. L'entretien en lui même s'est plutôt bien passé, j'ai répondu à toutes les questions qu'ils m'ont posé, j'ai gardé le sourire et la tête haute et je leur ai montré que j'étais déterminée, souriante, sympathique et trilingue. Je parle en effet l'anglais, le français et l'espagnol couramment. J'ai quelques bases en Portugais parce que j'ai toujours voulu aller vivre en Amérique Latine et je me dis que ça pourrait toujours me servir. Je suis loin de maîtriser cette langue mais je ne perd pas espoir, si j'ai réussi avec les trois autres, je pourrais le faire avec celle-ci. L'inconvénient de cette langue c'est qu'elle est relativement proche de l'espagnol et j'ai parfois tendance à me mélanger, mais c'est comme tout, c'est en pratiquant qu'on apprend alors j'ai décidé de continuer de prendre des cours ici, à raison de deux heures par semaine. Je commence la semaine prochaine, mais je trouve que c'est une excellente résolution et un bon point de départ. Ce n'est pas parce que j'ai quitté mon pays pour aller vivre avec mon frère quelques temps que je dois oublier qui je suis.

Une fois mon entretien terminé, j'appelle June pour lui proposer un café. Fort heureusement pour moi elle était dispo, nous nous retrouvâmes donc dans un coin sympas, relativement chicos mais pas forcément désagréable. Je ne suis pas le genre de filles à y traîner tout le temps, mais de temps à autre cela ne fait pas de mal et puis au moins leur café est bon, c'est surtout ça qui compte. Avec June nous discutons de tout et de rien, nous parlons du boulot, des études, je lui parle de mon entretien d'embauche et comme de bien entendu la conversation glisse sur les garçons. Ce ne serait pas une vraie discussion de fille si on abordait pas le sujet. Je dois vous avouer que je ne sais pas trop quoi lui dire et je crois que ça se voit. Plus j'hésite et plus elle à l'air curieuse, ce qui est assez normal, je finie donc pas cracher le morceau.

« Disons que … c'est un sujet compliqué en ce moment. J'ai quitté Alex depuis quelques mois déjà et je pense que c'est bon, je suis passée à autre chose. Seulement le problème tu vois c'est que d'une, le « autre chose » n'est pas bon pour moi et de deux, il me fuit, donc … je ne sais pas trop où j'en suis. »

Elle me demanda qui était ce fameux autre chose et je préfère lui dire que c'était juste une connaissance à moi. Non pas que je ne lui faisais pas confiance mais moins de gens seraient dans la confidence et mieux ce sera pour Nicho, Robin et moi. Je ne veux pas que mon frère apprenne par hasard qu'il s'était passé quelque chose entre Robin et moi, même si je ne sais pas trop ce qu'il serait arrivé si le livreur puis Nicho n'étaient pas arrivé. Aurions-nous vraiment couché ensemble ? Il semble que oui mais aurait-ce était une bonne idée ? Je réfléchissais à tout cela en rentrant à l'appartement. J'avais légèrement menti à June et je me détestais pour ça mais je crois que c'était la seule chose à faire. Et puis qu'avait-il a dire sur cette histoire ? Robin et moi nous nous sommes embrassés et on nous a interrompu et fin de l'histoire. Depuis il me fuit comme la peste depuis quelques semaines et franchement au vu de sa réaction très mature, je me dis qu'ils ont bien fait d'arriver finalement. Si nous avions couché ensemble et qu'il me faisait le même coup, je ne l'aurais pas supporter, ça c'est sûre. Je crois que j'ai envie de me raccrocher à ça parce que finalement je n'ai rien d'autre à quoi me raccrocher et vu que visiblement le seul adulte dans cette relation c'est moi, je ne peux pas compter sur Robin, je dois me débrouiller toute seule. Le chemin du retour fut plus court que je ne le pensais. D'un côté je n'avais pas envie de rentrer, si c'est pour voir l'ombre de Robin glisser sur les murs sans que jamais je puisse le voir lui, ce n'est pas la peine. Mais d'un autre côté j'avais envie de rentrer pour retrouver mon frère, lui au moins était quelqu'un de sûr, il avait finalement raison, Robin n'est vraiment pas quelqu'un pour moi. Malheureusement pour moi, l'appart' était vide à mon arrivée et je me dis que ce n'était pas forcément un mal. Je file dans la chambre de Nicho qui me servait de chambre pour le moment et j'enlevais ma robe pour enfiler un ensemble léopard noir plus confortable et décontracté. Il avait tendance à me mouler un peu je vous l'accorde, mais je n'avais rien à cacher et puis de toute façon personne ne s'y intéresserait alors pourquoi me prendre la tête ? Je fis chauffer de l'eau pour boire un bon thé, accompagné d'un livre que j'avais acheté récemment. Quand l'appartement était vide, c'était une de mes occupations préférées alors je n'allais pas me gêner. C'est donc dans un des fauteuils du salon que je me blottie pour lire mon livre en attendant que mon thé refroidisse un peu.


made by pandora.




Dernière édition par Léa J. Tomassian le Lun 4 Nov - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Jeu 14 Mar - 21:51



Léa & Robin


Tout ça était vraiment plus compliqué que prévu. Non, c'était même plus compliqué que le truc le plus compliqué qui soit. Quitter l'appartement dès que Léa n'était plus dans les parages et ne rentrer que quand j'étais certain qu'elle dormait. Faire mine de ne pas être là, en ne faisant pas le moindre bruit, quand je l'entendais dans l'appartement. Ne jamais poser le regard sur elle quand Nicholas était également dans les parages. Au final, en presque trois semaines, je ne m'étais retrouvé en sa présence dans une pièce, que si Nicholas avait également été là. Et le nombre de fois où j'avais croisé Léa, devait tenir sur les doigts d'une seule main. Bref, je m'étais découvert de sacrés capacités pour éviter quelqu'un. Quand bien même je crevais d'envie de tout le contraire dans le fond. Mais on ne pouvait décemment pas faire ni obtenir tout ce que l'on désirait. Sinon, ça se saurait depuis le temps. D'autant plus que j'étais on ne peut plus conscient du fait que Léa n'attendait pas des chose faisables de ma part. Elle avait des envies de relation sérieuse et durable. Alors que de mon côté, je n'étais pas capable d'offrir ça, à qui que ce soit. Et ce, même si j'appréciais beaucoup Léa, qui s'avérait être une jeune femme ultra intéressante, super marrante et vraiment ... Terriblement sexy. Plus que cela même. Elle était tout simplement à tomber à la renverse, ni plus ni moins. Et loin d'être aveugle, je ne pouvais tout simplement pas passer à côté du fait qu'elle était renversante et que chaque jour semblait jouer en sa faveur. Et puis c'était sans mentionner mon penchant immodéré, pour les jolies femmes. Quoi que, depuis le soir où nous avions faillis coucher ensemble, je n'avais pas été intéressé par une autre qu'elle. Ce que je ne comprenais pas du tout et qui me terrifiait au plus haut point. C'était un truc qui ne m'étais jamais arrivé auparavant. Quelques femmes s'étaient refusées à moi parfois. Ce qui était somme toute assez normal et logique, dans le temps. Mais ça n'avait jamais causé de réelle frustration pour moi. Alors que là, il avait suffit que je sois coupé dans mon élan avec Léa, pour que j'éprouve une intense et interminable frustration la concernant. Quand je croisais une blonde, je pensais à elle. Pareille quand j'apercevais une femme de grande taille et fine comme elle l'était. Et je ne pensais pas utile de mentionner toutes les petites choses qui avaient la fâcheuse tendance à me ramener, encore et toujours, à elle. Je ressemblais à un véritable obsédé, incapable de se détacher de son obsession du moment. Un moment qui s'étirait dans le temps. Un peu trop à mon goût en tout cas. Je n'aimais pas vraiment ça. Et pourtant, je n'étais pas capable de trouver quoi que ce soit à faire pour reprendre tout le contrôle des choses. Peut-être que je ne pouvais rien faire du tout. Rien d'autre que subir en silence et me consumer chaque jour un peu plus, d'une frustration grandissante. Je n'étais pas encore tout à fait certain des raisons qui me poussaient à lutter contre ce désir qui semblait vouloir me tuer tant il était fort et présent en moi. Une partie était évidemment du à Nicholas. Je culpabilisais à l'idée de le trahir, alors même que ce n'était pas encore fait. Et pourtant, près de trois semaines plus tôt, je n'avais pas éprouvé autant de remord, alors que j'étais occupé à embrasser sa soeur sur notre canapé et à profiter des formes divines de son corps, parfaitement moulé contre le mien. Alors que nos lèvres ne cessaient de se retrouver pour des baisers toujours plus passionnés, je ne pensais plus du tout à mon meilleur ami et à ce qu'il me ferait et dirait, s'il nous découvrait dans une telle posture. Aucun doute qu'il m'aurait tué. Et à dix minutes près, c'était ce qui aurait pu se produire. Heureusement que le livreur de pizzas était arrivé avant. Ce jour là, quand je quittai enfin ma chambre après une trop courte nuit de sommeil à mon goût, je ne trouvai que Nicholas dans la cuisine, occupé à prendre un petit déjeuner tardif. Je me joignis à lui et appris qu'il comptait aller passer le reste de la journée, la soirée et la nuit, chez l'un de nos amis communs. Je me contentai de décliner, sans la moindre arrière pensée, quand il me proposa de me joindre à eux.

Exceptionnellement, je ne travaillais pas ce jour là. Et je comptais en profiter pour faire ... un tas d'autres trucs. J'ignorais encore quoi et pensais que glander était sans doute une activité qui méritait que l'on s'y attarde un peu plus qu'à l'accoutumée. Ne rien faire d'autre que se reposer et ... Arrêter de penser. Ne plus me poser mille questions à propos de Léa, arrêter de vouloir trouver une solution à ce problème épineux, ne plus me soucier de savoir si je serais capable de lui faire face sans penser encore et toujours à ces baisers que nous avions échangés ... Bref, j'avais envie de rester tranquillement là, à l'appartement, à ne rien faire. Mais avant ça, j'avais surtout envie de m'épuiser une bonne fois pour toute. Rien de mieux qu'un peu de sport pour évacuer toutes les tensions trop longtemps accumulés et pour se sentir parfaitement en phase avec son corps. Après mon petit déjeuner et avant que Nicholas ne soit lui même parti, je quittai l'appartement, bien décidé à faire le plus long footing de toute ma vie. Et ce fut bien ce que je fis, durant les deux heures qui suivirent. Je ne pris le temps de m'arrêter que pour boire un peu, de temps à autre, avant de reprendre ma course éperdue. Quand, enfin, je rentrai chez moi, ce fut pour y trouver Léa. Dans l'entrée, porte toujours ouverte et main encore sur la poignée, je posai le regard sur elle, sourcils haussés et bouche légèrement entrouverte sur le coup de la surprise. Aussitôt, je me souvins que Nicholas n'était pas là et ne rentrerait pas de sitôt. Et la pensée suivante qui fusa, fut le fait que j'étais donc merveilleusement seul en présence de Léa. Juste elle et moi. Pour les nombreuses heures à venir. Un tas de possibilités et de façons possibles de passer les prochaines heures. Dieu que c'était tentant ... Mais je savais que je n'avais pas le droit de faire quoi que ce soit. Alors pourquoi ces pensées m'obsédaient-elles encore et toujours, de la même façon ? Je soupirai faiblement en songeant que, la sueur qui faisait briller mon visage, collait mes cheveux à mon front et mes tempes et collait mes vêtements à mon corps, je ne devais pas être bien beau à voir. J'avais toujours du mal à croire que certaines femmes puissent fantasmer sur les hommes en sueur. N'y avait-il rien de plus crade que ça ? Je n'offris finalement qu'un vague hochement de tête à Léa, en guise de bonjour. Et aussi vite que j'étais arrivé, je m'éclipsai dans ma chambre, pour trouver ma salle de bains avec un réel plaisir. Pourtant, la douche que je pris fut des plus rapides. Certainement parce que, inconsciemment, j'étais déjà décidé à rejoindre la jeune femme dans le salon. Une charmante jeune femme vêtue d'une tenue qui mettait un peu trop son corps divin en valeur et qui faisait ressortir ... Le félin qui était en elle ? Oui, ça donnait à peu près cela. J'enfilai moi même un pantalon de toile beige et un tee shirt blanc près du corps, quand je quittai la douche. Je ramenai également mes cheveux humide en arrière et quittai bien vite la pièce. Je fus satisfait et heureux, de retrouver Léa exactement à la même place que précédemment. J'allai dans la cuisine pour récupérer une brique de jus de fruit et un verre, avant de filer dans le salon et me laisser tomber sur le canapé. « J'te dérange pas j'espère ? » Demandai-je sur un ton le plus naturel possible, la regardant vaguement en coin. C'était du moins l'impression que je donnais. La vérité, c'était que j'avais déjà pris largement le temps de la dévorer du regard. Et même, de le regretter. Pendant une fraction de seconde en tout.

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Sam 16 Mar - 10:56



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



J'étais confortablement installée dans le fauteuil, avec un livre dans une main et ma tasse encore brûlante dans l'autre. J'aurais dû être bien, paisible, prête à me relaxer après mon entretien d'embauche mais au lieu de ça j'étais nerveuse, agacée et surtout préoccupée. Je déteste être comme ça, ce n'est pas moi, ce n'est pas dans ma nature. Je suis quelqu'un de très joviale, pas prise de tête, j'aime vivre ma vie comme je le sens et non comme on me l'impose. Je suis d'une nature assez raisonnable, en temps normal du moins, pourtant ce qui me préoccupée était loin de l'être. Robin, encore et toujours lui, à croire qu'il aura passé sa vie à pourrir la mienne sans même s'en rendre compte. Cela ne lui suffisait pas d'avoir été mon obsession quand j'étais gamine, maintenant il doit l'être aussi aujourd'hui. Parfois je me dis que j'ai fais une erreur en venant ici, je n'aurais jamais dû demander à mon frère de m'héberger, j'aurais dû rester sur Paris, loin de Robin et malheureusement loin de mon frère aussi. Je déteste Robin, je le déteste au plus haut point de me faire un coup pareil. Il n'a pas le droit de jouer ainsi avec mes sentiments, de me faire sentir coupable de ce qu'il s'est passé. Parce que oui c'est moi qui l'est embrassée mais si cela aurait tenu qu'à moi, cela se serait arrêté là, c'est lui qui m'a « sauté dessus » après. Bon évidemment je n'étais pas contre, loin de là même mais réagir ensuite comme il l'a fait et continue à le faire, c'est immature au possible et franchement dégueulasse. Il mériterait que je le balance à mon frère, ça lui ferait les jambes. Evidemment je ne le ferais pas, autant parce que je veux protéger Nicholas que parce que je n'ai pas envie d'être la cause de la fin de leur amitié. Je suis en colère contre Robin mais pas au point de lui faire un coup aussi bas.

J'entend la porte d'entrée s'ouvrir et j'espère, naïvement, que c'est Nicholas qui rentre. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un Robin dégoulinant de sueur devant moi. Je constate que mon étonnement est partagé, il reste là, la main sur la poignée de la porte d'entrée, à me fixer d'un air étonné, la bouche entre-ouverte. Il soupira légèrement ce qui m'agaça encore plus. S'il n'est pas content, qu'il reparte ou qu'il le dise clairement c'est moi qui m'en irais. D'ailleurs il me donne envie de m'en aller, le voir là me dérange plus que je ne le voudrais. Je suis partagée entre l'envie de lui en coller une, l'envie de l'ignorer et l'envie de lui sauter dessus. Je me déteste tant de ne pas pouvoir le détester ouvertement. Il m'offrit généreusement un simple hochement de tête en guise de bonjour et moi je l'ignorais royalement en réponse à son salut, me plongeant directement dans mon livre. Je l'entendis fermer la porte de sa chambre presque aussitôt et j'en conclue que c'est très certainement la dernière fois de la journée que je le verrais, sauf si Nicholas débarquait, bien entendu. J'entendis la douche s'enclencher mais n'y fis pas plus attention que ça, tentant vainement de m'intéresser à mon livre, ce qui était bien entendu impossible. La porte s'ouvrit peu de temps plus tard, et j'en fus légèrement étonnée, je pensais qu'à l'instar de ces dernières semaines il allait rester cloitrer dans sa chambre, loin de moi. Il se dirigea tout de suite vers la cuisine et je compris qu'il allait rapidement prendre un truc à manger et repartir dans son terrier. Je le vis s'asseoir dans le salon avec moi et comme si de rien n'était il me posa une question.

« J'te dérange pas j'espère ? »

Je levais mon regard de mon livre un cours instant, allant jusqu'à arquer un sourcil d'étonnement, puis je reposais mon regard sur mon ouvrage. S'il me demandait de quoi il parlait je serais bien incapable de lui répondre. Je ne comprenais pas ce qu'il faisait ici alors que pendant des semaines il me fuyait et je n'étais pas sûre d'avoir envie de le savoir.

« T'es chez toi, tu fais ce que tu veux … Nicho arrive à quel heure ? » Concluais-je l'air de rien, me disant qu'il y avait anguille sous roche. S'il était ici c'était pour une raison précise, il ne pouvait pas avoir décidé comme ça, du jour au lendemain que son petit jeu puéril devait s'arrêter. Mon ton n'était pas spécialement froid mais plutôt distant, pour contraster avec son ton tranquille, normal, comme s'il ne s'était jamais rien passé entre nous. Il se joue de moi, c'était évident et je détestais ça. Je suis peut être naïve et candide, mais j'aime pas trop qu'on me prenne pour une conne, même si ladite personne est divinement sexy et que je suis irrésistiblement attirée par lui depuis toujours ou peut s'en faut.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Dim 17 Mar - 21:58



Léa & Robin


Quand bien même je savais que c'était mal, je ne pouvais m'empêcher de désirer Léa. Et puis en même temps, je me demandais comment j'étais supposé ne pas désirer une femme comme elle. Elle était d'une beauté frappante et d'une perfection sans égale. Il suffisait que je pose le regard sur elle, pour que des pensées peu catholiques m'assaillent sur le champ. Et honnêtement, je n'avais pas honte de ça. C'était parfaitement humain que de désirer une femme aussi belle qu'elle. Ca l'était moins de devoir se contrôler et en rester éloigné. Comment Nicholas pouvait-il me faire un truc pareil ? Honnêtement ... Il ne devait pas avoir de coeur pour en arriver à me faire un truc pareil. Certes, il craignait pour le pauvre petit coeur de sa soeur, et je ne pouvais que comprendre puisque je refusais qu'il touche à la mienne ... Mais on n'avait pas idée d'avoir une soeur aussi tentante aussi. Non pas que la mienne ne l'était pas. Mais elle n'était pas tout le temps fourrée sous le nez de Nicholas. Donc, moins de tentation pour lui. Alors que moi, je voyais la tentation même, tous les jours dans mon appartement. Je ne voyais pas comment j'étais supposé résister durablement, dans une telle situation. Clairement, c'était inhumain. Et pourtant, j'y parvenais tant bien que mal. Surtout à cause du fait que depuis la fois où nous avions bien faillit coucher ensemble, j'éviter Léa comme la peste. Une situation qui ne me plaisait pas davantage. Et pourquoi est-ce que nous ne coucherions pas ensemble, une bonne fois pour toute ? Peut-être que je serais enfin pleinement satisfait et donc, capable de passer à autre chose. Peut-être qu'une fois cela fait, elle ne me hanterait plus autant qu'elle me hantait depuis qu'elle vivait chez nous, mais plus encore depuis que nous nous étions embrassés. Parce que le moins que je pouvais dire à propos de notre baiser passionné, c'était bien que j'avais ressentis quelque chose de vraiment très fort. Un truc réel était passé entre nous et je serais bien bête de dire qu'il n'avait pas existé. Mais je ne voyais pas ce que ça pouvait être d'autre qu'un désir pur et dur. Et dans tout ça, je ne devais surtout pas oublier quelle genre de fille était Léa. Le genre à s'attacher un peu trop et à avoir besoin d'une réelle relation, plutôt que d'aventures d'une seule nuit. Le genre qui avait besoin d'amour et non pas d'un simple désir de passage. Bref, elle avait besoin de choses que je n'étais pas capable de lui offrir. Quand bien même j'en aurais l'envie. Et j'ignorais si j'en avais envie dans le fond ... Je ne me posais pas la question de savoir si ça me tentait d'avoir un autre genre de relation avec elle. Parce que ce n'était pas moi ...

Comme si le fait de trop penser à elle pouvait la faire apparaître devant moi, j'eus la surprise de la découvrir dans notre appartement, quand j'y rentrais après un long footing. J'étais si sonné et en même temps perturbé par sa présence, que je me contentai d'un vague hochement de tête en guise de bonjour. Geste auquel elle ne prit même pas la peine de répondre. J'eus une ébauche de grimace en réalisant qu'il me faudrait sans doute du temps pour parvenir à me racheter mon silence et ma distance de ces dernières semaines. Il était clair qu'elle m'en voulait beaucoup pour le coup que je lui avais fais. Et je ne pouvais que comprendre. J'étais tout de même surpris qu'elle ne soit pas allée jusqu'à tout raconter à son grand frère, tant ce que j'avais fais était lâche. La fuir et lui offrir un silence radio, après avoir faillit lui faire l'amour sur le canapé du salon. Je savais que mon comportement était honteux et puéril ... Et il était maintenant l'heure de changer le cours des choses et de rattraper mes conneries. Et pour ce faire, autant profiter de l'absence de Nicholas. Ce n'était pas tous les jours que j'avais l'occasion d'être seul avec elle. A vrai dire, la dernière fois que ça c'était produit, les choses avaient grandement dérapé. Et même si j'avais envie, dans le fond, que ça se reproduise ... Je savais que ce n'était sans doute pas prêt d'arriver. Parce qu'elle devait sans doute avoir plus envie de me tuer, que de coucher avec moi. Et je ne pouvais que comprendre cela d'ailleurs. Moi même, j'avais bien envie de me frapper pour mon comportement de ces derniers temps. Ainsi, je la rejoignis dans le salon, avec la ferme intention de lui faire oublier ça, d'une façon ou d'une autre. « T'es chez toi, tu fais ce que tu veux … Nicho arrive à quelle heure ? » J'eus une légère grimace. La distance évidente qu'il y avait entre nous à l'instant présent, m'était insupportable. J'appréciais beaucoup Léa. Et si je devais jurer de ne plus jamais la toucher, pour avoir le droit de retrouver au moins une partie de notre complicité nouvellement trouvée, alors je le ferais. Fait qui était surprenant venant de moi ... « Il ne t'a pas prévenu ? Il ne rentre que demain ... » Répondis-je calmement, sans la quitter du regard. Je soupirai ensuite doucement et me laissai aller dans le fond du canapé, pour croiser les jambes en tailleur sur les coussins, bras croisés dessus. « C'était pas aujourd'hui que t'avais un entretien ? » Demandai-je ensuite, avec une sincère curiosité.

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Lun 18 Mar - 18:45



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



Si vous pensez que cette situation me plait, vous avez bien tort, je déteste ça. Je suis de nature jovial, souriante, extravertie, je n'aime pas faire la tête, en vouloir à quelqu'un ou faire des scènes. En général je dis ce que je pense, sans jamais penser aux conséquences et visiblement je fais aussi ce qui me passe par la tête sans penser à ce que tout cela pourrait engendrer. Entre Robin et moi, il n'y a pas grand chose à en dire en temps normal. J'ai eu le béguin pour lui quand j'étais gamine, lui ne me voyait pas. Ensuite ils ont fait leur vie de leur côté, mon frère et lui et moi j'ai continué la mienne du mien. J'ai grandi, je l'ai oublié, j'ai refais ma vie avec Alex, tout ce passait très bien et puis le gros changement est arrivé, il fallait que je change d'air, il fallait que j'arrête de me voiler la face, Alex et moi n'étions pas fais pour vivre ensemble pour toujours, cela aurait irrémédiablement terminé en divorce, comme mes parents et je n'avais pas envie de revivre ça une seconde fois. Je suis revenue vers ma mère avant de me tourner vers mon frère. Au début, j'avais l'impression que Robin ne me calculait même pas, que je n'étais rien à ses yeux, à part la petite sœur envahissante de son meilleur ami, rien de plus. Et puis ce fameux soir fut le soir des révélations et j'ai découvert que je lui plaisais et que finalement j'existais bien dans sa vie, en dehors du fait d'être la sœur de Nicho. Nous aurions dû en rester là je crois, même si sincèrement, en me connaissant bien, cela n'aurait rien changé, j'aurais été complètement gaga et j'aurais imaginé mille et une chose. Robin en train de me déclarer sa flamme, un amour sans borne serait né entre nous, il aurait changé pour moi … ce que je peux être naïve parfois, je vous jure. Au moins cette histoire à eu le don de refroidir mes ardeurs à son égare et éteindre mes fantasmes. Aujourd'hui quand je pense à lui, j'ai mal, rien de plus et je suis frustrée et dégoûtée. Quand il se trouve loin de moi, je peux le maudire sans problème, il le mérite bien, c'est de sa faute tout ça. Mais maintenant qu'il se trouve à côté de moi, je me sens mal, gênée, j'aimerais juste le détester mais je n'y arrive pas et je m'en veux, d'être aussi distante et d'être aussi faible.


« Il ne t'a pas prévenu ? Il ne rentre que demain ... »

Il s'était installé à mes côtés et au vu de ces dernières semaines, j'en étais fort étonnée. Que me voulait-il ? Pourquoi était-il là ? Pourquoi ne me fuyait-il plus ? Il me demandait s'il me dérangeait et je me contentais de lui dire qu'il était chez lui et qu'il faisait ce qu'il voulait. Ensuite je lui demandais quand arrivé Nicho et il m'apprit qu'il ne revenait pas ce soir. Je tournais mon regard vers lui, étonnée d'apprendre la nouvelle. Alors comme ça il découchait ? Voilà donc le pourquoi de sa présence ici, il croit quoi ? Qu'il va finir ce qu'on a commencé ? Non mais j'hallucine, naïve oui, conne non.

« Non je ne le savais pas … il est où ? »

Je veux vérifier si c'est volontairement que Robin est resté ou si ce n'est que le fruit du hasard. Je déteste être parano comme ça, j'ai l'impression d'être une vieille mégère qui n'a que ça à faire de sa vie que de se prendre la tête avec ce genre de chose. Ce n'est pas moi, je déteste être comme ça, mais tout ça c'est de sa faute à lui, il joue avec moi et je déteste ça.

« C'était pas aujourd'hui que t'avais un entretien ? »

Second regard étonné à son attention, décidément il était pleins de surprises quand il le voulait. Alors comme ça il est au courant de mon entretien d'embauche ? Non pas que c'était un secret d'état, j'en ai parlé à Nicho plusieurs fois mais vu que je ne voyais que l'ombre de Robin, je ne pensais pas qu'il l'avait retenu, comme quoi j'avais tort. Je le fixais un instant avant de lui répondre.

« Décidément pour quelqu'un qui a joué les fantômes pendant trois semaines, je trouve que tu es rudement bien au courant de nos vies à Nicho et moi. Nicho je le comprend encore mais moi … ça me laisse pantoise … » Je n'étais pas très sympathique je vous l'accorde mais je voulais savoir pourquoi il m'avait fais un coup pareil et pourquoi il revenait le sourire aux lèvres aujourd'hui. J'avais besoin de savoir et j'obtiendrais des réponses de sa part. « Ca c'est bien passé, merci de demander. Je ne sais pas si je serais choisis mais j'ai été assez fière de ma performance, je n'ai donc aucun regret à avoir ! »

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Jeu 21 Mar - 19:40



Léa & Robin


J'étais conscient de combien mon comportement risquait de dérouter Léa. Après des semaines à l'ignorer et à faire mine de ne même pas la remarquer dans notre petit appartement, il était étrange que je me mette soudainement à vouloir lui tenir compagnie. J'étais évidemment poussé en ce sens par l'absence de Nicholas. Nicholas qui était tout simplement la seule raison pour laquelle je n'avais jamais couché avec la trop charmante jeune femme blonde qui vivait plus ou moins dans le même appartement que moi, depuis quelques mois. Si elle n'avait pas été la soeur de mon meilleur pote, aucun doute que je n'aurais pas cherché à résister à la tentation des plus grandes, qu'elle représentait pour moi. Elle était bien trop attirante pour que je sois capable de retenir mes désirs, sans grande raison. Mais mon meilleur ami était une raison suffisante, quand bien même l'envie était vraiment présente et me hantait même. Me retrouver seul avec elle, dans notre appartement, n'allait décidément pas m'aider à garder mes distances. Pour preuve, je finis par la rejoindre dans le salon et m'installer dans le canapé, avec la ferme intention d'y rester pour un petit moment. J'aurais sans doute du y réfléchir à deux fois en découvrant la distance implacable qu'elle semblait avoir décidé de mettre entre nous. J'aurais du faire demi tour et reprendre mon train train quotidien, qui consistait en le fait de l'éviter comme la peste. Mais c'était plus fort que moi, je ne parvenais pas à garder mes distances bien longtemps. C'était d'une niaiserie incroyable. Et c'était elle qui me rendait de la sorte. C'était supposé être une raison de plus de la fuir. Et pourtant, là encore, ça ne me suffisait pas pour agir enfin. J'étais vraiment borné dans mon genre. C'était même peu dire pour me décrire tout à fait. Mais quand j'avais une idée en tête, il était difficile de me la retirer. Pour ne pas dire carrément impossible. Ainsi, je comptais bien faire en sorte que les choses s'arrangent un tant soit peu entre Léa et moi. Et quand elle me demanda quand son frère allait rentrer, je lui appris qu'il ne le ferait pas. Pas ce soir là du moins. Je ne pouvais pas nier que c'était un fait qui me ravissait au plus haut point. « Non je ne le savais pas … il est où ? » Selon toute vraisemblance, elle n'était pas vraiment ravie d'apprendre que nous nous retrouvions donc seuls tous les deux, au moins pour la soirée et la nuit à venir. Compte tenu de mon comportement de ces derniers temps, je pouvais plus ou moins comprendre pourquoi.

« Chez un pote je crois. » Répondis-je avec calme, bien décidé à ne pas sortir de mes gonds pour une quelconque raison. Finalement, je mentionnai l'entretien d'embauche qu'elle avait eut ce jour là, espérant ne pas me planter dans le jour. Je compris à son regard, qu'elle était surprise. Parce que j'étais au courant ? Ou parce que j'y avais accordé assez d'intérêt pour m'en rappeler ? Ou parce que je la questionnais à ce sujet ? « Décidément pour quelqu'un qui a joué les fantômes pendant trois semaines, je trouve que tu es rudement bien au courant de nos vies à Nicho et moi. Nicho je le comprend encore mais moi … ça me laisse pantoise … » Je fronçai les sourcils en lui lançant un regard médusé. Pour qui me prenait-elle au juste ? Un monstre sans coeur qui n'accordait pas le moindre intérêt aux personnes qui lui étaient plutôt proches ? Avais-je donc l'air de me foutre royalement des gens qui m'entouraient ? Je pris une longue et lente inspiration, visant à me remémorer le fait que j'avais prévu de garder mon calme et de faire en sorte de ne pas envenimer les choses entre nous. La situation était bien assez tendue comme cela. « Faut croire que je suis capable de jouer à l'être humain de temps à autre. » Marmonnai-je en détournant le regard d'elle, lèvres pincées. « Ca c'est bien passé, merci de demander. Je ne sais pas si je serais choisis mais j'ai été assez fière de ma performance, je n'ai donc aucun regret à avoir ! » Au moins, elle prenait quand même la peine de répondre à ma question. C'était déjà un bon point me semblait-il. J'affichai une ébauche de sourire quand je reposai le regard sur elle. « C'est l'essentiel non ? » Demandai-je doucement, avant de me redresser quelque peu dans le canapé. « On devrait fêter ça ! » A moins qu'elle ne préfère m'en coller une, me balancer mes quatre vérités à la tronche et aller s'enfermer dans sa chambre. Si telle était sa décision, je ne pouvais que ... Non, je ne pouvais pas la laisser faire sans rien dire ni rien tenter pour arranger les choses. Je regrettais vraiment de trop la situation, pour accepter qu'elle demeure en l'état. C'était moi qui nous avait foutu là dedans. C'était donc à moi de faire revenir les choses à la normale. Quand bien même c'était elle qui avait initié notre baiser, quand on prenait le temps d'y réfléchir à deux fois.

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Lun 25 Mar - 17:23



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



Etait-ce une bonne ou une mauvaise idée l'absence de Nicholas ? Je n'en savais rien du tout. D'un côté je pensais que ça pourrait être l'occasion de tout mettre à plat sans avoir peur de voir débarquer mon frère adoré. D'un autre côté, la dernière fois qu'on a été seul tous les deux, Robin et moi, on a été à deux doigts de coucher ensemble et depuis il me fuit comme la peste. Dans un sens je suis frustrée de ne pas avoir pu franchir le cap, j'ai rêvé de ce moment tellement de fois que d'être à deux doigts d'y parvenir a été sacrément dur. J'en rêve encore malgré moi mais cette fois-ci ça n'a jamais été aussi réel que les fois d'avant. Je pouvais encore sentir sa peau contre la mienne si je fermais les yeux. Je pouvais encore sentir son parfum, avoir le goût de ses lèvres ou même la sensation qu'il m'embrasse. Rien que d'y songer me fais légèrement frissonner. Mais voyez-vous, même si j'aurais aimé pouvoir enfin coucher avec lui, je sais que je n'aurais vraiment pas pu supporter de le voir me fuir. J'aurais eu cette impression qu'il s'était juste servie de moi, rien de plus et pour tout vous dire c'est exactement ce que je ressens. Songe-t-il à moi de temps en temps ? Est-ce que cette fuite est sa façon de me faire comprendre qu'on a fait une connerie et que c'était une erreur, rien de plus ? Peut être que finalement j'embrasse mal et qu'il n'a pris aucun plaisir … Arriver à me poser ces questions alors qu'il n'y a pas si longtemps, je lui en voulais juste de me fuir, ça me donne l'impression de ne pas apprendre de mes erreurs, de me rendre compte que je serais capable de replonger dans ses bras limite sans hésiter s'il me le demandait. Suis-je si faible que ça ? Pourtant Nicho et lui n'ont pas arrêté de me dire qu'il n'était pas un type pour moi, pourquoi ne puis-je pas l'intégrer ? Je suis impossible !

« Chez un pote je crois. »

Chez un pote ? N'est-ce qu'un pote à Nicholas ? Je trouve ça assez étrange parce que je pensais qu'ils avaient en général des amis en commun, limite comme un couple. Cela fait si longtemps qu'ils se connaissent que ce serait presque compréhensif. A moins que Robin ait été aussi invité mais qu'il ait refusé l'invitation pour une raison X ou Y ? Peut être parce qu'il n'était pas d'humeur à faire la fête ? Parce qu'il avait envie de se racheter et passer du temps avec moi?Parce qu'il a vu l'occasion de me sauter enfin parce qu'il sait que je suis une idiote qui ne peut rien lui refuser ? Parce qu'il avait d'autres projets ce soir ? Voir une autre fille ? Plus habile que moi, très certainement.

« Ah ? Et tu n'étais pas convié à la petite sauterie ? »

Oui autant lui demander directement, c'est préférable je pense plutôt que de se faire tout un tas de film inutilement. Je m'en fais déjà suffisamment, je pense que si je pouvais éviter d'en faire trop, ma santé mentale se portera beaucoup mieux. Je tente de garder mon regard braqué sur les mots qui se trouvent devant moi, mais sincèrement je n'arrive pas à me concentrer, pas tant que Robin sera dans la même pièce que moi à me fixer comme il le fait. C'est très perturbant, le sait-il ? Quand il me parla de mon entretien d'embauche, je ne pus cacher ma surprise. Je ne savais pas qu'il était au courant pour ça, après tout il s'est évertué pendant 3 semaines à me fuir comme la peste, alors je pense que c'est assez logique de se dire qu'il n'était pas au courant de ce genre d'événement dans ma vie. Pourtant il l'était et il avait l'air étonné de m'entendre lui dire le fond de ma pensée – peu sympathique je vous l'accorde – mais qui avait le don de mettre les choses au clair tout de suite. Je tournais mon regard vers lui et le vis arquer les sourcils, médusé par ma réaction. Après une longue inspiration, il finit par me répondre.

« Faut croire que je suis capable de jouer à l'être humain de temps à autre. »

Marmonna-t-il en détournant son regard de moi. Je l'avais vexé ? Tant mieux, je lui rendais la monnaie de sa pièce, même si je pense sincèrement que je ne pourrais jamais faire mieux que lui. Il joue les fantômes, joue avec mes sentiments, apparaît comme par magie devant moi trois semaines après qu'on est été à deux doigts de s'envoyer en l'air, l'air de rien et je devrais le regard les yeux pétillants et le sourire aux lèvres, limite en le remerciant de m'accorder la chance d'un second entretien avec ma modeste personne ? Il me prend pour qui ? Je suis peut être naïve, mais pas au point de ne pas voir qu'il se joue de moi. Ce n'est pas moi la méchante dans l'histoire, je ne fais que dire la vérité. Je ne suis pas de ceux qui cachent ce qu'ils pensent sous de faux airs, pour pouvoir asséner le coup fatal quand la personne s'y attend le moins. Je ne suis ni une traitresse, ni une hypocrite, je dis ce que j'ai à dire, parfois ça plait, parfois non. Parfois je m'en mord les doigts, je vous l'accord, mais au moins je reste intègre et je préfère être moi, plutôt que de me faire passer pour une personne que je ne suis pas juste pour faire plaisir à un mec … même si ce mec est un dieu vivant …

« Oui … c'est si étonnant … »

Je ne suis pas très sympas avec lui, je vous l'accorde et je peux vous assurer que ça ne me fais pas plus plaisir que ça, mais c'est plus fort que moi, je crois que j'ai besoin que ça sorte, qu'il se rende enfin compte du mal qu'il me fait et que je ne mérite pas ce traitement. J'ai été quand même vachement sympa de ne pas le balancer à mon frère alors que ça aurait été dans mon droit, alors il ne peut pas m'en vouloir d'être en colère et frustrée. Parce que sincèrement, quand je le vois là, à me parler comme si de rien n'était, je me dis que soit il veut se faire pardonner, soit il se joue de moi et d'être aussi perdue ne me va absolument pas.

« C'est l'essentiel non ? »

Je finis quand même par lui répondre, lui expliquant que mon entretien c'était plutôt bien passé, que j'étais assez fière de ma prestation et que je ne regrettais donc rien. Après tout j'avais fais tout ce que je pouvais pour les impressionner et leur montrer que je pourrais être à la hauteur du poste, maintenant je ne peux rien faire d'autre que d'attendre leur verdict.Si ça passe, tant mieux, j'aurais enfin un boulot et la possibilité d'économiser un peu pour partir d'ici et ne plus avoir Robin sous le nez constamment. Et si ça ne passe pas, je n'aurais aucun regret, j'aurais fais tout mon possible mais soit ce n'était pas suffisant, soit alors il y avait de meilleures personnes pour le poste et c'était le jeu.

« Oui c'est l'essentiel. Il ne reste plus qu'à attendre de leurs nouvelles ! »

Je le vis se redresser du canapé et l'observais un peu étonnée. Qu'est-e qu'il lui arrive ? Il s'en va ? Ce fut bref mais intense, dommage que je n'ai pas pu vraiment lui dire le fond de ma pensée, ça m'aurait au moins soulagée et libérée d'un poids.

« On devrait fêter ça ! »

Fêter ça ? Lui et moi ? Je restais sans voix un instant, ne sachant pas vraiment quoi lui dire. J'étais toujours partante pour faire la fête, mais c'était un peu particulier là vu que j'étais avec Robin. En avais-je envie ? J'en savais trop rien, d'un côté oui, j'avais toujours envie de passer du temps avec lui, mais en même temps … pouvais-je lui faire confiance ? Bon en même temps il ne me demandait pas en mariage, même si je disais oui, ça ne m'avançais à rien. Seulement ça voudrait quand même impliquer un certain rapprochement potentiel et je n'étais pas sûre d'en avoir envie … enfin si j'en crevais d'envie mais si c'était pour le voir disparaître une nouvelle fois de ma vie, je ne sais pas si je supporterais ça.

« Heu … je ne sais pas … ça dépend de ce que tu proposes ? …  »

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Lun 25 Mar - 20:08



Léa & Robin


La situation dans laquelle Léa et moi même, nous nous trouvions, était un réel problème pour moi. Pour la simple et bonne raison que j'étais incapable de m'en détacher, quand bien même je savais qu'il le faudrait foutrement et au plus vite. J'étais en train de faire absolument n'importe quoi la concernant. Je ne voulais vraiment pas la blesser. Et c'était pourtant bien ce que je faisais en l'évitant au maximum, depuis maintenant trois semaines. Je ne voulais pas lui donner l'impression de m'être servit d'elle ou une autre connerie de ce genre. Parce que ce n'était absolument pas le cas du tout. Je m'étais simplement laissé emporter par le désir du moment. Si elle ne m'avait pas soudainement embrassé, sans que je ne m'y attende, ceci ne serait sans doute jamais arrivé. Enfin si, sans doute que si. Mais pas ce soir là précisément et peut-être pas de cette façon ci non plus. Mais j'avais peine à croire qu'il ne serait pas arrivé un moment où j'aurais moi même finis par craquer et l'embrasser. Parce que depuis qu'elle avait débarqué dans notre appartement, à Nicho et à moi, je rêvais d'un tel moment partagé avec elle. Maintenant que nous étions en froid, j'ignorais quel était mon plus grand regret. De ne plus lui parler depuis trois semaines ? Ou de n'avoir pas trouvé le moment parfait pour retenter ma chance et l'entraîner dans mon lit ? Ou peut-être que c'était le fait que je n'avais pas été capable de coucher avec une autre, depuis cette soirée là. Parce que c'était d'elle dont j'avais maintenant envie plus que d'aucune autre femme. Une chose qui ne m'était encore jamais arrivé jusqu'alors. En temps normal, j'étais capable de passer à autre chose sans aucune difficulté apparente. Mais il fallait croire que Léa n'était pas les autres femmes et qu'elle avait un truc en plus qui me faisait définitivement fondre et me rendait presque gaga. En réalisant l'obsession que j'étais en train de développer, j'avais évidemment tenter de me tourner vers la première venue. Mais ça avait été vain. Parce qu'aucune ne semblait lui arriver à la cheville, point de vu physique. Et tant que j'aurais envie d'elle de cette façon, je risquais de ne pas parvenir à remarquer une autre femme. Pour autant, devrais-je tout faire pour coucher avec elle, alors qu'elle attendait autre chose de moi et que je n'étais pas capable de lui offrir ce qu'elle désirait ? Non, ce serait prendre un trop grand risque de la blesser. Et ça, c'était bien la dernière chose que je souhaitais. Même si, pour le coup, les apparences jouaient contre moi. Et je comptais bien rectifier le tir, maintenant que nous nous trouvions tous les deux seuls, dans l'appartement que je partageais avec Nicholas. Nicho qui, pour sa part, était parti faire la fête chez l'un de nos amis communs. « Ah ? Et tu n'étais pas convié à la petite sauterie ? » Etait-elle du genre à se monter des films si je lui répondais que je n'étais pas d'humeur à faire la fête ces derniers temps, et à croire qu'elle en était la raison ? Bon, certes, c'était sans doute un peu le cas. Je regrettais la situation dans laquelle je nous avais mis tous les deux. Et sans doute que j'avais eus un tant soit peu espoir de la croiser ce soir là, sans mon meilleur ami dans les parages. Les tensions ne risquaient pas de s'alléger s'il était toujours dans nos pattes. « Si je l'étais. Mais je n'avais pas particulièrement envie de faire la fête ce soir. » Répondis-je avec sincérité, en choisissant de ne pas entrer dans les détails. Sans doute faudrait-il que je trouve une vraie bonne raison à lui donner, pour le cas où elle me poserait d'autres questions à ce sujet. J'ignorais si elle était du genre à agir comme un vrai flic trop curieux, à tout bout de champ. Ou si elle se foutait royalement de comprendre le pourquoi du comment, quand ça me concernait. Je doutais qu'elle s'intéresse encore à moi, après le coup que je lui avais fais. Le béguin qu'elle avait eut pour moi, avait sans doute définitivement disparu désormais. Et, étrangement, j'ignorais si je m'en réjouissais ou non.

Elle me prouva qu'elle m'en voulait vraiment beaucoup, de par sa façon de se comporter et de me parler. Je découvrais une toute nouvelle facette de personnalité. Et je regrettais qu'elle soit tournée vers moi. Je préférais quand elle agissait en gentille fille douce et sage, vis à vis de moi. Mais tant pis. J'étais le seul responsable et je le savais. « Oui … c'est si étonnant … » Je me crispai en réalisant à quel point elle s'amusait à enfoncer le clou. J'avais beau être d'une patience et d'une gentillesse hors normes, j'avais quand même mes limites. Et là, elle était sacrément en train de les titiller. Je lui lançai un regard franchement irrité, alors que je pinçais les lèvres en signe d'agacement avancé. J'étais là pour enterrer la hache de guerre et elle, elle s'amusait à me provoquer pour me couper toute envie de faire un geste aussi noble et innocent fusse-t-il. Qu'étais-je supposé faire ? Marche arrière ? « Crois-moi Léa, j'ai conscience que mon comportement de ces derniers temps était loin d'être exemplaire. Mais de là à me faire comprendre que je suis un monstre ? » Marmonnai-je sur un ton le plus calme possible, quand bien même j'étais agacé par son comportement. Malgré tout et quand bien même j'étais agacé par sa façon de se comporter, je fus tout de même heureux d'apprendre que son entretien s'était plutôt bien passé. Ca faisait au moins une chose de positive dans la journée, selon moi. Et j'espérais pour elle qu'elle serait prise. Et en même temps, j'espérais que non. Car dès lors qu'elle aurait un emploi, elle voudrait sans doute quitter cet appartement, pour prendre le sien propre. Une chose qui, étrangement, ne me plaisait pas vraiment. Mes pensées étaient vraiment égoïstes et j'en avais presque honte. « Oui c'est l'essentiel. Il ne reste plus qu'à attendre de leurs nouvelles ! » Je souris d'un sourire sincère, en hochant la tête avec lenteur. Le tout, sans jamais la quitter du regard. J'en oubliais que j'étais supposé détourner la tête pour ne pas paraître trop insistant, tant la regarder me plaisait. Je ne pensais même pas à ce qui pouvait bien lui passer par la tête en constatant mon regard insistant qui ne semblait plus vouloir la quitter. Allait-il croire que j'étais prêt à tout pour l'avoir au moins une fois dans mon lit, avant de l'abandonner lâchement ? Désireux de penser à autre chose qu'à cette éventualité, j'émis l'idée que nous devrions fêter la réussite de son entretien. Et même si elle venait à ne pas être prise, elle aurait tout fait pour y arriver quand même. « Heu … je ne sais pas … ça dépend de ce que tu proposes ? … » Ce que je proposais ? Il y avait bien un façon de fêter la chose, qui me passait en tête à l'instant même. Mais j'étais peu certain du fait qu'elle soit tentée, après le coup que je lui avais fais trois semaines plus tôt. Alors j'allais plutôt garder ça pour moi et trouver une toute autre idée. « On pourrait sortir boire un verre ? » Proposai-je spontanément, avant de froncer les sourcils devant ma propre bêtise. Premièrement, j'avais refusé de sortir faire la fête. Et je me retrouvais maintenant à proposer une sortie, à Léa elle même. Et deuxièmement, qu'allait-elle s'imaginer ? Que je la draguais ? Ce n'était pourtant pas le cas. Je voulais juste passer un peu de temps avec elle et tenter de me faire pardonner pour ces trois semaines de silence. A vrai dire, j'allais plutôt la laisser penser ce qu'elle souhaitait. Quitte à l'entendre m'envoyer chier parce qu'elle m'en voulait trop et refusait tout contact quel qu'il soit, avec moi.

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Sam 30 Mar - 22:22



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



Je ne savais pas trop si j'étais contente de le voir ou mécontente. D'un côté, il m'avait manqué, même si nous vivions dans la même maison, je trouve qu'il a été très doué pour me fuir et j'ai eu cette sensation de ne pas l'avoir vu depuis trois semaines. D'un autre côté, son attitude puérile m'a beaucoup blessé. Je suis déjà frustrée de ne pas avoir pu conclure et découvrir s'il est à la hauteur de sa réputation et de mes fantasmes, alors me fuir n'aidait en rien la situation. Est-ce que finalement ce n'était pas plus mal qu'on nous ait interrompu ? Au moins aucun remord, que des regrets. Enfin est-ce vraiment bien ? Pas sûre …

« Si je l'étais. Mais je n'avais pas particulièrement envie de faire la fête ce soir. »

Je lui avais demandé quand Nicholas rentrait et il m'apprit qu'il découchait ce soir. En temps normale cela ne me dérangeais pas spécialement mais ce soir ça me faisait bizarre. J'avais l'impression d'être tombée dans un traquenard, c'était assez désagréable. Je lui demandais s'il n'avait pas été invité, partant du principe qu'ils avaient plus ou moins les mêmes amis, à quelques exceptions près, il y avait donc de fortes probabilités qu'il y soit convié aussi. Visiblement j'avais raison, mais l'envie de faire la fête ce soir n'était pas là. Etait-ce de ma faute ? Non très certainement pas, même si ce n'était pas dans les habitudes de ce cher Robin de ne pas faire la fête, ce n'est certainement pas une pauvre gamine de 23 ans qui ne sait très certainement pas embrasser qui l'en empêche, il ne faut pas trop rêver. Bientôt je vais croire que c'est pour se rattraper qu'il n'y va pas ce soir, m'offrant une belle soirée d'excuse … la bonne blague. Il va aller se mâter un porno avant d'aller se coucher ou avant d'être chaud pour un plan cul plus tard dans la soirée, rien de plus. Franchement je ne savais pas trop ce qu'il faisait de ses soirées quand il sortait pas, mais ça m'amusais de le dénigrer rien que pour me soulager de cette frustration, même s'il pouvait faire des trucs totalement opposés, je n'en savais rien, mais voilà au moins être méchante mentalement avec lui me libérait un peu, mais très légèrement parce que finalement ça ne me dérangeais pas spécialement.

« Tu te fais trop vieux pour ça ? »

Lui dis-je avec un demi sourire, rien que pour le taquiner et le faire chier. Bien entendu je ne le pensais pas vraiment, pour moi 30 ans ce n'est pas vieux du tout mais voilà, je sais que ça le titille un peu par rapport à mon âge et même s'il ne se considère pas comme un croulant, ça le fait parfois un peu réfléchir. C'est un peu méchant, mais surtout c'est pour le taquiner, rien de plus, maintenant il prend ça comme il veut, bien, mal, aucun des deux, ça m'est complètement égal.

« Crois-moi Léa, j'ai conscience que mon comportement de ces derniers temps était loin d'être exemplaire. Mais de là à me faire comprendre que je suis un monstre ? »

C'est fou, d'un côté je mourrais d'envie de me venger et mes propos le montraient parfaitement, d'un autre côté le blesser me faisait du mal aussi. Je n'aime pas spécialement être méchante gratuitement, mais pour le coup il l'avait mérité aussi. J'avais envie de lui faire comprendre que j'avais souffert de ses dernières semaines et de son comportement peu exemplaire et je crois sans mal qu'il avait compris le message. Il me le fit d'ailleurs bien savoir et même si je n'aimais pas le voir réagir comme il le faisait, je voyais bien qu'il tentait de garder son calme mais que ce n'était pas si facile que ça. Je posais mon livre sur le bord du fauteuil, me remontait mes jambes sur le fauteuil et passait mes bras autour en le fixant. Je gardais le silence un moment, ne sachant pas trop quoi lui dire. D'un coté j'ai envie de cracher tout ce que j'avais sur le cœur, mais en même temps, y aurait-il un intérêt ? Une dispute ? Mais est-ce qu'elle était utile ? On était doué pour se prendre la tête cela dit tous les deux, mais ça s'éteignait aussi rapidement que ça arrivait. Je baisse un instant le regard et soupir, avant de relever mes yeux bleus sur lui pour lui répondre.

« Qu'est-ce qui serait passé si on aurait couché ensemble ? Tu aurais déménagé ? » Commençais-je par lui dire, avant de me rendre compte que ça menait tout droit à une dispute ce genre de parole.« Pourquoi … pourquoi avoir agis comme ça ? Comme si … je sais pas, tu n'assumais pas ? Comme si tu avais de nouveau 15 ans …  »

Ca non plus ça n'allait pas forcément lui plaire, pourtant le ton n'était pas moqueur ou en colère, je voulais vraiment savoir. C'était bien beau d'arriver trois semaines après et tout sourire faire comme si rien ne s'était passé, sauf que je n'oublie pas facilement. Je n'ai pas simplement envie de tourner la page, ça ne se fait pas comme ça, il doit y avoir une discussion, on doit tout mettre à plat pour pouvoir repartir, et pas simplement laisser couler juste parce qu'il en a envie. Je m'en fous de savoir si ça lui plait ou pas, qui me dit qu'il ne va pas le refaire ? Je n'ai aucune assurance qu'il soit réglo alors je veux qu'on en discute, je veux comprendre et content ou pas, soit il me parle, soit il se barre et ne prend même pas la peine de jouer les faux-culs avec moi, je ne mange pas de ce pain.

« On pourrait sortir boire un verre ? »

Sortir boire un verre ? Il plaisantait ? A voir sa tête, visiblement il venait lui aussi de se rendre compte de l'absurdité de ses propos. Ce n'était pas sortir boire un verre qui était absurde, je vous rassure, c'était le fait qu'il m'avait avoué quelques instants plus tôt qu'il n'était pas parti avec Nicho chez leur pote parce qu'il n'avait pas envie de faire la fête. Alors quoi, sortir avec moi c'était comme aller se pendre, c'était aussi mortel ? Je suis censée prendre ça comment ? Il se force pour me faire plaisir ? Il veut me bourrer la gueule pour enfin réussir à me sauter ? C'est quoi l'histoire au juste ? Je grimace légèrement ne sachant pas si je devais prendre bien la chose ou pas ? Etais-je une sorte de privilégiée ? Ou tentait-il juste de m'embrouiller ?

« Je croyais que tu n'avais pas envie de faire la fête ? » Lui demandais-je un peu étonnée. « Ah moins que tu considères que sortir avec moi c'est tellement chiant qu'on ne peut pas appeler ça « faire la fête » ? » Encore une fois le ton n'était pas méchant, moqueur ou autre, mais je dois avouer que les mots sortaient tout seul. Je n'arrivais décidément plus à le comprendre et je commençais à être fatiguée par tout cela. A-t-il vraiment envie d'être avec moi ? De passer du temps en ma compagnie ? Ou voulait-il juste le faire pour se faire pardonner, rien de plus ? Genre pour se donner bonne conscience ?

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Dim 31 Mar - 13:52



Léa & Robin


Est-ce que j'étais capable de ressentir autre chose qu'une simple attirance physique, pour une femme autre que ma soeur jumelle ? J'avais toujours pensé que non, persuadé que j'étais un type trop porté sur le besoin de plaire, de séduire et de cumuler les aventures, pour en arriver à là. Et pourtant, depuis quelques temps, je réalisais que j'étais réellement attaché à Léa, la petite soeur de mon meilleur pote. Un attachement auquel je n'étais pas habitué et que je ne comprenais pas du tout. Sans doute parce que je refusais de le comprendre. Depuis quand m'attachais-je à une femme que je rêvais d'entraîner dans un lit ? Depuis quand n'étais-je pas capable de me contenter de ladite attirance ? Il fallait croire que cette jeune femme était radicalement différente des autres. Ou que j'étais devenu totalement niais, au fil du temps. Parce que j'avais trente ans, je changeais autant ? Non, ça ne pouvait décemment pas venir de moi. Je refusais de penser ainsi et préférais me dire que Léa dégageait quelque chose d'autre. Peut-être même que mon attachement était plus comme celui d'un frère à une soeur ... Enfin non ... Cette pensée était beaucoup trop étrange. Je ne pouvais pas être attiré par une personne que je considérais comme ma soeur. De près ou de loin. Bref, tout ce que je savais avec certitude, c'était que j'avais toujours aussi envie d'elle. Et que je n'étais pas certain de pouvoir résister bien longtemps. Que Nicholas accepte ou non une liaison entre son meilleur pote et sa petite soeur. Le mieux serait sans doute qu'il ne soit jamais au courant de cela, si ça venait à arriver. Quoi que je doutais que ça puisse arriver un jour, puisque j'avais clairement tout foutu en l'air avec Léa. Quelle idée aussi, de disparaître du jour au lendemain et l'éviter totalement pendant trois semaines. Tout ça après un baiser des plus passionnés, qui aurait pu donner suite à quelque chose de bien plus important et moins acceptable pour Nicholas si l'avait apprit. Je ne pouvais nier que j'étais ravi qu'elle ne lui en ait rien dis, malgré mon comportement puéril qui avait suivit. Est-ce qu'après cette petite expérience, elle serait plus à même de me repousser si je venais à retenter ma chance avec elle ? En attendant de le savoir, je me trouvais là à lui dire que je n'avais pas envie de faire la fête, pour lui expliquer les raisons de ma présence ici, pendant que mon meilleur ami était à une soirée chez un ami commun. « Tu te fais trop vieux pour ça ? » Je soupirai doucement en songeant qu'elle n'allait vraiment rien laisser passer, pour tenter de me blesser et m'atteindre, de la même façon que moi j'avais du la blesser de par mon comportement. Je ne pouvais pas vraiment le lui reprocher après ce que j'avais eus le culot de lui faire. En tout cas, c'était ainsi que je voyais les choses. Néanmoins, je doutais de pouvoir supporter cela bien longtemps non plus. Je n'étais pas un punching-ball. Pas même quand je méritais ce que je recevais. « On va dire que c'est ça, ouais ... » Soupirai-je doucement, en fermant les yeux un instant. Histoire de me contrôler pour garder mon calme. Il ne servirait à rien que je m'énerve. Je ne voulais pas empirer la situation bien assez complexe comme ça, à mon goût. Finalement, après une dernière remarque bien sentie de sa part, je fus incapable de garder le silence. Elle finit d'ailleurs par poser son livre, pour ramener ses jambes sur le fauteuil. J'eus besoin de toute la force de ma volonté, pour ne pas baisser le regard sur celles ci. Je ne tenais pas à laisser mon côté pervers prendre le dessus, alors que la conversation était on ne peut plus sérieuse.

« Qu'est-ce qui serait passé si on aurait couché ensemble ? Tu aurais déménagé ? » Je fronçai les sourcils en hésitant sur la réaction que j'étais supposé avoir. Elle exagérait clairement. Certes, ne pas lui parler pendant trois semaines à cause d'un baiser, ce n'était pas la chose la plus intelligente que j'avais fais de toute ma vie. Mais tout de même ... « Pourquoi … pourquoi avoir agis comme ça ? Comme si … je sais pas, tu n'assumais pas ? Comme si tu avais de nouveau 15 ans … » Comme si je n'assumais pas ? Est-ce qu'elle pensait que je n'assumais pas le fait de l'avoir embrassé, elle, alors que j'en rêvais depuis bien longtemps déjà ? Est-ce qu'elle pouvait vraiment croire ça ? « Je l'ai fais à cause de Nicholas. Je ne suis même pas censé être attiré par toi. Alors imagine s'il apprenait que j'ai commencé à craquer en t'embrassant comme je l'ai fais. J'ignore ce que je suis censé faire. T'éviter comme je l'ai fais là, pour ne pas recommencer ça ? Agir sans me soucier de Nicholas ? L'entre deux me semble être la meilleure solution. Mais j'ignore si j'y arriverai. » Répondis-je finalement, avec la plus grande sincérité. Quitte à dire des choses que j'aurais préféré taire et garder pour moi, j'étais finalement décidé à lui répondre le plus honnêtement possible. Parce qu'elle méritait au moins cela. Surtout après ce que je lui avais fais endurer durant ces trois dernières semaines. Et ça, oui, je le regrettais sincèrement. Comment le lui faire comprendre ? En m'excusant ? C'était foutrement gênant comme idée. Mettre ma fierté de côté et m'excuser. C'était quelque chose que je ne savais pas faire. Toujours désireux de me racheter, je finis par lui proposer de sortir boire un verre pour fêter la réussite de son entretien du matin même. Je fus moi même choqué par mon offre, quand je réalisai que je venais d'affirmer que je ne souhaitais pas faire la fête. Si tel était le cas, pourquoi en arrivais-je à lui proposer de sortir ? « Je croyais que tu n'avais pas envie de faire la fête ? » Merde ! Evidemment qu'elle n'allait pas laisser passer cela. Il faudrait être naïf pour croire qu'elle n'entendait pas tout, ne rebondissait pas sur tout ce qu'elle captait. Est-ce que j'allais mentir pour me sauver ou me montrer des plus honnêtes, quitte à prendre un sacré risque de me ridiculiser ? « Ah moins que tu considères que sortir avec moi c'est tellement chiant qu'on ne peut pas appeler ça « faire la fête » ? » Ajouta-t-elle avant que je n'aie eus le temps de répondre quoi que ce soit. J'étais de plus en plus surpris par son répondant et son besoin de tirer des conclusions aussi étranges que cela et clairement douloureuses pour elle. Est-ce qu'elle s'imaginait vraiment ennuyeuse à mourir ? « Je n'avais pas la tête à faire la fête parce que la situation que j'avais moi même provoquée entre nous, me rongeait vraiment. Maintenant, j'ai envie de sortir avec toi, en espérant arranger un minimum les choses. » Lâchai-je finalement d'une traite, avant de changer d'avis et vouloir faire mine de rien et revenir sur mes paroles. Ce n'était pas dans mes habitudes de mettre mes remords, regrets, pensées et émotions à nus, comme je le faisais là. C'était vraiment parce que je regrettais mes décisions et que j'avais réellement envie d'arranger le tout, entre nous. Je finis par détourner le regard, gêné par mes propres paroles. Et bien vite, je me levai en soupirant et reportant mon attention sur elle. « Partante ... Ou pas ? » Demandai-je en songeant que pour le coup, c'était elle qui avait les cartes en main.

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Mer 3 Avr - 13:07



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« On va dire que c'est ça, ouais ... »

Il ne faut pas croire que j'aime cette situation. Je déteste agir comme ça, mais il m'y a poussé. Bien entendu c'est un peu facile de ma part de balancer tous les torts sur lui, je vous l'accorde, mais sans que je comprenne pourquoi, je trouve ça plus facile. Je n'ai jamais été comme ça avec qui que ce soit. En même temps personne ne m'a jamais traité comme il l'a fait aussi donc ça aide. Avec Alex c'était tellement plus facile, j'étais son unique centre d'attention, je n'avais rien besoin de faire, il me trouvait merveilleuse et avait envie de passer du temps avec moi. Robin c'est totalement différent, j'ai l'impression que je dois mériter son attention et franchement je n'ai rien fais pour ça. Je sais bien que c'est peut être un peu pousser de penser ça, mais je crois que je le sur-estime un peu trop, je le met sur un piédestal et j'ai dû mal à comprendre comment il peut s'intéresser à moi. Pourtant je ne suis pas une femme vilaine ou avec peu d'intérêt. Je suis quelqu'un de plutôt jeune, dynamique, souriante, j'aime croquer la vie à pleine dent et je suis plutôt jolie, beaucoup aurait été ravie d'être à sa place, pourtant lui non ou c'est l'impression qu'il m'a donné. Alors je crois que pour me venger, je le fais souffrir un peu volontairement, mais quand je vois sa réaction, je me déteste. Et c'est parce que je me déteste et que je ne vois strictement pas quoi lui répondre que je ne dis rien. Qu'est-ce qu'il veut que je lui réponde ? Un autre truc peu sympathique ? Non, je ne le veux pas. Que je m'excuse ? Jamais, il ne faut pas pousser non plus, s'il y a quelqu'un qui doit faire des excuses, c'est plutôt lui.

« Je l'ai fais à cause de Nicholas. Je ne suis même pas censé être attiré par toi. Alors imagine s'il apprenait que j'ai commencé à craquer en t'embrassant comme je l'ai fais. J'ignore ce que je suis censé faire. T'éviter comme je l'ai fais là, pour ne pas recommencer ça ? Agir sans me soucier de Nicholas ? L'entre deux me semble être la meilleure solution. Mais j'ignore si j'y arriverai. »

Je lui demande des explications, j'en ai marre de ne pas comprendre et de passer pour une conne. Il me parle de Nicholas, qu'il le fait à cause de lui et étrangement je comprend. Je n'aime pas la méthode qu'il a employé, trouvant qu'il aurait au moins pu avoir la décence de me le dire, j'aurais quand même compris, mais ses raisons étaient assez valables. Je ne veux pas que mon frère souffre inutilement, ni qu'il se fasse du soucis pour rien. Je ne veux pas non plus détruire leur amitié, surtout pour ça. C'est vrai après tout je n'aurais été qu'un coup de plus pour Robin, un nom accroché à son tableau de chasse, rien de plus. Pour moi ça aurait été différent et finalement j'aurais été celle qui en aurait souffert le plus, mais je l'aurais voulu aussi, si je ne suis pas capable de me retenir, c'est bien de ma faute. M'ignorer ? Rester comme avant ? S'aventurer sur une terre obscure et vierge ? Non bien sûre que non, il m'a bien fait comprendre que les relations sérieuses, c'était pas trop son truc, pourquoi je m'acharne sur cette voie ? Je vais vraiment finir par me prendre un mur si je continue comme ça.

« D'accord, mais …. je sais pas tu aurais peut être pu m'en parler avant de m'ignorer ? J'aurais compris et ça m'aurait peut être empêché de me sentir conne. »

Bien entendu je suis égoïste, mais il l'est tout autant non ? L'entre-deux aurait été une bonne idée mais il avait peur de ne pas pouvoir y arriver, si ça ce n'est pas égoïste, j'aimerais bien savoir ce que c'est. En même temps, ça commence à me rassurer, il ne me fuit pas parce que j'embrasse mal, sinon il n'aurait jamais eu peur de ne pas y arriver. Sauf si je le dégoûte vraiment, mais dans ce cas là, pourquoi venir me parler ? Non il faut que j'arrête de me faire des films, ce n'est pas mon genre, je ne sais pas pourquoi j'agis comme ça avec lui. Bon déjà je ne le dégoûte pas et en plus je reste toujours une tentation à son sens … c'est mal mais en même temps c'est tellement bon … au moins je me sens un peu moins seule, même s'il ne se passera jamais rien d'autre entre nous, je sais qu'on est toujours sur la même longueur d'onde. Est-ce bien ? Est-ce mal ? Aucune idée, peut être les deux à la fois, mais franchement je m'en fous, tout ce qui compte c'est qu'il ne m'a pas pris pour une conne ou alors il continue et comme d'habitude je ne vois rien, ce qui pourrait être tout aussi possible … Ahh pourquoi je ne peux pas lire ses pensées ? Ca serait tellement plus simple !

« Je n'avais pas la tête à faire la fête parce que la situation que j'avais moi même provoquée entre nous, me rongeait vraiment. Maintenant, j'ai envie de sortir avec toi, en espérant arranger un minimum les choses. »

Au moins on ne pourra pas dire que ce cher Robin n'est pas honnête. Pas la tête à faire la fête à cause de ce qu'il s'était passé entre nous ? C'est bien ça, non ? Enfin pas bien pour lui, je veux bien le croire, mais ça me remonte un peu le moral. C'est toujours purement égoïste mais l'homme n'est-il pas égoïste pas définition ? Il a envie de sortir avec moi ? Que dois-je répondre à ça ? Il veut arranger les choses, je trouve!a bien mais est-ce que c'est vraiment raisonnable ? Si c'est pour finir dans son lit parce que les choses se sont vraiment bien arrangées, même trop, je ne sais pas si c'est l'idée du siècle. Bon après je me fais encore très certainement des idées, il est loin de penser tout cela.

« Partante ... Ou pas ? »

Bon il faut que je me décide, rester là comme une carpe Koïl c'est pas l'idée du siècle, donc il faut que je prenne une décision et vite. Sortir avec lui pour un verre ? Rester ici ? Un verre ça n'engage à rien et si Nicho me pose la question je lui répondrais que c'était juste pour me féliciter de mon entretien, rien de plus.

« D'accord, va pour un verre, après tout tu me dois bien ça ! »

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Ven 5 Avr - 20:42



Léa & Robin


Pour résumer ce qui était en train de se passer dans ma tête, devant le déroulement des évènements et la façon dont tout cela se passait, je pouvais dire que j'étais surpris et étrangement dérangé par ce que j'étais en train de découvrir chez Léa. A savoir, un pan important de sa personnalité, que je n'aurais jamais pu soupçonner jusqu'alors. Au delà de la jeune femme naïve, toujours souriante et totalement dans son petit monde idyllique, je réalisais qu'elle était également capable de sortir les griffes et même de mordre. Comment aurais-je pu me douter qu'elle était capable de cela ? Je ne l'aurais guère pu, en effet. Quoi qu'il en soit, ce qui me surprenait le plus dans tout ça, c'était le ravissement que je ressentais devant pareille constatation. Elle n'était pas le genre de fille qui finissait par lasser sur la longueur, à cause d'un trop plein de niaiseries et de trop de gentillesse et de sourires constants. Comme quoi, elle cachait vraiment bien son jeu. Et j'avais autant envie de soupirer et rire de soulagement, que de prendre du recul devant l'agression en règle qu'elle était en train de m'offrir. C'était à peine exagérer pour le coup, tant elle y allait franco et n'hésitait pas à m'en foutre plein la gueule, encore et encore. Je pensais avoir désormais compris que mon comportement puéril, l'avait agacée et blessée. Pour sûr, je ne recommencerais plus. J'avais simplement agis en pensant faire ce qui me paraissait être le mieux, pour que tout le monde soit content. Mais c'était sans compter sur ce début de lien que nous avions semblé tisser ce soir là, où nous nous étions laissés aller à ces baisers enflammés. Aujourd'hui, sans être capable de regretter ces baisers, je regrettais simplement le fait qu'elle puisse s'imaginer tout et n'importe quoi nous concernant. J'avais beau avoir toujours été clair sur le fait que je ne tenais pas à me mettre en couple avec qui que ce soit parce que je ne m'en sentais pas la capacité, il n'en demeurait pas moins que je craignais qu'elle ne finisse par se prendre au jeu et tomber dans le panneau. Mais fallait-il vraiment que je prenne le risque de le lui rappeler ? Je craignais un peu trop qu'elle ne s'imagine que je remettais en doute ses capacités à conserver le contrôle de la situation. Et avec tout ce qu'elle venait de me balancer en plein visage, j'étais un peu craintif tout de même. Je ne voulais pas faire encore empirer les choses. Au contraire, j'étais là pour les arranger. Pour le lui prouver, je finis donc par lui expliquer les raisons qui m'avaient poussées à me tenir éloigné d'elle, pendant autant de temps et de façon aussi implacable. « D'accord, mais …. je sais pas tu aurais peut être pu m'en parler avant de m'ignorer ? J'aurais compris et ça m'aurait peut être empêché de me sentir conne. » Je fronçai les sourcils et demeurai silencieux durant quelques secondes, avant de soupirer doucement et hocher la tête de façon négative, sans la quitter du regard. « Tu es loin d'être conne et je n'ai jamais pensé une chose pareille. J'espérais seulement faire au mieux. Et je me suis planté. L'erreur est humaine non ? » Demandai-je doucement, en lui lançant un regard sincèrement désolé. Je n'étais pas du genre à demander pardon avec autant de sincérité et d'insistance. Mais j'étais tout de même capable de reconnaître mes torts. Et dans l'histoire, j'en avais quand même pas mal.

Et après qu'elle eut mentionné son entretien d'embauche qu'elle pensait avoir réussit, je lui proposai de sortir boire un verre pour fêter ça. Evidemment, elle était loin d'être assez stupide pour manquer ma connerie. J'avais affirmé ne pas avoir la tête à faire la fête, avant de finalement l'inviter elle. Au lieu d'être flattée de suite, comme l'aurait été une autre personne sans doute, elle se vexa aussitôt en s'imaginant qu'elle était ennuyeuse à mourir. C'était fou de voir quelle basse estime elle avait d'elle et combien de temps elle passait à se rabaisser plus bas que terre. Alors que c'était tout le contraire dans mon esprit. Elle était trop bien pour moi. Trop bien pour s'intéresser à un type tel que moi en tout cas. Et pourtant, elle le faisait. Elle avait eut le béguin pour moi. Pour moi, sérieusement !? C'était sans doute la première fois que ça m'arrivait. D'ordinaire, les femmes n'avaient que trop conscience de quel genre de type j'étais et prenaient la fuite aussitôt que nous avions quitté le lit dans lequel nous venions de passer une nuit, une seule. Et ce n'était vraiment pas moi qui m'en plaindrais. Tout au contraire même, puisque je ne désirais rien de plus que du sexe occasionnel. Ca se saurait si j'étais du genre à être en couple, depuis le temps. Mais quand bien même je ne tenais pas à être en couple et ne pouvais donc me permettre de coucher avec Léa, je voulais au moins arranger les choses entre nous. Puisqu'elle était quand même la soeur de mon meilleur pote et vivait désormais dans la même ville que nous. Ce qui signifiait que je risquais de la croiser très souvent. Non pas que sa présence me pesait d'une façon ou d'une autre et me dérangeait. Elle me plaisait même un peu trop. Et je savais que c'était un risque que les choses dérapent entre nous. Surtout quand nous nous trouvions seuls à l'appartement, comme c'était justement le cas là. Quoi qu'au vu de son comportement et de la distance qu'elle mettait, à son tour, entre nous, je doutais que les choses puissent déraper d'aucune façon que ce fut. J'attendais d'ailleurs toujours sa réponse pour savoir si elle acceptait ou non de sortir boire un verre avec moi. Quelque chose me disait que tout n'était vraiment pas gagné pour que les choses reviennent à la normale entre nous. Et c'était sacrément frustrant ! « D'accord, va pour un verre, après tout tu me dois bien ça ! » J'arquai un sourcil en me demandant si c'était une nouvelle pique de sa part ou si elle le pensait juste sincèrement. « On va dire que oui. Si c'est la seule façon pour que tu acceptes cette invitation ... » Répondis-je calmement, sans parvenir à me forcer à sourire cette fois ci. Après un court moment de silence, je récupérai le jus de fruit et mon verre, toujours sur la table. « Tu vas te changer ou tu restes comme ça ? » Demandai-je en baissant, sans trop réfléchir, un regard appréciateur sur son corps moulé dans sa tenue léopard. Avant de me reprendre et me détourner pour ramener mes effets dans la cuisine. Je ne tenais pas à me faire une nouvelle fois agresser par la jeune femme et sa rancune. Sans doute s'imaginait-elle déjà que j'étais prêt à tout pour la prendre une bonne fois pour toute, avant de l'abandonner lâchement. Je ne voulais pas lui donner raison sur ce point !

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Dim 7 Avr - 8:59



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« Tu es loin d'être conne et je n'ai jamais pensé une chose pareille. J'espérais seulement faire au mieux. Et je me suis planté. L'erreur est humaine non ? »

Malgré le fait que je me posais mille et une question ces derniers temps, je n'arrivais pas à douter de sa bonne foi. C'est fou quand même, il y a à peine une heure, je l'aurais écartelé sur place et maintenant c'est limite si je n'ai juste pas envie de tirer un trait sur toute cette histoire. Je déteste me sentir coupable pourtant c'était bien ce que je ressentais en cet instant. Avais-je été trop méchante avec lui ? Bordel Léa réveille toi, il te manipule pour obtenir plus facilement ton pardon … malgré ce que ma conscience essayait de m'expliquer, je n'arrivais pas à être d'accord avec elle. Suis-je comme ces femmes qui pardonnent à leurs copains ou époux quand ils sont violents avec elles ? Bon c'est peut être un peu exagéré les faits parce que même si Robin n'avait pas été très fair-play dans cette histoire, jamais il n'oserait lever la main sur moi, autant parce que ce n'est pas dans sa nature d'être violent, que parce qu'il risque cher à le faire. Mais ça me faisait quand même me poser la question sur moi, étais-je trop gentille ? Bon là je ne suis pas sûre qu'il me trouve très sympathique, mais en tant normal, je suis plutôt du genre à passer l'éponge sur beaucoup de choses, sauf si elles me dérangent vraiment. Je n'aime pas trop me prendre la tête sur n'importe quoi, je trouve que c'est ridicule, la vie est bien trop courte pour se genre de futilité. Et puis il faut savoir accorder le bénéfice du doute aux gens, non ? L'erreur est humaine … comme ce qu ce très cher Robin tente de m'expliquer. Qu'allais-je lui répondre ? Franchement je n'en savais rien, je ne savais même pas si je devais répondre. Je me contente donc de faire une petite moue avant d'hausser les épaules pour lui accorder ce point. Oui l'erreur est humaine et même si je m'en serais bien passé, il est vrai que ce n'était peut être pas volontaire de me blesser … Suis-je faible en lui accordant ce point ? Ou simplement réaliste ?

« On va dire que oui. Si c'est la seule façon pour que tu acceptes cette invitation ... »

On avait parlé de mon entretien d'embauche et du fait que je pensais l'avoir réussi. En tout cas de mon côté ça c'était plutôt bien passé, après cela ne voulait pas forcément dire que je m'imaginais avoir le poste mais je ne pouvais qu'être fière de moi et c'était tout ce qui comptait. Robin m'avait proposé de sortir boire un verre, ce qui divergeait avec ses propos quelques instants plus tôt. Je pensais qu'il n'avait pas la tête à sortir et maintenant il veut m'emmener boire un verre ? C'est moi ou il y a un truc qui cloche dans ses propos ? A moins que cette histoire le fait tellement chier qu'il est prêt à tout pour que ça s'arrange, se disant que s'il passait un peu de temps avec moi, j'arrêterais de lui en vouloir et il pourrait reprendre sa vie là où il l'avait laissé. Il y avait aussi la possibilité qu'il est vraiment envie d'aller prendre un verre avec moi, mais devais-je m'accrocher à cette éventualité ? C'est vrai après tout si je fais ça et qu'après il me prouve que j'avais tort de songer une seule seconde à ça, étant bien trop naïve, je ne sais pas si j'arriverais à encaisser. Un coup dans le dos, pas deux, je suis sympa mais il ne faut pas trop pousser. Je finis cependant par accepter, après tout, il me devait bien un verre pour se rattraper, même si de mon côté je n'avais pas spécialement d'idée derrière la tête. Bon je ne prétend pas que quand je le vois, je ne ressens strictement rien. J'ai toujours autant envie de lui, mais je sais que ce n'est pas raisonnable, c'est mieux ainsi, ne pas avoir couché ensemble est très certainement la meilleure chose qui nous soit arrivé, ainsi je n'aurais pas le cœur brisé à le voir me fuir parce que pour lui ce n'était qu'un coup d'un soir.

« Et si ce n'était pas la seule ? »

Où voulait-il en venir avec cette remarque ? J'ai un peu du mal à le suivre. Dois-je la prendre mal ? Pourtant son visage me paraît normal, donc ce n'est pas vraiment une critique, mais je trouve ça un peu étrange de dire cela. Il me demande si je veux aller boire un verre, je pense qu'il m'en doit bien un pour se racheter, ce qui n'est pas bien cher payé pour ce qu'il m'a fait je trouve. Mais après ça ne veut pas dire que je n'y vais que pour ça. J'ai vraiment envie de sortir, ça me changera les idées et ce n'est peut être pas forcément une si mauvaise idée de le faire avec Robin, au moins ça va effacer cette tension qu'il y a entre nous ou en tout cas je l'espère. Je sais que jusqu'à présent je n'ai pas vraiment aidé, mais j'ai quand même le droit de me venger un peu avant de tourner la page, non ?

« Tu vas te changer ou tu restes comme ça ? »

Nous venions donc de nous mettre d'accord pour sortir, je me levais donc pour aller poser mon livre dans ma chambre. Quand il me posa la question, je vis son regard s'attarder sur mes courbes et je ne pus m'empêcher de rougir légèrement face à cette question et surtout à son regard sur moi. Je baissais le mien et réfléchis quelques instants avant de répondre.

« Heu … non … non c'est juste une tenue d'intérieur … »

Ce n'était pas tout à fait vrai, je suis sûre que certaine la porte aussi à l'extérieur rien que pour allumer les mecs, mais moi ce n'est pas mon genre. Je me dirigeais donc vers ma chambre, laissant la porte ouverte et me plantais devant mon armoire. Qu'allais-je pouvoir enfiler ce soir ? Je ne devais pas mettre une tenue trop sexy ou trop habillée pour ne pas qu'il se fasse des idées sur mes intentions ou sur ce que j'espérais qu'il se passerait entre nous. Mais je ne pouvais décemment pas porter une tenue trop décontracte pour ne pas non plus lui faire croire que j'en avais rien à foutre de sa présence et que jamais plus il ne poserait ses mains sur moi. Rien que l'idée de penser à ses mains sur mon corps, je me sentis frémir.

« Par contre parler de se changer à une fille, c'est être prêt à attendre des heures avant qu'elle trouve une tenue adéquat ... »

Lui lançais-je de la chambre d'un ton amusé.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Dim 7 Avr - 15:42



Léa & Robin


Ce n'était pas de ma faute si j'étais un homme tout ce qu'il y avait de plus normal, qui fantasmais sur une femme des plus désirables et qui ne pouvais s'empêcher de la reluquer quand elle était dans les parages ... Ce n'était pas non plus de ma faute si, comme tout humain, je faisais des erreurs de parcours, plus ou moins graves ... Et c'était là ce que je tentais de faire comprendre à Léa. En partie parce que je désirais réellement me racheter et lui faire oublier mon comportement idiot de ces trois dernières semaines. Je ne mentais pas en affirmant que je regrettais ce long silence et tout ce qu'il avait impliqué. Et je savais que nous n'aurions pu vivre plus longtemps dans une telle ambiance et avec une telle tension. L'imaginer était déjà bien idiot. Malheureusement, je sentais que la jeune femme avait encore quelques réticences. Elle était plus têtue et rancunière que je ne l'avais d'abord cru. Mais ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle ne me pardonne ! Je ferais tout ce qui était en mon pouvoir pour que ça aille en ce sens là en tout cas. Même si j'allais, apparemment, devoir supporter sa colère et sa rancune. Parce que je sentais qu'elle allait m'en faire voir de toutes les couleurs et me rappeler mes erreurs et le fait que je n'aurais jamais du lui faire tout ce que j'avais osé lui faire. Certes, j'acceptais ça sans rechigner. Parce que je savais que j'étais le seul coupable dans l'histoire. Elle ... Elle n'était que la victime d'un coureur de jupons qui n'avait pu s'empêcher de l'embrasser, avant de se rappeler qu'il n'avait pas le droit de faire ça. Elle n'était que la jeune femme toute gentille et d'une grande naïveté, qui avait sans doute espéré plus qu'une nuit de débauche, avec l'homme pour qui elle avait eut, fut un temps, un petit béguin. Béguin qui avait forcément disparu depuis le temps. Chose que je ne pouvais que comprendre. Elle devait réaliser, petit à petit, que j'étais loin d'être un homme bourré de qualités en tout genre. Je n'étais pas le petit ami dont rêvaient toutes les femmes qui souhaitaient se mettre en couple. L'avantage, c'était que je le reconnaissais et m'en vantais même. Quand une femme décidait de passer la nuit avec moi, elle savait déjà à quoi s'en tenir. Elle se doutait que, aussitôt le soleil levé, j'aurais déjà pris la poudre d'escampette en la laissant derrière moi, sans aucun numéro pour me joindre. Bref, c'était là un comportement que Léa ne méritait pas. Or, je n'avais rien d'autre à lui offrir. Ou tout du moins, je ne m'en sentais pas capable. Et je ne voyais pas pourquoi je devrais me forcer, alors même que je ne croyais pas en l'amour et en ces conneries là. Un fait dont j'avais fais part à Léa justement. « Et si ce n'était pas la seule ? » Surpris, je relevai la tête pour poser le regard sur elle. Etait-elle en train de me dire qu'elle avait d'autres raisons pour avoir accepté ma proposition de sortir boire un verre ? Est-ce qu'elle avait vraiment envie de passer un moment avec moi ? L'idée me plaisait, bien évidemment. « Eh bien si tu as plus d'une raison d'accepter cette proposition, j'ose donc espérer que tu le fais avec plaisir. » Répondis-je avec entrain et sincérité.

Un moment plus tard, je me décidai enfin à me détourner pour ranger mes effets dans la cuisine. Ce faisant, je ne pu m'empêcher de la questionner sur la tenue qu'elle portait. Non pas qu'elle venait de créer un véritable fantasme en moi ... Mais presque ! Cette tenue qui mettait ses courbes délicieuses en valeur, me faisait un véritable effet. Et ça ne me dérangerait vraiment pas qu'elle sorte ainsi. Tout au contraire même. Je pourrais ainsi me rincer l'oeil tout à loisir. Comme le véritable pervers que j'étais, certes. Elle allait finir par vraiment ne plus pouvoir me supporter, si je continuais sur cette voie là. Le pire dans tout cela, était peut-être le fait que j'adorais la voir rougir sous mes compliments et mes regards appréciateurs. Je ne risquais pas de m'arrêter si je pouvais avoir ensuite le plaisir de contempler ses joues rougies et son regard qui se baissait. « Heu … non … non c'est juste une tenue d'intérieur … » Je ris doucement, sans pouvoir m'en empêcher. Une tenue d'intérieur ... Uniquement pour elle alors. La plupart des femmes que l'on pouvait croiser dans des lieux où faire la fête, adoraient mettre leur corps en avant avec des tenues comme celle ci. La plupart étaient de simples aguicheuses sans intérêt. Le genre avec lequel je passais une nuit ou deux avant de disparaître, parce qu'elle n'avait aucun autre intérêt. Mais certes ... Léa n'était vraiment pas comme ça. Elle mettait son corps en avant, sans passer du côté du vulgaire à montrer plus qu'il ne fallait. Et c'était sans doute l'une des principales raisons qui faisaient que je l'appréciais de façon aussi sincère et que j'étais aussi attiré par elle. Moins elle en montrait et plus je voulais en voir ... « Dommage ... » Murmurai-je d'une voix à peine audible, avant qu'elle ne disparaisse dans la chambre de son frère, devenue plus ou moins la sienne. Je laissai échapper un faible grognement en voyant qu'elle laissait la porte grande ouverte. Mon imagination ne pouvait que partir au galop, à tenter d'imaginer le moment où elle retirerait ses vêtements pour se retrouver dans des dessous que je devinais sexy sans trop l'être. Bon sang, il allait être vraiment difficile de me contrôler avec elle. Après m'être brièvement secoué pour retrouver mes esprits, je contournai le comptoir pour ranger le verre dans l'évier et le jus de fruit dans le frigo. « Par contre parler de se changer à une fille, c'est être prêt à attendre des heures avant qu'elle trouve une tenue adéquat ... » Je ne pu m'empêcher de plisser le nez à l'idée que je doive attendre aussi longtemps pour avoir le plaisir de sortir en sa compagnie. Après une brève hésitation, je me dirigeai vers la chambre et m'arrêtai dans l'encadrement, épaule contre le bois. Je pris le temps de la contempler de la tête aux pieds, avant de prendre la parole pour au moins signifier ma présence. « Tu veux de l'aide pour choisir, peut-être ... ? » Proposai-je l'air de rien, en songeant que je risquais de lui choisir une tenue qu'elle trouverait probablement trop sexy pour la porter à une telle occasion. Mais l'intention y était vraiment ...

©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Mer 10 Avr - 11:27



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« Eh bien si tu as plus d'une raison d'accepter cette proposition, j'ose donc espérer que tu le fais avec plaisir. »

Est-ce que je le fais avec plaisir ? Je crois que la question ne se pose même pas, c'était une évidence que je le fais avec le plus grand plaisir, comment pourrait-il en douter. Oui certes je lui en veux encore un peu, en même temps, trois semaines à le voir me fuir, j'ai eu largement le temps de me mettre pleins d'idées dans la tête, mais ça ne veut pas dire que je veux couper tous ponts avec lui. En fait, je crois que même si j'en avais envie, je ne pourrais pas le faire, jamais. Malgré ce qu'il m'a fait, il reste malgré moi mon béguin d'enfance et même si j'ai beau avoir envie de lui arracher les yeux de temps en temps, je crève d'envie de lui sauter dessus. Mais comment je peux encore en arriver là ? Pourquoi ne suis pas capable de me rendre à l'évidence qu'il n'est pas fait pour moi ? Pourquoi est-ce si compliqué ? Pourtant même lui le sait alors pourquoi pas moi ? Je pensais être le cerveau de la famille Tomassian, mais visiblement j'ai eu tort, je ne suis pas si maligne que ça vu que je tombe dans les bras du pire coureur de jupons que la terre est portée. Bon j'abuse peut être un peu, car j'en ai quand même rencontré dans ma vie des enflures et on ne peut pas vraiment dire que la définition sied parfaitement bien à ce cher Robin. Bon certes il n'est pas l'homme idéal, il en est même loin, mais il reste charmant, poli et foutrement canon … bon ça y est je perd de vu la base de cette soirée, se faire pardonner. Il ne cherche que ça … bon j'exagère encore un peu, il doit pas y avoir que ça, peut être qu'il prend vraiment plaisir à me parler et à passer du temps avec moi mais jamais nous ne reprendrons notre petite aventure là où nous l'avons laissé, sauf si je tiens vraiment à perdre le peu de raison qu'il me reste.

« J'ai beau certes t'en vouloir encore un peu, il n'en reste pas moins que j'apprécie ta compagnie alors oui c'est avec plaisir que j'accepte ta proposition »

C'est bien Léa, tu as compris ce que signifiait « femme mystérieuse » … j'ai décidément faux sur toute la ligne, je ne suis ni capable de vraiment lui en vouloir longtemps et en plus je lui balance tout ce que je pense. Je vais bientôt lui mettre à lui révéler que malgré toute cette histoire, je brûle toujours d'envie pour lui, comme ça je suis sûre de passer pour une pauvre fille en manque qui n'a rien dans la tête. J'ai un peu honte de moi, mais que voulez-vous quand il est dans les parages mon cerveau se met légèrement en veille, sans me demander ma permission cela va s'en dire. Mais que voulez-vous, quand je le vois me sourire, je fond littéralement. Quand je sens son regard se poser sur moi, je frissonne de plaisir. Quand je l'entend me complimenter, je perd littéralement pied … Bref je crains !

« On va dire que oui. Si c'est la seule façon pour que tu acceptes cette invitation ... »

On avait parlé de mon entretien d'embauche et du fait que je pensais l'avoir réussi. En tout cas de mon côté ça c'était plutôt bien passé, après cela ne voulait pas forcément dire que je m'imaginais avoir le poste mais je ne pouvais qu'être fière de moi et c'était tout ce qui comptait. Robin m'avait proposé de sortir boire un verre, ce qui divergeait avec ses propos quelques instants plus tôt. Je pensais qu'il n'avait pas la tête à sortir et maintenant il veut m'emmener boire un verre ? C'est moi ou il y a un truc qui cloche dans ses propos ? A moins que cette histoire le fait tellement chier qu'il est prêt à tout pour que ça s'arrange, se disant que s'il passait un peu de temps avec moi, j'arrêterais de lui en vouloir et il pourrait reprendre sa vie là où il l'avait laissé. Il y avait aussi la possibilité qu'il est vraiment envie d'aller prendre un verre avec moi, mais devais-je m'accrocher à cette éventualité ? C'est vrai après tout si je fais ça et qu'après il me prouve que j'avais tort de songer une seule seconde à ça, étant bien trop naïve, je ne sais pas si j'arriverais à encaisser. Un coup dans le dos, pas deux, je suis sympa mais il ne faut pas trop pousser. Je finis cependant par accepter, après tout, il me devait bien un verre pour se rattraper, même si de mon côté je n'avais pas spécialement d'idée derrière la tête. Bon je ne prétend pas que quand je le vois, je ne ressens strictement rien. J'ai toujours autant envie de lui, mais je sais que ce n'est pas raisonnable, c'est mieux ainsi, ne pas avoir couché ensemble est très certainement la meilleure chose qui nous soit arrivé, ainsi je n'aurais pas le cœur brisé à le voir me fuir parce que pour lui ce n'était qu'un coup d'un soir.

« Et si ce n'était pas la seule ? »

Où voulait-il en venir avec cette remarque ? J'ai un peu du mal à le suivre. Dois-je la prendre mal ? Pourtant son visage me paraît normal, donc ce n'est pas vraiment une critique, mais je trouve ça un peu étrange de dire cela. Il me demande si je veux aller boire un verre, je pense qu'il m'en doit bien un pour se racheter, ce qui n'est pas bien cher payé pour ce qu'il m'a fait je trouve. Mais après ça ne veut pas dire que je n'y vais que pour ça. J'ai vraiment envie de sortir, ça me changera les idées et ce n'est peut être pas forcément une si mauvaise idée de le faire avec Robin, au moins ça va effacer cette tension qu'il y a entre nous ou en tout cas je l'espère. Je sais que jusqu'à présent je n'ai pas vraiment aidé, mais j'ai quand même le droit de me venger un peu avant de tourner la page, non ?

« Dommage ... »

M'avait-il parlé ? J'ai cru entendre quelque chose mais de ma chambre j'ai bien peur de perdre la moitié de la conversation s'il ne se mettait pas à parler plus fort. Je ne sais pas si je dois lui demander de répéter ou s'il le fera de lui même s'il ne constate pas de réponse de ma part. Je décide de laisser ça pour le moment, j'ai un problème plus urgent sur le feu, que vais-je bien pouvoir mettre pour ce soir. Si je sortais avec Nicho et Robin, je mettrais quelque chose de simple pour rassurer mon frère, ne voulant pas qu'il passe la soirée à me surveiller et à gâcher la sienne. Mais là nous sommes seul, je peux donc me permettre quelque chose d'un peu plus joli, un peu plus sexy, sans trop en faire, je ne voudrais pas lui laisser passer un message involontaire même si soyons franc, s'il pensait que j'avais encore envie de lui, ça ne me dérangerais pas tant que ça, à part si pour lui c'était du passé. Non décidément il n'aurait jamais dû me parler de ma tenue, j'aurais bien été capable de partir comme j'étais vêtue et ne m'en rendre compte qu'une fois au bar. La gêne aurait duré quelques instants avant de s'envoler littéralement.

« Tu veux de l'aide pour choisir, peut-être ... ? »

Je ne m'attendais pas vraiment à le voir à l'encadrement de ma porte alors le son de sa voix me fit légèrement sursauter. Je tentais de calmer les battements de mon cœur, n'étant pas vraiment sûre qu'il provienne de la surprise, sentant que c'était bien autre chose. Sa simple présence me faisait accélérer le rythme cardiaque, alors imaginez le savoir dans ma chambre, en train de choisir avec moi mes vêtements. Le savoir au milieu de cette pièce, tout à côté de moi, j'en avais les frissons et je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire en coin et de me mordre la lèvre inférieure. Je tentais tant bien que mal de me retenir avant de me retourner vers lui.

« Avec plaisir, je suis curieuse de savoir ce que tu vas pouvoir me trouver ! »

Dois-je craindre son choix ? Et si je n'aimais pas, aurais-je le droit de lui dire non ? En théorie si c'est dans ma penderie c'est que j'aime, c'est presque évident, mais certains habits ne sont pas fait pour être porté au quotidien et d'autres en soirée. Je laissais glisser mon regard sur lui, de haut en bas et réalisais qu'il était toujours très bien habillé, je ne devais donc pas avoir peur des fautes de goût, mais si c'est trop sexy, vais-je oser le porter ?

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Ven 12 Avr - 20:41



Léa & Robin


J'étais conscient du fait que j'avais sans doute mis toutes mes chances avec Léa, en danger. Aucun doute qu'après ma réaction suite à notre baiser des plus passionnés, elle n'allait plus jamais me laisser l'approcher de trop près. Et c'était une chose qui me peinait, je devais bien le reconnaître. Non pas que je ne pensais qu'à l'éventualité où je pourrais lui faire l'amour comme j'en rêvais depuis qu'elle était revenue dans ma vie. Mais ... Je ne pouvais pas nier que j'aimais l'idée de pouvoir éventuellement me laisser aller un de ces quatre. Avec son entier consentement, bien entendu. Ca, c'était des plus évidents. Mais ce n'était sans doute plus d'actualité. Elle ne prendrait jamais le risque de me voir prendre la poudre d'escampette, dès que nous aurions couché ensemble. Tout en sachant qu'il y avait de grands risques pour que ça soit le cas, puisque j'étais tout à fait ce genre de mec là. La seule différence avec les enfoirés de ce genre, c'était que les femmes avec lesquelles je couchais, étaient parfaitement au courant de ce qui arriverait une fois que nous aurions fait ... Notre petite affaire. Je ne m'en cachais pas, que j'étais un séducteur qui aimait plaire, séduire et coucher avec la première jeune femme charmante qui me passait sous les yeux. Pouvait-on vraiment me reprocher de profiter autant de mon célibat que je pensais demeurer éternel ? Je pensais bien que non. Et la seule chose que je regrettais dans mon parcours, c'était le fait d'avoir fait de la peine à Léa. C'était bien là la dernière chose que j'aurais souhaité faire. Mais l'erreur était humaine et là je m'étais lourdement planté. Je le regrettais et comptais bien me rattraper désormais, en lui proposant d'aller boire un verre ensemble. Après qu'elle eut accepté, je cru que la seule raison qui la poussait à accepter, n'était pas franchement la meilleure. Mais elle me fit bien comprendre que ce n'était sans doute pas l'unique raison de son acceptation. De quoi me rassurer et me faire plaisir, je devais bien le reconnaître. « J'ai beau certes t'en vouloir encore un peu, il n'en reste pas moins que j'apprécie ta compagnie alors oui c'est avec plaisir que j'accepte ta proposition » De quoi me faire grandement plaisir, je ne pouvais pas le nier. J'étais même surpris par son soudain franc parler. J'aurais plutôt pensé qu'elle allait continuer à se venger, encore un bon moment. Au lieu de ça, elle m'annonçait tout simplement qu'elle aimait passer du temps en ma compagnie. Je n'avais donc pas vraiment tout foutu en l'air. Il y avait sans doute une amitié à sauver dans tout ce foutoir que j'avais moi même provoqué. J'étais secrètement soulagé de l'apprendre. Mais je ne devais pas crier victoire trop vite, je le savais bien. « Je ne te ferai pas regretter ta décision ... » Lui promis-je doucement, sans pouvoir dissimuler mon sourire sincère. Parce que j'étais on ne peut plus ravi de savoir que même si elle m'en voulait toujours un peu, on ne pouvait pas dire non plus qu'elle me détestait.

Un moment plus tard, après avoir mentionné sa tenue actuelle qui, je devais le reconnaître, était des plus attrayantes, je la regardais s'enfuir dans sa chambre pour se changer. Ce qui était assez dommage, parce que j'appréciais sincèrement son ensemble léopard moulant. Peut-être même un peu trop. Elle était indéniablement sexy, il fallait bien le dire. De sa chambre et alors que je rangeais le jus de fruit dans la cuisine, elle me fit comprendre qu'elle pourrait bien mettre du temps avant de trouver une tenue à enfiler. J'avais oublié ce léger détail qui visait à me rappeler que les femmes mettaient toujours trente plombes à se décider sur quoi porter, avec quelles chaussures, quelle coiffure et quel maquillage. Après une brève hésitation, je décidai de la rejoindre, bien que m'arrêtant dans l'encadrement de la porte, pour lui proposer mon aide. En tout bien tout honneur bien sûr ... Quoi que je ne pouvais pas nier que je ferais forcément un choix à même de nous plaire et nous satisfaire autant l'un que l'autre. Quitte à la mater toute la soirée -parce que je me doutais que c'était ce que je risquais de faire-, autant qu'elle soit dans une tenue sexy. Et que j'aurais même, tant qu'à faire, choisis moi même. J'eus un léger sourire amusé quand je la vis sursauter. Mais demeurais silencieux à attendre une réponse de sa part. Parce que ma proposition était parfaitement sérieuse. J'avais vraiment envie de l'aider à choisir une tenue pour aller boire ce verre ensemble. « Avec plaisir, je suis curieuse de savoir ce que tu vas pouvoir me trouver ! » Je ris doucement d'amusement et de ravissement qu'elle puisse accepter ma proposition. Ainsi, j'entrai dans la chambre et la rejoignis lentement. Sans vraiment réfléchir à la proximité entre nous et à l'effet que ça aurait sur l'un comme sur l'autre, je m'arrêtai presque contre elle. Mon corps frôlant doucement le sien. Quand j'en pris conscience, je me figeai et baissai un regard presque surpris sur elle. Je déglutis avec peine avant de me détourner pour regarder ses vêtements. « T'as presque autant de vêtements que moi ... » Plaisantai-je, bien que je fus des plus sérieux. J'étais un mec qui adorait prendre soin de lui et qui dépensait énormément en fringues, vestes et chaussures. Lentement et sans défaire trop ses vêtements, je pris le temps de les farfouiller pour les étudier. Je craignais qu'elle ne refuse une robe qu'elle jugerait trop sexy. Parce que trop courte, trop décolletée, trop moulante ou même d'une couleur trop frappante comme du rouge par exemple. Même si je pensais que ça lui irait à merveille, je la connaissais assez pour savoir qu'elle ne serait pas à l'aise dans une tenue trop sexy. Finalement, je sortis une robe jaune orangée, à la coupe cintrée sans être trop moulante, qui arrivait mi-cuisse et à l'encolure carrée. Sexy sans provocation. « Celle-ci ... » Lui proposai-je donc en pivotant pour me tourner vers elle et lui tendre la robe.

©fiche créée par Morphine


Celle ci ::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Dim 14 Avr - 11:39



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« Je ne te ferai pas regretter ta décision ... »

Me promit-il avec un sourire qui se voulait sincère. L'était-il ? Oui je pense qu'il l'était et de toute façon il n'avait pas d'intérêt de me mentir, je finirais forcément par le découvrir tôt ou tard. Je dois bien avouer que je me méfiais toujours un peu de lui mais la rancune et la colère commençaient vraiment à disparaître pour laisser place à une certaine méfiance volontaire. Je devais rester prudente, j'avais été à deux doigts de me brûler les ailes avec lui et il m'avait prouvé que cela aurait été la pire décision que j'aurais prise. Je ne devais donc pas laisser mes émotions et sentiments reprendre le dessus sinon je risquais de le regretter une seconde fois. Robin n'est pas un homme pour moi, quand j'aurais enfin compris ça, je pense que ça ira mieux. Pour le moment j'ai beau le savoir, je n'arrive pas à complètement intégrer l'information, comme si mon corps avait besoin de preuves pour le comprendre, comme s'il fallait que je me perde avec lui pour qu'il me brise le cœur. Je n'ai pas envie de passer ma vie à lui en vouloir et à m'en vouloir d'avoir été si idiote. Je ne veux pas appréhender les moments où nous serions obligés de nous croiser ou de passer un moment ensemble avec Nicholas. Je ne veux pas devoir le fuir dès que je le peux ou être amer à chaque fois que je penserais à lui. Il est un trop beau souvenir de mon enfance pour avoir envie de le gâcher ainsi. Je dois donc être forte et rester sur mes positions, je suis sûre que je peux le faire …

« J'y compte bien »

Lui répondis-je avec un demi sourire avant de m'éclipser dans ma chambre pour changer de tenue. Je suis sûre qu'il aurait certainement adoré me voir rester dans celle que je portais pour l'instant mais si je voulais pouvoir rester sur ma décision de ne pas me laisser aller une nouvelle fois à ce petit grain de folie de la dernière fois, il fallait que j'y mette aussi du mien, donc pas de tenue trop sexy. Je ne comptais pas non plus m'habiller en grand mère ou en nonne pour lui faire plaisir, il ne fallait pas trop pousser. J'ouvrais donc en grand mon armoire et je restais postée devant un long moment, signalant au passage à ce cher Robin que je risquais de mettre du temps avant de trouver ce que j'allais pouvoir porter. Franchement tout me plaisait et me déplaisait en même temps, c'est du jamais vu. J'avais peur de faire une faute de goût, sachant pertinemment que j'avais une sorte d'expert à côté de moi dans les tenues. Il était toujours très bien habillé, je ne pouvais donc pas trop me permettre de mettre un haut et un bas qui n'allait pas ensemble ou qui n'était franchement pas joli. J'eus le plaisir cependant de découvrir un Robin à l'entrée de ma chambre prêt à me porter secours.

« T'as presque autant de vêtements que moi ... »

Mon cœur rata un battement de le voir entrer dans ma chambre pour la première fois. Il s'approcha de moi, très près, peut être un peu trop près pour que ce soit raisonnable. Son corps frôla le mien et m'affola complètement. Je le vis se figer et me regarder mais je ne m'aperçue pas qu'il venait de déglutir, pour moi, il venait juste de constater que sa présence trop proche à mes côtés me rendait un peu nerveuse et je devais passer pour une belle idiote. Je détournais rapidement mon regard et il fit de même, ainsi concentrés sur ce que nous avions devant, je me disais qu'il allait oublier que j'étais qu'une gamine bien sensible. Sa remarque sur le nombre de mes vêtements comparable au sien me fit légèrement rire.

« Je ne sais pas si je dois m'inquiéter ou être flatter …  »

Lui répondis-je amusée. Pour ma part cela ne me dérangeais absolument pas qu'il est beaucoup de vêtements, cela prouvait qu'il était de ce qui aimait prendre soin d'eux et c'était très bien, pourquoi n'y aurait-il que les filles pour faire ça ? J'observais en même temps que lui les vêtements qu'il prenait dans ses mains avant de les reposer soigneusement et je me demandais un peu nerveusement comment il les trouvait. Pas trop ringards ? Pas trop provocateurs ? Pas trop moche ? Je ne pensais pas avoir un style vieillot ou laid mais sait-on jamais, peut être que finalement je n'étais pas si mode que je ne le pensais.

« Celle-ci ... »

Il finit par me sortir une robe et je fus soulagée de voir que ce n'était pas une des plus sexy que j'avais, ni une des plus classique. Cintrée, coupe proche du corps sans trop l'être, colle carré qui descendait pile comme il le fallait pour donner du style et de l'élégance sans trop en faire, j'approuvais totalement son choix. Elle montrait juste ce qu'il fallait de mes jambes sans trop être provocatrice, ce que j'aimais. J'assumais entièrement mon corps mais j'aimais pouvoir offrir plus que ce que je montrais en général à mon petit ami, histoire qu'il se sente quand même privilégié, ce qui était le but finalement. J'ai toujours entendu dire à ma mère que moins j'en faisais voir et mieux c'était pour l'imagination des hommes qui se bousculeraient tous au portillon pour avoir le privilège de pouvoir admirer mes courbes parfaites en exclusivité. Cela m'avais toujours beaucoup amusé mais finalement j'avais pris le parti de l'écouter et je ne pense pas avoir eu tort.

« Parfaite, merci ! … je vais l'enfiler de ce pas »

Je n'étais pas spécialement pudique mais me montrer en sous-vêtement devant lui je ne pense pas que c'était une bonne idée, ça risquerait de nous donner plus d'idées que ce qu'il faudrait … même si elles étaient déjà bien encré dans ma tête …

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Lun 15 Avr - 17:52



Léa & Robin


Si je ne faisais que rarement des promesses, ce n'était pas pour rien. En effet, comme j'étais du genre assez instable à ne jamais être bien certain de ce qu'il souhaitait, je préférais ne rien promettre pour être certain de ne pas briser de promesse faite. Ca évitait bien des problèmes et des mésententes avec qui que ce soit. Et pourtant, quand bien même j'étais du genre super prudent à ne pas promettre à tout va, à tort et à travers, je venais de faire une promesse à Léa elle même. Tout simplement parce que j'étais plus que certain d'être en capacité de la tenir et parce que j'avais besoin qu'elle sache que j'étais également capable de ça. Je n'étais pas uniquement un mec totalement irresponsable, qui passait son temps à faire tout et n'importe quoi et à vivre sans se poser la moindre question ni se soucier des autres. Elle faisait partie des personnes de qui je me souciais sincèrement. Et je ne voulais pas qu'elle pense tout le contraire. Ainsi, je voulais passer une soirée totalement innocente et simple avec elle, pour lui faire comprendre que j'étais sincèrement désolé pour ces trois semaines de silence que je lui avais littéralement imposées. Une soirée le plus innocente possible en tout cas ... Pas certain qu'elle le soit entièrement, tant mon désir pour elle n'avait pu s'estomper totalement. Il me faudrait davantage de temps pour que cela arrive. « J'y compte bien » Je souris en coin et ne pu m'empêcher de la suivre du regard quand elle fila en direction de sa chambre. Je ne pouvais m'empêcher de remarquer combien les formes de son corps étaient mises en valeur par ses "vêtements d'intérieur". Non, clairement, ces trois semaines n'avaient en rien changé l'intensité de mon désir pour elle. Il n'était même que plus fort encore. Et j'étais frustré rien qu'à l'idée que je ne pourrais jamais répondre à ce foutu désir incontrôlable. Quand elle me fit remarquer qu'elle pourrait bien prendre beaucoup de temps pour choisir une tenue pour cette soirée, je ne me fis pas prier pour la rejoindre dans sa chambre et venir me tenir près d'elle. Bien trop près ... Mais me reculer paraîtrait sans doute suspect. Alors je demeurai là, tout près d'elle, pendant que j'étudiais le contenu de ses placards. Ses vêtements étaient aussi simples que chics et légèrement sexy. Jamais rien dans l'excès. C'était parfaitement en adéquation avec son tempérament. Mais ce que je remarquai le plus, ce fut la quantité de fringues. Sans doute autant que moi. Ou bien à peine plus. Je souri en coin à son rire, songeant que j'étais rassuré de l'entendre retrouver sa bonne humeur habituelle. Et c'était encore mieux si j'en étais l'origine. « Je ne sais pas si je dois m'inquiéter ou être flatter … » Je ris doucement à mon tour et lui lançai un regard amusé. « Ce serait plutôt à moi de m'inquiéter. Un type avec autant de fringues, c'est bizarre. »

Mais j'aimais m'habiller avec un minimum de goût. Je ne pensais pas que l'on puisse me le reprocher. J'étais ce que j'étais et je l'assumais entièrement. Et j'emmerdais ceux à qui ça ne plaisait pas. Finalement, mon choix pour elle se porta sur une jolie petite robe jaune pâle, à la coupe classique et sexy à la fois. Je la lui tendis et eus un sourire en coin en sentant qu'elle était soulagée. Sans doute s'était-elle imaginée que je ne pouvais que lui choisir une tenue la plus sexy et provocante possible. Si tel était le cas, je ne pouvais lui en vouloir. Pour la simple et bonne raison que j'étais bien le genre de type à remarquer surtout les femmes qui portaient des fringues qui couvraient peu leur corps. Mais c'était uniquement parce que je pensais qu'elles étaient celles qui se foutaient de n'avoir que de très brèves aventures et qui ne cherchaient pas la longue et magnifique relation amoureuse. Contrairement à Léa qui, selon moi, aimait être sexy et jolie sans en faire trop non plus. Elle n'avait pas besoin de cela de toute façon. Et puis elle était naturellement belle, contrairement à d'autres qui avaient besoin d'artifices. « Parfaite, merci ! … je vais l'enfiler de ce pas » Je hochai faiblement la tête et la regardai un moment, avant de comprendre qu'il était fort probablement le moment de quitter la pièce, pour la laisser se changer tout à loisir. Aucun besoin que je précise que j'aurais préféré demeurer là et la voir se mettre en sous vêtements avant d'enfiler sa robe. Mais il était clairement préférable que je foute le camp avant que ça ne soit le cas. Je risquerais de ne pouvoir me tenir bien longtemps, si jamais je la voyais aussi peu vêtue. « Oh ! Là c'est le moment où je disparais ! » M'exclamai-je en me redressant pour pivoter sur place et quitter la pièce au plus vite. Je pris la peine de fermer la porte derrière moi, avant de filer dans ma propre chambre pour me changer à mon tour. J'enfilai un jean slim noir et une chemise un poil transparente, de la même couleur. Je pris également le temps de me coiffer pour ramener mes cheveux en l'air comme j'aimais souvent à le faire, à grands renforts de gel. Je ne savais même pas pourquoi je me souciais autant de mon apparence pour cette soirée, alors que nous devions demeurer les plus sages possibles ... Quoi qu'il en soit, je le faisais. Et une fois près, je regagnai le salon, récupérai ma paire de Rangers que j'enfilai et dans lesquelles je glissai l'ourlet de mon pantalon. Je me tournai ensuite vers la jeune femme quand elle sortit de la chambre, affichant un sourire des plus sincères. « Prête ? » Demandai-je avant de prendre le temps de l'étudier du regard, de la tête aux pieds. Sans même chercher à m'en cacher. A quoi bon faire semblant de ne pas remarquer combien cette robe lui allait à ravir et combien elle était époustouflante ?

©fiche créée par Morphine

Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Mer 17 Avr - 16:21



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« Ce serait plutôt à moi de m'inquiéter. Un type avec autant de fringues, c'est bizarre. »

Oui peut être que pour la plupart des gens s'étaient le cas mais pas pour moi. J'aimais bien l'idée qu'un homme puisse avoir autant de choix qu'une femme, pourquoi tant de discrimination ? Pourquoi un homme ne pouvait-il pas prendre soin de lui ? S'acheter des fringues qu'il aime et prendre un peu plus de temps que prévu pour se préparer en vue d'une sortie ? Je ne cherche pas spécialement quelqu'un qui met deux heures dans la salle de bain chaque jour et qui serait limite plus féminin que moi, mais je ne cherche pas non plus un homme qui sort tout droit de sa forêt. Non pas que les bûcherons ne peuvent pas avoir un côté sexy, mais il y a encore des limites. J'aime bien l'idée de savoir que ce que je vois devant moi à l'heure actuelle c'est le résultat d'un entretien quotidien. Je ne prétend pas que si Robin ne le faisait pas il serait laid, mais au moins sa perfection avait un semblant de raison, c'était toujours ça. Bon après s'il pouvait être moins parfait ça m'arrangerais personnellement mais on va encore dire que je joue les difficiles. C'est vrai après tout qui ne rêverait pas d'avoir un gars comme lui à ses pieds ? Bon je ne prétend pas qu'il est vraiment à mes pieds, mais il m'a quand même avoué que je lui plaisais, ce qui était loin de ce que je pensais. Est-ce que je lui plais toujours ? Il a quand même passé trois semaines à m'éviter, ce n'est quand même pas rien. Cela dit il tente maintenant de se racheter, c'est peut être un signe … qu'est-ce que cela change finalement ? Vu que je n'ai pas le droit de le désirer ou plutôt ce n'est pas dans mon intérêt de le faire …

« Ca prouve juste que tu aimes prendre soin de toi et que tu ne fais pas parti de ces gars qui pensent que ce n'est réserver qu'aux filles ! »

Lui répondis-je avec un beau sourire, posant mes yeux dans les siens quelques instants, avant de détourner mon visage, ne voulant pas voir qu'il me troublait toujours autant. Je n'étais pas possible quand je m'y mettais, il n'y avait pas à dire, j'étais incurable. Mais en même temps comment peut-on mettre fin aussi rapidement à une obsession vieille de son enfance ? Franchement moi je n'avais pas la réponse et je doutais qu'elle existe vraiment. On ne peut pas faire une croix aussi facilement sur une personne, même si c'est pour notre bien, c'était bien plus compliqué que ça. Je sais qu'il n'est pas fait pour moi, il me l'a prouvé, mais pourtant, je sais qu'au fond de moi, il y a encore une part de moi-même qui doute de cette affirmation et qui serait prêt à prouver le contraire. Je ne prétend pas pouvoir le changer parce qu'on ne change pas une personne sans risquer de le regretter un jour, mais peut être que finalement, il arrive un jour où l'on se dit que ce qu'on a jamais eu envie de faire pendant toutes ces années vient de changer et que l'envie de se mettre en couple, rien que pour voir si ce n'est vraiment pas fait pour lui lui viendra et que ce sera avec moi. Trop naïve me dites-vous ? Oui peut-être mais est-ce vraiment mal d'y croire ?

« Oh ! Là c'est le moment où je disparais ! »

Encore une fois je rougie en esquissant un petit sourire amusé. Il a tout compris c'est le moment où il me laisse me changer ? Non pas que j'ai honte de mon corps ou que ce serait vraiment grave que Robin me voit en sous-vêtement mais soyons réaliste, ce n'est pas très sérieux, ça ouvre des portes qu'on aurait préféré laissé fermer. Je l'entend fermer la porte et je ne peux m'empêcher d'esquisser un énorme sourire, j'avais la sensation d'être portée sur un petit nuage, je n'étais pas croyable. Voyez en moi la gamine éperdument amoureuse de lui qui voit enfin une occasion en or de se faire remarquer de lui et vous serez dans le vrai. Parfois j'ai envie de me donner des claques mais pour le moment j'étais trop excitée par cette soirée que j'en oubliais la prudence ou le fait qu'il n'était pas fait pour moi.

« Prête ? »

Je sortie de ma chambre une fois changée, vêtue de la fameuse robe dans les ton jaune, orangé que Robin m'avait choisi, assortie avec des chaussures à talon dans les mêmes ton que j'avais été ravie de dégoter un jour à Paris quand je faisais les boutiques avec une amie. Je portais une pochette dans les mêmes ton en guise de sac. Quand je levais les yeux vers Robin je découvris qu'il s'était changé lui aussi et il portait maintenant un ensemble noir, dont le haut légèrement transparent me faisait déjà fantasmer. C'était mal je le sais, mais rien que l'idée qu'avec certains effet de lumière je pouvais y voir à travers me rendais toute chose. Il avait porté ses cheveux en arrière et je n'arrivais pas à lui trouver un défaut, avec ses beaux yeux bleus qui ressortaient diablement trop à mon goût.

« Oui ! Où allons-nous ? »

En fait je m'en moquais un peu du lieu, tout ce qui comptait c'était qu'on y était tous les deux. Je vous avouerais bien volontiers que l'idée que d'autres filles me voient en sa compagnie et que – l'espoir fait vivre – je sois l'unique objet de son attention durant toute la soirée me comblais de joie et me rendais toute euphorique. Ce n'était pas vraiment dans mes habitudes de me vantée ou autre mais je ne sais pas, cette fois c'était différent, comme si j'arrivais à faire croire à tous le monde que j'étais exceptionnelle à ses yeux et que j'étais la seule à l'avoir dompté … alors que soyons sérieux, ce n'était pas prêt d'arriver de si tôt.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Ven 19 Avr - 22:01



Léa & Robin


Le simple fait de désirer Léa, c'était déjà plus que ce qui m'était explicitement autorisé par mon meilleur ami. S'il apprenait que je désirais réellement sa soeur, il risquait de me démolir tout entier. Mais si j'avais eus la capacité de contrôler cette envie que j'avais d'elle, il était évident que je l'aurais fais depuis longtemps. Au lieu de ça, j'avais presque l'impression d'être la victime d'un désir que je ne parvenais pas à garder pour moi ou même à minimiser. Une victime des plus consentantes, je ne pouvais pas le nier. A quoi bon essayer de le faire, de toute façon ? Ce serait parfaitement idiot. Bref, la seule chose qui m'empêchait encore d'aller plus loin, c'était le fait que j'avais déjà -semble-t-il- blessé Léa au moins une fois, au cours de ces trois dernières semaines. En la fuyant et l'évitant comme si elle était responsable de tout ou que je regrettais totalement notre baiser. Ce qui était bien loin de la vérité. A vrai dire, si c'était à refaire je referais sans doute exactement la même chose. J'avais encore la sensation de ses lèvres contre les miennes et de ses courbes pressées contre mon corps qui ne quémandait plus qu'elle. Ce n'était plus une simple petite envie que j'aurais pu penser simplement passagère. C'était davantage un véritable besoin, face auquel je ne savais comment faire face. D'autant plus que désormais, il me semblait que je n'avais plus la moindre chance de pouvoir un jour passer ne serait-ce qu'une nuit avec la jeune femme qui logeait actuellement dans mon appartement. De toute évidence, j'avais ruiné mon unique chance en la fuyant comme je l'avais fais. « Ca prouve juste que tu aimes prendre soin de toi et que tu ne fais pas parti de ces gars qui pensent que ce n'est réservé qu'aux filles ! » Si je fus d'abord surpris par cette réponse de sa part, je ne pu m'empêcher de sourire légèrement après un court instant. Elle n'était donc pas de ces femmes qui ne comprenaient ces hommes qui aimaient simplement prendre soin d'eux, sans que ça ne vire à l'obsession totale. Je ne me voyais pas négliger totalement mon look. Comme je ne me voyais pas non plus en faire trop en me mettant des crèmes et autres conneries du genre. J'étais simplement entre deux. Je faisais attention à avoir toujours des tenues assorties et dans mon style et à avoir une coupe de cheveux qui ne ressemblait pas à rien. J'étais ainsi depuis que j'avais décidé de devenir quelqu'un et de cesser de me faire écraser en disparaissant dans le moindre coin d'ombre qui se trouvait sur mon chemin. Je pouvais devenir quelqu'un, il fallait simplement que j'accepte de le croire. C'était désormais chose faite me semblait-il. Mais ça ne m'empêchait pas de faire des erreurs ... Parce que l'erreur était humaine disait-on. Ainsi, j'avais quelques regrets. Le dernier en date, était celui d'avoir fait du mal à Léa. « Et apparemment, tu ne fais pas partie de ces filles qui pensent que prendre soin de soit, est uniquement pour les femmes ... » Affirmai-je en lui lançant un regard taquin.

Un bref instant plus tard, alors que je venais de lui dégoter la robe parfaite parmi toutes ses fringues, je compris qu'il était temps pour moi de quitter la pièce. Je doutais fortement qu'elle ait envie de se mettre à demi nue devant moi. Ne serait-ce que parce qu'elle était consciente du risque qu'il y avait, que je sois incapable de résister assez pour me retenir de lui sauter littéralement dessus. Mon désir d'elle était déjà bien assez fort quand elle était vêtue ... Inutile d'aller aussi loin et de jouer autant avec le feu. Une fois que je fus hors de la chambre, je pris le temps de me changer également et de donner un peu de tenue à mes cheveux, à l'aide d'un peu de gel. Histoire de ne pas ressembler à un épouvantail, alors que j'aurais très certainement la plus belle femme du coin, à mon bras. Bientôt, elle me rejoignit alors que je l'attendais dans le salon. Et je pris le temps de l'étudier du regard, de la tête aux pieds, en lui demandant si elle était prête à y aller. Mon regard s'attarda sur ses chevilles fines, longea ses interminables jambes parfaitement galbées, parcourut l'arrondi de ses hanches, le creux de sa taille, la rondeur de ses seins, ses épaules découvertes, sa gorge délicate, et enfin son visage. Dire qu'elle était la plus belle femme du coin, était un euphémisme. Elle était sans doute la plus belle femme qu'il m'ait été donné de voir jusqu'à présent. Et j'en avais pourtant croisé pas mal dans ma vie ... « Oui ! Où allons-nous ? » Sa voix, bien que douce et délicate à son image, me ramena doucement sur terre. Je plongeai mon regard bleu dans le sien, tout aussi bleuté, avant d'afficher un faible sourire en coin et lui offrir un clin d'oeil. « Et la surprise dans tout ça ? » La taquinai-je avant de me lever et m'approcher de la porte, pour la lui ouvrir. Une fois au dehors, je posai une main dans son dos pour la guider jusqu'à ma voiture. Pas trop bas pour qu'elle ne s'imagine pas que j'étais un foutu pervers qui ne pensait qu'à ça. Et pas trop haut pour ne pas sembler totalement indifférent à elle. Parce que ce n'était pas le cas du tout. Après avoir tenu la portière ouverte pour qu'elle monte à bord de mon auto, un court trajet suivit. Suffisamment court pour que le retour puisse parfaitement se faire à pied, si jamais aucun de nous ne pouvait conduire. Même si je doutais que nous en arrivions à de telles extrémités. Nous nous arrêtâmes devant un petit pub dans lequel il m'arrivait de passer quelques soirées de temps à autre. Branché sans en faire trop. Encore une fois, j'eus un réflexe des plus galants, quand je quittai la voiture et allai de son côté pour lui ouvrir la portière. Des gestes que je n'avais pas forcément avec toutes les femmes. Mais je gardais à l'esprit que Léa méritait le meilleur. « J'espère que ça te conviendra ... »

©fiche créée par Morphine

Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Dim 21 Avr - 20:59



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« Et apparemment, tu ne fais pas partie de ces filles qui pensent que prendre soin de soit, est uniquement pour les femmes ... »

Non en effet je ne faisais pas partie de ces femmes qui jugeaient les hommes qui prenaient soin d'eux et qui étaient intimement persuadées qu'ils étaient tous de l'autre bord. Pourquoi un homme qui prend un tant soit peu soin de lui était forcément homosexuel ? Je ne voyais pas le rapport, certes se furent les premiers qui assumèrent en premier ce côté là de leur personnalité, mais cela ne veut pas dire que cela leur était exclusivement réservé. J'avais un peu de mal à comprendre les gens bornés mais je crois que finalement j'avais pris le parti de les ignorer et de rester dans mon monde parfait de poney arc en ciel, au moins dans mon monde merveilleux, on ne jugeait pas les gens pour un rien, on leur laissait une chance de faire leur preuve, ce qui était tout de même le minimum je pense à faire dans la vie. Mais au vu de ce que je constatais, c'était relativement rare finalement et fort dommage à mon sens.

« En effet, l'égalité pour tous, ça concerne aussi ce domaine. »

Ce me faisais marrer d'entendre des femmes parler d'égalité, de parité, mais quand on creusait un peu la discussion pour voir sortir leurs idées, on se rendait compte que cela ne concernait que des domaines bien précis et qui les arrangeaient, rien de plus. Alors certes avoir le même salaire qu'un homme dans la même position que soit c'est aussi ce que je veux, mais qu'un homme puisse avoir la même période d'arrêt pour pouvoir s'occuper de son enfant à l'instar de sa femme, je trouverais ça tout à fait logique, après tout pourquoi serait-ce forcément la femme qui le voit grandir et qui l'éduque, ils l'ont quand même fait à deux non ? Les femmes se plaignent constamment de devoir tout faire pour leurs gosses et toujours avoir le mauvais rôle dans l'histoire car c'est elles qui les punissent tandis que leurs maris passent pour des sauveurs car ils se contentent de s'amuser avec eux, mais s'ils avaient l'occasion de passer plus de temps avec leurs enfants, les rôles seraient plus équilibrés et il existerait peut être un peu moins de mères poules. Enfin je pars peut être un peu loin, je suis loin de devenir mère et visiblement ça ne risque pas d'arriver de sitôt. Cela dit je ne suis pas spécialement pressée, j'aimerais l'être un jour c'est sûre, mais je n'ai que 23 ans, j'ai envie de profiter un peu de ma vie avant de vouloir devenir sérieuse.

« Et la surprise dans tout ça ? »

Nous avions pris un instant pour choisir ma tenue, il m'avait proposé son aide et j'avais pris plaisir à l'accepter, étant curieuse de savoir ce qu'il allait pouvoir me choisir. Je dois bien avouer que j'avais un peu peur de la tenue qu'il allait choisir, ne pouvant décemment pas la refuser mais risquant d'être fort mal à l'aise durant la soirée parce que j'aurais l'impression d'être à moitié nue ou indécemment habillée. N'allez pas croire que je n'apprécie pas d'être sexy, je ne suis pas si prude et ma garde robe pourrait en attester, mais de là à me promener à moitié à poils en ville rien que pour allumer un mec, très peu pour moi, je connais mes atouts et je sais que je n'ai pas forcément besoin de ça pour « emballer ». Qui plus est ce soir le but n'est pas d'emballer mais de passer une bonne soirée en compagnie d'un homme qui n'était malheureusement pas pour moi, mais ça personne ne le saurait, je pourrais quand même jouer sur le fait d'être en sa présence et d'avoir l'air importante à ses yeux même si cela ne l'était pas. Une fois fois vêtue d'une tenue que j'appréciais et dans laquelle je me sentais bien, je lui demandais où nous allions. Il décida de jouer l'homme mystérieux et étrangement j'adorais ça. Je le laissais donc me guider vers l'endroit où nous passerions une bonne soirée. Il m'ouvrit la porte après m'avoir lancé un clin d'oeil et il m'accompagna jusqu'à sa voiture, posant une de ses mains dans le bas de mon dos. Une sensation étrange mais fort agréable me parcourue l'échine et me donna un léger frissons d'extase. Je m'installais dans la voiture et le laissais me conduire jusqu'à un petit pub pas très loin de chez nous, parfait si je devais partir vite et sans loin pour une raison X ou Y.

« J'espère que ça te conviendra ... »

Il alla jusqu'à m'ouvrir la portière et je ne pus m'empêcher de lui sourire, complètement conquise, même si je ne le devais pas, après tout ce n'était pas grand chose, des gestes élégant, une simple politesse, rien de plus et pourtant … J'avais vraiment l'impression d'être une princesse ce soir et il jouait le rôle du prince et j'étais complètement aux anges. J'étais dans mon élément et même si mon prince n'était pas mon prince charmant, je crois que j'aurais dû mal à ne pas faire l'impair et le confondre avec , surtout s'il continuait comme ça toute la soirée.

« C'est parfait, ça fait un moment que je voulais venir mais je n'ai jamais pris le temps … »

Ce qui était entièrement vrai, on m'en avait déjà parlé mais jusqu'à présent, je n'avais pas encore pris la peine de le tester, me rendant le plus souvent dans des lieux qui m'étaient familiers, c'était donc une parfaite occasion pour voir si c'était vrai qu'on pouvait y passer une bonne soirée. Je ne pouvais pas être mieux accompagnée que ce soir, ça commencé bien … peut être trop.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Mar 23 Avr - 19:40



Léa & Robin


Interdiction de craquer et de répondre aux envies inavouables que provoquait la bombe blonde à mes côtés, chez moi. Et pourtant, plus je la regardais, plus je passais de temps en sa compagnie, plus je la découvrais ... Et plus j'en crevais littéralement d'envie. Elle était tentante dans tous les sens du terme et à bien des égards. Elle était sexy, belle comme un coeur, drôle, intelligente, aimable avec tout le monde, souriante ... Bref, comment ne pas succomber devant cette fille là ? Si j'avais été un mec fait pour elle, il était évident que j'aurais déjà tenté ma chance depuis bien longtemps. Mais ce n'était pas le cas ... Je n'étais absolument pas un mec fait pour elle. Et c'était bien pour ça que je tentais de garder mes distances au moins un minimum. L'inviter à boire un verre pour fêter son entretien réussit, c'était innocent et amical ... Non ? L'aider à choisir une tenue à la fois sage et sexy ... C'était amical également ... Et parler avec elle du fait que j'étais le genre de gars qui aimait prendre soin de lui ? Il n'y avait rien de mal à ça non plus ... « En effet, l'égalité pour tous, ça concerne aussi ce domaine. » Et aimer un peu trop sa vision des choses ... Au point d'en sourire et de la contempler comme si je la découvrais pour la première fois ... Est-ce que c'était autorisé ? Est-ce que j'avais le droit de penser qu'elle était une femme foutrement intéressante et qui méritait vraiment un homme bien ? Oui, j'en avais le droit ... Mais je n'avais pas le droit de croire que j'étais capable d'être ce mec là. Parce qu'il fallait se rendre à l'évidence ... Je ne serais jamais un type fait pour elle. Trop séducteur, trop joueur, trop gamin même. Bref, je n'étais pas ce dont elle avait besoin. Pas assez sérieux, incapable de croire en l'amour et aux relations amoureuses durables ... A toujours faire la fête, toujours jouer ... Toujours trop de choses qui ne lui correspondaient pas. Je laissai échapper un doux soupir de frustration alors que je détournais le regard pour lui choisir enfin sa tenue, sans rien ajouter. La tournure que mes pensées prenaient, commençait sérieusement à me faire peur ... Et je ne savais que faire pour en changer ... Ou pour faire en sorte que tout ça puisse finalement changer. Je ne pouvais pas changer. Et je ne le voulais pas. Alors autant cesser d'imaginer Dieu seul savait quoi ... Cette fille était intouchable et le resterait. Cette fille était trop bien pour moi. Cette fille ... Méritait un gars que je n'étais pas, point. Inutile de fantasmer plus encore sur elle. Et plutôt quitter sa chambre pour la laisser se changer, et faire de même. Histoire d'être présentable et de lui faire un minimum honneur alors que nous allions sortir ensemble.

Enfin, nous quittâmes l'appartement et gagnâmes le petit pub que j'avais choisis, à bord de ma voiture. J'aurais bien pris ma moto ... Mais je ne tenais pas à ce que tous les mecs sur le chemin, puissent se rincer l'oeil avec la robe que portait Léa. L'avoir à mon bras, c'était un honneur et je ne me priverais pas de le montrer à qui voudrait bien le voir. Mais l'idée que d'autres puissent un peu trop la mater, alors qu'elle passait la soirée avec moi et moi seul, c'était autre chose. Je ne comptais pas tenter quoi que ce soit à nouveau avec elle. Ainsi, le fait que je garde ma main dans son dos et lui ouvre les portes, n'était aucunement calculé. Simplement un réflexe parfaitement humain, causé par le fait que je jugeais qu'elle méritait ça. Ce n'était pas avec toutes les femmes que je me comportais en si parfait gentleman. C'était même très rare que je prenne cette peine là. A croire que Léa avait de bien drôles d'effets sur moi et mes habitudes. Et je me sentis étrangement bien, quand elle m'offrit un sourire des plus sincères. Le genre de sourires dont elle était coutumière et qui avaient eut le don de me manquer atrocement, au cours de ces trois dernières semaines. Encore une constatation qui me laissait littéralement sur le cul. Ca tournait de moins en moins rond dans mon esprit ... « C'est parfait, ça fait un moment que je voulais venir mais je n'ai jamais pris le temps … » Je souris alors qu'elle passait devant moi et ne pu m'empêcher de passer le bout de mes doigts sur sa joue, en une tendre caresse. Innocente ... Parfaitement innocente. Non honnêtement, je n'y pouvais rien si elle me faisait fondre et me donnait de drôles d'envies de ce genre. Sagement, je laissai retomber mon bras le long de mon corps. « C'est le moment ou jamais alors ... Juste ... Profite ! » De la soirée et du pub bien sûr. Rien de plus ... Pas de ... Moi. Qui étais là, tout disposé à répondre au moindre de ses désirs. Désirs en tous genre ... Enfin oui mais non. Je devais ... Cesser de penser à ça, au plus vite. Je la guidai finalement jusqu'au bar et attendis qu'elle ait prit place sur l'un tabouret, avant de m'installer à ses côtés. « Prend ce que tu veux, j'invite ! Et si tu veux te saouler, je ne dirai rien à ton frère, promis ! » Promis-je en portant une main à mon coeur pour mettre en avant combien j'étais sincère, malgré le léger sourire amusé qui dansait sur mes lèvres.

©fiche créée par Morphine

Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Jeu 25 Avr - 17:40



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« C'est le moment ou jamais alors ... Juste ... Profite ! »

Qui aurait cru en nous voyant ce soir qu'on était en froid il y a encore deux heures de ça ? Enfin en froid, c'est vite dis, lui me fuyait comme la peste et moi je restais dans l'incompréhension totale, vexée de le voir agir comme un goujat. A l'heure actuelle tout cela était de l'histoire ancienne et étrangement je préférais. Je n'aime pas en vouloir à quelqu'un, surtout si je tenais malgré moi à ce quelqu'un. Il avait ses défauts, je ne prétendais pas le contraire et ne le ferais jamais, mais Robin restait néanmoins quelqu'un de bien, de gentil et de terriblement sexy. Oui bon je vous l'accorde, je ne suis pas très objective, je craque littéralement sur lui depuis que je suis gosse, mais au moins cela prouve que je suis constante dans mes envies et que j'ai toujours eu bon goût. Bon il y a deux heures de ça, je l'aurais bouffé sur place, mais maintenant je n'avais envie que d'une seule chose, être le centre de son attention durant toute la soirée. Bien entendu ce n'était qu'un caprice de ma part, rien de plus et très peu réalisable, mais ça me ferais plaisir s'il dédaignait rien que ce soir les autres filles et ne pense qu'à moi. J'ai de toute façon l'impression d'être une véritable princesse ce soir et je n'ai pas envie que ça change, même si ce n'est absolument pas réaliste, je suis bien loin d'en être une, sauf dans ma tête. Oh et puis je m'en fous de ce que l'on peut penser, j'ai le droit d'avoir envie d'être une princesse, n'importe quelle fille en est une, c'est génétique et c'est tout. On mérite le meilleur et je n'arrive pas à m'enlever de la tête qu'à l'heure actuelle, le meilleur ce trouve devant moi, à me regarder avec ses beaux yeux bleus envoûtant.

« C'est bien ce que je compte faire … en profiter ! »

De la soirée, cela va s'en dire, non ? Certes si je pouvais également profiter de lui, je le ferais sans aucun problème mais là n'est pas la question, n'est-ce pas ? Quand je passe devant lui, je le vois lever une de ses mains pour la poser sur ma joue, en un geste tendre. Une simple caresse, chaste et innocente certes mais tellement plus à mes yeux. Je défaillais complètement et me trouvais bien stupide de réagir ainsi à ses gestes tendres. Je devais être forte, je devais être raisonnable, je devais le fuir à tout prix, je le sais, seulement mon corps n'a pas l'air tout à fait d'accord avec moi. Il l'appelle, il le demande, il le supplie, il l'invite à en prendre possession, comme si je n'étais plus maître de ce corps. Je tente de ne pas trop réagir à cette caresse mais bien évidemment c'est au dessus de mes forces. Je rougis légèrement et baisse sans le vouloir le regard sur le côté, légèrement timide. Je me trouve saute, je ne devrais pas lui montrer qu'il a l'avantage, que je n'ai pas changer d'avis, que je fond toujours autant pour lui, c'est mal. Nous rentrons dans le bar, ce qui me permet de prendre sur moi et de reprendre contenance. Nous nous installons au bar, il m'avance un tabouret pour que je m'y installe dessus et il fait de même sur celui d'à côté. Je pose ma pochette à côté de moi, croise les jambes lentement et pose un de mes coudes sur le comptoir du bar pour y poser délicatement ma tête. Je le fixe, heureuse d'être ici, heureuse d'être avec lui et rien qu'avec lui. Avec un peu d'imagination, on pourrait croire qu'on est un couple et étrangement j'ai envie de m'accrocher à cette idée, elle me fait fantasmer. Je sais qu'on ne le sera jamais, qu'il ne voudra jamais de moi et qu'il n'est pas un homme à finir en couple, mais n'ai-je pas le droit de me faire des idées ? D'y rêver ? Cela n'engage à rien de rêver, juste à me faire plaisir, rien de plus.

« Prend ce que tu veux, j'invite ! Et si tu veux te saouler, je ne dirai rien à ton frère, promis ! »

C'est lui qui invite ? Parfait, je vais pouvoir en profiter alors. Je sais qu'il gagne plus ou moins bien sa vie et qu'il peut se permettre de m'inviter ce soir, mais cela n'enlève pas le charme de l'invitation, bien au contraire, je trouve ça très galant et très appréciable. Comment voulez-vous que je n'ai pas l'impression d'être une petite princesse après ça ? Je peux prendre ce que je veux, c'est une excellente chose ça, seulement si je suis la seule à boire de l'alcool, je vais passer pour la pochetronne de service et je trouve ça moyen. Devrais-je me retenir et ne boire qu'un simple jus ? Mais qui a envie de boire un simple jus ou un sirop pour fêter un entretien réussi ? Personne et surtout pas moi. Mon âme de fêtarde se refusait à s'abaisser à ce genre de chose rien que pour bien se faire voir auprès d'un mec. Je bois si je veux. La fin de sa phrase me fit rire malgré moi. Comme si j'avais peur que mon frère découvre que je buvais en soirée ? Non mais franchement il le savait déjà. Cela dit s'il apprend que j'ai bu jusqu'à m'en rouler par terre quand j'étais seule avec Robin, pas sûr qu'il apprécie …

« C'est trop gentil, je ferais de même si tu finis ivre mort sur le comptoir ! »

Comme si j'allais dire à Nicholas que j'avais passé la soirée avec Robin, sans lui, et qu'on avait bu jusqu'à en plus pouvoir. Je l'aime beaucoup, il est même une des personnes auxquelles je tiens le plus au monde, une sorte de héros depuis que je suis toute petite mais il y a quand même des limites. Parfois l'omission est la meilleure des choses.

« Alors je prendrais un mojito … si j'ai l'autorisation de boire autant en profiter ! »

Repris-je d'un air taquin. Comme si j'avais besoin de permission pour boire, première nouvelle !

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar



sp
posts : 1608
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : open.
avatar : Jared Joseph Leto

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Sam 27 Avr - 23:31



Léa & Robin


Comme tout être humain, j'avais des regrets. Et mon dernier regret en date, était celui d'avoir fuit Léa pendant trois longues semaines. Son temps chez nous semblait compté. Ce qui rendait chaque journée, importante. Quand bien même elle restait encore quelques semaines, voir quelques mois. Il n'en demeurait pas moins qu'il fallait en profiter tant qu'elle était encore là. Ce que je comptais désormais faire. Parce qu'elle était une femme hautement intéressante et avec laquelle j'adorais passer du temps. Passer à côté de cela me semblait vraiment idiot. Alors, si elle l'acceptait, je ne le ferais plus. Quoi qu'il en soit, je ne doutais pas qu'il était étrange que je regrettais ce silence de ma part ... Et pas ce baiser des plus passionnés que nous avions échangés. Comment le regretter d'ailleurs ? Ma loyauté envers Nicholas, aurait voulu que je regrette d'avoir embrassé sa petite soeur, avec une telle passion. Mais j'en étais incapable ... Parce que j'y avais pris beaucoup trop de plaisir, tout simplement. Je n'étais pas honnête envers lui ... Et ça me faisait quand même un petit quelque chose. Parce qu'il était mon meilleur pote depuis ce qui paraissait être des siècles. Mais le fait était que j'étais foutrement attiré par sa cadette et que je n'étais pas en mesure de mettre fin à cet attrait. Le voulais-je seulement ? Même de ça, je n'étais pas tout à fait certain. « C'est bien ce que je compte faire … en profiter ! » Pardon ? Profiter ? Quand je reposai le regard sur elle, je réalisai que c'était moi qui avais commencé sur ce terrain là, en lui faisant remarquer qu'elle devait profiter. Mais c'était profiter de la soirée. Pas de moi ... Pas d'un éventuel nous ... Juste ... Profiter de cette soirée que nous utiliserions pour célébrer son entretien d'embauche qu'elle semblait avoir réussit avec brio. Je retrouvai bien vite le sourire, en songeant qu'il fallait que je m'ôte toute idée tordue de l'esprit, avant de faire une nouvelle connerie. Je ne doutais pas qu'après le coup des trois semaines de silence que je lui avais fais, elle ne voudrait pas retenter l'expérience avec moi, de sitôt. « Très bonne initiative ...» Lui soufflai-je d'une voix douce, avant de venir doucement -même tendrement- caresser sa joue du bout des doigts. Difficile de lutter à cette envie quand je fondais totalement devant elle. Et ce fut encore plus le cas, quand je vis ses joues se colorer d'un charmant rouge et alors qu'elle fuyait mon regard, apparemment gênée. Je me mordillai la lèvre inférieure alors que je la fixais intensément, songeant qu'il fallait que je refoule toute idée mal placée, avant de faire une très grosse connerie. Oui, j'avais envie de l'embrasser et plus si affinité. Mais non, je ne le ferais pas. Sauf si c'était elle qui me faisait clairement comprendre qu'elle le voulait aussi. Comme elle l'avait fait la fois précédente ... Mais cette fois ci, je doutais que ça se reproduise.

A moins que l'alcool ne nous fasse faire des conneries ? Non, je le refuserais. Je tenais plutôt bien l'alcool. Assez pour pouvoir garder le contrôle de la situation. Et aucun doute que je ne viendrais pas à profiter de son état d'ébriété, si elle finissait ivre morte et que moi même je demeurais debout et plus ou moins en pleine forme. Mais en attendant de voir comment les choses allaient se dérouler au fil de la soirée à venir, nous nous installâmes derrière le bar et je lui annonçai que c'était moi qui invitait. Avant de lui promettre de ne rien dire à son frère si elle finissait ivre mort. Si c'était par sympathie, c'était également pour nous sauver l'un et l'autre. Elle savait désormais que je n'étais pas censé être trop proche d'elle, pour éviter de m'attirer les foudres de son cher grand frère. Ainsi, elle était également supposée se tenir loin de moi. Une chose que nous semblions tout autant l'un que l'autre, incapables de tenir. A défaut, nous continuions même de nous rapprocher, tant nous aimions sans doute la compagnie l'un de l'autre. « C'est trop gentil, je ferais de même si tu finis ivre mort sur le comptoir ! » Je ne pu m'empêcher de rire à sa réponse et posai sur elle, un regard clairement amusé et taquin à la fois. « Malheureusement pour toi -ou heureusement d'ailleurs-, je tiens foutrement bien l'alcool. Il y a donc très peu de risque pour que tu me vois ivre mort ! » Devais-je lui avouer que quand je buvais au delà de mes limites habituelles, je devenais ultra tactile, beaucoup trop franc et d'un courage hors du commun ? En plus de parler fort et de raconter ma vie ... Non, autant ne pas lui dire. Garder un peu de mystère ne pouvait pas faire de mal. Surtout quand c'était sur un sujet pareil. Maintenant, c'était à moi de faire en sorte que je ne finisse pas dans un tel état. Ce serait un peu gâcher notre soirée rien que tous les deux ensemble, en un sens. Et ça, il était évident que je le refusais. « Alors je prendrais un mojito … si j'ai l'autorisation de boire autant en profiter ! » Je souris en coin en lui lançant un regard coquin, avant de signifier notre commande au serveur, demandant un whisky coca pour moi. Une fois qu'il se fut éloigné, je reposai le regard sur Léa assise à mes côtés. « Tant que tu es sous la surveillance d'un adulte, tout va bien ! » Plaisantai-je sur un ton pourtant faussement sérieux. Sous la surveillance d'un adulte ... Comme si j'étais réellement capable de ne la considérer que comme une gamine. Bon Dieu, non c'était même à mille lieux de ce que je pensais à son sujet. Elle était tout sauf une gamine. Elle était ... Terriblement et définitivement femme. Comme pour me le rappeler, sa robe dévoilait agréablement ses formes hautement féminines et trop tentantes pour être totalement ignorées. « Même si je ne suis pas certain d'être le plus adulte, de nous deux ... » Ajoutai-je finalement, en affichant une moue boudeuse avec mes lèvres.

©fiche créée par Morphine

Revenir en haut Aller en bas
avatar



soa
posts : 179
arrivé(e) le : 03/03/2013
disponibilité pour rp : 2/2 (Robin & Rachel)
avatar : Toni Garrn

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ... Lun 29 Avr - 18:44



A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...



« Très bonne initiative ...»

Je devais le détester … non je devais être prudente plutôt, pas le détester. Après tout, certes il n'a pas été très sympathique en m'évitant, mais je peux encore comprendre sa situation. Ce qu'il s'est passé entre nous n'aurait jamais dû arriver, il est dans une situation assez délicate. Moi, Nicholas ne peut pas me rayer de sa vie, d'une je ne le permettrais pas et en plus il m'aime trop pour ça, je suis sa précieuse petite sœur, mais malgré tout son amour pour son meilleur pote, Robin n'a strictement aucun lien de parenté avec lui – et fort heureusement d'ailleurs, je serais bien dégoûtée de baver devant lui en sachant que jamais rien ne pourra se passer entre nous parce que nous sommes de la même famille et puis sincèrement se serait bien glauque – il peut le perdre à tout moment. Je ne voudrais pas que cela arrive, ni par ma faute, ni par la faute de quelqu'un d'autre. Leur amitié m'est précieuse, il ne faut pas croire, je la trouve très belle et personne n'a le droit de la gâcher … Pourtant dieu sait que je me damnerais bien pour une nuit avec Robin … Pourquoi est-ce que je pense ainsi ? Ce n'est pas moi pourtant, je ne pense pas à ce genre de chose, non pas que je sois particulièrement prude, mais je ne suis pas le genre de filles qui peut coucher sans sentiment. En fait je crois que c'est un peu ça mon problème, c'est que j'ai des sentiments pour Robin. Je ne sais pas vraiment jusqu'où ils vont, mais j'en ai et ça me bouffe. Je n'ai pas le droit de le toucher, ni de m'approcher trop, mais j'en crève d'envie. Ce n'est pas raisonnable, ni pour lui, ni pour moi, nous aurions trop à perdre à nous perdre ensemble, mais pourtant c'était si tentant, surtout quand je sens glisser sa main lentement sur mon visage. Je défaille complètement, alors que je suis totalement sobre, je me demande ce que ça va être une fois alcoolisée … vais-je boire ? Oui quelle drôle d'idée. Ai-je peur de ce qu'il pourrait se passer si nous dérapons ? Non, et c'est bien ça le problème.

« Je sais, j'ai appris du meilleur ! »

Je parlais bien évidemment de mon frère, cela allait s'en dire. J'ai certes fais beaucoup la fête sans lui, mais il nous est arrivé de la faire ensemble et je peux vous dire qu'il sait la faire la fête, il n'y a aucun doute dessus. On peut dire que Nicholas Tomassian a l'art de savoir en profiter et c'est toujours ce que j'ai aimé chez lui. Il aime la vie et la croque à pleine dents et il a trouvé son égal chez Robin. Ils se sont bien trouvé et quand j'étais gamine et que je les voyais partir faire la fête, je rêvais en secret de partir avec eux pour en profiter à mon tour. Je ne m'en suis pas trop mal débrouillée et je ne compte pas m'arrêter de sitôt, mais je serais toujours bien loin derrière eux. Assise en face de Robin, j'ai un peu du mal à en croire mes yeux. Je me retrouve dans un bar avec lui, chose que j'ai toujours rêvé. Certes quand j'étais gamine il y avait toujours mon frère avec nous dans mes rêves, mais ça c'est parce que je l'ai toujours considéré comme mon héros et que je rêvais qu'il me voit comme son égale et non comme sa petite sœur. Avec Robin j'avais vraiment cette sensation de l'être, grâce à sa façon de me parler, de me regarder, de me désirer … J'étais littéralement au paradis et je ne saurais vous dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose, ce qui est sûre c'est que je n'avais aucune envie que ça s'arrête.

« Malheureusement pour toi -ou heureusement d'ailleurs-, je tiens foutrement bien l'alcool. Il y a donc très peu de risque pour que tu me vois ivre mort ! »

Je riais à cette remarque amusée et ne savais pas trop si je voyais en cette affirmation une bonne ou une mauvaise chose. D'un côté c'était plutôt rassurant, ça voulait dire que je ne risquais rien si je buvais plus que de raison, il ne m'arriverait rien, ni avec d'autres mecs, ni avec lui. D'un autre côté, c'était à regret de se dire qu'il n'arriverait rien, moi qui en brûlais d'envie. Etre partagée entre l'envie et la raison c'était une véritable torture, croyez le bien. Mais en même temps je voyais un défi se profiler à l'horizon quand j'entend ce genre de chose. Alors il était sûr à 100% de ses dires ? Je pouvais donc le tester sans problème, il ne se retrouverait pas à chanter gaiment sur une table, complètement bourré...

« Ohhh comme c'est intéressant, alors je me sens dans le devoir de vérifier ça. »

Lui répondis-je en posant ma main sur sa jambe, sans vraiment y faire attention. C'est un geste que j'aurais pu faire à n'importe qui, c'était essentiellement pour attirer l'attention sur mes propos et créer une proximité sympathique, mais rien de plus. Seulement entre nous, ce geste pouvait largement en dire plus sur mes pensées. Quand je m'en rendis compte, je l'enlevais, l'air de rien, mais bien plus lentement que ce que j'aurais dû faire, appréciant au maximum cette proximité forcée. Nous commandâmes nos boissons, lui un Whisky coca et moi un Mojito. Le serveur s'en alla et l'attention de Robin me revint tout naturellement, ce que j'appréciais énormément et comptais bien en profiter jusqu'au bout. Au fond de moi je me disais qu'il était à moi, au moins pour la soirée et que je ne laisserais aucune de ces femmes avides me le prendre et j'étais prête à sortir les griffes s'il le fallait.

« Tant que tu es sous la surveillance d'un adulte, tout va bien ! »

Tant que je suis sous la surveillance d'un adulte ? Elle était bien bonne celle-là, qui était le plus adulte de nous deux ? Je ne suis pas sûre que ce soit lui, en tout cas je ne le parierais pas trop, mais cela dit, l'idée m'amusait beaucoup et me plaisait étrangement. Je ne voyais absolument pas en lui une personne de trente ans, même si c'était pour le cas, je voyais un jeune homme, beau, intelligent, qui aime profiter de la vie et avec qui le courant passe très bien, peut être un peu trop. Je lui offre un sourire amusé, ne pouvant pas m'en empêcher, avant de lui répondre.

« Alors c'est à ça que ressemble une autorisation parentale grandeur nature … intéressant. Je vais peut être la demander plus souvent finalement ….  »

J'étais un peu taquine dans ma réponse et un brin allumeuse, ce qui n'était absolument pas bien, mais pourtant ça me plaisait. Je sais que c'est mal et que je ne devrais pas le suivre sur cette pente là pourtant je m'y engouffrais avec plaisir et n'avais pas envie de m'arrêter en si bon chemin. Il me plaisait, pourquoi n'avais-je pas le droit de m'amuser moi aussi ? Pourquoi n'avais-je pas le droit d'en profiter ? Pourquoi devrais-je attendre forcément une histoire belle, longue et sérieuse ? Pleins de filles de mon âge se font plaisir et ont pleins d'histoires sans lendemain, pourquoi ne pourrais-je pas faire pareil ? Et avec Robin en prime, que je désirais depuis si longtemps … Seulement en serais-je capable ? Je crois malheureusement que même si j'en avais très envie, je n'arriverais pas à être comme toutes ces filles, je devrais tôt ou tard m'en rendre compte, espérons que ce ne soit pas trop tard.

« Même si je ne suis pas certain d'être le plus adulte, de nous deux ... »

Je ris une nouvelle fois à cette remarque et surtout au visage qu'il m'offrit. Au moins on était sur la même longueur d'onde ou plutôt il était assez réaliste comme garçon, c'était une bonne chose.

« En effet, j'ai bien peur d'être l'adulte finalement dans cette histoire et donc, c'est moi qui vais devoir te chaperonner ce soir et non l'inverse. Pas le droit à plus d'un verre, pas de prolongation après ce verre, tu rentres directement à la maison et tu vas au lit …. Et moi je fais la fête toute la nuit …  » Finissais-je ma phrase en plaisantant alors que je paraissais très sérieuse au début, ce qui n'était absolument pas le cas, cela allait s'en dire. Comme si j'avais le droit de lui interdire de boire ou de ne pas draguer d'autres femmes … même si je n'en n'avais aucune envie. Je crois … non je suis même sûre que le moment où il m'abandonnera pour faire ce qu'il fait d'habitude, « chasser », je vais être verte de jalousie et LA ma rancune va se manifester de nouveau et je ne vais pas oublier le fait que je ne suis finalement qu'une gamine à ses yeux, qu'un petit jouet, rien de plus …

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...

Revenir en haut Aller en bas

(TERMINE) A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» Ca t'amuse de jouer avec ma vie ? {PV Eros}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: sucking pig boulevard-