Partagez

Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mirilla C. Davis-Rosen



kftw
posts : 671
arrivé(e) le : 15/06/2012
disponibilité pour rp : Busy ! [Lula, Lae, Vicious]
avatar : Bonnie Wright

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t310-mirilla-davis-petit http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t476-myrtille-un-ami-rien-n-est-plus-commun-que-le-nom-rien-n-est-plus-rare-que-la-chose

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyDim 24 Fév - 13:14

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Cela faisait déjà vingt bonnes minutes que Mirilla était assise sur un des sièges présents sur le quai de Baker Street Underground Station. Elle avait voulu prendre le train qui était passé vingt et une minutes plus tôt, mais n'avait pas été assez rapide. Après tout, courir avec l'équivalent de deux chou-fleur dans le ventre -oui, elle avait fait des recherches- n'était pas ce qu'il y avait de plus aisé. Voilà donc la raison de son retard, et de sa longue attente par la même occasion. Elle avait passé sa matinée dans le métro et dans les grands magasins de Londres, à chercher ce dont elle aurait besoin pendant les quatre mois qui suivraient. Ses envies de chips paprika se faisaient de plus en plus fréquentes, et commençaient à s'accompagner d'envie de Coca Cola et de barres de Kit Kat. La grossesse était une joie pour la femme, mais un virus pour le porte-monnaie. Il fallait passer son temps à acheter de la nourriture qu'on ne consommait pas forcément habituellement, et chaque mois il fallait renouveler sa garde-robe. Le ventre de la jeune libraire gonflait à vue d'oeil, et désormais plus personne dans cette immense ville ne pouvait croire qu'elle avait juste pris un peu de poids. Porter deux petites choses ne passait pas inaperçu désormais, après cinq mois de gestation. Cinq mois, déjà ? Elle ne voyait plus le temps passer.

Sur le siège à côté d'elle, elle avait posé quelques uns des sacs qu'elle se trimbalait depuis le début de matinée. Il était midi et demi, et elle avait terriblement envie de manger des galettes. Ce qui tombait bien, car celle qu'elle avait voulu manger la veille au soir ne lui avait finalement plus fait envie, et elles attendaient patiemment dans son réfrigérateur d'être réchauffées et avalées. Bref. Ses achats avaient été tellement nombreux ce jour là qu'un siège ne suffisait pas pour tous les poser, ce pourquoi on en trouvait aussi sur ses genoux, cuisse, et un plus petit sur son ventre. Elle avait croisé ses mains dessus, et elle jouait nerveusement avec la bague qu'elle portait sur son annulaire droit depuis un peu plus d'une semaine maintenant. C'était à cet évènement que la rouquine pensait à cet instant précis. Elle tendit ses doigts droits devant elle, et ses yeux bleus restèrent fixés sur l'anneau quelques instants. Elle ne croyait toujours pas à ce qui allait se passer dans quelques mois. Elle allait devenir maman, certes, ça elle arrivait à le réaliser maintenant. Mais elle allait aussi devenir "Madame". Madame Rosen. Ce nom lui arracha une rictus nerveux. Elle n'en revenait pas. Elle allait se marier avec quelqu'un qu'elle n'aimait pas - ou presque - qui ne l'aimait pas non plus - ça, elle en était certaine - et qu'elle connaissait depuis septembre. Ce même homme qui, sans le vouloir, l'avait précipité dans ce trou immense, dont elle ne sortirait jamais. Un bébé, ça reste toute une vie, même en grandissant. Un mariage aussi, d'ailleurs. Plus les jours passaient, plus elle se rendait compte que sa situation était irréversible, et que cet écart le soir de son anniversaire, infime par rapport à ce qui lui arrivait, avait et continuerait à changer sa vie.

Le bruit du train qui arrivait dans le tunnel la fit sortir de ses réflexions et essuyer la minuscule larme qui avait coulé sur sa joue. Elle n'en revenait pas de pouvoir encore pleuré, puisque c'était ce qu'elle faisait chaque soir pendant des heures, sous ses draps, depuis le 14 septembre 2012. Elle attrapa tous ses sacs et marcha le plus vite possible vers les portes du métro, qui se fermèrent pile au moment où elle se stoppa dans la voiture. Pour une fois qu'elle avait un peu de chance. Une sirène prévint que quelqu'un, dans une des autres voitures, empêchait les portes de ses clore. Quelques secondes plus tard, le train prenait de la vitesse. Très vite Mirilla eut mal au dos et aux jambes. Rester debout était plus difficile chaque jour. Bientôt, elle devrait rester au lit toute la journée. Elle chercha des yeux une place assise, et en trouva une tout au bout du wagon. Avec ses sacs et le ballon qu'elle trimbalait au bout de son ventre, elle se creusa une chemin parmi les Londoniens, qui la laissèrent courtoisement passer et atteint la place libre... Avant qu'une jeune file brune, plus petite qu'elle, s'y assoie avant elle. Elle soupira, frustrée et lasse, et s'accrocha à une barre de fer pour ne pas tomber lors des rapides virages du train.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Lula E. Skinner



cmt
posts : 26
arrivé(e) le : 02/02/2013
avatar : Ellen Page

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyDim 24 Fév - 14:16

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Et voilà. Elle savait bien que quelque chose allait mal se passer. Une voix-off féminine terriblement énervante venait d'annoncer les problèmes d’électricité provenant du quartier où elle avait, évidemment, décidé de s'installer. Son plan du métro Londonien, du chinois à ses yeux, voyait ses coins bouger au rythmes de la rame qui secouait ses passagers comme des noix dans un sac qu'on aurait placé dans un tambour de machine à laver. Lula cherchait encore dans quel sens il fallait qu'elle regarde ce charabia. Quand elle eut enfin trouvé, elle soupira, et descendit à la station qui semblait être la bonne, et où elle était sensée trouver la correspondance la menant un peu plus près de son quartier.

Tant de monde. Elle n'en pouvait plus, de ce monde. Une simple vue aérienne aurait tout simplement montré aux gens à quoi ils ressemblaient quand ils agissaient ainsi : des fourmis. Cette ville n'était qu'une énooorme fourmilière, avec ses bataillons, sa reine, et ses constructions. Mais bon, assez ronchonné, plus vite elle aurait trouvé un toit pour dormir ce soir là, mieux elle se porterai. Parce qu'il fallait préciser une chose. Elle n'avait absolument prévenu personne, de son arrivée imminente. Certes, son amie Mirilla, lui avait demandé il y a quelque mois de venir la rejoindre dans cet endroit merveilleux, comme elle l'avait appelé. La Skinner espérait au moins que l'endroit, serait assez calme, vu la hantise qu'avait la Davis envers les gens faisant du bruit pendant qu'elle étudiait. Mais c'était il y a tant de mois... Elle était sûre que la rousse n'avait pas changé. Mirilla était le genre de fille, qui reste la même, calée, dans sa petite vie tranquille et sans obstacles.

Le panneau indiquant l'arrivée du prochain métro clignota soudainement. La jeune fille se détacha de son appui mural, et se dirigea avers la bordure du quai. Le monstre arriva dans un boucan infernal, et en faisant voler ses cheveux qu'elle n'avait même pas pris la peine d'attacher. Les portes s'ouvrirent, et elles déversèrent des dizaines et des dizaines de gens. Baker Street Underground Station. C'était, il était vrai, une station très empruntée. Tandis que Lula, son sac sur le dos et sa valise dans la main, poussait quiconque ne voulait pas la laisser monter et prenant trop de place proportionnellement à la foule présente, elle se mit à se demander s'il n'était pas temps de prévenir la jolie littéraire de son arrivée. Car, même si elle aimait débarquer à l'improviste, elle comptait bien avertir Mirilla quelques minutes avant ledit débarquement. Miracle, une place se libéra, d'une personne sortant à l'arrêt d'après. Ni une ni deux, elle se jeta dessus, cala avec peine sa valise sous ses pieds, posa son sac sur ses genoux, et sortit son téléphone de sa poche. Un appel manqué de son beau-père. Sa mère avait, elle, laissé tombé. Elle supprima l'information, d'un simple mouvement du doigts, et se mit à lire ses sms. Quelques amies de l'Université, surement averties par ses parents. Rien d'important, elle supprima. Elle leur avait pourtant envoyé une carte d'Australie... Juste signée. Pour prouver qu'elle était en vie, tout simplement.

Son pouce vernis de noir chercha dans son répertoire le petite nom de Mi', et commença à taper son message : "Tu ne devinera jamais où je suis !". Juste avant d'envoyer, elle leva la tête pour vérifier l'arrêt, et vit une vieille dame assise en face, désigner quelque chose derrière elle. Après un soupire exaspéré, La Skinner tourna lentement la tête, et tomba nez à nez avec quelqu'un qu'elle connaissais. Nom de Dieu. Davis. Son regard passa de son téléphone, au visage éberlué de Mirilla, qui l'avait également reconnue. Elle calculerai juste après la probabilité qu'elle avait de tomber sur la fille qu'elle cherchait, dans la même ville, la même ligne de métro, le même train, la même rame, au même moment, devant le même siège. Elle jouerai au Loto le soir même. Non. Elle détestait le Loto. Outre le fait qu'elle soit là, la Davis semblait tout simplement... En état d'accouchement imminent. Parce qu'elle était eceinte en plus. Et mariée, comme n'indiquait la bague brillait à son doigts, dont le nom lui échappait.

- Je te quitte diplômée, et te retrouve en cloque et mariée. Hôte moi d'un doute. C'est pas ce crétin de l'Université, John, qui te tournait autour, qui t'as fais ça ? Parce que de nos jours, on a des moyens pour éviter ce genre de situation...

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Mirilla C. Davis-Rosen



kftw
posts : 671
arrivé(e) le : 15/06/2012
disponibilité pour rp : Busy ! [Lula, Lae, Vicious]
avatar : Bonnie Wright

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t310-mirilla-davis-petit http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t476-myrtille-un-ami-rien-n-est-plus-commun-que-le-nom-rien-n-est-plus-rare-que-la-chose

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyDim 24 Fév - 16:23

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Alors que Mirilla s'accrochait bien fort à la barre qu'elle avait élu comme place, à défaut d'en avoir trouvé une assise, une voix le tira de ses pensées. Encore une fois, son esprit avait divagué vers sa vie passée, sa vie future. Elle pensait à ses parents, et à la réaction qu'ils auraient si elle leur annonçait qu'elle allait avoir des jumeaux et qu'elle allait se marier avec quelqu'un qu'elle ne considérait que comme une amie sous prétexte qu'ils étaient ivre comme jamais le soir de son anniversaire. Elle sourit en imaginant sa mère mettre sa main devant sa bouche et murmurer quelque chose qui ressemblerait à "Dieu Tout Puissant". Il n'y pouvait rien, Le pauvre, sauf s'Il décidait de la faire tomber dans des escaliers ou quelque chose du genre. Mais s'Il faisait ça, c'est qu'Il était vraiment contre elle. Ralala. Bref.

Cette voix dont je parlais juste au-dessus, notre jeune libraire la connaissait bien, puisqu'elle l'avait accompagné pendant la plupart du temps qu'elle avait passé à l'université. Elle n'avait eu qu'une seule amie pendant sa scolarité, et voilà qu'elle se trouvait en face d'elle, dans l'endroit ou on avait le moins de chance de retrouver quelqu'un puisqu'on y croisait tant de gens différents. Lula Skinner était assise à la place qu'elle avait convoitée, alors qu'elle ne l'avait pas vu depuis plusieurs mois et qu'elle ne s'était pas beaucoup reparlé. A cet instant précis, alors qu'elle voulait lui répondre, le téléphone portable de la rousse vibra. Ce fut avec grande difficulté qu'elle le sortit de la poche de son manteau violet vif, et qu'elle lu le SMS que son amie venait juste de lui envoyer. Elle sourit, fit mine de réfléchir, et lâcha enfin : « Je crois que j'ai trouvé. »

Elle changea de position pour se rapprocher d'elle. Elle ne lui en voulait pas de lui avoir piqué la seule place assise qui restait dans ce fichu métro, qu'elle ne maudissait plus puisqu'il lui avait permis de ne pas se prendre la tête à deviner où se trouver sa matheuse préférée. Elle était si contente de la voir. Elle avait retrouvé le sourire, le simple fait de la retrouvée la rendait pire qu'heureuse. « Je ne suis pas encore mariée, sache-le. Et John n'a rien à voir là-dedans. » Elle sourit de plus belle en repensant à cet élève que n'arrêtait jamais de la regarder. Même s'il était carrément simple d'esprit, débile à souhait et affreux, elle se sentait fière à chaque fois. Comme quoi elle était capable de séduire sans le vouloir. Même si ça ne s'était produit qu'une seule et unique fois. « Tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse de te revoir, Skinner. »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Lula E. Skinner



cmt
posts : 26
arrivé(e) le : 02/02/2013
avatar : Ellen Page

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyLun 4 Mar - 17:47

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Si elle avait pu s'en douter... Davis dans sa rame. C'est avec un petit sourire narquois que la Skinner fit glisser ses yeux pétillants de joie le long de sa silhouette de son amie. Si on lui avait dit qu'elle allait retrouver son amie enceinte et visiblement fiancée, elle aurait bien rit, tout simplement. Même son beau-père était incapable de parier sur des choses pareille, et croyez-moi, la comparaison est chère. Une chose qu'elle pouvait constater, c'est que la grossesse avait au moins le don de lui aller. C'était si étrange... Lula n'avait jamais eu de relation sérieuse. Du haut de sa petite vingtaine, elle avait eu des petits-amis, en effet. Visiblement, les garçons avaient le don d'apprécier son côté mystique et noir. Ce n'était pas le genre de fille qu'on rencontre à un gala de danse... Avec elle, c'était plutôt dans un bar du Sud de l'Angleterre, après quelques verres, la nuit venue. Tel était son univers, elle s'y était fait. Pour en revenir à ses relations... Rien n'avait vraiment duré. Quelques mois de fréquentation. Soit le malheureux élu en avait eu par-dessus la tête de l'humeur difficilement supportable à longueur de temps de Lula, soit elle-même était partie, sans vraiment donner de nouvelles. Elle était d'ailleurs en contact avec quelqu'un avant son départ pour l'Australie. Mais, étant donné des circonstances plutôt... Difficiles de ces temps-ci, elle n'avait pas essayé de renouer une fois son avion passé la frontière anglo-saxonnne.

Même si la Brune n'avait jamais accepté le fait que sa mère soit partie du jour au lendemain du domicile familial il y a des années, en brisant par ailleurs le coeur de Lula, et surement celle du père et de sa petite soeur restée là-bas, elle n'arrivait tout simplement pas à accorder de l'importance à une relation. Elle n'était pas amoureuse. Elle aimait. Voilà la différence. Elle aimait être avec, elle aimait être dans les bras, sourire, embrasser, passer du temps avec. Mais son coeur ne frôlait pas la crise cardiaque quand elle y pensait, il ne s’accélérait même pas. Elle ne se jetterait pas sous un train... Même si elle y tenait, elle n'arrivait pas. Elle pensait d'ailleurs que tout cela était dut à un manque constant. Rien que Lila. Le bruit de la sirène d'avertissement de la fermeture des portes la réveillèrent de son état non conscient. Elle porta machinalement sa main à son médaillon doré. Elle le pressa entre ses doigts. Respira. Et releva ses yeux en direction de Mirilla, étira ses lèvres en forme de sourire mesquin, et lui répondit. « Moi aussi Davis... Faut dire que tu m'as manqué depuis la cité U. Mais le paysage ne change pas trop de L'Australie. On a des baleines là-bas aussi ! »

La vue de la jeune fille lui fit reprendre un peu de couleur. Elle se leva, et, avec un geste qu'elle voulut gracieux, elle effectua une courbette digne de Nina Peyrot, montra à la Rousse qu'elle lui cédait sa place. La vieille bique à sa gauche sembla moins désespérée, et son air de mégère s'effaça quelque peu. Elle éclata de rire après la réplique de Miri. Au moins ce sale benêt n'y était pour rien dans l'état actuel de Davis. Même si elle s'en doutait bien, la Skinner fit mine d'être soulagée, et soupira. L'identité du père l'intriguait bien. Elle avait hâte de le voir, si elle pouvait, évidemment. Après tout, la Brune était bien arrivée, et avait par-dessus tout l'intention de chambouler tout ce petit monde ici, surtout la vie de son amie. Chambouler... Pas uniquement de façon négative. Juste un peu. Comme elle l'avait toujours fait, et comme elle continuerait à faire jusqu'à la fin de sa petite vie si insignifiante. Cependant, pour le moment, elle était toujours là, dans un métro, un sac sur le dos, quelques billets en poche, mais surement pas de quoi se payer un hôtel. C'était donc là que tout allait se jouer. Elle détestait faire ça. Mais elle allait devoir le faire... Dans quelques secondes elle serait fixée. Elle ne supportait pas dépendre des autres. Après tout, c'était Davis qui lui avait suggéré de passer quelque temps, ou plus si elle voulait. « J'ai une petite demande... A te formuler. Sans faire le tour du pot, je peux squatter la baraque quelques jours, le temps que je me trouve un taff pas top chiant et un appart' ? »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Mirilla C. Davis-Rosen



kftw
posts : 671
arrivé(e) le : 15/06/2012
disponibilité pour rp : Busy ! [Lula, Lae, Vicious]
avatar : Bonnie Wright

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t310-mirilla-davis-petit http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t476-myrtille-un-ami-rien-n-est-plus-commun-que-le-nom-rien-n-est-plus-rare-que-la-chose

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyMer 6 Mar - 14:36

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Mirilla pouvait parfaitement comprendre que son ancienne camarade de classe la dévisage de la sorte. Personne n'aurait cru qu'elle allait devenir maman un an après avoir été diplômée. Tout simplement parce que Mirilla Davis n'était pas réputée pour se lancer dans des relations amicales, et encore moins des relations amoureuses. On la voyait le plus souvent seule, accompagnée de Lula pendant ses deux dernières années de fac, avec son livre, ses cahiers, ses stylos... Ce n'était pas elle que l'on trouvait enlacée avec le plus bel homme du campus, en train de s'embrasser à souhait. Alors oui, son regard intrigué et son sourire narquois étaient parfaitement justifiable. Elle commençait à s'habituer.

Attendez... Pourquoi parlait-elle de baleines ? La Rousse baissa les yeux sur son ventre énorme, sourit à son tour et le caressa avec sa main droit. Encore une fois son regard fut attiré par la pierre incrustée dans la bague qui ornait son annulaire. Elle ne s'y ferait jamais. Elle reporta son attention sur sa camarade. « Toi aussi tu m'as manquée. Et ne t'en fais pas, dans quelques mois tu seras plus perdue que jamais. » Quelques moi seulement... Un peu moins de quatre désormais. Elle en était à plus de la moitié mais était plus grosse que les femmes enceintes depuis huit mois et demi. Normal, étant donné qu'elle portait deux fois la charge originale. Deux bébés en un, n'étais-ce pas merveilleux... Enfin, elle était dans une meilleure situation que la semaine dernière, puisque désormais, ces enfants auraient un papa... Était-ce mieux, en y réfléchissant ?? Pour eux, peut-être. Mais pour elle... Et pour lui encore moins. Ces réflexions furent interrompues par la petite courbette Peyrotienne qu'elle effectua alors, pour lui signaler qu'elle la laissa s'asseoir à sa place. Elle aurait bien voulu lui rendre la pareille, mais une espèce de choses sphérique et assez imposante l'empêchait de se pencher comme elle le voulait. Elle se contenta donc de hocher la tête, de s'asseoir et de sourire à la dame assise en face d'elle.

Ce geste lui rappelait à quel point elle évoluait. L'année dernière se serait-elle retrouver dans la même situation, elle n'aurait même pas accordé un regard à cette femme qui lui faisait face. Elle haïssait le contact d'une autre personne que son frère ou son amie. Le reste la dégoûtait. D'où l’innocence de John dans son état, chose qui fit rire la Skinner. Quoique ça ne l'aurait pas déranger plus que cela. Elle regarda encore sa bague. Son mariage l'obsédait. Elle avait l'impression d'avoir raté sa vie. A 20 ans, vous vous rendez-compte ? Alors qu'en septembre elle n'était que Mirilla Davis, fraîchement diplômée d'Oxford, lectrice assidue et écrivain en herbe, elle était désormais Mirilla Davis, future Rosen, enceinte de jumeau depuis son excès le soir de son anniversaire, fiancée et libraire. Elle n'arrivait même plus à suivre le fil de sa vie. Elle soupira. Elle était lasse de tout cela. Enfin.

Lula lui demanda alors quelque chose qu'elle ne devait accepter. Elle sourit de toutes ses dents pour la première fois depuis cinq mois, et hocha vigoureusement la tête. « Evidemment, tu es la bienvenue ! » Elle envoya un SMS à sa chère cousine pour lui dire qu'elle devrait partager leur salle de bains pendant quelques temps. Et, il fallait aussi prévenir Lula qu'elles ne seraient pas que toutes les deux, comme à la cité U... « Faut que je te dise ! Je vis avec ma cousine, donc soit pas surprise de la voir hein. Elle s'appelle Laeticia. Elle est adorable, tu vas voir. » Elle sourit, ravie du fait que les deux femmes les plus importantes pour elle se rencontrent enfin.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Lula E. Skinner



cmt
posts : 26
arrivé(e) le : 02/02/2013
avatar : Ellen Page

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyVen 8 Mar - 18:06

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Le campus. Celui-ci semblait si loin. Les semaines d'été à flâner entre les beaux bâtiments, les jardins bien entretenus par les jardiniers fleuris, multicolores, embaumant l'air à vous en donner le tournis. Lula avait même été très proche d'un d'entre eux. Très bon ami, nous entendons par là, évidement. Les soirs de fin de semaine, quand les jeunes adultes devaient choisir entre rester étudier toute la nuit, ou sortir un peu en vile et s'amuser, la Brune n'hésitait pas une seconde. Et ces soirées ne l'avaient pas empêchées de décrocher sans soucis son diplôme. Cependant, persuader Mirilla de sortir le samedi soir, dans les quartiers animés, avec les quelques amis de la Skinner, avait été une épreuve. La jeune fille rétorquait souvent à la Rousse qu'elle avait eu plus de mal à la faire sortir de ses bouquins qu'à réussir l'examen final avec succès. Mais, visiblement, ce n'était plus Lula qui faisait des bêtises avec les jeunes jardiniers... Son bide le soulignait à merveille. Cette pensée fit sourire Skinner. Elle secoua doucement ses cheveux bruns en arrière, et dégagea un élastique noir de son poignet gauche. Avec, elle s'attacha rapidement les cheveux en un chignon, en laissant toujours quelques mèches tomber sur les côtés. Puis ses prunelles se posèrent une fois de plus sur son amie retrouvée. La phrase qu'elle prononça la laissa perplexe. « Comment ça ? Je ne te suis pas... »

Pourquoi disait-elle quelques mois ? Elle ne devait pas parler du bébé... Parce que vu la taille qu'avait son ventre, c'était plutôt une question de semaines. Elle semblait tout simplement être presque au bout de sa grossesse. Lula réfléchit. Elle n'avait pas chômé la Davis ! Elle n'était pas restée très longtemps ici avant de tomber enceinte... Voilà qui était étrange. Même dans l'ambiance assez bizarre de Londres, la Rousse n'était pas du tout le genre de fille à se retrouver dans de telles situations si vite... La Brune regarda son amie d'un air interrogé. Elle ne doutait pas une seconde d'avoir la réponse à sa question assez vite. Les deux jeunes filles se disaient presque tout, quand elles étaient à l'Université. Et elle espérait que ça ne changerai pas, ici. Un sourire qui avait le don de réchauffer le coeur de n'importe quelle personne normalement constituée, sur cette planète, se dessina sur les lèvres de Miri. Bien que n'appartenant pas à la classe citée ci-dessus, la Brune sentit son moral remonter en flèche quand son amie lui donna l'autorisation de s'installer chez elle pendant quelques temps. Un poids de la taille du ventre de son interlocutrice s'enleva de ses épaules. Et c'était pas rien. Au moins, elle ne finirait pas sous un pont de Londres... Bon. Elle exagérait. Elle savait bien qu'elle n'aurait, de toute façon, finit comme ça. Elle se serait débrouillée, comme elle l'avait fait.

Un prénom magnifique vola dans l'air. Les oreilles de la Skinner s'agrippèrent à lui, comme une noyée à sa bouée. Laeticia. Lila. Deux prénoms que la jeune fille se répétait dans son esprit pendant des heures entières, au moins une fois par jour. Surtout le second. Mais le premier était présent également. Elle ne l'avait pas prononcé depuis des années. Saurait-elle même le faire de nouveau ? Sa main droite s’agrippa à son pendentif. Ses doigts y caressèrent furtivement l'étoile, bien plus qu'une simple étoile. Car personne, hormis elle, ne remarquait jamais le languette, permettant de l'ouvrir. La Brune camoufla ce geste par une toux. Elle devait se calmer. Elle ne pouvait pas continuer à avoir cette réaction dès que quelqu'un prononçait ces prénoms, car, malgré toute la peine que ça lui apportait, ils était communs. C'était surement une inconnue de plus. Puis, un souvenir remonta à la surface. Il datait d'avant son voyage, quand elle était encore dans son ancienne maison, avec sa mère et son beau-père. Elle se tuait à l'appeler comme ça. Il n'était pas son père pour elle, pas vraiment, même si naturellement il l'était. Et cette appellation avait le don de le mettre dans tout ses états. Mais passons. Il était tard. La Brune était sortie par sa fenêtre sans les prévenir. Elle comptait revenir par le chemin normal, pensant qu'ils dormiraient. Mais la lumière était toujours là. Elle avait donc décidé de passer par la porte de derrière. Mais un prénom, le même que celui là, l'avait interpellée. Sans bruit, elle s'était dirigée vers a fenêtre ouverte, et avait entendu sa mère dire à son mari, qu'elle avait appris que Laeticia avait emménagé à Londres. Le fait que sa mère fouillait encore dans l'ancienne vie qu'elle avait jeté par la fenêtre sans même demander l'avis de son aînée la mettait hors d'elle. Mais elle avait gardé cette information. C'était une des raison pour laquelle elle avait accepté de se rendre à la capitale... Mais c'était surement une Laeticia comme il y en avait tant. Elle s'était camée. « Je serais ravie de la rencontrer... Je lui ferais surement peur, mais j'ai l'habitude. Je vous laisserais tranquille toute les deux, enfin, même si vous sere bientôt plus vu ton état; une fois que j'aurai trouvé un appartement. Où se trouve le votre ? »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Mirilla C. Davis-Rosen



kftw
posts : 671
arrivé(e) le : 15/06/2012
disponibilité pour rp : Busy ! [Lula, Lae, Vicious]
avatar : Bonnie Wright

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t310-mirilla-davis-petit http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t476-myrtille-un-ami-rien-n-est-plus-commun-que-le-nom-rien-n-est-plus-rare-que-la-chose

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptySam 6 Avr - 21:40

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Ah oui. Elle oubliait. Elle oubliait de préciser que les gens ne pensaient pas du tout que l'on était seulement fin février, et que son accouchement était prévu pour mi-juin. Elle oubliait à chaque fois que son ventre paraissait particulièrement énorme pour une femme enceinte de seulement 5 mois et des brouettes. Elle oubliait que la plupart des gens ne savaient pas que l'expression "un bonheur n'arrive jamais seul" se justifiait parfaitement pour son cas. Alors elle replaça une des ses mèches rousses derrière son oreille, et de se caler un peu mieux dans son siège. Si elle était restée debout, elle serait certainement déjà allongée par terre, écrasée par le poids de ses chers enfants. « Je vais avoir un petit garçon et une petite fille, Lula. » Elle savait qu'elle réagirait de la même manière qu'elle l'avait elle-même fait, cinq mois plus tôt. Elle commençait à être habituée aux mauvaises surprises. Quatre depuis septembre lui suffisait pour décrire comment on se sentait lorsqu'on apprenait quelque chose à laquelle on ne s'attendait pas du tout : mal de ventre, pouls qui s'accélère, parfois bouffée de chaleur, et yeux qui piquent. La routine pour elle, désormais.

Contrairement à sa cousine, Mirilla n'était pas dotée du talent de connaître tout le monde rien qu'en les observant. Même si elle était tout à fait capable de mettre un âge, un prénom, une personnalité et une situation sur une personne, elle ne pouvait tout simplement pas savoir ce qu'ils ressentaient. Certaines personnes revêtaient des masques, des masques invincibles que seuls les plus doués pouvaient percer. Elle n'en était pas. Ce pourquoi le silence, après qu'elle lui ait parlé de sa cousine, et donc de sa nouvelle colocataire, dans lequel Lula s'emprisonna. Elle se contenta de la regarder réfléchir, contempler ses yeux magnifiques se plonger dans le vide, et sa main agripper sa gorge quand elle fut prise d'une quinte de tout. Elle plissa les yeux, se leva pour lui taper le dos, mais l'espèce de chose qu'elle se trimbalait depuis septembre la ramena à la dure réalité de la vie, en la forçant à s'asseoir. Sa main gauche et baguée vint se poser doucement sur son ventre, et elle fit la grimace. C'était vraiment pas drôle tous les jours. « Il est hors de question que tu te mette à l'écart. C'est si tu nous laisse tranquille que tu nous gênera. » De toutes manières, elle sera très vite emportée dans la bonne humeur perpétuelle de la Davis Bis, même si en ce moment elle n'était pas tout à fait dans notre assiette.

« Le notre est dans l'Ouest de Yellowsky. C'est un petit quartier super sympa, tu vas voir. On a une maison, en fait, pas un appartement. Une grande maison, avec plein de place. Y aura une chambre pour toi. » Il y avait toujours eu trop de chambres, dans cette maison, mais dans quelque mois il n'y en aura plus assez. Que de chamboulement. Et puis, ?imaginons un instant que Vicious vienne habiter avec elles... Comment cela se passerait-il ? Feront-ils chambre à part, partageront-ils un lit ? Ces questions l'inquiétèrent soudainement. Mais elle n'avait pas le temps de se soucier de ça pour le moment. Elle voulait savourer ces retrouvailles avec son amie comme il se devait. « Alors, dis-moi ! Qu'as-tu fais, pendant le temps ou tu étais loin de moi ! »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Lula E. Skinner



cmt
posts : 26
arrivé(e) le : 02/02/2013
avatar : Ellen Page

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptySam 20 Avr - 20:06

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.



Heureusement pour les deux filles, le métro s'arrêta à une station visiblement très empruntée.En effet, plus de la moitié du wagon descendit du train, laissant enfin de l'air à Mirilla et Lula. De plus, la vieille dame assise en face de la Rousse se leva, ce qui permit à la Brune de s'asseoir, enfin, en mettant son sac sur ses genoux, et en y appuyant sa tête fatiguée. En effet, elle avait prit son train très tôt, et donc était levée depuis trop longtemps déjà. Elle regarda sa montre. Il était déjà 18h. Son ventre gargouilla de concert. Elle l'ignora, elle avait bien assez mangé dans le train, ne sachant que faire. La bip sonore retentit, et les portes se refermèrent. Curieuse, la Skinner tourna son visage en direction du quai, pour y découvrir le nom de cet arrêt desservi si populaire. King's Cross. Sans savoir pourquoi, la jeune femme sourit... Elle connaissait ce nom. Il lui semblait l'avoir lu dans un livre. Un livre qui lui avait beaucoup plu, se rappelait-elle désormais. Mais le nom lui échappait. Elle demanderai à ses futures colocataires quand elle y songerait, pour le moment, ce n'était absolument pas le sujet principal de la discussion.

What ? Des jumeaux ? Nom de Dieu. En voilà une qui allait passer de bonnes nuit. A la pensée de deux petits êtres se ressemblant tout plein, une imae lui revint automatiquement à l'esprit. Deux petits filles, Brunes, yeux verts, et riant, pareilles. Jouant, pendant la sieste des parents, dans un grenier isolé. Une porte fermée. Une fenêtre ronde, bancale. Tout juste la place pour y faire passer... Une enfant. Les yeux de les jeune fille se remplirent de larme, qu'elle dissimula derrière une mèche de cheveux. Il ne fallait pas qu'elle craque. Pas après toute ces années, sans en parler à personnes, sauf pour énerver sa mère et son beau-père, comme elle l'appelait, évidemment. Tant d'années sans pouvoir conter la peine qui lui déchirait le coeur dès qu'elle voyait des jumeaux, des enfants, une fleurs violette ou blanche. Pourquoi tout flanquer à l'eau maintenant ? Elle se devait d'être forte. La première chose à faire : Féliciter son amie. Pare que, même si des enfants à cet âge n'était pas vraiment ce dont rêvait la Brune, chacun sa vie, elle se devait donc de prononcer quelques formules de politesses et de gentillesses envers celle qui avait meublé ses années d'Université.

« Et bin... Dis moi juste que tu vas pas les habiller pareils. Félicitations ? »

La vie de cette dernière allait donc complètement être chamboulée. Mais, une question titillait l’esprit de la Skinner, malgré la blague qu’elle avait fait sur cet ancien amoureux de la fac ; elle mourrait d’envie, car légèrement curieuse, de connaître l’identité de celui qui, visibement passait sa vie aux côtés de la Rousse. Car, même en étant sa meillure amie d’étude, elle ne l’avait jamais vu tomber très amoureuse de quelqu’un, et jamais aller vers les garçon, même si sa beauté et son innocence charmante en faisait tomber plus d’un. De plus, Lula avait bine évidemment noté la bague de fiancailles passée au doigt de Davis. Donc mariée et mère de famille. Même si c’était très étonnant de la part de Mirilla, la Skinner avouait ne pas s’inquiéter pour le sort de son amie. Car elle avait toujours été débrouillarde. Toujours la plus raisonnable des deux en tout cas. C’était elle qui empêchait Lula de sortir trop tard les veilles de partiels, d’avoir des ennuis avec les profs inssuportables de la fac, et aussi de s’attacher avec des gens douteux. Bref, elle la tirait toujours d’ennui. De ce fait, elle avait toujours été posée. La jeune femme avait confiance ne son amie, elle n’étais pas vraiment du genre à tomber dans une aventur eimpossible à vivre.

Et Davis accepta. Tout cela signifiait un grand nombre de choses. Premièrement, qu’elle ne dormirai pas sous un pont Londonnien cette nuit là, et les autres également. Cette idée n’était pas en effet la plus séduisante, même si la jeune femme n’était pas du genre à avoir besoin de luxe pour être heureuse. Un duvet, une pomme, et elle passait une nuit sur une plage, ou dans n’importe quel champs . Elle se souvenait avoir fait du camping, avant. Avant. Dans son autre. Son autre enfance. Elle n’avait jamais trouvé d’autres appelations pour cette partie de sa vie si différente. Elle se souvenait avoir partagé une tente avec elle, et elle. Avec L et L. Ils étaient partis faire quelques jours de camîng en Irlande. Toute cette verdure l’avait émerveillé … Elle se souvenait avoir courru dans les champs, parmi les fleurs, en croisant quelques bêtes, avec elles. Penser à autre chose. Sa main se crispa à nouveau, et son bras emit un léger trésaillement en direction de son cou, mais elle se força à ne point porter sa main à ce bijou. Pas deux fois de suite, Mirilla se poserait des question. Cela signifiait également une nouvelle vie. Une vraie nouvelle vie. Auprès de son amie depuis plusieurs années, et de sa cousine, avec qui elle ne doutait pas de s’entendre. Pourvu qu’elle ne soit pas enceinte celle là. Non pas qu’elle détestait les enfants.

« Merci… Vraiment. Tu verras, je suis pas très difficile à vivre. Enfin, de toute façon, tu le sais bien, je mettais pas trop le bordel dans la chambre de la cité U. Tu n’imagines pas à quel point c’est important pour moi, d’avoir un endroit où me poser. »

Elle sourit à son amie. Une maison.. Les petits chanceuses. Il faut dire que les parents de Davis n’étais pas vraiment de ceux qu’on pouvit qualifier de pauvre. Même si cette dernière ne semblait pas très bien s’entendre avec eux, ils lui avaient toujours fournit ce dont elle avait besoin. Par exemple, Mirilla devait être la seule personne de l’Université à payer leur chambre en avance. C equi ne faisait pas d’elle une personne avare, et égoïste. Au contraire, étrangement. Une nouvelle petite vie se dessinait tranquillement pour la Brune. Où avait-elle été tout ce temps ? Pourquoi ne pas avoir donné de nouvelles ? Elle-même n’en savait pas grand-chose… A vrai dire, elle ressentait juste l’envie d’être seule. Pour pouvoir exprimer sa peine, réfléchir à sa vie, ne plus croiser les regards de ses parents chaque matin, ne plus penser à rien. Comment expique tout cela à Mirilla ? Elle ne le pouvait pas, c’était certain. Cependant, elle pouvoir lui raconter ses destinations sans lui conter ce qu’ele y avait fait, et pourquoi y était-elle partie.

« Ce que j’ai fais ? J’ai joué à l’aventurière. Tu me connais. J’adore tout ce qui est nouveau, changeant. Les paysages de l’Europe ne m’impressionnaient plus. Il fallait que j’en prenne plein la vue, une nouvelle fois. Alors j’ai vidé mon compte, et du jour au lendemain, je me suis tirée en Australie. »


© MISE EN PAGE PAR TAZER.


Dernière édition par Lula E. Skinner le Ven 3 Mai - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mirilla C. Davis-Rosen



kftw
posts : 671
arrivé(e) le : 15/06/2012
disponibilité pour rp : Busy ! [Lula, Lae, Vicious]
avatar : Bonnie Wright

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t310-mirilla-davis-petit http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t476-myrtille-un-ami-rien-n-est-plus-commun-que-le-nom-rien-n-est-plus-rare-que-la-chose

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyVen 3 Mai - 12:52

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


De l'air. La station à laquelle le train vennait de s'arrêter débouchait sur une grande rue pleine de restaurants, très pirsés à cette heure de la journée, expliquant donc la marée de gens qui descendirent des wagons. Marée qui contenait la vieille dame assise en face de la rousse. Son amie, sa grande amie, saisit cette occasion pour reprendre le siège que la vieille dame avait laissé libre. Mirilla sourit à Lula. Elles se retrouvaient assises l'une en face de l'autre, après des retrouvailles tellement innatendues que ça les rendait magnifiques. Elles étaient dans la même position que quelques années plus tôt, dans la cafétéria d'Oxford, quand elles mangeaient en tête à tête.

Manger. Le ventre rebondie par la vie de la jeune libraire gargouilla. Elle avait oublié ses galettes, qui l'attendaient sagement dans le réfrigérateur. Elle espérait très fort que Laeticia ne les avait pas ingurgité. Pauvre Lae, qui venait de perdre ses deux meilleurs amis... Elle était certaine que l'arrivée d'une nouvelle colocataire allait lui redonner la joie de vivre. Même si, en ce moment, il était très difficile de lui remonter le moral, la rencontre de nouvelle personne avait toujours eu le don de la rendre heureuse. Fait tout à fait explicable, elle qui avait passé tant de temps seule, coupée du monde.

Mirilla rit à la remarque de son amie. Elle ne savait pas si c'était le but de sa réplique, son visage était tellement impassible, comme à son habitude. « Je vois très difficilement mon petit garçon avec une robe... Quoique que Vic serait assez fou pour le faire. » Et voilà qu'elle commençait à parler de Vicious. Pire, elle parlait de lui en lui donnant un surnom. Surnom qu'il n'aimerait sûrement pas, soit dit en passant. Le sourire qui ne la quittait plus depuis une dizaine de minutes s'effaça l'espace d'un instant, à la pensée de celui avec lequel elle allait passer toute sa vie. Machinalement, elle fit tourner son alliance sur son annulaire droit, toujours aussi anxieuse à propos du jour durant lequel ce bijou changerait de main. Un dixième de seconde plus tard, son sourire réapparut sur le visage pâle de la jeune femme. Hors de question de craquer à ce moment là. Elle était trop heureuse d'avoir retrouvé la seule amie qu'elle n'ait jamais eu.

Elle se tortilla dans son siège pour s'installer plus confortablement. Bientôt, la période "je ne pourrai plus bouger de mon fauteuil sans quelqu'un pour m'aider" allait commencer, alors elle en profitait un maximum aujourd'hui. Elle qui détestait ne rien faire, elle insistait auprès de sa cousine pour se lever quand le sel n'était pas sur la table, ou pour aller remplir la carafe d'eau. Tant qu'elle pouvait encore le faire. Elle écouta le discours de Lula sans l'interrompre, se contentant de la regarder et de sourire. Elle était complètement tarée. Elle reconnaissait dans ce parcours le caractère un peu téméraire et aventurier de son amie. « L'Australie, rien que ça ? Pas mal, Skinner. » Après une moue admirative à son attention, elle entreprit de raconter ce qu'elle-même avait vécu. « De mon côté, rien de bien transcendant. Une fois les études terminées, je suis retournée dans le Devon, chez mes parents, pour leur dire que j'allait vivre à Londres. Et puis, j'ai commencé ma nouvelle vie. Lae est arrivée en août, et c'est elle qui m'a organisée ma fête d'anniversaire... » Encore une fois, le sourire de Mirilla s'effaça pendant moins d'une seconde. Elle se disait que si elle ne lui avait pas organisée cette fête, elle ne serait pas dans la situation actuelle... Et ne serait pas dans ce métrop après avoir fait son shopping, et ne serait donc pas tomber sur Lula par hasard. La vie n'était pas juste un fil que quelqu'un déroulait, c'était un sac de noeuds, noué avec tant d'autres.

Habituellement, ce n'était pas à Elephant Garden que la rousse descendait pour rentrer chez elle. Mais, comme Yellowsky était totalement privé d'électricité, elle ne pouvait pas s'y rendre en métro. Alors elle descendait à cette station, appelait un taxi, et se retrouvait dans son canapé, son paquet de chips paprika dans une main, son livre dans l'autre. C'est pourquoi elle se leva quand une voix féminine annonça le nom de la station et que le train commença à ralentir. Debout, elle tendit la main à Lula. Que de joie de la revoir. « On descend là, Lu. Tu viens ? »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Lula E. Skinner



cmt
posts : 26
arrivé(e) le : 02/02/2013
avatar : Ellen Page

Voir le profil de l'utilisateur

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyVen 3 Mai - 14:55

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Lula leva les yeux au ciel. Evidemment qu'elle savait que sa meilleure amie n'allait pas habiller son petit garçon en robe. Seulement, certains parents avaient la fâcheuse manie d'habiller leurs jumeaux de façon similaire, ou presque. Même T-shirt, même pantalon, mêmes chaussures. Skinner détestait ça. Elle ne trouvait même pas ça beau. Tout bonnement banal, sans un gramme d'originalité. Comme si on avait juste fait un copié collé, surtout pour les vrais jumeaux. Chaque enfant est unique, certaines personnes avaient tendance à l'oublier. De plus, déjà qu'on avait du mal à savoir lequel était lequel, si en plus on les habillait de la même façon, pas étonnant qu'on ne sache pas par quel prénom les appeler. Ses parents ne les avaient jamais habillées pareilles. Sa mère n'aimait pas non plus ce type de comportement. Et son père... Il ne disait pas grand chose. La Brune se souvenait d'un homme, plutôt silencieux. Très émotif. Et qui était fou amoureux de sa femme. Des images perduraient dans la mémoire de la jeune femme. Ses parents, dans la petite maison d'avant, sa mère tournant dans les bras de son père, sa soeur sautillant autour d'eux, applaudissant de ses petits mains toutes rondes, vacillant sur ses jambes, et son rire de petite fille, tout juste sortie de l'ère bébé, emplissant l'air. Tout ça pour dire que Lula était rassurée. Quoique, de toute façon, ce n'était pas du tout le genre de Mirilla. Elle sera une bonne maman. Peut-être un peu flippée, et les gosses sauront surement lire à 2 ans, mais une bonne mère.

« Il est comme toi ? Ou sa folie compense ton sérieux perpétuel ? »

Un sourire s'étira sur les lèvres de la Skinner. Elle avait hâte de rencontrer l'heureux élu. Étrangement, la future mariée ne semblait pas très enthousiaste à parler de lui. Lula n'irait pas fouiller plus. Son amie d'Oxford avait surement ses raisons. La Rousse n'avait jamais essayé de fouiller dans les tiroirs sombres de sa mémoire, malheureusement trop fidèle, quand elle même ne voulait pas en parler. Elle avait toujours respecté ses silences mornes, quand elles croisaient une maman avec deux jumelles, quand le printemps arrivait et que les jardins de l'université se remplissaient de fleurs, de tulipes, de camélias, de roses et puis de lilas (cf Saez). Sans vraiment savoir pourquoi, la Brune se demandait si Mi' avait certaines manies de femme enceintes. Bon, pas comme les rumeurs débiles sur les fraises.. Mais bon. Cela faisait longtemps que la Brune n'avait pas parlé à une femme enceinte. A vrai dire, depuis qu'elle avait déménagé sur la côte Sud de l'Angleterre, elle avait fait tout pour les éviter. Elle en savait donc peu. Si ça se trouve, Davis lisait encore plus. Non de dieu. Etait-ce possible ? Blague à part, Lula verrait bien, quand elle emménagerait avec elle et sa cousine. Les petites habitudes de vie d'Oxford et de la chambre à la cité U qu'elle partageait avec Mirilla allaient vite revenir. Elle en était sure.

L'Australie. A vrai dire, elle ne regrettait pas vraiment d'être partie. Ce qu'elle ne regrettait surtout pas, c'était les insectes. Elle ne supportait plus les serpents dans les jardins, et les araignées grosses comme le poing qu'elle pouvait trouver dans le petit appartement qu'ele louait, et qu'elle se payait grâce à un petit travail de serveuse dans un bar non loin de là. EN tout cas, elle avait réussi à développer son anglais là-bas, se poser, et admirer de merveilleux paysages. Ne riez pas, la première rencontre avec un wallaby, c'est impressionnant ! Bref, elle était rentrée au pays, dans cette ville, où pourtant elle ne pensait jamais revenir, compte tenu des nombreux souvenirs particulièrement douloureux, mais il fallait bien continuer sa vie. Après tout. Lula ne dit rien à propos de cette fête d'anniversaire, qui semblait ramener des souvenirs en surface dans la tête de Davis.

« Tu as donc une petite vie bien posée... J'espère être bientôt dans la même situation que toi. »

Le métro commença à ralentir. Mirilla se leva. La rame ralentit, de plus en plus, et la célèbre voix annonçant la prochaine station retentit dans tout le wagon. Lula ne prêta pas vraiment attention au nom. Elle entendit cependant un mot ressemblant à 'Elephant'. Elle devait se tromper. Elle sourit. Une main se tendit vers elle. Davis l'invitait à ne pas la lâcher, et à la suivre hors du tube. Sans hésiter, la Brune l'attrapa et se sentit tirée vers la sortie. Ce contact avec la peau de son amie la rendit heureuse. Trop de temps à jouer son Hermite nuisait, avait nuit à sa sociabilité. Et elle se retrouva donc sur le quai du métro, et respira le nouvel air qui s'offrait à ses poumons. Une pancarte entourée d'un rond rouge affichait 'Elephant Garden'. Elle éclata de rire. Elle ne s'était pas trompée. Quelle ville.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Mirilla C. Davis-Rosen



kftw
posts : 671
arrivé(e) le : 15/06/2012
disponibilité pour rp : Busy ! [Lula, Lae, Vicious]
avatar : Bonnie Wright

Voir le profil de l'utilisateur http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t310-mirilla-davis-petit http://nitwittedly-yours.forumactif.org/t476-myrtille-un-ami-rien-n-est-plus-commun-que-le-nom-rien-n-est-plus-rare-que-la-chose

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST :

Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula EmptyJeu 9 Mai - 13:54

Si les femmes enceintes portaient leur bébé dans le dos, il y aurait plus de places assises dans le métro.


Qu'est-ce qu'elles devaient être belles, toutes les deux dans la rue, en train de marcher. L'une, rousse, gonflée comme une montgolfière, des dizaines de sacs en plastiques ou en kraft partout sur ses bras. L'autre brune, un peu plus petite, une traînant une valise à roulettes derrière elle. Elles venaient de quitter Elepant Garden, et elle déambulaient dans la rue, à la recherche d'un taxi qui les ramènerait à Yellowsky.

Mirilla soupira. Elle n'en pouvait plus, de marcher à une allure si lente. Elle qui avait toujours le besoin de bouger, de faire quelque chose, qu'on qualifiait de "speed", allait si doucement en marchant que ça l'énervait encore plus que ceux qui marchaient derrière elle. Vivement le mois de juin, qu'elle puisse refaire tout ce qu'elle faisait avant. Enfin. Elle disait ça, mais elle savait pertinemment que rien ne serait comme avant. Elle aurait deux enfants et un mari. Mari qui compterais parfois comme un troisième enfant, soit dit en passant. Ca lui arrivai beaucoup, en ce moment, de se dire que ce petit écart de septembre allait lui coûter bien plus qu'une gueule de bois. Ca lui donnait l'impression que sa vie était écrite jusqu'au bout, qu'il n'y avait plus moyen de s'en bâtir une autre. Comme si c'était déjà fini.

Elle n'avait répondu à aucune des remarques de son amie. Elle avait anticipé - comme d'habitude - que le train arriverait bientôt, et elle avait gardé ses réponses pour le chemin jusqu'au cottage dans lequel elle et sa cousine vivaient. Le silence qui pesait sur elle devenait pesant, aussi décida-t-elle de repartir sur leur conversation laissée en suspend dans le métro. « Je ne dirais pas que j'ai une vie posée, en vérité. Mais ça ne me dérange pas plus que ça. » Mensonge numéro 1. Tiens, et si on comptais tous les mensonges que Mirilla s'était mise à faire ? On n'était pas rendue, mais elle était certaine de pouvoir y arriver. « Et pour répondre à ta question d'avant... On peut dire qu'il est l'adulte le plus irresponsable que j'ai jamais rencontré. » Elle savait pertinemment que cette réponses interpellerait Lula, mais elle s'en fichait. Elle allait essayer de garder leur secret encore un peu plus longtemps. Il y a des choses que personne ne doit savoir, y compris les amis les plus proches.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty
MessageSujet: Re: Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Hey little train ! We are all jumping on,  the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula Empty

Revenir en haut Aller en bas

Hey little train ! We are all jumping on, the train that goes to the Kingdom ♥ ft. Lula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un coupe papier intégré et du silicone dans l'arrière train.
» Un bien joli train
» coment-on obtien le train passe pour allez a jotho
» train avant et vis
» LE DERNIER TRAIN DU KATANGA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NITWITTEDLY YOURS ❥ :: underground-